Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 19:35

(dépêche)

Votre email bientôt réexpédié ?


Bientôt une réexpédition du courrier électronique

17 novembre 2009

Une adresse e-mail qui vit au-delà du fournisseur d'accès (FAI) ? C'est ce qui se profile avec la proposition de loi relative à la "lutte contre la fracture numérique", adoptée au Sénat et récemment complété par deux amendements des députés Laure de La Raudière (UMP) et Jean Dionis du Séjour (Nouveau Centre).
Concrètement, les internautes qui changent de FAI pourront conserver leur adresse e-mail liée (@sfr.fr, @orange.fr, etc.), le tout "gratuitement pour une période transitoire de six mois", explique au Nouvelobs.com Laure de La Raudière, rapporteuse de la proposition de loi. En somme, les députés souhaitent instaurer une portabilité des adresses e-mails, à l'image des numéros de téléphone. "On préfère parler de réacheminement des e-mails", précise Laure de La Raudière.

Les FAI "préfèreraient conserver l'ancien système"
"La conservation de l'adresse e-mail est aussi importante pour le consommateur que la conservation du numéro fixe ou du numéro mobile. De même que La Poste propose pour le courrier traditionnel un service de réexpédition du courrier [...] le courrier électronique doit pouvoir bénéficier des mêmes facilités", explique Jean Dionis du Séjour.
Reste que les premiers concernés, les FAI, font grise mine. "Ils préfèreraient conserver l'ancien système", note Laure de La Raudière. Contacté par le Nouvelobs.com, Orange se dit "pas opposé à ce projet de loi" puisque l'opérateur propose déjà, aux clients qui le demandent, de conserver gratuitement un accès à leur adresse e-mail même une fois désabonné. "L'ancien abonné doit alors passer par le portail Orange ou via une réception Pop", explique une porte-parole d'Orange.

Les spams réacheminés ?
Enfin, quelle position adopter vis-à-vis des spams ? ZDNet s'interroge s'il faut "réacheminer tout le courrier, y compris celui considéré comme spam" ou "le FAI est dispensé de réacheminer le courrier détecté" comme tel. Laure de La Raudière répond que ce service de réacheminement des e-mails sera gratuit mais aussi libre. "Si une adresse est beaucoup spammée, l'internaute pourra choisir de ne pas de réacheminer ses e-mails", explique la rapporteuse du texte en appelant ainsi à la responsabilité de chacun.
L'Assemblée nationale étudiera cette proposition de loi en séance publique le 1er décembre prochain. Adopté à l'unanimité au Sénat, le texte devrait être vraisemblablement adopté par les députés.

Boris Manenti

21:35 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (1) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note | Tags : e-mail, mail, email, conserver, portabilité, réacheminer, loi



Partager cet article
Repost0
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 19:07

(dépêches-blog)

Les wiki-prédateurs : le pillage généralisé réalisé par wikipedia

Wikipedia : un pillage généralisé qui nuit à la culture.

Comme souvent dit déjà, [par ex. pour wikipedia et les wikipédiens : précision sur le plagiat] wikipedia est une vaste entreprise de pillage et ne peut être autre chose compte-tenu de ses règles et de son fonctionnement. En effet, non seulement elle est composée par des anonymes incompétents (aucune compétence n'est demandée, tout le monde peut écrire sur tous les sujets, donc elle attire les incompétents, qui se chargent de faire fuir qui est plus compétent qu'eux, chose qu'ils ne supportent pas) mais il est interdit d'écrire soi-même les pages de wikipedia, en rédigeant une synthèse de ses lectures comme le veut un article d'une encyclopédie : ceci, wikipedia le qualifie d'"essai personnel". Il est interdit d'être un auteur et de réaliser soi-même un article par synthèse des connaissances actuelles, en proposant une rédaction originale. Tout travail de création, analyse, reflexion, est interdit.

Les anonymes n'ayant ni les connaissances, ni l'habitude du travail intellectuel, ni la méthode, ni la compétence rédactionnelle et de synthèse nécessaires pour fabriquer des articles supposés encyclopédiques, -comme ils se vantent de le faire-, sont donc obligés par les règles de wikipedia elle-même et l'impunité qu'elle leur accorde grâce à l'anonymat à piller les travaux existant et les plagier, tout en les déformant pour que la plagiat ne soit pas trop évident. Ils plagient et déforment par paraphrases inexactes jusqu'au contre-sens, souvent, au non-sens, parfois. La déformation est généralement assurée par le wikipédien de base qui n'y a aucun mal étant donné qu'il ne comprend pas ce qu'il copie et par l'écriture collective qui se charge de parachever le maquillage.

Des memebres de l'Université du Québec se plaignent du pillage réalisé par wikipedia. Des bénévoles de cette université travaillent à numériser des livres tombés dans le domaine public. Wikipedia les pique ensuite pour les mettre sous label wikipedia sous wikisource. Tout simplement. Et sans demande d'autorisation bien sûr.

En effet le travail est fait par les uns, bénévolement, puis pillé par les autres, soit wikipedia, procédé qui n'a pas besoin d'être qualifié mais qui, à terme est nuisible, car susceptible de décourager les bénévoles qui se font voler leur travail.

Je reproduis l'alerte de cette université du Québec qui fait savoir que le pillage, en sciences sociales en particulier, est l'unique méthode de wikipedia sur wikisource, confirmant ce que j'ai toujours dit : wikipedia pille le travail des autres pour le mettre sous son label qu'elle exige de citer ensuite comme source. Voilà ce qu'il faut entendre par "wikipedia encyclopédie libre", qui n'est ni libre, ni une encyclopédie.

alithia

0 Voir le commentaire Voir les 0 commentaires - Par alithia Lundi 3 août 2009
Ecrire un commentaire - Publié dans : sur internet et la culture - Recommander


Les Classiques des sciences sociales

Les Wiki-prédateurs et le pillage des sites internet,

notamment Les Classiques des sciences sociales.

Au lieu de piller le travail d'autrui, ce qui représente des milliers d'heures de travail bénévole, pourquoi les wiki-prédateurs, tels Yann Forget et Consorts, n'offrent-ils pas une contribution originale à la diffusion des connaissances ? En numérisant, par exemple, Les principes de sociologie d'Herbert Spencer ? Et tant d'autres à faire ? Bien non, ils préfèrent, sans respect pour le travail de bénévole, voler ce travail et le mettre en ligne (SANS PERMISSION) dans Wiki-Source. Conséquence: une fois qu'ils auront siphoné tout ce qu'ils peuvent sur tous les sites où il y a des oeuvres du domaine public, ils auront découragé tous les bénévoles d'oeuvrer et il n'y aura plus personne, sauf ces prédateurs qui nous auront laissé croire qu'ils ont fait un travail énorme alors que c'est tout le contraire!

Dénonçons les Wiki-prédateurs!

Liste des ouvrages pillés dans Les Classiques des sciences sociales par des Wiki-prédateurs, notamment Yann Forget et consorts, qui ne font que siphoner le travail d'autrui au lieu de contribuer à l'édition numérique de nouveaux ouvrages:

Liste des textes déjà copiés

Charlot - Élie Faure

Cinq leçons sur la psychanalyse (aussi ELG)

Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence

Cours de philosophie

De la démocratie en Amérique

De l’interprétation géographique des paysages

Des caractères distinctifs de la géographie

Entretiens sur la pluralité des mondes (aussi ABU)

Histoire de France (Jacques Bainville)

Histoire de l’art - L’art antique

Histoire des oracles

Husserl. Sa critique du psychologisme et sa conception d’une Logique pure

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale

Introduction aux Mémoires historiques de Se-ma Ts’ien

La Valeur morale de la joie d’après Spinoza

La Bhagavad-Gîtâ, ou le Chant du Bienheureux

La Question juive

La Religion des habitants des détroits de Torrès

La Sociologie et son domaine scientifique

Le Citoyen

Le Déséquilibre du monde

Le Savant et le politique

Les Conditions géographiques des faits sociaux

Les Eskimo

Les Lois sociales. Esquisse d’une sociologie

Les Malthusiens

Les Mille et Une Nuits (aussi Gallica)

Les Prolégomènes

Lettres juives

L’Ancien Régime et la Révolution

L’Esprit de la Révolution et de la Constitution de France

L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme

L’Idée d’objet

L’Opposition universelle

L’Origine des espèces

L’Unique et sa propriété (traduction Leclaire)

Mémoires historiques

Œuvre de Tchoang-tzeu

Psychopathologie de la vie quotidienne (aussi ELG)

Qu’est ce que la propriété ?

Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (aussi Gallica)

Réflexions sur la violence

Routes et chemins de l’ancienne France

Sur la mémoire

Système des Beaux-Arts

Théorie de la propriété

Traité de la liberté


Sans compter Durkheim, Marcel Mauss, Freud, Gustave LeBon que j’ai découvert.


Voir la liste des ouvrages pillés à venir:


Dernière mise à jour de cette page: le samedi 16 février 2008 14:54
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi

source Université du Québec
http://classiques.uqac.ca/inter/info_politique_predateurs.html


Pour wikipedia et les wikipédiens : précision sur le plagiat

Les wikipédiens n'admettent pas que wikipedia soit accusée d'être un gigantesque plagiat.

Ils se bornent à considérer qu'il n'y a plagiat que s'il y copié-collé ou copie mot à mot, interdite explicitement par wikipedia. Mais sans vouloir admettre que le plagiat consiste à s'approprier les textes des autres, repris et réécrits sans citer l'auteur ni la source, ils nient tout simplement la notion de plagiat.

Et ainsi ils dénient le fait qu'ils ne cessent de commettre des plagiats : wikipedia n'est constituée que de textes repris et réécrits qu'elle s'est appropriée.

Wikipedia ne fait que du plagiat. Compte-tenu des règles de wikipedia qui interdit les rédactions personnelles et les empêche par le système de rédaction collective, ses participants ne peuvent que plagier.

Wikipedia un plagiat gigantesque, un pillage du travail fait par d'autres

Que pourrait-elle être d'autre, puisque toute rédaction personnelle est interdite, au nom de l'écriture collective obligatoire ? Si les articles de wikipedia ne sont pas ceux d'auteurs choisissant et assumant le choix de leurs perspectives, de leurs thèses et s'obligeant à les justifier, il ne reste à l'écriture collective d'anonymes agglutinés que l'accumulation de faits et l'empilement d'opinions : c'est ainsi que sont écrits tous les articles d'histoire et c'est pourquoi ils sont si mauvais, et forcément dépourvus de toute analyse.

C'est pourquoi les articles sont hétérogènes et contradictoires, et c'est pourquoi ils sont mauvais.

Si les wikipédiens ne produisent pas leurs propres analyses dans leurs articles, c'est que soit ils reprennent celles des autres qu'ils plagient, soit ils recopient des faits et opinions hétéroclites.

Il n'y a pas d'autres possibilités.

D'où proviennent leurs sources ? De travaux faits par d'autres, que wikipedia pille et plagie. Comme l'écriture est collective, les articles composés de morceaux divers récoltés dans divers documents ne sont pas de la stricte copie mot à mot, mais sont du plagiat par le recours à une technique de patchwork.

Wikipedia interdit la copie mais ne précise pas en quoi consiste le plagiat, entretenant ainsi un flou artistique, qui ne permet pas d'être certain que les deux sont synonymes. Elle est du reste clémente avec le plagiat puisqu'elle considère que "en matière intellectuelle tout le monde copie tout le monde." Ce qui est évidemment faux.

Définitions :

plagiat / copie / citations

copie : mot usuel dont tout le monde comprend le sens : transfert ou reprise d'un texte sans mentionner le fait de la copie, càd sans rendre à l'auteur ce qui lui est dû

plagiat : consiste à s'approprier les idées d'un autre, reprendre un texte et le réécrire sans mentionner l'auteur ni la source ; c'est du vol

Autrement dit copie ou plagiat, c'est du vol dans tous les cas, car copie et plagiat sont synonymes même si l'on peut distinguer dans les faits, la copie du type pure reproduction (copié-collé) du plagiat imitation du même sans sans citer la source originale. Autant les termes de vol, pillage et copie sont facilement compris, autant celui de plagiat , l'est moins, c'est pourquoi à wikipedia on peut jouer sur les mots , en masquant le fait que le plagiat est l'appropriation de l'oeuvre ou du travail d'un autre sans le nommer. Ce qui rend le plagiat répréhensible et en fait un vol.

citer : publier un texte en mentionnant auteur et source ; il n'y a donc pas de vol, car pas d'appropriation. La citation cite l'auteur , elle lui reconnaît son oeuvre.


Toute la différence est entre la citation d'un auteur et le plagiat qui s'approprie le travail d'un autre sans le citer.

Mais wikipedia ne reconnaissant pas la valeur et le bien-fondé de la notion d'auteur, confond, volontairement, citation et copie. De l'interdit de copie, qui est parfaitement justifié, on passe à l'interdit de citation (indûment entendue comme copie) et on aboutit au plagiat.

Car si sont confondues copie, soit reproduction simple dont l'auteur n'est pas cité, et citation d'un auteur à qui est attribué son oeuvre, et qu'il est interdit et rendu impossible d'écrire un texte personnel à propos d'une oeuvre, il ne reste que le plagiat, soit reprendre sans le dire ce dont on s'inspire, plutôt que citer ni écrire sur l'oeuvre originale. Telle est la ligne imposée par wikipedia à ses participants par le fait de l'écriture collective et de la neutralité.

C'est la rédaction même de wikipedia qui est impossible, car elle est un paradoxe vivant.

Wikipedia interdit la copie : c'est à dire la reproduction mot à mot, visible et détectable facilement par les ordinateurs. Ce faisant elle se met à l'abri, grossièrement; de l'acusation de violation de copyrights. Mais elle ne précise pas que le plagiat sous forme de réécriture d'un texte existant est tout autant interdit car il revient au même c'est à dire à s'approprier le travail créatif de quelqu'un d'autre et de le présenter comme sien ou de résumer l'idée originale d'un auteur en l'exprimant dans ses propres mots, mais en omettant d'en mentionner la source.

(toutes choses qui définissent le plagiat)

= Définition vue chez InfoSphere, Service des bibliothèques de l'UQAM. www.bibliotheques.uqam.ca/Infosphere/viewlett/plagiat/plagiat.swf

En jouant sur les mots, ou en ignorant le sens des mots, les wikipédiens s'abstiennent du vol de textes sous forme de copie mot à mot, mais plagient en reprenant le travail des autres et en le réécrivant. Et ceci par définition puisque tout travail original est interdit. D'autant qu'ils considèrent le plagiat comme la chose la plus naturelle qui soit puisque wikipedia considère que "En matière intellectuelle tout le monde copie tout le monde."

Enfin dans leur ignorance, entretenue par wikipedia qui laisse cette confusion perdurer, les wikipédiens plongent dans le sophisme et finissent par être de mauvaise foi. Lorsqu'ils veulent attaquer le blog, ils m'accusent de plagiat, alors que je cite les textes avec auteur et sources évidemment. Une nuance encore, qui semble leur échapper. En particulier un certain wikipédien chroniqueur qui a été prendre des leçons de sophistique de la plus parfaite mauvaise foi wikipédienne chez son maître D. Monniaux.

Pour préciser les définitions et les moyens de prévention du plagiat, et pour un bon usage d'internet voir : copié-collé quand commence le plagiat ?, copie et plagiat, un cours d'initiation ,

vol des idées, le plagiat, un cours encore : plagiat.ec-lille.fr/Amphi_Plagiat.pdf

et définitions de dictionnaires :

tout sur le plagiat , texte de l'université du Québec

Comme par hasard, l'article plagiat de wikipedia n'est pas clair sur la question puisque s'y trouve glissée une phrase qui confond héritage intellectuel et transmission, dont personne n'est excepté par le fait d'avoir des ancêtres qui l'ont précédé et instruit, et plagiat, puisqu'elle écrit : « En matière intellectuelle tout le monde copie tout le monde. »

Et bien que Diderot estime le plagiat « le délit le plus grave qui puisse se trouver dans la République des Lettres » wikipedia, qui ose se réclamer de ce grand ancêtre et modèle, est un plagiat gigantesque. Par définition.

Alithia

3 Voir le commentaire Voir les 3 commentaires - Par alithia Lundi 30 juin 2008
Ecrire un commentaire - Publié dans : tricheries, malhonnêtetés et autres irrégularités - Recommander




Partager cet article
Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 06:21

(verbatim et dépêches)



Communiqué de presse : Ordre du jour de l’Assemblée nationale proposé par la Conférence des présidents du 15 avril 2009

La Conférence des présidents, réunie le mercredi 15 avril 2009, a arrêté, pour les séances du mardi 28 avril au jeudi 14 mai 2009, les propositions suivantes qui seront soumises à l’Assemblée le 28 avril 2009 :

MARDI 28 AVRIL
après-midi (15 heures) et soir (21 h 30) :
- Questions au Gouvernement ;
- Discussion de la proposition de loi tendant à modifier l'ordonnance n° 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires (nos 1545-1602) ;
- Discussion de la proposition de loi visant à identifier, prévenir, détecter et lutter contre l'inceste sur les mineurs et à améliorer l'accompagnement médical et social des victimes (nos 1538-1601) ;
- Deuxième lecture de la proposition de loi, modifiée par le Sénat, de simplification et de clarification du droit et d'allègement des procédures (nos 1554-1578).

MERCREDI 29 AVRIL
après-midi (15 heures) et soir (21 h 30) :
- Questions au Gouvernement ;
- Nouvelle lecture du projet de loi, modifié par l’Assemblée nationale, favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet (n° 1618).



Hadopi repassera le 29 avril, après l'inceste

Publiée par Alex le Mercredi 15 Avril 2009 
Brève Business Internet

Finalement, l'inceste passera avant le droit d'auteur. Vraisemblablement conscient qu'un nouveau bouleversement du calendrier parlementaire ne servirait pas les intérêts du gouvernement, le président du groupe UMP Jean-François Copé a annoncé mercredi, en fin d'après-midi, que l'examen de la loi « Création et Internet » - ou Hadopi - reprendrait à l'Assemblée nationale le 29 avril prochain, au lendemain de la rentrée parlementaire.

Précédemment, Jean-François Copé avait « proposé de renoncer au texte sur l'inceste prévu dans la semaine d'initiative parlementaire, à partir du 28 avril », afin que l'examen de la loi Hadopi soit avancé à cette date. Il a finalement été décidé que les députés consacreraient à l'inceste la journée du 28 avril - deux jours étaient initialement prévus - pour reprendre le 29 les débats sur la défense de l'industrie culturelle à l'heure d'Internet. Ce calendrier sera soumis au vote des députés le 28.

A moins d'un refus, peu plausible, l'Assemblée reprendra donc l'examen du texte qu'elle avait elle-même approuvé début avril, avant que ce dernier ne parte entre les mains de la Commission mixte paritaire. La loi est ensuite revenue entre les mains des députés qui, à la surprise générale, ont rejeté le texte le 9 avril dernier, par seulement 21 voix contre 15.

Christine Albanel et l'Elysée avaient alors regretté les « manœuvres dérisoires » de députés socialistes entrés dans l'hémicycle pour faire basculer le vote à main levée. Vendredi, la ministre de la Culture était même allée jusqu'à mettre sa démission dans la balance, affirmant qu'elle quitterait son poste si le texte n'était pas représenté.

La voici rassurée... pour l'instant : passé relativement inaperçu lors des premiers débats au Sénat, le texte cristallise aujourd'hui certaines tensions au sein de la majorité. Dernier épisode en date : le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, vient de proposer que soit sanctionné l'absentéisme parlementaire.



Assemblée : Hadopi pourrait passer avant l'inceste

Publiée par Alex le Mardi 14 Avril 2009 
Brève Business Internet

Rejetée jeudi par l'Assemblée nationale, la loi « Création et Internet » pourrait faire son retour au Parlement dès la fin du mois d'avril. Jean-François Copé aurait proposé que l'examen de la proposition de loi relative à la prévention et à la lutte contre l'inceste sur les mineurs, prévu pour le 28 avril prochain, soit repoussé, ce qui laisserait un créneau permettant de statuer sur le texte. Le sort de la loi Hadopi sera prononcé mercredi, à l'occasion de la conférence des présidents de l'Assemblée, lors de laquelle est déterminé le programme de travail des députés.

« Jean-François Copé a proposé de renoncer au texte sur l'inceste qui était prévu dans la semaine d'initiative parlementaire, à partir du 28 avril. On pourrait donc y inscrire le texte Internet pour une nouvelle lecture. », indique R. Karoutchi, dans une interview au quotidien Le Monde parue lundi.

Pour la députée UMP Arlette Grosskost, cosignataire de la proposition de loi sur l'inceste - qui vise à ce que ce terme soit explicitement inscrit dans le Code pénal - les instructions viennent d'en haut. « C'est quand même étonnant parce que Jean-François Copé a encore parlé du texte sur l'inceste mardi en réunion de groupe, en disant qu'il était intéressant. Je suppose qu'il a dû avoir des instructions du chef... », explique-t-elle à Rue89.

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, souligne quant à lui dans un communiqué la confusion qui règne autour du texte et de son nouvel examen par le Parlement. Jeudi, suite à son rejet par l'Assemblée nationale, R. Karoutchi et J-F. Copé suggéraient tous deux que l'étude du texte pourrait reprendre dès la rentrée parlementaire, le 28 avril prochain.

Pour clarifier la situation, B. Accoyer annonce donc la tenue, le 15 avril, de la conférence des présidents. « Si celle-ci devait programmer une modification de l'ordre du jour, cette modification serait soumise à la décision de l'Assemblée nationale le mardi 28 avril », prévient-il.



Partager cet article
Repost0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 09:33

(dépêches-blog)


 
Ecouter avec Readspeaker  0% Article intéressant?
 
par Alain Michel Robert
mardi 21 avril 2009
0 réaction (0 votes)

Seulement 10000 artistes sur les 140 000 inscrits à la SACEM ont signé la pétition !
 
Bon ! je ne vais pas tirer sur l’ambulance en dénonçant une fois de plus la fumisterie de cette liste. On a tous compris qu’environ 8000 « Gilles GABRIEL » (ce serait d’ailleurs le pompon qu’il soit vraiment dans la liste !) se sont fait enfumés en répondant au mailing que la SACEM a envoyé à tous ses sociétaires. Pour une fois qu’elle s’occupe de ses petits « sans-grade » qui ne touchent plus un rond d’elle depuis des années, ils ont dû sentir passer sur eux le frisson d’une reconnaissance qui, le temps fulgurant d’un éternuement, les a propulsés artificiellement en haut de l’affiche. Peut-on leur en vouloir !?

Reste les 2000 autres «  Maxime Leforestier » qui, l’âge aidant, laissent au vestiaire leurs idées soixante-huitardes et repeignent leur maison bleue couleur or massif.

Pour ne pas trop enfoncer cette « vieille dame » de 140 ans qui a bien du mal à s’adapter au paradigme de la nouvelle économie numérique, nous fermerons les yeux, par respect pour elle, sur les DJ Mosey (Pierre Sarkozy) et autres Carla Bruni (elle chante ?... excusez-moi, je croyais que c’était la femme du Président de la République Française), ainsi que sur tous les « gens maison » presque contraints (positivement et sans aucune pression bien sûr !) de signer sous peine de se retrouver dans d’obscurs placards "sacemesques".

Mais, cessons là ces sarcasmes faciles et penchons-nous plutôt sur l’avenir. Que va-t-il se passer si la loi Hadopi est adoptée ?

Dans un premier temps il est inévitable que le nombre de téléchargements illégaux vont baisser… peut-être même de 50 % ! « Cocorico » fera notre hyper-président !... en même temps que nous verrons s’écrouler, par représailles de la part des consommateurs, la vente de CD. De toute façon, dans le milieu artistique, tout le monde le sait déjà : le CD c’est fini. Aux États-Unis, l’affaire est classée : les artistes ne comptent plus sur la vente de CD pour vivre ou même se faire connaître, ils misent tout sur la création de sites Internet pour proposer gratuitement ou vendre leur musique et ils investissent à fond dans le référencement de leur site sur Google.

Passé ce temps d’adaptation (entre deux et trois mois) une nouvelle mode va voir le jour : l’échange massif de clé USB. Aujourd’hui, pour 15 € on trouve des clés USB de 8,10,20… voir 32 gigas (si si, j’en ai trouvé une toute neuve sur E.bay pour 14 euros !) Nous allons donc voir fleurir autour des machines à café, dans les cours du Lycée, dans les bistros, pendant les week-ends entre amis ou en famille, non plus l’échange d’une ou deux chansons par téléchargement, mais, pourquoi s’en priver, de la totalité de « Dossiers musique » ou « Dossiers films » dans lesquels chacun fera le tri de ce qui lui convient.

La lutte contre le tabagisme aidant, une nouvelle phrase de convivialité va voir le jour qui va remplacer la rituelle « T’aurais par une clope ? » par celle, beaucoup plus chic et rebelle : « T’aurais pas une clé ? » Dans l’avenir proche, pour vous faire des amis, ne sortez plus sans elle !

Mais, l’échange massif de clé USB, n’est que la partie émergée et « gentillette » de l’iceberg de ce que va générer, comme effets pervers, la loi Hadopi si elle est votée. Ce boomerang législatif risque d’être d’une violence financière énorme… pour les contribuables, bien sûr, mais aussi pour les artistes eux-mêmes. Nous allons entrer dans un cercle vicieux où il faudra de plus en plus d’argent pour pouvoir lutter contre des pirates de plus en plus ingénieux et motivés. Pour s’en convaincre, il suffit de lire l’excellent article de Paul Guermonprez du 23 février 2009. Ici, à télécharger en PDF.

Maintenant, loin du « panier de crabes où chacun veut jouer les homards  » prenons la calculette de Max… qui lui, comme chacun sait, est tellement libre qu’on se demande s’il n’est pas plus raisonnable dans son délire de vouloir voler que nos députés et autres ministres à s’acharner à vouloir faire passer, par orgueil ou incompétence, une loi complètement déconnectée du réel et qui est le pire de ce qu’on peut pondre dans le genre « usine à gaz  » ? Une fois branchée, tout explose !

Pour la Sacem, zip-zap : je sors ma calculette. C’est con, une calculette… mais il semblerait que dans cette affaire, la connerie « d’en bas » soit plus intelligente que les cogitations « d’en haut ».

24 millions d’abonnés à Internet. Une Licence globale à 25 euros par mois tout compris : chansons, films, docus… illimités. La moitié des abonnés à Internet prennent cette Licence globale. 300 millions d’euros par mois x 12 mois = 3 milliards 600 millions d’euros pas an.

Pour ma part, entre regarder un film en Streaming au format carte postale, tout pourri, qui coupe au milieu parce que le Buffering se bloque, avec les carrés des pixels à la place de la tronche des acteurs, sous-titrés en russe ou en chinois avec un son en mono à peine audible… et un film en DivX haute définition, « Y-a pas photo !  » je préfère payer. Faut-il encore que celui qui me vend son film où sa chanson ne me prenne pas pour une vache à lait !

Ici, la question que doit se poser la Sacem, au lieu d’user son énergie dans une lutte d’arrière-garde, est celle-ci : Comment répartir la manne de la Licence globale de manière à ce qu’elle favorise la naissance de nouveaux talents et redonne à la chanson française la diversité qui lui fait aujourd’hui tant défaut ? La Sacem est née aussi pour ça : aider les talents naissants avant qu’ils ne génèrent des droits.

Mais, si, effectivement, comme le pensent certains, la loi Hadopi, n’est que la première étape d’une prise de contrôle à la chinoise de notre Internet français, alors, Mmes et Messieurs les artistes qui ont signé la pétition, c’est pour vous le début de la fin. Votre talent ne vaut plus un clou… vous n’êtes plus que les fonctionnaires d’un art d’état… ou d’un art vendu. C’est-à-dire, plus rien. Et chez ces gens-là, monsieur, on ne se roule plus de l’herbe dans une maison bleue  : on compte en faisant des grands « shrulpppp »…



Hadopi : le scénario catastrophe mais plausible de l'Isoc France - Actualité

TomsGuide.com : 800 000 inscrits répondent à toutes vos questions high-tech et informatique. 

kleuck   26-02-2009 à 19:33:15

Il n’y a pas que les « anarchistes du Net » et les « hacktivistes libristes » qui sont contre le projet de loi Internet et Création. Il y a aussi des « gens très sérieux » qui réfléchissent depuis longtemps à toutes ces questions.

Fondée en mars 1996 par une poignée de pionniers, l’Isoc France est le Chapitre Français de l’Isoc. Association internationale. Sa mission prioritaire est d’être l’un des « interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics et des entreprises sur l’ensemble des questions de gouvernance d’Internet, tant sur le plan technique que sociétal ».

Or l’Isoc France vient de nous pondre, sous la plume de Paul Guermonprez, un « article de prospective » de poids à verser au dossier : Loi Création et Internet « Le boomerang législatif » Janvier 2009 – Avril 2010, article qui tente d’anticiper les conséquences du projet de loi.

De la pure science-fiction ? Rien n’est moins sûr malheureusement !

http://isoc.fr/lci_boomerang.pdf


Partager cet article
Repost0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 08:58

(dépêche)



Facebook demande à ses membres de légitimer la cession de leurs contenus

20 avr 2009 - il y a 1 heure 18 min
Hélène Puel,01net.

Marck Zuckerberg, le fondateur de Facebook, appelle les 200 millions de membres du réseau social à voter pour les nouvelles conditions d'utilisation du site. Moyennant le téléchargement d'une application, ses adeptes ont le choix entre deux options. Accepter les nouvelles conditions d'utilisation du site telles qu'elles ont été décidées à l'automne 2008. Ou valider une version révisée appelée « déclaration de droits et responsabilités des membres ». Mais sous une apparence démocratique, le vote qui se déroule du 16 au 23 avril à 12 heures (2 heures du matin en France) ne donne guère le choix à ses membres.

Des obligations qui ont provoqué un tollé

En effet, quelle que soit l'issue du scrutin, les deux solutions proposées par le réseau social entérinent le principe d'exploitation des contenus postés par les usagers. Dans les conditions d'utilisateurs du 23 septembre 2008, le site a fixé de nouvelles obligations à ses membres.  Ainsi l'utilisateur s'engage à céder «expressément à la société une licence irrévocable, perpétuelle » sur ses contenus personnels : photographies, vidéos, textes etc. En outre, ces nouvelles CGU conféraient à l'américain le droit de commercialiser cette production à des tiers « sans rétribution financière ».

Par ailleurs, les CGU donnent des devoirs en termes d'informations personnelles. « En échange de l'utilisation de ce site, vous acceptez de fournir des informations justes, complètes et précises vous concernant. De mettre à jour, au besoin, les données d'inscription et toutes les informations que vous fournissez à la société pour qu'elles restent appropriées, actuelles et complètes ». Pas étonnant quand on sait que le modèle économique de Facebook repose en partie sur l'exploitation des données des utilisateurs. Il va sans dire que ces nouvelles règles ont provoqué un tollé dans la communauté, obligeant Facebook à amender sa copie. En février dernier, le réseau social proposait de déposer pendant une trentaine de jours leurs remarques afin d'établir de concert les futurs grands principes du site.

La version des droits et des responsabilités des membres, le second choix que met aux voix la société de Zuckerberg aujourd'hui est le fruit de ce travail. Si la clause concernant la cession des droits à perpétuité a disparu, Facebook prévoit toujours d'exploiter sans contrepartie le contenu des utilisateurs. Le nouvel article prévoit que les internautes restent « propriétaires de tout le contenu et des informations postées sur Facebook [...] » Toutefois, le site pourra l'exploiter sous forme d'une licence qui prendra fin à la suppression du contenu en question ou du compte par l'internaute. Une amélioration certaine par rapport aux CGU en vigueur. Néanmoins, les photos, vidéos ou textes supprimés ne le seront pas tout de suite des serveurs de Facebook. Ils pourront persister, sans être accessibles aux autres membres, « une période de temps raisonnable » annonce le réseau social, sans donner plus de détails sur le délai.

Le scrutin ne sera pris en compte que si le taux de participation dépasse la barre des 30 % d'utilisateurs actifs (connectés au cours des 30 derniers jours). Si le quorum n'était pas atteint, la dernière version des conditions générales de vente serait maintenue. « Si ces nouveaux documents sont approuvés, tout amendement apporté à la déclaration des droits et responsabilités passera par le même processus d'émission de commentaires et de remarques, et pourra même être soumis à un vote, si beaucoup d'utilisateurs postent des commentaires, explique sur sa page personnelle, Mark Zuckerberg. Si ces nouveaux documents venaient à être rejetés, nous trouverons d'autres méthodes pour vous faire intervenir dans le processus de gouvernance ». Quand on fait appel aux internautes pour fournir du contenu, mieux vaut en effet les impliquer pour ne point trop les fâcher.


Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 20:54

(verbatim)



Séance publique du 9 avril 2009 (1)
http://rakotoarison.over-blog.com/article-doc-41261245.html

Séance publique du 9 avril 2009 (2)
http://rakotoarison.over-blog.com/article-doc-41261319.html



(suite)

M. le président. La parole est à M. Jean Dionis du Séjour, pour cinq minutes.

M. Jean Dionis du Séjour. Je souhaite revenir sur votre réaction, madame la ministre, sur le maintien du paiement de l’abonnement en cas de coupure de l’accès à Internet. Vous ne pouvez pas le justifier au motif qu’un emprunt pour l’achat d’une voiture est dû même en cas de suspension de permis. La situation n’est pas comparable. Vous avez voulu une législation d’exception, c’est une décision grave mais il faut l’assumer sans se réfugier dans les amalgames ! Bien qu’appartenant à la majorité, je trouve cela choquant.

Je partage certaines analyses de Martine Billard, même si nous avions un désaccord de fond qui s’est exprimé au cours du débat. Nous étions prêts, nous centristes, à soutenir le concept de riposte graduée, car il n’y a pas de meilleur choix en l’état actuel pour gérer le court terme.

Mais, progressivement, le débat s’est durci. Vous n’avez pas voulu nous entendre sur notre proposition d’amende. Puis il y a eu cette CMP catastrophique qui a réinstauré la double peine.

Néanmoins, contrairement au groupe GDR, nous considérons que le débat législatif a eu lieu – même s’il laisse un goût d’amertume, notamment s’agissant des conclusions de la CMP – et qu’il faut savoir arrêter un débat. Nous attendons cependant avec intérêt l’analyse du Conseil constitutionnel. Et, en tout état de cause, la réalité tranchera et conduira les uns et les autres à faire évoluer leurs convictions. Étant donné que le groupe Nouveau Centre partage certaines analyses de Mme Billard, il s’abstiendra sur le vote de la question préalable.

(La question préalable, mise aux voix, n'est pas adoptée.)


Discussion générale
M. le président. Dans la discussion générale, la parole est à M. Christian Paul, pour quinze minutes.

Je vous invite, chers collègues, à respecter le temps de parole qui vous est imparti pour que nous soyons en mesure d’achever notre débat à la fin de la matinée.

M. Christian Paul. Monsieur le président, nous allons faire le maximum pour exaucer votre vœu, mais pas au détriment de nos échanges !

Méprisant nos débats, ignorant les suppliques de ses propres amis, la majorité votera, sans nul doute, par ignorance ou par conviction – les deux postures cohabitant dans vos rangs – cette loi injustement baptisée Internet et création. En faisant croire que l’on peut durablement acheter les consciences des artistes avec un sachet de caramels, vous faites preuve aussi d’un certain cynisme.

Madame la ministre, je ne doute pas un instant du verdict de nos concitoyens, qui honnissent cette loi avant même qu’elle ne soit adoptée. Je ne doute pas non plus du jugement de l’Histoire. Cette loi sera contournée, rejetée et, finalement, abolie. Et si jamais elle venait à être évaluée, je ne doute pas qu’elle sera jugée dangereuse et terriblement inefficace.

Madame la ministre, malgré ce vote probable, vous avez, une fois encore, perdu la bataille des idées et ce plus encore que votre prédécesseur en 2006. Des millions de citoyens, y compris quand ils ne téléchargent pas – deux Français sur trois – sont hostiles à votre loi. Pas seulement hostiles à une approche répressive et régressive de la culture, que tous vos propos ont, pendant des semaines, illustrée. Nos citoyens détectent que cette loi va à contresens et que vous protégez des modèles archaïques de diffusion de la culture qui font l’impasse sur la nature même de l’Internet : le partage, l’abondance et la gratuité. Oui, la gratuité, madame la ministre, qui n’est pas le vol, la gratuité relative bien sûr, mais la gratuité qui impose de trouver de nouveaux modes de financement de la culture et de rémunération des créateurs.

Nos concitoyens savent bien que cette loi est à contretemps parce que les usages massifs sont là et que vous ne pouvez et ne devez pas les endiguer. Les Français savent également que cette loi est à contre-emploi, car elle ne réglera en rien les difficultés chroniques constatées dans le financement de la création.

La bataille des idées a énormément progressé au sein du Parlement européen. Rappelez-vous : il y a encore quelques mois, on disait que la France était isolée en Europe parce qu’une poignée de mousquetaires à l’Assemblée nationale et « cinq gus dans un garage » – c’est ainsi que l’on nomme la société civile rue de Valois ! – s’opposaient au rouleau compresseur d’une propagande aujourd’hui en panne.

La très grande majorité du Parlement européen, et vous avez tort de ne pas l’entendre, a donné, à plusieurs reprises, un signal éclatant, s’étonnant du peu de respect que marquent vos représailles graduées pour les principes du droit : le droit à un procès équitable, le droit de se défendre ou le droit de comparaître – Patrick Bloche l’a rappelé avec beaucoup de vigueur – devant un juge impartial.

Le débat d’idées a eu lieu aussi au sein de notre propre formation politique. À chaque étape, nous nous sommes interrogés sur la meilleure manière de trouver le juste équilibre, à l’âge numérique, entre les droits des auteurs et les droits du public. Nous avons tranché cette controverse. Les sénateurs socialistes n’ont d’ailleurs pas voté cette loi en commission mixte paritaire.

La bataille d’idées se poursuit – et se poursuivra durant les prochaines semaines – dans la communauté des artistes. Je veux, ce matin, porter la parole de ces artistes qui se sont exprimés ces dernières semaines et qui ont, en quelque sorte, brisé l’omerta avec beaucoup de courage. Permettez-moi de citer la conclusion du très beau texte issu du collectif « Internet, mon amour » : « L’auteur, le créateur, le spectateur a muté » – il n’y a que la ministre de la culture qui ne s’en rende pas compte. « L’œuvre est regardée, écoutée, partagée comme jamais auparavant. Et c’est pourquoi créateurs et regardeurs ne peuvent être filtrés par une loi obsolète et crétine. Une loi qui asphyxie la création et Internet. »

Je veux également porter la voix des auteurs de la superbe « Lettre ouverte aux spectateurs citoyens » émanant du monde du cinéma.

M. Patrick Bloche. Très bien !

M. Christian Paul. Je tiens à citer leurs noms : Chantal Akerman, Christophe Honoré, Jean-Pierre Limosin, Zina Modiano, Gaël Morel : réalisateurs. Victoria Abril, Catherine Deneuve, Louis Garrel, Yann Gonzalez, Clotilde Hesme, Chiara Mastroianni : acteurs. Agathe Berman et Paulo Branco, producteurs. Et de nouvelles signatures affluent par dizaines.

Il ne s’agit pas, madame la ministre, d’une poignée d’artistes égarés…

M. Franck Riester, rapporteur. Si !

M. Christian Paul. …comme vous avez osé le déclarer.

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Je n’ai jamais dit cela.

M. Christian Paul. Eh bien, vous le démentirez, car c’est ce que nous avons entendu dire.

Il n’y a pas, et c’est heureux et vital, un front des artistes en faveur de la loi HADOPI. L’omerta, c’est terminé.

M. Patrick Bloche. Très bien.

M. Christian Paul. S’il en est encore qui succombent pour quelque temps – pas pour longtemps – à votre illusion sécuritaire, beaucoup, en France et ailleurs, – je pense à ces 700 musiciens en Grande-Bretagne – disent combien cette loi se révèle contre nature. La création, éprise de liberté, et la répression organisée sur Internet ne feront jamais bon ménage.

De même, les intimidations ne feront pas taire ces hardis dissidents, de plus en plus nombreux, qui, par vagues successives, bravent des pouvoirs économiques ou corporatifs bien mal inspirés.

Les critiques qui grondent dans le pays – mais que vous n’écoutez pas – auraient pu être d’utiles remontrances. Le droit ne s’écrit pas contre la société et contre les usages de masse. Parfois, il précède la société : ce fut le cas avec l’abolition de la peine de mort. Parfois, il court derrière la vie réelle des peuples. Mais vous, vous décrétez avec cette loi le progrès à l’envers. En légiférant à rebours des usages des Français et des Européens, vous vous êtes enfermée, madame la ministre, dans un compromis impossible, car inéquitable.

M. Franck Riester, rapporteur. Contrevérité !

M. Bernard Gérard, rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire. Il n’est pas bon !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Excessif !

M. Christian Paul. Vous êtes dans l’impasse nommée HADOPI.

HADOPI ne sera jamais, madame la ministre, l’outil de l’exception culturelle. L’exception culturelle, c’est considérer que la culture n’est pas une marchandise. Or tout dans votre discours donne à penser – peut-être démentirez-vous – que le mouvement de marchandisation de la culture sur Internet est irréversible et qu’il ne doit tolérer aucune exception. Avec HADOPI, il n’y a plus d’exception culturelle. L’exception culturelle n’est pas seulement un regard différent sur la culture et son statut dans la société, c’est également la recherche de financements exceptionnels, de financements mutualisés et de financements publics, même si ces derniers sont en régression aujourd’hui. HADOPI a balayé la volonté de mettre en avant l’exception culturelle.

HADOPI est dans l’impasse, et vous avec elle. Il faudra des mois, voire des années pour mettre en œuvre ce texte, forger les boucliers, inventer des parades. Il y faudra des dizaines de millions d’euros, prélevés sur le budget de votre ministère qui est exsangue, au mépris du spectacle vivant aujourd’hui paupérisé, des dizaines de millions d’euros demandés aux opérateurs, alors que ces sommes auraient pu servir à soutenir la musique et le cinéma.

HADOPI est dans l’impasse. HADOPI, peut-être – souhaitons-le –, ne passera pas pour cause de guérilla juridique permanente, de guérilla technologique de tous les instants, et elle a d’ores et déjà commencé, pour contourner, crypter. Si telle est la mission d’un ministre de la culture, vous serez emportée par cette guérilla !

Enfin, n’oublions pas le Conseil constitutionnel, dont le rôle, dans notre République, est de contrôler l’activité normative des pouvoirs publics, y compris lorsque ceux-ci s’affranchissent des principes constitutionnels et des principes fondamentaux de notre droit. Patrick Bloche vous a tout à l’heure adressé à cet égard une éclatante démonstration, que sa voix, j’en suis sûr, portera jusqu’au Palais Royal.

L’après-HADOPI a déjà commencé. Oubliant le détestable climat dans lequel cette loi a été débattue et votée, nous prendrons des initiatives pour soutenir les éditeurs qui veulent véritablement valoriser les œuvres et pour défendre l’idée qu’Internet doit financer la culture, comme, en 1984 et 1985, un gouvernement mieux inspiré que le vôtre avait permis que la télévision finance le cinéma. Tel est le chemin qu’il faudrait emprunter. La proposition de contribution créative que nous avons défendue à maintes reprises dans cet hémicycle est maintenant soumise au débat public.

Madame la ministre, mes chers collègues, ce texte fait à notre société une violence insupportable. Il ne fait honneur ni à Beaumarchais, qui n’entendait pas opposer les artistes au public lorsqu’il défendait la conception française du droit d’auteur, ni au pays de grande tradition culturelle et humaniste qu’est la France. Je veux le dire ce matin à cette tribune : le mouvement pour l’abolition d’HADOPI commence aujourd’hui ! (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. Patrick Bloche. Très bien !

M. le président. La parole est à M. Jean-Pierre Brard, que j’invite à imiter M. Paul en respectant son temps de parole.

M. Jean-Pierre Brard. Monsieur le président, madame la ministre, monsieur le rapporteur, mes chers collègues, nous voici à nouveau réunis pour mettre la touche finale à cette usine à gaz, à cette absurdité législative dictée par les lobbies, qu’est la loi relative à la diffusion et à la création sur Internet.

Tout au long des débats, nous avons été cernés en quelque sorte par les sentinelles muettes, monsieur le rapporteur, et dédaignés par les intermittents de la séance, qui furent nombreux à droite… (Exclamations et rires sur les bancs du groupe UMP.)

M. Georges Mothron. Combien êtes-vous à gauche ?

M. Jean-Pierre Brard. Je ne parle pas de vous, mon cher collègue : vous êtes plutôt un « permittent », puisque vous êtes là ! Tout le monde ne peut pas en dire autant.

Nous voulons donc saluer tous les internautes, sentinelles particulièrement actives qui se sont adressées à nous tous. Vous avez reçu un certain nombre d’e-mails, monsieur le rapporteur, si je ne me trompe. (M. le rapporteur approuve.) Vous les avez lus, mais vous n’en avez malheureusement pas tenu compte : c’est dommage ! Le jeune parlementaire que vous êtes ne sait sans doute pas encore qu’il faut mieux écouter nos concitoyens. (Rires et exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. Georges Mothron. Oui, papa !

M. Arnaud Robinet. Ou plutôt papy !

M. Jean-Pierre Brard. Il pourrait être mon fils, c’est vrai…

M. Yves Albarello. Le pauvre !

M. Jean-Pierre Brard. …mais ce n’est pas du tout dans cet esprit que je m’adresse à lui : je lui dis simplement qu’il devrait profiter de l’expérience des parlementaires plus chevronnés !

M. Franck Riester, rapporteur. Je suis tout ouïe, monsieur Brard !

M. Jean-Pierre Brard. Monsieur Mothron, même dans les plaines de la Brie, dont le rapporteur est député, je vous assure que le vent apporte parfois le son de la voix, y compris de celle qui s’exprime par les urnes ! (Rires sur les bancs du groupe SRC.)

Mais revenons à notre sujet. Nous avons souligné encore et toujours l’absence de volonté gouvernementale de favoriser la création : rien dans ce texte ne concerne la rémunération des artistes, problème essentiel. Malgré nos propositions, l’histoire se répète, car vous légiférez toujours de la même manière : de même que la loi DADVSI n’a pas apporté un centime supplémentaire aux artistes et a échoué à endiguer le phénomène du téléchargement, le texte que vous allez voter – puisque son sort, au moins au moment où nous sommes, semble scellé – ne comporte aucune disposition novatrice permettant de diversifier les modes de financement de la création. Après la loi DADVSI, jugée inopportune par la plupart des professionnels, vous vous apprêtez à mettre en place une nouvelle loi d’exception qui subordonne les libertés publiques et la présomption d’innocence aux impératifs des industries du cinéma et du disque.

Je veux rappeler que nous avons été quelques-uns à ferrailler dans cet hémicycle contre les déclarations du Gouvernement. Nous nous sommes battus contre les constats de départ faussés qui ont motivé l’écriture de cette loi ; en effet, l’hypothèse du lien entre baisse des ventes et téléchargement ne repose sur aucun fondement sérieux ; mieux, des études ont montré que ceux qui téléchargent le plus sont aussi les plus grands consommateurs de biens culturels.

Nous nous sommes battus contre votre conception d’Internet, qu’il faut bien qualifier de réactionnaire et d’obsolète : les internautes qui partagent des fichiers ne sont pas des pirates, encore moins des criminels. Nous avons combattu l’arsenal répressif et inégalitaire du dispositif de la HADOPI : vous inversez la charge de la preuve, vous vous passez du juge, vous instituez une double peine, sinon pire.

Nous nous sommes élevés contre les absurdités techniques qu’impliquent la sécurisation des lignes et le dédain pour le logiciel libre : comment un simple citoyen réussirait-il là ou les professionnels ont échoué ?

Nous avons protesté contre le coût des moyens de contrôle que vous voulez instaurer – plusieurs dizaines de millions d’euros d’investissements compensés par l’État, donc par le contribuable, pour surmonter les obstacles techniques qui empêchent aujourd’hui d’appliquer votre texte sans rupture d’égalité entre citoyens devant la loi.

Enfin, nous nous sommes élevés contre les inexactitudes, les tâtonnements et les approximations qui font de ce projet de loi un texte inutile, inapplicable, coercitif à outrance et contraire au sens de l’histoire.

À l’origine, le droit d’auteur à la française, que vous prétendez défendre ici, a été conçu pour protéger les artistes contre les appétits des marchands.

M. Patrick Bloche. Absolument !

M. Jean-Pierre Brard. Or ce texte, sous couvert de défense des droits des auteurs et des droits voisins, accorde en réalité un blanc-seing aux appétits mercantiles des intermédiaires de l’industrie culturelle, au premier rang desquels se trouvent les majors de l’industrie du disque et les gros producteurs de cinéma – dont Pascal Nègre et Marin Karmitz.

M. Patrick Bloche. Un ami ! (Rires.)

M. Jean-Pierre Brard. Pas vraiment : nous ne nous parlons que dans les prétoires des tribunaux, mais, comme il a bien plus d’argent que moi, cela ne lui coûte pas grand-chose – par rapport à sa fortune, à peine l’épaisseur d’un trait ! Mais ce n’est pas l’objet de notre discussion.

Contrairement à ce que vous martelez pour justifier votre texte, ces industries se portent bien, mais restent arc-boutées sur des modèles économiques surannés et inadaptables, faute de volonté, aux nouveaux modes de diffusion de la culture. Vous faites donc peser sur tous les citoyens la menace d’une mort électronique par coupure de leur accès à Internet, qui peut pourtant constituer un outil de travail indispensable et un moyen d’accès à l’information, à la communication et à l’éducation – droit fondamental, je vous le rappelle, et réaffirmé à trois reprises par le Parlement européen.

Les autres pays qui se sont engagés dans cette voie ont fait machine arrière depuis. Permettez-moi de citer Brigitte Zypries, ministre allemande de la justice : « Je ne pense pas que [la riposte graduée] soit un schéma applicable à l’Allemagne ou même à l’Europe. Empêcher quelqu’un d’accéder à Internet me semble être une sanction complètement déraisonnable. Ce serait hautement problématique d’un point de vue à la fois constitutionnel et politique. Je suis sûre qu’une fois que les premières déconnexions se produiront en France, nous entendrons le tollé jusqu’à Berlin. » Selon les ministres suédoises Lena Adelsohn Liljeroth et Beatrice Ask, chargées respectivement de la culture et de la justice, « la proposition, contenue dans le rapport Renfors, d’autoriser et d’obliger les FAI à couper les abonnements à Internet des internautes dont la connexion a été utilisée de façon répétée pour violer le copyright a été fortement critiquée. Beaucoup ont noté que la coupure d’un abonnement à Internet est une sanction aux effets puissants qui pourrait avoir des répercussions graves dans une société où l’accès à Internet est un droit impératif pour l’intégration sociale. Le gouvernement [suédois] a donc décidé de ne pas suivre cette proposition. Les lois sur le copyright ne doivent pas être utilisées pour défendre de vieux modèles commerciaux ».

Mais vous, vous persistez dans une politique qui isolera la France du reste de l’Union européenne, qui ne fera que diviser les citoyens, qui opposera les artistes à leurs publics et la jeunesse au Gouvernement. Dans un contexte de fracture entre une partie de la population et le pouvoir politique, de crise, de baisse du pouvoir d’achat et de montée du chômage, vous soutenez des majors qui n’ont fait aucun effort pour baisser leurs prix ou pour diversifier leur offre et vous punissez des citoyens qui, à bon droit, partagent de la culture. Ce partage remonte pourtant à la nuit des temps : c’est ainsi que la culture se diffuse et s’enrichit !

Vous entendez punir des citoyens pour n’avoir pas su sécuriser leur ligne. Vous discréditez une fois de plus l’autorité de la justice indépendante en lui substituant une haute autorité. Vous renforcez encore et toujours les pouvoirs du Président, qui, après s’être arrogé le droit de nommer et de révoquer les présidents des chaînes publiques, pourra nommer, par l’intermédiaire du Gouvernement, celui de la HADOPI.

M. le président. Veuillez vous acheminer vers votre conclusion, monsieur Brard.

M. Jean-Pierre Brard. Madame la ministre, s’il me fallait résumer cette loi, je dirais qu’elle se borne à sanctionner plus pour obliger à consommer plus. Pour cette raison, nous nous y opposons farouchement et nous voterons contre, une fois de plus.

Permettez-moi d’exprimer enfin un regret, madame la ministre. Il est des domaines où vous avez su nous entendre : ainsi, vous défendez le cinéma d’art et d’essai, ce qui est tout à votre honneur. J’aurais donc aimé que, s’agissant d’Internet et du téléchargement, vous soyez sensible aux capacités d’innovation des nouvelles technologies, portées par la jeunesse, et qui nous permettent d’avoir une confiance absolue en l’avenir. Il est vrai, chers collègues de la majorité, que ce n’est pas d’avenir que vous êtes porteurs, mais d’un passé dont vous êtes les vestiges ! (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR et SRC. – Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. Philippe Gosselin. Le vôtre est assez chargé politiquement, monsieur Brard !

M. le président. La parole est à M. Jean Dionis du Séjour.

M. Jean Dionis du Séjour. Monsieur le président, madame la ministre, messieurs les rapporteurs, mes chers collègues, je tiens d’abord, et malgré nos désaccords, à remercier madame la ministre pour sa disponibilité et celle de son équipe. Les centristes saluent et remercient également les trois rapporteurs, avec une mention spéciale à Franck Riester, qui a toujours défendu les points de vue de notre Assemblée, notamment au sein d’une CMP qui restera de triste mémoire.

Comment permettre aux professionnels de la culture de vivre de leur création dans une société où Internet est devenu le canal de diffusion majeur ? Nous avions déjà essayé de répondre à cette question il y a trois ans, lors de l’examen de la loi DADVSI. Déjà, en 2006, nous cherchions à lutter contre l’ampleur du téléchargement illégal dans notre pays, qui semblait expliquer l’effondrement de certains marchés culturels – notamment celui du CD.

Si nous sommes réunis aujourd’hui, c’est bien que la loi DADVSI n’a pas été à la hauteur – pour le dire plus crûment, qu’elle a été d’une inefficacité flagrante.

C'est donc cette même question de la rémunération de la création à l’heure d’Internet qui a conduit à la signature, le 23 novembre 2007, des accords de l'Élysée. Fondés sur les conclusions du rapport de Denis Olivennes, ceux-ci constituent la colonne vertébrale du projet de loi.

Mais soyons clairs. Les centristes considèrent que la méthode privilégiée pour l'élaboration de ce texte était bonne. Ils se retrouvent également dans les principes fondateurs de la loi : une forte promotion de l'offre légale alliée à l'existence d'un volet dissuasif pour lutter contre le téléchargement illégal.

Notre ligne politique est restée la même depuis 2005 : nous considérons qu’il est indispensable d’élaborer une vision à long terme des modes de consommation des œuvres culturelles sur Internet tout en reconnaissant la nécessité de prendre des mesures pragmatiques de court terme pour diminuer le téléchargement illégal.

Nos critiques se concentrent donc sur l'insuffisance des dispositions destinées à favoriser l'offre légale des œuvres sur Internet. Nous sommes profondément convaincus que c'est le streaming, la diffusion de la musique en mode continu, qui fera reculer durablement le téléchargement illégal, et non la riposte graduée, tout utile qu’elle soit à court terme. Nous n'avons d’ailleurs cessé de dénoncer depuis 2005 la cherté de l'offre légale. Aucun effort majeur n'a été fait depuis trois ans pour faire baisser significativement les prix. Un jour, il faudra pourtant bien prendre en compte la spécificité des échanges numériques, caractérisés par un coût de reproduction quasi nul et la persistance d’une qualité intacte, copie après copie.

Les marchés d'avenir que sont le cinéma et la musique numériques ne pourront trouver leur modèle économique qu'en s'élargissant considérablement grâce à des baisses significatives de prix et en s'ouvrant enfin à de nouveaux modèles de consommation des œuvres comme l’abonnement ou le forfait.

Le groupe Nouveau Centre vous avait soumis un certain nombre d'amendements qui visaient non seulement à rendre l'offre légale plus attractive mais aussi à faire émerger ces nouveaux modèles de consommation des œuvres culturelles en ligne. On voit d’ailleurs déjà poindre les modèles économiques gagnants. Le spectacle vivant ne s'est jamais aussi bien porté et les systèmes de forfait et d'abonnement permettent aujourd'hui d'avoir accès à des catalogues en streaming toujours plus vastes, tout en permettant la rémunération des ayants droit.

Malheureusement, le texte final reste pauvre pour ce qui est de ce renouvellement du modèle économique de nos industries culturelles. Notre amendement permettant à la HADOPI de saisir l'Autorité de la concurrence a ouvert la possibilité de s'intéresser enfin au fonctionnement effectif de la concurrence dans l'industrie musicale et aux relations contractuelles entre les ayants droit et les diffuseurs, qui sont souvent déséquilibrées. Saisissez-vous donc de cet outil, madame la ministre et mesdames et messieurs les futurs membres de la HADOPI !

Le vent de la révolution numérique se lève mais, comme dit le poète, « il faut tenter de vivre ». À court terme, nous soutenons donc l'existence d'un volet répressif dans la loi.

La riposte graduée est, pour paraphraser bien humblement Churchill, la pire des solutions à l'exception de toutes les autres pour lutter contre un phénomène devenu comportement social de masse. Certes, ce dispositif a des limites : la détection et l'identification des contrevenants seront particulièrement difficiles, elles donneront lieu à de nombreux contentieux et les internautes les mieux renseignés trouveront des voies de contournement. Mais nous considérons, pour utiliser une expression triviale, que nous n’avons actuellement rien de mieux en magasin.

Je le dis à nos collègues de l'opposition : nous pouvons vous rejoindre sur des propositions à long terme, mais il nous semble trop facile de faire l'impasse sur le court terme.

C'est d'ailleurs pour cette raison qu’une majorité de députés du Nouveau Centre, à commencer par notre président François Sauvadet, soutient en majorité votre projet de loi, madame la ministre, tout en étant solidaire des nombreuses propositions d'amélioration que nous vous avons faites tout au long des débats.

M. Didier Mathus. Beau sophisme !

M. Jean Dionis du Séjour. Monsieur Mathus, chaque famille politique a ses tensions et ses contradictions. Mieux vaut rester discret sur ces questions : à chacun ses problèmes.

Mes collègues m'ont donc chargé de vous faire part, en l’absence de vote solennel, de leur soutien à cette version définitive de ce projet de loi.

Cela dit, à mesure que nos travaux avançaient, un nombre croissant de députés centristes se sont sentis mal à l'aise.

M. Jean-Pierre Brard. Vous n’êtes plus au centre, vous prenez la tangente !

M. Jean Dionis du Séjour. Plusieurs de mes collègues et moi-même continuons de penser que le choix de la coupure de l'accès à Internet comme sanction est entaché de sept péchés capitaux : premièrement, cette coupure sera vécue par une grande partie de nos concitoyens comme une agression symbolique contre l'art de vivre ensemble de notre époque ; deuxièmement, comme l’ont souligné nos collègues socialistes, elle sera longue à mettre en œuvre – elle ne sera sans doute pas effective avant 2011 – et sera source de contentieux ; troisièmement, elle sera coûteuse – 70 millions d'euros au bas mot ; quatrièmement, elle ne rapportera rien aux créateurs et aux artistes ; cinquièmement, elle sera une source de graves problèmes de sécurité du fait de la coupure de l’accès à la messagerie ; sixièmement, elle isole juridiquement la France ; septièmement, elle impose la constitution d'une liste noire d'internautes contrevenants, accessible à tous les opérateurs, condamnée par la CNIL et l'ARCEP.

Cela fait beaucoup !

M. Jean-Pierre Brard. Ce sont autant de péchés mortels !

M. Philippe Gosselin. J’aime beaucoup les références religieuses répétées de M. Brard !

M. Jean Dionis du Séjour. Nous qui sommes les héritiers de la démocratie chrétienne, nous les assumons !

Au risque de me répéter, je persiste à penser que l'amende avait une chance de s'enraciner comme une sanction proportionnée. La coupure, quant à elle, sera violemment rejetée par notre jeunesse et par les internautes dans leur ensemble : je prends date avec vous.

Je ne m'abstiendrai pas comme je l'avais prévu, madame la ministre : je voterai contre, après l'incroyable CMP à laquelle j'ai assisté avant-hier.

Qu’elle soit revenue sur un vote unanime de notre assemblée en rétablissant la double peine, alliant coupure et paiement de l’abonnement, heurte mes convictions démocrates. Car l'esprit de nos institutions est bien de laisser le dernier mot à l'Assemblée nationale.

Mme Martine Billard. Très bien !

M. Jean Dionis du Séjour. Que ce rétablissement ait été obtenu au prix d'une coalition improbable, composée de députés et de sénateurs UMP, soutenus par les sénateurs socialistes, …

M. Franck Riester, rapporteur. Et Nouveau Centre !

M. Jean Dionis du Séjour. …ne fait que renforcer notre opposition à cette mesure.

Enfin, que cette disposition, dérogatoire à l’article L.121-84 du code de la consommation, transforme votre texte en une loi d'exception, fragile constitutionnellement, suffit à la rendre inacceptable pour beaucoup d'entre nous.

Si jamais cette disposition échappait à la censure des sages du Palais-Royal – ce qui me paraît peu probable –, elle sera l'objet de contentieux incessants avec les internautes : jamais ils n'accepteront de payer pour un service suspendu !

Nous vous avons proposé la solution de l'amende, vous avez préféré vous en tenir à un produit d’un genre particulier et qui va devenir célèbre : le « pack luxe HADOPI », suspension plus amende !

Trop c'est trop, madame la ministre !

Malgré nos réserves sur la détection des contrevenants et sur l’article 5, nous étions prêts à voter en faveur de la riposte graduée.

Fort de mon expérience de rapporteur de la loi pour la confiance dans l'économie numérique, je vous avais mise en garde contre l'article 5 qui crée une insécurité juridique évidente et constitue une mesure d’exception. Vous avez préféré maintenir ces dispositions qui permettent au juge de déroger au principe de subsidiarité inscrit dans l'article 8 de la loi pour la confiance dans l’économie numérique. Ainsi possibilité lui est donnée d'ordonner directement des mesures de filtrage pour les contrevenants au code de la propriété intellectuelle alors que cette faculté avait été refusée pour les crimes identifiés comme odieux dans notre code pénal, lors de nos débats sur la LCEN.

Nous n’avions donc pas été entendus et, pourtant, j’étais prêt à m’abstenir. Mais la double peine a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. J'assume donc mon opposition finale à ce texte et déplore ce qui restera pour moi une occasion gâchée.

Madame la ministre, nous sommes un certain nombre à avoir assisté au naufrage législatif de la loi DADVSI. Au fur et à mesure que se durcissaient les débats sur la HADOPI, l'image d’un Titanic législatif s'est à nouveau imposée à nos esprits. Je finirai donc en vous souhaitant bonne chance et bonne route dans la direction de l'Atlantique Nord où vous aurez à éviter de nombreux icebergs dans la mise en œuvre de la HADOPI. Aujourd'hui, comme sur le Titanic, l'orchestre continue à jouer pour fêter l’adoption de la loi. Pour ma part, je choisis de rester à quai. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. le président. La parole est à M. Philippe Gosselin.

M. Philippe Gosselin. Monsieur le président, mes chers collègues, nous voici arrivés au terme de nos débats et je voudrais pour commencer saluer la constance de la ministre, …

M. Jean-Pierre Brard. Sur ce point, il y a consensus !

M. Philippe Gosselin. …qui, après une loi déjà difficile sur l’audiovisuel, a eu à défendre ce projet de loi. J’aimerais également saluer le travail des rapporteurs, en particulier l’apport remarquable de Franck Riester, qui, de surcroît, nous a permis de mieux découvrir Coulommiers. N’est-ce pas, monsieur Brard ?

M. Jean-Pierre Brard. Nous attendons la dégustation !

M. Philippe Gosselin. Certains ont un peu trop facilement opposé la droite à la gauche, les amoureux des artistes à ceux qui chercheraient à miner leurs intérêts, les jeunes aux moins jeunes. C’est oublier que nous aussi, nous aimons les artistes, que, nous aussi, nous sommes attachés au développement d’Internet, que, nous aussi, nous souhaitons le développement de l’économie numérique.

S’agissant des artistes, nous pourrons toujours nous renvoyer quelques listes à la figure. Je pense à la lettre ouverte récemment publiée dans Libération qui mêlait les signatures de Catherine Deneuve et de Victoria Abril…

M. Christian Paul. Quel mépris !

M. Philippe Gosselin. …à laquelle je pourrais opposer la liste des 10 000, regroupant de nombreuses personnalités parmi lesquelles Hubert-Félix Thiéfaine ou Bernard Lavilliers, qui ne passent pas pour être de fervents partisans de l’UMP.

Mais arrêtons plutôt d’instrumentaliser les artistes, le débat mérite mieux.

Selon certains, l’UMP ne ferait que soutenir les majors. Mais cet argument de la défense des faibles contre les gros, bien des fois avancé, me paraît facile. Il faut rappeler à cet égard que 99 % des entreprises du secteur de la musique et 95 % de celles du secteur du cinéma sont en fait des PME. Les majors, faute d’influencer nos débats par leur poids, sont sans doute l’arbre qui cache la forêt, ce qui explique qu’on les attaque si facilement.

En matière économique, certains avancent que les modèles en vigueur sont désuets et qu’ils doivent s’adapter. Sans doute, une adaptation est-elle nécessaire du fait du développement d’Internet et de l’économie numérique.

Reste que nul ne peut nier les difficultés des industries du disque qui ont subi une chute de 50 % de leur chiffre d’affaires depuis cinq ans et connu une baisse de 30 % de leurs effectifs. Les faits sont têtus.

Et que n’a-t-on entendu sur l’aspect liberticide de la HADOPI ! À cet égard, il me paraît bon de rappeler que de nombreuses garanties procédurales ont été apportées à son fonctionnement : les sanctions qu’elle peut prononcer, à l’instar d’autres autorités administratives indépendantes, sont soumises au contrôle du juge. De surcroît, la CNIL sera particulièrement vigilante s’agissant des fichiers qui pourraient être constitués et elle sera consultée pour les décrets d’application.

Il m’apparaît également important de revenir sur le caractère progressif du dispositif pédagogique mis en place. Il existe beaucoup d’étapes avant la coupure, à commencer par l’envoi d’un mail et l’envoi d’un recommandé en cas de récidive dans un délai de six mois.

Si je fais cette mise au point, c’est que de nombreuses dispositions de la loi ont été travesties jusqu’à la caricature.

M. Dionis du Séjour est allé jusqu’à évoquer un naufrage digne du Titanic à propos de la loi DADVSI. Il faut bien voir que ses dispositions continueront de s’appliquer pour ce qui est de la contrefaçon, avec des plafonds de 300 000 euros et de trois ans d’emprisonnement. Pour des faits que nous ne considérons en rien comme criminels, comme vous tentez de le laisser croire, c’est la loi HADOPI qui s’appliquera.

Il est faux de dire que nous chercherions à stigmatiser une partie de la population. Nous savons que certains se plaisent à colporter l’image d’une droite ringarde, ne comprenant rien à la jeunesse. Mais ils oublient d’abord que les internautes se trouvent aussi parmi les moins jeunes. Je connais nombre de quadragénaires, de quinquagénaires, voire d’octogénaires, qui pianotent allégrement et qui téléchargent en toute légalité. Cessons d’opposer une catégorie de la population à une autre.

Rappelons cependant que le téléchargement illégal constitue une forme de spoliation et donc de vol. C’est un peu la même chose que d’aller à la FNAC ou ailleurs voler un livre.

M. Patrick Bloche. Certains magasins FNAC ferment !

M. Philippe Gosselin. Il faut donc prendre conscience que le piratage constitue une forme de spoliation. Le téléchargement, quand il est illégal, doit être sanctionné, ce qui ne remet pas en cause la possibilité de gratuité – et un certain nombre de sites sont là pour en témoigner.

Ce processus pédagogique et progressif n’est pas attentatoire aux libertés fondamentales.

On nous a dit que l’Europe allait nous sanctionner et qu’elle nous regardait déjà d’un œil un peu curieux. Certains ont évoqué le rapport d’un député grec, mais ce n’est qu’un rapport. Quant à l’amendement n° 138, je rappelle qu’il n’a pas été retenu par le Parlement européen. Et quand bien même l’accès à Internet serait considéré dans quelques années comme un droit fondamental – comme d’ailleurs aurait dû l’être l’accès à l’eau à Istanbul –, il devrait toujours être concilié avec d’autres droits, d’autres libertés et nul ne pourrait l’invoquer pour violer ces autres droits et libertés. La liberté d’aller et de venir n’a jamais fait obstacle à des règles nécessaires à la sécurité des frontières. Et, vous le savez, la Cour de justice des communautés européennes, comme nos juridictions nationales, souligne que les droits doivent être conciliés. Du reste, le Conseil constitutionnel ne fait pas autre chose.

Tels sont les quelques éléments de réponse que je voulais vous donner pour essayer d’apaiser les craintes des uns et des autres.

En conclusion, je rappellerai que nous n’avons pas la prétention de régler de manière définitive la question du téléchargement. Les technologies évoluent, elles s’adaptent, parfois beaucoup plus vite que nous le faisons nous-mêmes. Le principe d’inadaptabilité ne me paraît pas sain. Et si l’on parle de continuité des services publics, on parle aussi de leur mutabilité. La loi doit aussi savoir s’adapter.

Sans doute le modèle économique va-t-il évoluer. À cet égard, je crois que le streaming, que l’on a beaucoup évoqué et qui est en plein essor, se développera encore fortement dans les années à venir.

J’attends aussi le développement substantiel des catalogues, de l’offre légale, qui doit être accessible, ce qui suppose que les prix baissent de façon importante.

Avec ce texte, nous avons un ensemble cohérent, à la fois pédagogique et progressif, respectueux des libertés quoi qu’on en dise, et qui a évité toute caricature. Parallèlement, nous attendons le développement de l’offre et la diminution des prix. Par ailleurs, j’espère, comme l’ensemble de mes collègues du groupe UMP, que la France gardera une longueur d’avance dans le développement d’Internet – notre pays compte plus de 18 millions d’internautes. Nous faisons partie des champions du monde, toutes proportions gardées. Le plan numérique 2012 est en train de se mettre en place. De nombreux départements, et je pense à celui de la Manche, ont pris une longueur d’avance. Mais il n’est pas question d’opposer les uns aux autres.

Le groupe UMP votera ce projet de loi qui nous paraît empreint de sagesse et de réalisme, tout en reconnaissant sa modestie. C’est le texte qu’il nous faut pour la situation présente. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. La parole est à M. Frédéric Lefebvre.

Il n’est pas là...

M. Christian Paul. Où est l’intermittent de la séance ?

M. Jean-Pierre Brard. À l’Élysée !

M. le président. La discussion générale est close.

La parole est à Mme Christine Albanel, ministre de la culture.

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Au terme de ce débat, je tiens à remercier à nouveau les rapporteurs...

M. Jean Dionis du Séjour. Ils le méritent !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. ...M. Franck Riester, M. Bernard Gérard et Mme Muriel Marland-Militello, qui ont fait un travail considérable et très fécond.

Je remercie également le président de la commission des lois, M. Warsmann, les membres du groupe UMP pour leur soutien ainsi que tous ceux qui ont animé ces débats de leur passion.

Cette loi très attendue a suscité une très grande mobilisation.

M. Christian Paul. C’est sûr !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Bien sûr, on pourrait citer les personnalités qui ont pu exprimer leur désaccord avec ce projet il y a quelques jours, mais on peut aussi parler des 10 000 signataires qui soutiennent cette loi,...

M. Patrick Bloche. Ils retirent leurs signatures !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Pas du tout !

...des vingt-sept cinéastes de premier plan qui se sont fortement engagés, notamment Bertrand Tavernier, ou encore des indépendants européens, réunis dans le groupe Impala – ils sont 4 000.

M. Christian Paul. C’est de la fumée !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Je le répète, cette loi est faite non seulement pour les majors mais aussi pour les indépendants, pour toutes ces PME de moins de vingt salariés qui sont touchées par le téléchargement illégal.

Nous sommes actuellement submergés de soutiens...

M. Christian Paul. Nous aussi !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. ...d’associations professionnelles de créateurs de tous les pays européens – on pourra les consulter en ligne.

Je rappellerai aussi que le très célèbre cinéaste Steven Soderbergh a évoqué notre loi devant le Congrès américain pas plus tard qu’hier. C'est la première fois, je crois, qu’un grand cinéaste américain mentionne notre projet de loi favorisant la protection de la création sur Internet, décrivant cette approche comme des plus prometteuses et soulignant que les cinéastes français avaient été aux avant-postes dans la défense de cette loi, ce qui me semble plutôt significatif.

Je veux aussi remercier le Parlement. Je pense que ce projet de loi a été enrichi par tous les débats. Il arrivait au terme d’un processus très particulier, puisqu’il s’agissait d’accords interprofessionnels, y compris avec les fournisseurs d’accès à Internet, ce qui a constitué une force. Finalement, toute une économie en deux parties avait été proposée : d’un côté le développement de l’offre légale, de l’autre un processus pédagogique, ce qui permettait d’aboutir à une loi équilibrée faisant la juste part à ces deux aspects.

Le Sénat et l’Assemblée nationale ont permis d’enrichir l’offre légale, avec la suppression des DRM et une chronologie des médias plus précise et plus attractive. C’est en luttant contre le piratage que l’on créera les conditions du développement de l’offre légale, et c’est ce qui se passe actuellement. Nous aimons tous Internet, mais nous souhaitons qu’il soit légal et civilisé.

Le Parlement a permis aussi de renforcer les garanties d’indépendance de la Haute Autorité et les garanties des abonnés avec la possibilité de dialoguer au stade de l’avertissement.

S’agissant du statut d’éditeur de presse en ligne et des droits d’auteur des journalistes, les états généraux de la presse ont eu lieu au début de l’année 2009. Grâce à votre assemblée, les éditeurs de presse en ligne peuvent désormais bénéficier des mêmes droits que les éditeurs de presse papier.

Je crois que la position retenue sur le droit d’auteur est bonne. J’avais cependant émis des réserves sur un amendement qui a été voté et qui dispose que la collaboration entre les journalistes et les éditeurs est réputée porter sur l’ensemble des supports. C’est en raison de ce seul point que les sénateurs socialistes se sont abstenus.

M. Patrick Bloche. Laissez-nous gérer nos affaires !

M. Christian Paul. Chacun chez soi !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Ils ont indiqué clairement ce matin qu’ils approuvaient la loi dans toutes ses intentions, à l’exception de ce point. J’ajoute que les sénateurs du groupe communiste et Verts se sont abstenus.

Nous sommes parvenus à une loi pédagogique et équilibrée que j’ai portée avec modestie parce que nous savons bien que ce secteur évolue beaucoup et qu’il faudra constamment adapter les choses. J’ai le sentiment que l’on crée, grâce à cette loi, un cadre juridique intéressant, mais aussi un cadre psychologique porteur du message selon lequel les créateurs, les artistes, les cinéastes, les musiciens ont le droit d’être rémunérés pour ce qu’il font. Il est important de dire à tous nos concitoyens, et notamment à tous les jeunes, que, s’il ne leur semble pas très grave de télécharger illégalement tel ou tel morceau de musique, cet acte n’est pas anodin puisqu’il produit des catastrophes en amont dans la profession.

En conclusion, ce texte équilibré représente un beau signal pour la culture et la création. Chaque jour, nous pouvons remarquer que ce texte est observé par nos partenaires européens et même outre-Atlantique, ce qui est très encourageant. Merci à tous d’avoir contribué à son élaboration. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Vote sur l'ensemble
M. le président. Je mets aux voix l'ensemble du projet de loi, compte tenu du texte de la commission mixte paritaire.

(L'ensemble du projet de loi est rejeté.)

(Mmes et MM. les députés du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche et du groupe de la Gauche démocrate et républicaine se lèvent et applaudissent.)

M. Nicolas Dupont-Aignan. Bravo !

18

Ordre du jour de la prochaine séance
M. le président. Prochaine séance, cet après-midi, à quinze heures :

Suite du projet de loi pour le développement économique des outre-mer.

La séance est levée.

(La séance est levée à treize heures quinze.)


Le Directeur du service du compte rendu de la séance
de l'Assemblée nationale,

Claude Azéma




Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 20:51

(verbatim)




Séance publique du 9 avril 2009 (1)
http://rakotoarison.over-blog.com/article-doc-41261245.html

Séance publique du 9 avril 2009 (2)
http://rakotoarison.over-blog.com/article-doc-41261319.html



http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009/20090221.asp


Assemblée nationale
XIIIe législature
Session ordinaire de 2008-2009

Compte rendu
intégral
Première séance du jeudi 9 avril 2009

Présidence de M. Alain Néri,
vice-président
M. le président. La séance est ouverte.

(La séance est ouverte à neuf heures trente.)

(...)

Suspension et reprise de la séance

M. le président. La séance est suspendue.

(La séance, suspendue à onze heures, est reprise à onze heures quinze.)

M. le président. La séance est reprise.

17

Protection de la création sur Internet
Discussion du texte de la commission mixte paritaire


M. le président. L’ordre du jour appelle la discussion du texte de la commission mixte paritaire sur les dispositions restant en discussion du projet de loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet (n° 1589).

M. le président. La parole est à M. le rapporteur de la commission mixte paritaire.

M. Franck Riester, rapporteur de la commission mixte paritaire. Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, nous voici arrivés à l’ultime étape de notre débat parlementaire sur le projet de loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet.

Je tiens à vous remercier une nouvelle fois, madame la ministre, ainsi que vos services, pour votre écoute toujours attentive. Ce débat majeur était attendu aussi bien par les acteurs de la création culturelle française, que par les fournisseurs de contenus et les entreprises de l’Internet.

Le texte proposé avait été, vous le savez, adopté sans opposition au Sénat. À l’Assemblée nationale, nos discussions ont été nettement plus passionnées et n’ont malheureusement pu déboucher sur le même consensus.

Je regrette sincèrement nos désaccords sur la lutte contre le téléchargement illégal. En effet, ce qui est en jeu, c’est bien la préservation de notre exception culturelle. C’est la diversité de la création française. Ce sont ces milliers d’emplois qui pouvaient être supprimés si nous ne faisions rien. Voilà, mes chers collègues, les défis qui nous étaient lancés !

Et pour les relever, je suis convaincu que nous avons fait le bon choix en instaurant une procédure bien plus adaptée que le dispositif pénal actuel, avec ses lourdes peines – jusqu’à 300 000 euros d’amende et trois ans de prison.

Au-delà des grandes différences dans le déroulement des débats et dans les votes sur lesquels ils ont débouché, la lecture par chaque Assemblée a donné lieu à de substantielles modifications du texte proposé. Au Sénat, 73 amendements et sous-amendements, dont 12 émanant de l’opposition, ont été adoptés. Dans notre Assemblée, les débats ont conduit à 1’adoption de 141 amendements et sous-amendements, dont 74 issus de la commission des lois et 15 de l’opposition.

À l’issue de ces deux lectures, seuls quatre articles avaient été votés conformes. Restaient ainsi en discussion 24 articles et deux suppressions d’article.

La commission mixte paritaire chargée de proposer un texte commun aux deux chambres sur ces dispositions restant en discussion est parvenue, mardi dernier, à un compromis que nous sommes appelés à avaliser aujourd’hui. L’art du compromis exige des concessions. C’est à ce prix, en effet, que la convergence des points de vue devient possible. Le texte adopté par la CMP n’échappe pas à la règle.

En définitive, deux suppressions de dispositions introduites par l’Assemblée nationale suscitent une déception de ma part.

Il s’agit, tout d’abord, du non-paiement de l’abonnement par les internautes dont l’accès à Internet a été interrompu sur décision de la HADOPI. Les sénateurs de la CMP se sont unanimement montrés réticents à cette perspective, de même que certains de nos collègues députés.

M. Marc Le Fur. Les sénateurs socialistes également !

M. Franck Riester, rapporteur. Pour ma part, je crains que le retour à la version du Sénat ne soit perçu comme une mesure injuste par ceux-là mêmes que le texte a vocation à convaincre d’évoluer vers des comportements plus vertueux , grâce à sa dimension pédagogique.

L’autre suppression qui m’inspire quelque regret concerne les dispositions introduites à l’initiative du président de notre commission des lois, et permettant à la commission de protection des droits de tenir compte de la mise à disposition légale effective sur Internet des œuvres ou objets protégés. Je crois que cette précision, qui répondait à une préoccupation largement partagée sur tous nos bancs, était juridiquement fondée et véritablement équitable. Les sénateurs, ainsi qu’une partie de nos collègues, n’ont malheureusement pas partagé ce sentiment.

M. Jean Dionis du Séjour. Très bien !

M. Marc Le Fur. Tous les sénateurs !

M. Franck Riester, rapporteur. Toutefois, ces deux modifications ne sauraient masquer les avancées majeures obtenues lors de la réunion de la CMP. Je me contenterai de citer les plus importantes, afin d’éclairer le vote de notre assemblée.

En premier lieu, la composition de la HADOPI a été modifiée afin de garantir au ministre chargé de la consommation la possibilité de désigner une personnalité qualifiée dans le collège, celle-ci étant appelée à représenter les consommateurs.

La CMP a accepté de revenir au principe de l’élection du président de cette autorité administrative indépendante.

Ces deux modifications répondent, je crois, à certaines préoccupations exprimées dans notre hémicycle – par l’opposition notamment.

La CMP a également supprimé l’amnistie des internautes qui se sont livrés à des téléchargements illicites d’œuvres protégées par le biais d’Internet. Comme je l’avais déjà indiqué lors de nos débats, outre qu’une telle disposition n’avait pas vocation à être codifiée au sein de règles de portée permanente, cette amnistie appelait des réserves rédhibitoires.

D’abord, son champ englobait non seulement les internautes qui avaient téléchargé illégalement des œuvres, mais également les contrefacteurs, qui font l’objet de la majorité des condamnations prononcées par l’autorité judiciaire.

Ensuite, elle liait les procédures administrative et pénale alors que celles-ci sont totalement distinctes et reposent sur des fondements juridiques et des faits générateurs différents.

Enfin, sa portée pratique n’était pas avérée dans la mesure où ne se trouvaient visées que les condamnations prononcées par l’autorité judiciaire sur le fondement des dispositions pénales relatives aux droits voisins, et non celles résultant de délits de contrefaçon de droits d’auteur, alors même qu’étaient censés en relever les seuls téléchargements d’œuvres et non d’objets protégés.

La CMP a aussi exclu toute référence aux moteurs de recherche dans le référencement des offres légales, en renvoyant à l’établissement d’un portail dédié.

Enfin, et c’est un point majeur, la CMP a conforté le nouveau régime de la chronologie des médias adopté par l’Assemblée nationale, en traitant également du cas de la SVoD. Je tiens à saluer la contribution très constructive de l’opposition de notre assemblée qui a su dépasser, sur ce point, sa posture critique dans l’intérêt des consommateurs de biens culturels. En effet, les sénateurs et certains députés de la CMP souhaitaient en revenir à des modulations déterminées par accord professionnel ou par la voie réglementaire. Même si elle partait d’une bonne intention, une telle démarche aurait conduit à pérenniser le blocage actuel des négociations avec les acteurs de la filière cinématographique alors même que le raccourcissement de la chronologie des médias constituait un point essentiel des accords de l’Élysée.

Je reste convaincu que la solution que nous préconisions avec un certain nombre de mes collègues, notamment Frédéric Lefebvre, et qui a finalement été retenue par la CMP, est la plus adaptée à une situation complexe qui ne pouvait rester en l’état. En effet, les films doivent être mis à disposition du public plus rapidement, que ce soit en format DVD ou sur Internet. N’oublions pas que ce projet de loi a aussi, et principalement, vocation à développer l’offre légale.

À l’adresse de tous ceux qui suivent avec attention nos travaux, j’indique donc solennellement que, sous réserve bien sûr du vote du texte qui nous est soumis, le Parlement a décidé un raccourcissement à quatre mois de la fenêtre de sortie des films en vidéo et VoD, assorti d’exceptions encadrées en fonction du succès en salles. C’est une avancée majeure. Je me réjouis que notre assemblée ait pu se retrouver sur cette question si fondamentale pour le développement de l’offre légale.

M. Jean Dionis du Séjour. Très bien !

M. Franck Riester, rapporteur. Pour le reste, la CMP a validé tous les articles additionnels introduits par notre Assemblée et apporté quelques modifications de forme ou de coordination.

Au total, le texte qui est soumis à notre vote définitif ce matin me semble correspondre parfaitement à l’esprit des accords de l’Élysée. Il respecte pleinement l’équilibre du projet du Gouvernement, et y apporte des améliorations significatives.

Il n’a certes pas la prétention de la perfection. Il a en revanche une ambition : accompagner les professionnels de la culture et de la création à l’heure des nouvelles technologies. Pour cela, nous devons nous appuyer sur deux piliers parfaitement complémentaires et en réalité indissociables.

Le premier, c’est donc le développement de l’offre légale sur Internet.

Le second, c’est un combat déterminé contre le pillage des œuvres. Parce que tout travail mérite une juste rémunération, et que les professionnels de la culture et de la création ont droit eux aussi au respect de cette valeur fondamentale. Et pour protéger les droits des créateurs, je le répète, nous avons fait le bon choix : celui du pragmatisme, en privilégiant la pédagogie plutôt que la sanction, en instaurant un dispositif moderne, adapté, équilibré qui aura vocation à dissuader plus qu’à punir.

Le texte de la CMP s’appuie sur ces deux piliers. Il répond à l’ambition affichée. Je vous invite donc, mes chers collègues, à le voter.

Exception d’irrecevabilité
M. le président. J’ai reçu de M. Jean-Marc Ayrault et des membres du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche une exception d’irrecevabilité déposée en application de l’article 91, alinéa 4, du règlement.

La parole est à M. Patrick Bloche.

M. Patrick Bloche. Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, au terme de ce débat, nous ne pouvons que regretter que le texte issu de la commission mixte paritaire que nous examinons aujourd’hui n’ait pris en compte aucun des arguments forts que nous avons développés dans cet hémicycle durant plus de quarante heures. Pire, la CMP n’aura fait que revenir en arrière sur les maigres avancées que nous avions pu obtenir. Ainsi, elle a rétabli la triple peine : sanction pénale, sanction administrative et sanction financière résultant de l’obligation faite à l’internaute de payer son abonnement une fois son accès à Internet coupé.

M. Jean Dionis du Séjour. Eh oui !

M. Patrick Bloche. Ainsi encore, elle a supprimé l’amnistie des sanctions prises à l’encontre des internautes en vertu des dispositions de la loi dite DADVSI. C’était pourtant un excellent amendement de notre collègue Alain Suguenot. Comme l’a si bien résumé notre collègue Christian Paul en CMP, les faucons l’ont emporté sur les colombes.

Nous l’avons dit, nous le répétons ce matin encore, ce projet de loi est plus que jamais un pari perdu d’avance. On ne fait jamais de bonne loi en confrontant nos concitoyens les uns aux autres, en l’occurrence avec ce texte, en opposant les créateurs aux internautes, c’est-à-dire les artistes à leur public.

Ce texte est inutile à plusieurs titres : il est d’ores et déjà dépassé. Il vise ainsi à réprimer le téléchargement et l’échange de fichiers au moment même où le streaming est en plein essor. Il est coûteux, il est inefficace car contournable ; il est techniquement très difficile à mettre en œuvre ; il est risqué pour nos concitoyens tant il comporte d’aléas et d’incertitudes juridiques.

Son fondement même, limité à la seule lutte contre le piratage, est récusable, tant la question se situe en réalité ailleurs et réside fondamentalement dans le fait de savoir comment adapter le droit d’auteur à l’ère numérique.

Il y a trois ans, le Gouvernement certifiait déjà que le simple fait d’adopter la loi dite DADVSI allait mettre fin aux téléchargements illégaux, que tous les internautes allaient massivement basculer vers les offres légales et qu’il était en soi totalement inutile de prévoir une rémunération nouvelle pour les créateurs. Depuis trois ans, les auteurs n’ont touché aucune rémunération complémentaire. Et ce sera encore le cas dans les années qui viennent puisque ce débat est une nouvelle occasion manquée.

Malheureusement, aujourd’hui encore, le Gouvernement ignore toute approche alternative, qui pourrait être fondée sur la reconnaissance des échanges non lucratifs entre individus en contrepartie du paiement d’une contribution forfaitaire par les abonnés au haut-débit. Nous avons proposé l’instauration d’une contribution créative pour ouvrir un débat que vous avez aussitôt refermé.

J’espère que nous serons entendus au moins au-delà de cet hémicycle, et je signale, pour m’en réjouir, la tribune parue, mardi 7 avril, dans Libération, co-signée par des réalisateurs, des acteurs et des producteurs de cinéma qui, ensemble, constatent que « l’heure est à la réinvention et à l’émerveillement, et non pas à l’instauration d’un énième dispositif répressif ».

M. Christian Paul. Excellent texte !

M. Patrick Bloche. Dispositif dont ils ont compris tous les ressorts en résumant fort justement votre loi à l’instauration « d’un mécanisme de sanctions à la constitutionnalité douteuse et au fonctionnement fumeux. »

M. Christian Paul. Constitutionnalité très douteuse, en effet !

M. Patrick Bloche. Les artistes, madame la ministre, seront amers quand ils constateront que votre texte n’était qu’un leurre, tout comme sont déjà amers les artistes qui découvrent progressivement que leur nom figure dans la liste des signataires de la pétition « J’aime les artistes » sans qu’ils aient donné leur autorisation. Car il y a un pas entre demander aux auteurs de confirmer leur attachement au droit d’auteur et en déduire qu’ils soutiennent le dispositif que vous créez !

M. Christian Paul. Bien sûr !

M. Patrick Bloche. Ce pas, vous l’avez franchi, dans la précipitation, gourmande que vous étiez d’afficher 10 000 noms d’artistes, et vous l’avez fait sans état d’âme et avec toute la légèreté qui vous a caractérisée dans ce débat.

M. Franck Riester, rapporteur. Oh !

M. Patrick Bloche. Déjà, les langues se délient. Laurent Petitgirard, président de la SACEM, déclare après avoir enfin concédé que votre dispositif ne réglera pas la question : « A titre personnel, ce qui n’engage donc pas la SACEM, je pense que nous arriverons à une nouvelle forme de licence où les utilisateurs, moyennant une majoration de leur abonnement à laquelle aura participé le fournisseur d’accès, auront accès à des fichiers fournis par l’ensemble des producteurs avec des fichiers sains et normés, assurant une parfaite traçabilité des ayants droit ». La SACEM est déjà dans l’après, comme bien d’autres ; les artistes, eux, ne s’y sont pas préparés en suivant vos nobles recommandations et risquent ainsi de subir cette transition plutôt que d’en être les acteurs vigilants.

Vous auriez dû vous préoccuper de cela, madame la ministre, plutôt que de créer un Meccano hasardeux et inefficace qui ne leur sera d’aucun secours mais qui, par contre, suspend une véritable épée de Damoclès au-dessus de la tête de nos concitoyens.

La CNIL, l’ARCEP, l’INRIA, l’ACSEL, la FFT, la Commission européenne, le Parlement européen, le CGTI, et j’en oublie : tous, pour une raison ou pour une autre, ont relevé les innombrables problèmes que pose votre texte. Et pour cause !

Je tiens à rappeler, en préalable, que ce projet de loi ne pourra techniquement être mis en œuvre dès qu’il sera voté. Vous le savez, selon l’ARCEP, pour 2,5 à 3 millions de foyers situés dans des zones non dégroupées, il n’est pas possible aujourd’hui de couper l’abonnement Internet sans interrompre en même temps la connexion au téléphone et à la télévision de ceux qui ont choisi une offre triple play. Les plus gros opérateurs pensent pouvoir lever ces obstacles techniques en y consacrant plusieurs millions d’euros, dans un délai de 18 mois minimum.

Malgré nos demandes répétées, nous n’avons d’ailleurs, à cette heure, toujours pas de réponse à une question simple : qui prendra en charge les coûts d’investissement nécessaires pour adapter les réseaux aux exigences de la loi ? Ils sont estimés par le rapport du CGTI – organisme qui dépend de Bercy – à « un montant minimal » de 70 millions d’euros sur trois ans.

Or le Conseil constitutionnel a clairement posé dans une décision du 18 décembre 2000 que, « s’il est loisible au législateur, dans le respect des libertés constitutionnellement garanties, d’imposer aux opérateurs de réseaux de télécommunication de mettre en place et de faire fonctionner les dispositifs techniques permettant les interceptions justifiées par les nécessités de la sécurité publique, le concours ainsi apporté à la sauvegarde de l’ordre public, dans l’intérêt général de la population, est étranger à l’exploitation des réseaux de télécommunication ; que les dépenses en résultant ne sauraient dès lors, en raison de leur nature, incomber directement aux opérateurs. »

Les dispositions de votre texte correspondent totalement à ce cas de figure. C’est d’autant plus ennuyeux que vous n’avez budgété pour 2009 que 6,7 millions !

Vous nous brandissez en réponse les accords dits « historiques » de l'Élysée, qui non seulement sont largement contestés aujourd'hui mais qui, de surcroît, n'ont pas, j'en suis désolé pour vous, valeur constitutionnelle.

Je ne reviendrai naturellement pas sur tous les arguments que nous avons développés en séance, mais, puisque je défends ici l'exception d'irrecevabilité, je ne puis tout de même faire autrement que vous mettre en garde une dernière fois, madame la ministre, contre les conséquences funestes de votre texte.

Nous rappelons notre inquiétude de voir confier la prise de sanction que constitue la suspension d'un abonnement à Internet à une autorité administrative. La compétence exclusive du juge pour toute mesure visant la protection ou la restriction de libertés individuelles est un principe rappelé à maintes reprises par le Conseil constitutionnel. S'agissant de mesures entraînant une restriction des libertés individuelles pour se connecter à l'Internet, de plus en plus indispensable à la vie quotidienne de chacun, celles-ci sont suffisamment sensibles pour que le prononcé vienne du juge et non d'une autorité administrative.

En persistant dans la voie que vous avez choisie, vous êtes en décalage avec le contexte européen. Je vous rappelle l'adoption par 573 voix contre 74 – soit par 88 % des suffrages – de l'amendement n° 138 présenté par Guy Bono et Daniel Cohn-Bendit et visant à ce qu'aucune restriction aux droits fondamentaux et aux libertés des utilisateurs de services de communication au public en ligne ne puisse être imposée sans une décision préalable de l'autorité judiciaire ; je rappelle l'adoption du rapport Lambrinidis, qui reconnaît l’accès à Internet comme un droit fondamental, tout particulièrement dans l'accès à l'éducation ; je rappelle les avis successifs de la Commission européenne, qui reste très réticente à l'idée de laisser à un organe administratif un tel pouvoir de suspension, en soulignant très justement que « la réalité de l'utilisation actuelle d'Internet dépasse largement l'accès aux contenus ».

Au-delà, je regrette vivement que nous n'ayons pas, en plus de quarante heures, obtenu de réponses précises aux très nombreuses questions que nous avons posées. Non seulement le texte demeure flou et imprécis mais, de surcroît, les débats n'auront pas permis d'éclairer le silence de la loi.

Quelles sociétés vont être ainsi chargées de la collecte des adresses IP incriminées, préalable à la saisine de la HADOPI, et avec quelles garanties techniques ? Silence. Quels seront les moyens de sécurisation prétendument absolue que la HADOPI sera amenée à labelliser ? Selon quels critères ce label sera-t-il accordé ? Silence. Quand, aujourd'hui, nombre d'entreprises emploient à plein temps des experts pour sécuriser leur réseau sans obtenir pour autant une sécurité totale, supposer que l'ensemble des particuliers y parviendra est absurde.

Selon quels critères la HADOPI va-t-elle ou non envoyer un mail d'avertissement, puis une recommandation ? Selon quels critères choisira-t-elle entre la sanction et l'injonction ? Selon quels critères proposera-t-elle une transaction plutôt qu'une sanction ? Nous ne le savons toujours pas. Vous nous appelez, madame la ministre, à faire confiance à la Haute Autorité qui, seule, décidera de ces critères, arbitrairement et de manière aléatoire, faute ne serait-ce que d’un cadre préalablement défini par le législateur. Ce n'est pas acceptable et c’est surtout contraire au principe d'égalité des citoyens devant la loi.

Par ailleurs, sur des points essentiels et relevant de notre compétence, le texte renvoie à des décrets. Ainsi, c'est par décret que seront déterminées les conditions dans lesquelles les sanctions pourront faire l'objet d'un sursis à exécution mais aussi la procédure de labellisation des outils techniques censés sécuriser nos ordinateurs, base même du nouveau délit – créé par cette loi – de « manquement à l'obligation de surveillance » qui, soit dit au passage, ne répond en rien aux exigences posées par le Conseil constitutionnel d'une « définition claire et précise » des infractions. C'est encore par décret que devront être définies les règles applicables à la procédure et à l'instruction des dossiers devant le collège de la commission de protection des droits de la Haute Autorité.

Nous ne pouvons décemment pas dire que nous avons légiféré, chers collègues ! En effet, le silence de cette loi est porteur en l'occurrence de trop de menaces et d'incertitudes – oserai-je dire de dissimulations ? Vous avez essayé, madame la ministre, de nous rassurer, notamment au moment où nous débattions du grave problème posé par votre choix de couper l'accès à Internet à nombre de nos concitoyens, en nous expliquant que les sanctions seraient prises après réflexion, discussions, mails, lettres et échanges téléphoniques avec les internautes – c'est en tout cas la maigre justification trouvée pour conserver toutes leurs coordonnées téléphoniques dans les fichiers ; bref, vous nous avez assuré que vous feriez du cas par cas.

Sauf que, dans le même temps, vous nous avez répété, ô combien de fois, vos objectifs. Je vous cite : « Nous partons d'une hypothèse de fonctionnement de 10 000 courriels d'avertissement par jour, 3 000 lettres recommandées par jour et 1 000 décisions de suspension par jour ». Ce dispositif est donc bien un dispositif de masse et, comme vous l'avez dit en séance le 30 mars : « bien sûr, le système sera complètement automatisé ». Automatisation et examen au cas par cas ne vont pas ensemble, madame la ministre, c'est le moins que l'on puisse dire !

Nous n'avions d'ailleurs pas besoin de cette confirmation d’une procédure automatique pour savoir qu'il n'y aura pas de cas par cas. Le simple fait que sept « petites mains », comme vous les appelez, madame la ministre, et sept seulement seront affectées à la HADOPI, montre bien à quel point elle ne pourra faire dans la dentelle. Et cela, sans compter les autres missions qui lui ont été confiées au passage : un rapport annuel sur le développement de l'offre légale, ou encore et ce n'est pas rien, une labellisation des sites d'offres légales sur Internet.

Dès lors et compte tenu du fait que, technologiquement parlant, le risque d'erreur est grand, ce dispositif en devient, après nos débats, d'autant plus dangereux. En effet, le caractère manifestement disproportionné de la sanction encourue par les internautes est aggravé par le fait que ces derniers ne pourront bénéficier des garanties procédurales habituelles. Absence de procédure contradictoire, non-prise en compte de la présomption d'innocence, non-respect du principe de l'imputabilité, possibilité de cumuler sanction administrative, sanction pénale et sanction financière sont, nous le rappelons avec force aujourd'hui, autant d'éléments d'irrecevabilité.

D'abord parce que cette loi met en place une présomption de responsabilité – pour ne pas dire de culpabilité – de l'internaute. Ensuite parce que le choix fait par le Gouvernement de faire peser la charge de la preuve sur l'internaute, combiné à l'absence de droit de recours effectif de la part des titulaires de l'accès recevant des messages d'avertissement par voie électronique, ignore ce qu'on appelle tout simplement le droit à une procédure équitable et les droits de la défense.

Or, dans ce texte, les avertissements ou les recommandations ne sont pas de simples rappels de la loi ou d'innocentes mesures pédagogiques comme vous essayez de nous le faire croire. Le mail d'avertissement est en lui-même une étape qui amène à la sanction future. Il devrait donc, au minimum, pouvoir faire l'objet d'une contestation par l'internaute.

Nous avons défendu nombre d'amendements visant, dans la mesure du possible, à limiter sensiblement les effets néfastes de ce texte, ne serait-ce qu'au regard de notre droit. Las, nous n'avons entendu durant des heures que « défavorable », « défavorable », « défavorable »…

Un exemple, qui concerne le téléchargement illégal via des réseaux publics. Vous répétez à l'envi, madame la ministre, qu'il n'est en aucun cas prévu de suspendre les connexions Internet des collectivités territoriales et des entreprises, et pourtant, suite au rejet de notre amendement proposant de l'écrire plutôt que de le dire, aucune stipulation de cet ordre n'apparaît dans le texte.

Rejet aussi de nos amendements proposant que les dispositions de la loi DADVSI soient abrogées. Vous avez présenté, madame la ministre, votre texte comme un dispositif « essentiellement pédagogique qui a vocation, en pratique, à se substituer aux poursuites pénales actuellement encourues par les internautes qui portent atteinte aux droits des créateurs ».

Et pourtant, le fait est qu'il s'agit bel et bien par cette loi d'établir un double régime de sanctions pour le même délit, avec la circonstance aggravante que le choix de requérir l'une ou l'autre ou les deux dépendra des seuls représentants des ayant droit qui pourront en faire l'usage qu'ils voudront. Rien dans la loi, en effet, ne s’oppose à ce qu'un procès en contrefaçon s'ajoute à la riposte dite graduée. La CNIL s'en était d'ailleurs émue en relevant le pouvoir exorbitant donné aux ayant droit, qui auront le choix, pour qualifier juridiquement les faits, entre le manquement, associé à une sanction administrative, et le délit de contrefaçon, associé à une sanction pénale.

Pire : à cette double peine, vous vous êtes entêtée à en ajouter une troisième – ultime provocation –, en obligeant les internautes à continuer de payer leur abonnement à Internet une fois leur service coupé !

M. Franck Riester, rapporteur. Les sénateurs socialistes l’ont accepté !

M. Patrick Bloche. Les sénateurs socialistes se sont abstenus sur ce texte à l’issue de la CMP, témoignant ainsi qu’ils avaient pris en compte les arguments développés à l’Assemblée nationale.

M. Christian Paul. Ils ont réfléchi !

M. Patrick Bloche. L'Assemblée avait fort justement chassé par la porte cette disposition, mais il a fallu que vous la fassiez revenir par la fenêtre, en CMP, et naturellement, dans ce cadre plus feutré, elle a été retenue.

Nous ne nous satisfaisons pas, madame la ministre, d'avoir eu raison il y a trois ans. Nous ne nous satisfaisons pas de devoir à nouveau nous opposer à un texte qui s'inscrit dans la droite ligne de la loi DADVSI. Nous ne nous satisfaisons pas de devoir, dans un an, peut-être deux, faire le même et triste constat : les artistes n'auront pas touché un euro de plus, le contribuable aura financé cette gabegie et vous ou votre successeur n'oserez même pas faire le bilan d'une loi aussi inefficace qu'inutile. Pour toutes ces raisons, je vous invite, chers collègues, à voter cette exception d'irrecevabilité. Elle illustre ce que seront les fondements de notre recours devant le Conseil constitutionnel.

M. le président. Nous en venons aux explications de vote.

La parole est à M. Jean Dionis du Séjour, pour le groupe Nouveau Centre.

M. Jean Dionis du Séjour. L’exception d’irrecevabilité vise à démontrer, me semble-t-il, l’irrecevabilité d’un texte au regard de la Constitution ; or ce projet de loi est, en effet, constitutionnellement fragile sur plusieurs points. Il l’est notamment sur la question de la double peine que constitue le cumul de la suspension de l’accès à Internet et du maintien du paiement de l’abonnement. Sur ce point, la loi est dérogatoire par rapport au code de la consommation, et il est probable – mais n’étant pas expert en constitutionnalité, je le dis avec prudence – que le Conseil constitutionnel sanctionnera ici une loi d’exception.

Le groupe Nouveau Centre a également souligné les faiblesses que comportait l’article 5, qui déroge, lui, à la loi pour la confiance dans l’économie numérique et au principe de subsidiarité qu’elle pose en matière de pouvoirs donnés au juge pour faire cesser les délits touchant à la propriété intellectuelle.

Concernant ces deux points, nous alertons une dernière fois le Gouvernement sur la faiblesse juridique des choix qu’il a faits. Cela étant, nous avons eu un débat démocratique et notre rapporteur Franck Riester a défendu les choix de notre assemblée. Même si celle-ci, qui a abouti à radicaliser certains aspects du texte, nous laisse quelque peu amers, nos procédures ont été respectées.

C’est désormais au Conseil constitutionnel de se prononcer. Le groupe Nouveau Centre ne votera donc pas cette exception d’irrecevabilité ; il attend avec sérénité la décision du Conseil.

M. le président. La parole est à M. Frédéric Lefebvre, pour le groupe UMP.

M. Frédéric Lefebvre. Le groupe UMP ne votera pas non plus cette exception d’irrecevabilité, ce qui n’est pas une surprise. Nous nous félicitons en effet de l’équilibre auquel nous sommes parvenus sur ce texte, et je rappelle ici à Jean Dionis du Séjour que les positions de l’Assemblée nationale sur la chronologie des médias et sur l’offre légale ont été adoptées par la CMP.

M. Jean Dionis du Séjour. C’est vrai.

 

M. Frédéric Lefebvre. Le projet de loi comporte deux avancées importantes. Il combine en effet de manière équilibrée la prévention et la sanction – l’une n’allant pas sans l’autre – contre le piratage et permet le développement de l’offre légale, notamment grâce aux mesures votées au Sénat sur la musique et les DRM. Je me félicite que, sur ce point, nous soyons parvenus à l’Assemblée à un accord unanime et que nous ayons réussi à faire valoir notre position en CMP.

Ce texte envoie donc un signal fort aux illégaux, que certains défendent ici, ce qui n’est pas le cas des sénateurs socialistes qui ont voté les dispositifs les plus fermes contre les contrevenants.

Il est évidemment essentiel, sur un texte aussi important, que nous prenions la défense de l’exception culturelle et de la création, mais également celle des acteurs légaux du net. Ceux-ci le comprennent bien, comme on a pu le vérifier à l’occasion d’un dîner auquel le rapporteur participait il y a quelques jours en présence de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État chargée de ces questions.

M. Christian Paul. Pourquoi n’est-elle pas ici ce matin ?

M. Patrick Bloche. C’est la muette du sérail gouvernemental !

M. Frédéric Lefebvre. Celle-ci va travailler dans les prochaines semaines,…

M. Christian Paul. Vous êtes son conseiller parlementaire ?

M. Frédéric Lefebvre. …parce que l’après-HADOPI impliquera, pour nous tous, d’œuvrer à la constitution d’un environnement économique permettant aux acteurs légaux du net – ceux que vous ne défendez pas, chers collègues socialistes, puisque vous défendez les illégaux – de développer l’offre légale, ce qui sera évidemment dans l’intérêt de l’ensemble des internautes, jeunes ou moins jeunes.

M. Franck Riester, rapporteur. Tout à fait !

M. Frédéric Lefebvre. Je le précise parce que certains passent leur temps à opposer les jeunes et les moins jeunes, alors que les internautes, ce sont autant les uns que les autres.

L’équilibre auquel nous sommes parvenus est dans l’intérêt d’Internet, dans l’intérêt de la création, et c’est d’ailleurs pour cela que ce texte porte bien son nom.

M. le président. La parole est à M. François Brottes, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

M. François Brottes. J’observe que notre collègue Lefebvre, comme d’habitude, est le champion de la loi d’après. Il sait bien que chaque fois que nous votons un texte ici, il n’est pas bon. Il nous renvoie donc au texte suivant, qui sera meilleur, semble-t-il.

M. Frédéric Lefebvre. Vous entendez des voix, monsieur Brottes.

M. François Brottes. Nous en prenons note. Là n’est pas le sujet.

Quand on aime les artistes, monsieur Lefebvre, madame la ministre, on baisse la TVA sur le disque, sur le DVD, sur le téléchargement. Pourquoi, sur le téléchargement légal, l’État prendrait-il près de 19 centimes alors que les artistes, auteurs et compositeurs, ne reçoivent que 4 centimes ? Arrêtons donc la démagogie ! Nous savons bien que nous sommes aujourd’hui à la fin d’un cycle, à la fin d’une époque, et que les nouvelles pratiques culturelles nous obligent, les uns et les autres, à sortir de nos cathédrales de certitudes.

Et en tout état de cause, malheureusement, je vais le dire avec une certaine brutalité, nous sommes au début d’une arnaque, d’une injustice. En semant la terreur pour les uns, et la peur pour les autres, on n’apporte pas la solution durable à laquelle tout le monde, je crois, demeure attaché.

M. Marc Le Fur. Il faut le dire aux sénateurs socialistes !

M. François Brottes. Notre proposition de contribution créative commence à entrer dans les esprits,…

M. Frédéric Lefebvre. Pas dans l’esprit des sénateurs socialistes, en tout cas.

M. François Brottes. …parce que chacun a bien compris qu’elle était la solution durable. Et nous avons été constructifs, tout au long de ce débat, comme Patrick Bloche vient de l’être avec beaucoup de brio. Il a expliqué dans le détail, avec beaucoup de subtilité et de finesse, à quel point ce texte était irrecevable.

Je regrette d’ailleurs que Jean Dionis du Séjour, qui partage ce point de vue, n’ose pas aller jusqu’à voter cette motion. Je suis persuadé que, compte tenu de la démonstration qui vient d’être faite, et de celle qui a pu être faite par M. Dionis du Séjour et par d’autres collègues siégeant sur les bancs de l’UMP, le Conseil constitutionnel saura trouver toutes les injustices, toutes les inégalités fondamentales qui sont contenues dans ce texte.

Celui-ci ne marchera pas. Outre qu’il instaure la triple peine, il comporte énormément d’excès, qui frisent la caricature…

M. Frédéric Lefebvre. Ce sont vos excès qui frisent la caricature, monsieur Brottes.

M. François Brottes. …et sèment des leurres parmi les artistes. À nous de faire en sorte que les consciences s’éveillent.

Ce texte n’étant pas la réponse, il faut que le Conseil constitutionnel en déclare l’irrecevabilité, de façon que nous nous mettions au travail afin d’apporter une vraie solution, qui soit constructive et contribue au mieux à une création artistique respectée, écoutée et foisonnante. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. le président. La parole est à Mme Martine Billard, pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine.

Mme Martine Billard. Le groupe GDR votera cette exception d’irrecevabilité, parce que, comme l’a très élégamment dit notre collègue du Nouveau Centre, ce texte est « fragile » du point de vue constitutionnel. Il comporte de nombreuses atteintes à l’égalité devant la loi. Nous le démontrerons dans le recours que nous soumettrons au Conseil constitutionnel.

Et puis, vous êtes toujours en retard sur les réalités. Mais je vois que notre collègue Lefebvre, l’intermittent des séances, est une fois de plus parti. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.) C’est toujours comme ça !

Le problème, c’est que vous en êtes encore au téléchargement. Je note d’abord que notre collègue Lefebvre nous dit que certains défendent « les illégaux ». Je ne savais pas qu’il y avait des personnes illégales. Il y a des actes illégaux, mais les personnes, qu’elles en commettent ou pas, ne sont pas illégales.

M. Frédéric Lefebvre. Il y a des entreprises illégales.

M. Christian Paul. Vous diabolisez l’adversaire, monsieur Lefebvre. C’est votre méthode, on vous connaît.

Mme Martine Billard. Le problème, c’est que ce qui se développe beaucoup aujourd’hui, c’est l’écoute en ligne. Et celle-ci est gratuite. Vous tentez d’opposer constamment l’offre payante et la gratuité, mais ce modèle commence à être quelque peu dépassé. Les choses sont un peu plus complexes que cette opposition primaire. Mais il est vrai que M. Lefebvre, à ce qu’il m’a semblé, a un problème avec le streaming. Il essaierait bien de le remettre en cause.

M. Christian Paul. Il a un problème avec la modernité !

M. Frédéric Lefebvre. J’utilise beaucoup le streaming. Avec Deezer, notamment, le streaming est légal.

Mme Martine Billard. Quant aux jeunes et aux moins jeunes, monsieur Lefebvre, ce n’est pas nous qui avons tenté de les opposer, c’est Mme la ministre. Hier encore, dans sa réponse à un collègue socialiste, elle accusait l’opposition de faire du « jeunisme ».

M. Frédéric Lefebvre. J’aurais plutôt parlé d’infantilisme.

Mme Martine Billard. Un certain nombre de contrevérités sont constamment martelées, ce qui n’en fait pas des vérités. Ainsi, les sénateurs communistes ont voté contre ce texte et les sénateurs Verts se sont abstenus, après avoir hésité entre le vote contre et l’abstention. Mais aujourd’hui, étant donné les modifications apportées par la CMP, il n’y aura pas de désaccord entre nous.

M. Frédéric Lefebvre. Et les sénateurs socialistes ?

Mme Martine Billard. Ce texte pose un problème de rupture d’égalité devant la loi, et à de nombreuses reprises. Ainsi, certains pourront être sanctionnés par la coupure de leur connexion, d’autres non, et selon des critères qui ne nous ont jamais été exposés. On pourra, en outre, être poursuivi au titre de deux lois, la loi DADVSI et la loi HADOPI. Et contrairement à ce qui a été dit et répété, le recours à la loi DADVSI n’a pas été limité aux seuls internautes qui auraient téléchargé et fait commerce de ces téléchargements de manière illicite.

Quant aux fournisseurs d’accès à Internet, ils ne sont pas du tout prêts, et ils l’ont dit après la première lecture et le vote de ce projet de loi par l’Assemblée nationale, à prendre en charge le coût qu’implique l’application de cette loi. Ils font remarquer que le coût d’une mission d’intérêt général ne doit pas incomber aux opérateurs mais, selon la décision du Conseil constitutionnel du 28 décembre 2000, au budget de l’État. Cela signifie, d’ailleurs, que le budget de la culture sera diminué des 70 à 100 millions d’euros nécessaires aux modifications techniques auxquelles devront procéder les fournisseurs d’accès. Non seulement il faudra que toutes les offres triple play puissent, dans l’avenir, être dégroupées, de manière à ne couper que la connexion Internet, mais même en ce qui concerne les offres triple play actuelles, il faudra faire en sorte que la coupure du canal Internet n’ait pas de conséquence sur les deux autres canaux.

Cette loi ne pourra donc pas être applicable techniquement avant un an ou dix-huit mois, si tant est qu’elle puisse l’être pour ce qui concerne la coupure Internet.

Je crois donc effectivement que, comme dirait notre collègue Dionis du Séjour, elle est plus que « fragile » du point de vue constitutionnel.

En outre, elle n’est pas en phase avec les avancées de la technologie. On ne peut pas faire une loi qui porte sur des aspects technologiques sans prendre en compte l’évolution des technologies. On ne peut pas faire croire qu’il est possible de défendre les propositions que vous défendez sans faire avec la technologie existante.

Ce débat aura eu au moins deux mérites : il aura été un débat citoyen très important, et il aura fait beaucoup rire tous les internautes. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et SRC.)

(L’exception d’irrecevabilité, mise aux voix, n’est pas adoptée.)

M. Marc Le Fur. Je demande la parole pour un rappel au règlement.


Rappel au règlement
M. le président. La parole est à M. Marc Le Fur.

M. Marc Le Fur. Ce rappel au règlement se fonde sur l’article 112, alinéa 4, aux termes duquel les conclusions des travaux des commissions mixtes paritaires doivent être rendus publics, les rapports imprimés et distribués.

Or, nous ne disposons des rapports en ligne que depuis hier après-midi, et des rapports imprimés que depuis ce matin, ce qui, pour le coup, est tout à fait surprenant, car la CMP modifie totalement les équilibres auxquels nous étions parvenus.

M. Patrick Bloche. Absolument !

M. Marc Le Fur. J’étais déjà très réservé, vous le savez, madame la ministre, sur la philosophie générale de ce texte. Pourquoi ? Parce qu’elle conduit à ce qu’un dispositif juridique imaginé à l’époque de Gutenberg, et adapté à l’écrit, s’applique à un système Internet fondé sur l’initiative, l’intelligence, la variété, la jeunesse, etc. Il est très difficile d’associer les deux. Et nous avons été trop vite, me semble-t-il.

Au moins avions-nous progressé au cours de nos débats. Et je voudrais, à cet égard, saluer notre rapporteur. Au moins avions-nous fait en sorte que les familles qui ne disposeront plus d’Internet ne soient pas exagérément sanctionnées en continuant à devoir payer leur abonnement. Or, en CMP, il y a eu une collusion entre un certain nombre de gens, parmi lesquels, hélas, les sénateurs socialistes. Je ne doute pas de votre honnêteté, chers collègues socialistes, je constate simplement que Mme Tasca et quelques autres…

M. Christian Paul. Elle n’était pas là !

M. Marc Le Fur. …se sont ralliés à un système qui aboutit à une sur-sanction. Si Mme Tasca n’était pas là pour défendre cette position, elle l’a inspirée, vous le savez bien.

Cette sur-sanction aboutit à un résultat absurde, comme le montre une simple comparaison avec le service public de l’eau : quand on vous coupe l’eau, vous ne payez plus l’eau.

M. le président. Cela paraît clair.

M. Marc Le Fur. De même pour le service public de l’électricité : quand on vous coupe l’électricité, vous ne payez plus l’électricité. Mais pour ce qui est du service public d’Internet, vous n’aurez plus Internet, mais vous continuerez à payer Internet.

Et cela concernera des milliers de gens, puisque nous enverrons des milliers de lettres. Il y a là un problème de fond.

Madame la ministre, je crois qu’il faut que nous évoluions. Nous avons encore le temps. Notre rapporteur me soutient, sur cette analyse.

Il ne faut surtout pas que nous tombions dans la caricature. J’entends les jeunes de chez moi. On me dira peut-être que c’est le discours de la jeunesse. Encore une fois, je ne suis pas contre la sanction par principe, mais que disent les jeunes de chez moi ? Ils disent : « Il y a les people, et puis il y a le peuple. Et on a un peu oublié le peuple ». Pardonnez-moi de défendre le peuple dans cette enceinte (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Je voudrais dire à Marc Le Fur, et très amicalement, que s’il y a un service public de l’eau et de l’électricité, il n’y a pas de service public de l’Internet. Il y a des fournisseurs d’accès, qui sont dans une logique de marché.

Quand vous achetez une voiture et que vous payez des traites pour rembourser l’emprunt, ce n’est pas parce que votre permis de conduire est suspendu que vous allez tout à coup cesser de payer vos traites. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

M. Patrick Bloche. Madame la ministre, élevez le débat !

M. Christian Paul. Même Bouygues est meilleur que vous, pour la culture !

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. C’est exactement la même chose. Je voulais répondre très clairement sur ce point. Il n’y a pas du tout double peine. Outre que, comme nous le savons puisque nous avons déjà eu ce débat, la somme en question est comprise entre 7 et 10 euros, ne pas adopter cette mesure serait pénaliser des fournisseurs d’accès qui n’y sont absolument pour rien. Je pense donc que nous sommes au contraire…

M. le président. Madame la ministre…

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. … dans le droit fil du droit. D’ailleurs, au cours du débat de ce matin, les sénateurs socialistes ont approuvé notre position sur ce point.

M. le président. Madame la ministre, je vous demanderai de bien vouloir conclure. Nos débats ont repris avec du retard, puisque nous avons été obligés de vous attendre.

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Mais j’étais au Sénat ! C’est incroyable !

M. le président. Et d’ailleurs, la remarque de M. Le Fur est parfaitement justifiée au regard de notre règlement. Le débat est clos sur ce sujet. Nous en venons maintenant à la question préalable.

M. Franck Riester, rapporteur. C’est incroyable de couper la ministre de cette façon, monsieur le président !

Question préalable
M. le président. J’ai reçu de M. Jean-Claude Sandrier et des membres du groupe de la Gauche démocrate et républicaine une question préalable déposée en application de l’article 91, alinéa 4, du règlement.

La parole est à Mme Martine Billard.

Mme Martine Billard. Madame la ministre, je voudrais sans détour vous faire part de ma colère devant ce texte de loi que vous avez présomptueusement baptisé « Création sur Internet ». Et je dois dire que l’intervention que vous venez de faire ne modifie pas mon appréciation, parce que payer son abonnement pendant une coupure d’un an, c’est payer 360 euros, ce qui est tout de même une somme importante pour bon nombre de nos concitoyens.

Les grands lobbies et les petits amis qui tournent autour de notre Président de la République ont été servis. Ce n’est ni l’intérêt général, ni l’intérêt des artistes, ni celui de la création.

Les rares amendements votés par notre assemblée, dont certains à l’unanimité contre l’avis de Mme la ministre, ont été méthodiquement écartés par la commission mixte paritaire, rayés de la loi par le simple fait majoritaire d’un soir, en niant les débats qui avaient conduit à leur adoption. Votre passage en force est ressenti par tous les internautes comme un énorme déni de démocratie.

Vous avez rejeté tout amendement, même de bon sens, émanant des deux groupes de l’opposition, du groupe Nouveau Centre, et même de députés du groupe UMP qui se rendent compte du désastre – nous venons à l’instant d’en avoir un exemple. Vous avez même rejeté des amendements qui pouvaient faire consensus et qui avaient été adoptés par les trois commissions saisies.

Pour justifier vos refus, madame la ministre, vous n’avez pas hésité à aligner de véritables bourdes techniques, aujourd’hui immortalisées sur tous les sites, blogs et twitters consacrés au monde de l’Internet, depuis « la preuve par le disque dur » apporté sous le bras à l’HADOPI jusqu’à l’inoubliable « pare-feu du logiciel OpenOffice ».

Or cette loi ne touche pas seulement au droit et à la culture : elle touche aussi à l’informatique et, à cet égard, le moins que l’on puisse dire est que vous avez encore des progrès à faire. Vous avez ainsi offert un divertissement gratuit aux internautes, ce qui n’était peut-être pas votre objectif. Mais le ridicule ne tue pas.

Par ailleurs, vous avez une fâcheuse tendance à incriminer les outils, et non l’usage détourné qui peut en être fait. Ainsi revient régulièrement la tentation d’interdire le peer to peer et de museler Internet.

À l’inverse, je veux saluer le civisme et l’engagement citoyen de centaines d’internautes, dont certains ont découvert pour la première fois, en direct, à quoi ressemblait un débat parlementaire sous une majorité UMP. Je voudrais les remercier chaleureusement pour les éclaircissements, les apports, les précisions, les témoignages qu’ils nous ont envoyés tout au long de ces débats. Une telle participation citoyenne est à l’honneur de la démocratie.

Madame la ministre, vous accusez l’opposition de faire du « jeunisme » en les soutenant. Mais contrairement à votre formule désormais célèbre et reprise de blog en blog, les internautes, ce ne sont pas « cinq gus dans un garage » : 18 millions de citoyens sont connectés.

Avec ce projet de loi, vous portez atteinte au libre usage du Net et à la confidentialité de la vie privée et des communications de ces millions d’utilisateurs, comme l’ont fort justement rappelé des cinéastes et actrices de renom, dans une tribune de presse publiée dans le journal Libération, il y a deux jours.

Pour vous, les artistes qui approuvent intégralement cette loi sans se poser de questions sur la nécessité d’assurer la compatibilité entre droits d’auteur et neutralité de l’Internet sont dans le juste, tandis que ceux qui refusent l’opposition que vous créez entre auteurs et internautes ne peuvent que se laisser entraîner. Vous avez tenu ces propos hier lors des questions au Gouvernement.

Malgré les nombreuses heures que nous avons consacrées à l’examen de ce projet de loi, nous nous retrouvons avec un texte mal écrit, posant de graves problèmes juridiques, tant sur la forme que sur le fond, et aggravé par la commission mixte paritaire.

C’est également un nouveau coup dur pour tout le secteur des logiciels libres, véritable secteur d’innovation de l’économie, qui est une nouvelle fois mis en situation d’insécurité juridique, dans la lignée de la loi DADVSI. Ce secteur pourrait cependant être le garant de la sécurité, de la confidentialité commerciale des connexions sur le réseau informatique, face aux logiciels propriétaires liés à une grande société transnationale nord-américaine bien connue, déjà condamnée en Europe pour abus de position dominante. Madame la ministre, sur ce point, vous n’avez pas choisi le bon camp en servant de la sorte les intérêts d’une multinationale.

Après le fiasco de la loi DADVSI – dont le Parlement attend toujours le bilan qui devait lui être remis dans les dix-huit mois –, vous continuez de courir derrière la chimère du contrôle absolu d’Internet. Vous vous obstinez avec ce que vous appelez « riposte graduée », terme issu du vocabulaire militaire, à imposer une procédure administrative, au lieu d’une procédure judiciaire, et à étendre des mesures conçues pour la lutte anti-terroriste à la défense du droit de propriété sous la forme des droits d’auteur. Si je suis totalement pour la défense de ces derniers, je ne les place pas au même niveau que la lutte contre le terrorisme.

La HADOPI avertira par deux messages électroniques, puis par lettre recommandée, avant de passer à la coupure de la connexion Internet. Le rapporteur a essayé de nous expliquer qu’il ne s’agissait pas de coupure mais de suspension ; il a tout juste fait rire de lui sur Internet. (Sourires.)

La réécriture de la procédure de transaction par notre rapporteur a introduit dans notre droit français une sanction fondée sur « l’engagement de ne plus recommencer ». Curieuse formulation, issue, semble-t-il, de la morale chrétienne ; mais, pour écrire la loi, c’est un petit peu juste.

Il n’en demeure pas moins que le principe de la coupure de connexion a fait l’objet de trois votes défavorables au Parlement européen depuis l’automne dernier et que la « riposte graduée » est un fiasco partout où elle a été adoptée.

Ce n’est pas à coup d’idéologie punitive que l’on peut venir à bout des limites d’une technologie pour la contrôler ! La loi a pour objet de réprimer crimes et délits et d’apporter une réparation aux victimes. Elle ne peut avoir pour unique objectif de faire peur sans constituer une véritable atteinte aux libertés. Or, dans tous les débats, vous avez asséné à plusieurs reprises : « Cette loi a pour objectif de faire peur. »

Avec la loi DADVSI, vous avez voulu faire croire aux auteurs que les DRM – mesures techniques de protection, en français – allaient régler tous les problèmes. Il n’en a rien été. Mais vous n’avez pas voulu abolir de façon pure et simple cette loi.

Vous récidivez avec la loi HADOPI, qui, par bien des aspects, sera totalement inapplicable, Comme vous ne voulez pas que la justice intervienne, il sera impossible de prouver le délit de téléchargement illicite. Vous avez donc été obligés d’inventer la sanction pour manquement à la sécurisation de sa connexion Internet, dont vous confiez la constatation à la HADOPI.

Vous obligez ainsi tous les citoyens de notre pays à sécuriser leur connexion, alors même que l’immense majorité des entreprises et des administrations, qui disposent pourtant de services informatiques, en sont incapables. Vous supposez que tout citoyen français est capable de maîtriser suffisamment l’informatique pour répondre devant la loi du fait que son ordinateur et sa connexion à Internet ne peuvent pas être piratés.

Vous introduisez une labellisation des logiciels de sécurisation qui provoque, de fait, une discrimination à l’encontre du logiciel libre. Ces logiciels, qui devront être installés sur les ordinateurs de tout un chacun, seront, semble-t-il, constamment en liaison avec les fournisseurs d’accès à Internet et ne pourront pas être désactivés sans que la HADOPI en soit immédiatement informée.

Vous créez ainsi le mouchard universel et obligatoire, ce qu’aucun pays n’a osé faire.

Ceux qui avaient choisi la riposte graduée ont reculé, en raison des difficultés techniques, que vous avez constamment niées. Nous l’avons vu dernièrement en Nouvelle-Zélande, pays que Mme la ministre n’avait cessé de nous citer en exemple tout au long de ce débat. Mais la Nouvelle-Zélande a dû arrêter.

Ces difficultés techniques ne concernent pas seulement les logiciels de sécurisation, mais aussi la preuve par l’adresse IP. Nous allons nous retrouver avec un tiers d’innocents – c’est la proportion d’erreurs constatées dans les pays qui ont essayé, comme les

États-Unis – qui seront sanctionnés, parce qu’ils n’auront pas été en mesure de maîtriser leur ordinateur et leur connexion Internet. On nage en pleine inversion de la charge de la preuve et de la présomption d’innocence dans un scénario kafkaïen !

Vous introduisez une autre rupture d’égalité devant la loi, puisque les mails d’avertissement et les lettres recommandées ne seront pas envoyés automatiquement lorsqu’il y aura soupçon de téléchargement illicite – M. le rapporteur nous l’a répété à plusieurs reprises. Nous ne savons toujours pas en fonction de quels critères ces avertissements seront envoyés. Ce dispositif est l’expression même de votre volonté de traitement inégalitaire au regard de la loi,

Autre rupture d’égalité devant la loi : les trois millions de Français disposant de connexions non dégroupées ne pourront pas voir suspendu leur accès à Internet, car cela entraînerait de facto la coupure de la télévision et du téléphone, ce qui est contraire à la loi.

Au cours de la discussion dans notre assemblée, nous avions adopté en commission des lois, puis à l’unanimité en séance, certes contre l’avis de Mme la ministre, le principe de non-paiement par l’abonné en cas de suspension de sa connexion. À ce propos, madame la ministre, on ne peut pas comparer la culture et une voiture ! Pour une voiture, c’est un emprunt, non un abonnement.

Las ! La CMP a rétabli la « double peine » proposée par le Sénat. En cas de suspension de leur accès, les internautes devront encore payer leur abonnement.

Par ailleurs, à la suite des travaux de la CMP, il n’y aura pas d’amnistie pour les internautes poursuivis pour téléchargement illégal sans recherche d’avantages commerciaux avant l’entrée en vigueur de la loi. L’amendement de notre collègue Alain Suguenot était pourtant précis : cela ne concernait pas les internautes qui auraient téléchargé en cherchant des avantages commerciaux, en revendant les téléchargements illégaux.

D’autre part, les délais de recours étant différents entre la loi DAVSI et la loi HADOPI, des internautes pourront être poursuivis au titre des deux lois. En sus de la double peine de la coupure et du paiement de l’abonnement suspendu, vous avez ainsi maintenu la possibilité de poursuites au titre de la loi contre la contrefaçon. Nous en arrivons donc à une triple peine.

Les fournisseurs d’accès ont récemment fait savoir, par l’intermédiaire de la Fédération française des télécoms, qu’ils refusaient de payer les pots cassés en finançant la généralisation du dégroupage. Ils considèrent qu’il n’appartient pas aux opérateurs de payer ce coût très lourd – entre 70 et 100 millions d’euros. Ils rappellent que les fameux accords de l’Élysée n’ont jamais prévu de mettre cette dépense à leur charge. Avec le rétablissement du paiement de l’abonnement, en cas de coupure d’Internet, peut-être se montreront-ils plus conciliants.

Vous mettez en cause la neutralité de l’Internet, en vous croyant seuls sur terre avec un Internet limité à notre pays. La France va donc imposer aux moteurs de recherche d’organiser le référencement d’un certain nombre de sites. Dès le lendemain de l’adoption de cet amendement, Google, qui n’est pas le plus petit des moteurs de recherche, récusait cette obligation de référencement de listes blanches introduite par le législateur français.

Depuis quand, dans notre économie de marché, garantie par la Constitution, une administration d’État aurait-elle le pouvoir de dire ce qu’il faut consommer selon les diverses enseignes commerciales ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Voici venu le temps d’un Internet d’État dans un seul pays !

Ce texte va-t-il régler le problème de la rémunération des auteurs ? Non ! Votre vision se limite strictement à l’aspect commercial. Ainsi, vous avez refusé l’amendement que j’ai défendu, visant à faire connaître les licences libres, type Creative commons. Pas plus que celles de la DADVSI, les mesures que vous proposez ne peuvent fonctionner.

Je voudrais exprimer ma colère, madame la ministre, face à l’attitude de nos collègues UMP qui ont fait voler en éclats le difficile consensus sur le droit d’auteur à l’ère numérique, qui avait été obtenu au sein des professions de presse lors de l’examen expéditif en fin de séance par notre assemblée d’un amendement du Gouvernement. Le groupe GDR – nos collègues du groupe SRC avaient eu la même attitude – avait indiqué à Mme la ministre que nous étions prêts à faire confiance si cet amendement respectait bien le Livre Blanc et si les sous-amendements n’allaient pas au-delà.

Vous avez menti à la représentation nationale quant au contenu du sous-amendement de notre collègue Kert, en prétextant qu’il n’était que rédactionnel…

Mme Christine Albanel, ministre de la culture. Ce n’est pas vrai !

Mme Martine Billard. …et en ne prenant pas position, puisque vous vous en remettiez à la sagesse de l’Assemblée. En réalité, ce sous-amendement a fait exploser le consensus. Vous vous êtes privée, de ce fait, d’un vote unanime d’une disposition sur la presse, sur les droits d’auteur sur Internet et vous avez mis le feu à la profession.

Les syndicats de journalistes dénoncent aujourd’hui votre attitude irresponsable, qui n’a consisté qu’à servir les intérêts de quelques patrons de presse en rompant l’équilibre obtenu lors des États généraux de la presse ! Selon eux, vous avez porté un coup d’arrêt aux négociations sur les évolutions multimédias engagées dans ces entreprises de presse. Sous la pression des mêmes éditeurs, la CMP a maintenu la disposition.

Pour conclure, je voudrais dire aux auteurs et aux ayants droit qu’il faut, en effet, défendre le droit d’auteur sous ses deux formes – droit moral, droit commercial. Mais la défense des droits commerciaux du droit d’auteur ne peut passer que par le développement des offres et par la baisse des prix. Tant que les prix seront ce qu’ils sont, qu’ils ne provoqueront aucune amélioration de la rémunération des auteurs mais uniquement celle des intermédiaires par le passage des supports physiques aux chargements en ligne, vous serez obligés de construire des usines à gaz pour essayer de contenir, en vain, le flot d’Internet.

Il est piquant de lire, pas plus tard qu’avant-hier, les propos tenus par le président de la SACEM en personne. Laurent Petitgirard « croit peu dans les effets bénéfiques de la loi en question pour améliorer la rémunération des auteurs et des créateurs ». Pour lui, « l’une des solutions à explorer maintenant est celle de la taxe sur les tuyaux, les fournisseurs d’accès » – ceux-ci étant accusés de profiter indûment de l’offre de musique. J’avais défendu au nom des députés Verts, lors de l’examen de la loi DADVSI, une telle taxe, mais celle-ci avait été refusée par le gouvernement de l’époque sous prétexte qu’elle fragiliserait l’économie des fournisseurs d’accès. Cela n’a pas empêché le Gouvernement de reprendre cette disposition dans la loi sur l’audiovisuel.

Donc, si le plus haut représentant de la SACEM enterre déjà le dispositif HADOPI, notamment parce que « la sanction sera aveugle et faussée », quelle crédibilité pouvons-nous prêter à ce texte de loi sans nous discréditer nous-mêmes ?

Voilà, chers collègues, toutes les raisons pour lesquelles les députés du groupe de la Gauche démocrate et républicaine vous invitent à voter la question préalable, car il vaut mieux s’abstenir de légiférer que mal légiférer. Rien ne sert de faire des lois inapplicables. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. le président. Dans les explications de vote sur la question préalable, la parole est à M. Arnaud Robinet, pour le groupe UMP.

M. Arnaud Robinet. Je serai bref. Les questions soulevées et les propos tenus par Mme Billard ne nous feront en aucun cas changer d’avis.

Le groupe UMP votera bien sûr contre la question préalable.

M. le président. La parole est à M. Patrick Bloche, pour le groupe SRC.

M. Patrick Bloche. Comme l’a dit avec juste raison Mme Billard dans sa défense de la question préalable, il serait sage d’arrêter de légiférer – en l’occurrence d’adopter cette motion –, tant nous légiférons mal.

Nous avons tous conscience que le droit d’auteur s’adaptera tôt ou tard aux défis technologiques auxquels il est confronté. Nous sommes dans une période de transition. Ce qui nous frappe – cela a été dit par plusieurs collègues, y compris de la majorité –, c’est que nous nous apprêtons à voter une loi dont beaucoup disent qu’elle ne sera sans doute pas plus appliquée que la loi DADVSI, et qu’on est déjà en train de penser à l’étape ultérieure.

Madame la ministre, je regrette, au nom de mon groupe, que, dans votre réponse aux excellentes observations de Marc Le Fur, vous ayez comparé la culture à une automobile. Essayons au moins, en cette fin de débat sur le projet de loi « Création et Internet », d’élever nos échanges à la hauteur des défis que nous devons relever ensemble.

Nous vivons une période de transition qui nous confronte au mieux à des paradoxes, mais aussi, sans doute, à des situations totalement inacceptables. Savez-vous, chers collègues, que le groupe PPR, en l’occurrence M. Pinault, propriétaire de l’enseigne FNAC, a décidé de fermer, purement et simplement, la FNAC Bastille, le seul grand disquaire généraliste de l’est parisien – magasin de CD et de DVD qui pourtant ne désemplit pas. Cette fermeture provoquera immanquablement un nombre important de suppressions d’emplois, s’ajoutant à celles qui vont intervenir dans d’autres magasins de la Fnac à Paris et en province. Une telle décision contribue à miner un réseau qui a déjà vu, ces dernières années, disparaître les disquaires indépendants.

Quel paradoxe qu’au moment où vous prétendez soutenir l’offre légale par le biais de ce projet de loi, nouvelle ligne Maginot qui ne fera que retarder un peu plus le traitement de cette question, ce grand magasin emblématique de la place de la Bastille ferme ses portes !

Je vous ai, du reste, interpellée récemment, madame la ministre, …

M. Christian Paul. En vain !

M. Patrick Bloche. …pour envisager la possibilité que l’Opéra Bastille offre à la FNAC des locaux disponibles afin de lui permettre d’agrandir ce magasin.

En illustrant ainsi mon propos, je voulais dire que nous approuvons les arguments de Mme Billard et que nous voterons la question préalable. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. Franck Riester, rapporteur. Mauvaise illustration !

(à suivre)


Séance publique du 9 avril 2009 (1)
http://rakotoarison.over-blog.com/article-doc-41261245.html

Séance publique du 9 avril 2009 (2)
http://rakotoarison.over-blog.com/article-doc-41261319.html





Partager cet article
Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 22:12

(verbatim)



Le texte du projet de loi adopté le 2 avril 2009 est ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/ta/ta0249.pdf

Infos sur les scrutins à l'Assemblée Nationale ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/scrutins.asp

Explication de vote ci-dessous.
Lire en particulier les déclarations du député NC Jean Dionis qui regrette l'absence de publicité du vote de chaque député.


Assemblée nationale
XIIIe législature
Session ordinaire de 2008-2009


Compte rendu
intégral
Deuxième séance du jeudi 2 avril 2009


Explications de vote

M. le président. Dans les explications de vote sur l’ensemble du projet de loi, la parole est à M. Philippe Gosselin, pour le groupe de l’Union pour un mouvement populaire.

M. Philippe Gosselin. Quelques mots de conclusion après ces longs débats, parfois fiévreux et passionnés – comment pourrait-il en être autrement s’agissant de l’Internet et de la culture ? Notre propos est pédagogique ; il ne s’agit nullement d’opposer les artistes aux internautes, ni une génération à une autre. Nous sommes, autant que d’autres, attachés aux nouveaux modes de création, moyennant plusieurs conditions.

Il est des règles de vie en société, au nom desquelles le vol doit être réprimandé. Si les termes de « piratage » et de « vol » effraient certains, l’idée est bien de limiter une forme de spoliation, ce piratage qui, à terme, pourrait détruire la création. L’objectif, pédagogique, est de faire prendre conscience de la nécessité de ne pas télécharger illégalement des contenus. Il faut, parallèlement, se réjouir du développement des catalogues de l’offre légale, laquelle, je l’espère – c’est en tout cas l’un des buts du texte –, verra ses tarifs diminuer.

Nous sommes parvenus à un juste équilibre ; je sais que d’autres orateurs, après moi, le nieront, évoquant un texte liberticide et attentatoire aux droits fondamentaux. Nul ne peut réellement y croire. Plusieurs garanties ont été apportées, montrant qu’il n’est pas question de « fliquer » les internautes ou de procéder à des filtrages intempestifs. La CNIL aura, du reste, elle aussi à se prononcer sur les décrets d’application ; la loi de 1978, je tiens à le rappeler, s’appliquera dans le plus grand respect de nos institutions et de l’État de droit.

En conclusion, et pour être bref, l’équilibre trouvé est satisfaisant, même si le présent texte n’est certes pas gravé dans le marbre, non parce qu’il est mauvais, mais parce que, compte tenu de l’évolution des techniques, rien n’est jamais gravé sur de tels sujets.

Sans doute aurons-nous à y revenir un jour ou l’autre. Pour l’heure, eu égard aux besoins actuels de la société, ce texte est celui qu’il nous fallait. C’est pourquoi le groupe UMP l’adoptera. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. La parole est à Mme Martine Billard, pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine.

Mme Martine Billard. Malgré les nombreuses heures que nous avons consacrées à l’examen de ce projet de loi, nous sommes ce soir un peu déçus, tant par la forme – ce texte est mal écrit et pose bien des problèmes juridiques – que par le fond.

Après le fiasco de la loi DADVSI, dont le Parlement attend toujours le bilan qui devait lui être remis selon les termes mêmes de la loi, vous continuez de courir derrière la chimère du contrôle absolu d’Internet. Avec la loi DADVSI, vous avez voulu faire croire aux auteurs que les DRM allaient régler tous les problèmes. Vous recommencez avec la loi HADOPI qui, par bien des aspects, sera totalement inapplicable.

Comme vous ne voulez pas que la justice intervienne, il sera impossible de prouver le délit de téléchargement illicite : vous avez donc été obligés d’inventer l’incrimination de non-sécurisation de connexion à Internet, dont vous confiez la constatation à une autorité administrative, l’HADOPI. Vous obligez ainsi tous les citoyens de ce pays à sécuriser leur connexion, alors même que l’immense majorité des entreprises et des administrations, qui disposent pourtant de services informatiques, n’y arrivent pas. Vous supposez que tout citoyen français est capable de maîtriser suffisamment l’informatique pour répondre devant la loi du fait que son ordinateur et sa connexion à Internet ne peuvent pas être piratés.

Vous introduisez une labellisation des logiciels de sécurisation qui provoque de fait une discrimination à l’encontre du logiciel libre. Ces logiciels, qui devront être installés sur les ordinateurs de tout un chacun, seront constamment en liaison avec les fournisseurs d’accès à Internet et ne pourront pas être désactivés sans que l’HADOPI ne soit immédiatement informée : vous créez le mouchard universel et obligatoire, ce qu’aucun pays n’a osé faire. Ceux qui avaient choisi la riposte graduée ont reculé, en raison de difficultés techniques que vous avez constamment niées. Ces difficultés techniques ne concernent pas seulement les logiciels de sécurisation, mais aussi la preuve par l’adresse IP. Nous allons nous retrouver avec un tiers d’innocents – c’est la proportion d’erreurs constatées dans les pays qui s’y sont essayés – qui seront sanctionnés parce qu’ils n’ont pas été en mesure de maîtriser leur ordinateur et leur connexion à Internet.

Vous introduisez une rupture d’égalité devant la loi, puisque les mails d’avertissement et les lettres recommandées ne seront pas envoyés automatiquement lorsqu’il y aura soupçon de téléchargement illicite – M. le rapporteur nous l’a répété à plusieurs reprises. Nous ne savons toujours pas en fonction de quels critères ces avertissements seront envoyés.

Autre rupture d’égalité devant la loi, les 3 millions de Français disposant de connexions non dégroupées ne pourront pas avoir de suspension de leur accès à Internet, qui entraînerait de facto la coupure de la télévision et du téléphone, ce qui est contraire à la loi.

En fait, vous imaginez pouvoir créer l’Internet dans un seul pays. C’est assez impressionnant : on a l’impression que la France est une île. Vous allez même jusqu’à créer l’Internet d’État, puisque la France, l’un des vingt-sept pays de l’Union européenne, va imposer aux moteurs de recherche d’organiser le référencement d’un certain nombre de sites !

Ce texte va-t-il régler le problème de la rémunération des auteurs ? Non. Comme celles de la DADVSI, les mesures que vous proposez ne peuvent pas fonctionner. Vous avez systématiquement rejeté les propositions qu’ont avancées l’opposition ou le groupe Nouveau Centre. Nous allons donc, dans deux ou trois ans, nous retrouver dans la même situation. Je suppose que vous proposerez – si, hélas, vous êtes encore au Gouvernement –… (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. Roger Karoutchi, secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement. Pourquoi « hélas » ? C’est très désobligeant !

Mme Martine Billard. …une nouvelle loi dont le nom se terminera aussi en i.

Pour conclure, je voudrais dire aux auteurs et aux ayants droit qu’il faut, en effet, défendre le droit d’auteur, mais que cela passe – c’est d’ailleurs le seul point d’accord que j’ai eu avec nos collègues de l’UMP – par le développement des offres et par la baisse des prix. Tant que les prix seront ce qu’ils sont, n’améliorant pas la rémunération des auteurs mais uniquement celle des intermédiaires,…

Mme Laure de La Raudière. Il est vrai qu’il n’y a pas moins cher que le gratuit !

Mme Martine Billard. …vous serez obligés de construire des usines à gaz pour essayer de contenir le flot d’Internet : vous n’y arriverez pas.

Le groupe de la Gauche démocrate et républicaine votera donc contre le projet de loi.

M. le président. La parole est à M. Jean Dionis du Séjour, pour le groupe Nouveau Centre.

M. Jean Dionis du Séjour. Si j’ai bien compris, monsieur le président, nous nous acheminons vers un vote sur l’ensemble du projet de loi.

M. le président. Vous avez bien compris.

M. Jean Dionis du Séjour. Permettez-moi de dire mon étonnement, au nom du groupe centriste, et mon regret que, pour ce projet de loi, un vote solennel n’ait pas été prévu.

M. Roger Karoutchi, secrétaire d’État. Mais ce n’est pas nous qui décidons !

M. le président. Mon cher collègue, vous le direz surtout au président de votre groupe !

M. Jean Dionis du Séjour. Au temps pour moi, s’il était d’accord ! Je reprends donc, monsieur Karoutchi : à titre personnel, permettez-moi de regretter qu’un vote solennel n’ait pas été prévu. Il s’agit d’une loi importante pour le monde de la culture. Cela méritait que chaque député se découvre un peu, ait le courage de dire où il se situait par rapport à ce texte. Je veux remercier et féliciter les valeureux collègues qui sont encore là après sept heures et demie de débat, mais, si nous nous comptons, nous constatons que nous ne sommes que 2,5 % du Parlement.

M. Bernard Gérard, rapporteur pour avis. Et 100 % des centristes ? (Sourires.)

M. Jean Dionis du Séjour. C’est peu, pour se prononcer sur une loi aussi importante. Nous devons, dans un instant, nous prononcer collectivement : d’habitude, nous avons une réunion de groupe le mardi avant le vote solennel ; j’aurais pu rendre compte des débats au président Sauvadet et échanger avec lui sur la position du groupe.

Il n’était pas facile de sortir de l’échec que représentait la DADVSI. Vouloir favoriser la création et sa diffusion sur Internet, c’est relever un défi immense et complexe. On peut critiquer la démarche qui a été choisie – rapport Olivennes, accords de l’Élysée –, mais nous pensons qu’elle était bonne. L’approche d’une loi modeste, de court terme, autour du concept de riposte graduée, avec messages, lettres recommandées et sanction, était également très bonne. Elle avait et a toujours notre approbation pour gérer le court terme. Nous pensons en effet que l’offre légale doit être équilibrée par la présence d’un volet répressif. C’est une différence que nous avons avec nos collègues de l’opposition : nous n’avons pas de meilleure option que la riposte graduée.

J’adresserais toutefois deux reproches au texte. D’une part, la stimulation de l’offre légale y est beaucoup trop faible. La recommandation numéro un du rapport Olivennes consistait à réduire à quatre mois la fenêtre de la chronologie des médias pour la VOD : nous n’y sommes pas encore arrivés.

D’autre part, le choix de la sanction – la suspension de l’accès à Internet – est très mauvais. En préconisant la solution de l’amende, nous avons évoqué les sept péchés capitaux de la suspension : comme il se fait tard, je ne les répéterai pas.

Enfin, nous estimons que l’article 5 est exorbitant et lourd de contentieux.

J’ai pu discuter, au téléphone, avec certains membres de mon groupe. Plusieurs d’entre eux, notamment le président Sauvadet, s’expriment en faveur du texte. Un nombre important d’autres députés du groupe Nouveau Centre, dont je suis, s’abstiendront.

M. le président. La parole est à M. Patrick Bloche, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

M. Patrick Bloche. Nous arrivons au terme de ce débat. Lorsque j’avais défendu l’exception d’irrecevabilité, j’avais dit que nous avions eu la saison 1 avec DADVSI, et que nous avions désormais la saison 2 avec HADOPI. J’ai en effet l’impression d’avoir revécu un mauvais feuilleton. Ce sont, plus ou moins, les mêmes arguments qui ont été développés. C’est surtout le même pari qui a été fait : on imagine que, par la loi, on va bouleverser l’usage de millions de nos concitoyens, et, en l’occurrence, des 18 ou 19 millions d’entre eux qui sont abonnés au haut débit.

DADVSI était un pari perdu d’avance – et c’est pourquoi nous n’avons pas vu le rapport d’évaluation que la loi avait prévu de remettre au Parlement dix-huit mois après sa promulgation ; HADOPI était, avant même que ne s’engage notre débat, un nouveau pari perdu d’avance. Comme l’a dit le président de notre groupe, cette nouvelle haute autorité administrative indépendante est une nouvelle ligne Maginot, à l’exemple des DRM que vous avez vainement essayé de construire hier.

Vous sacralisez le droit d’auteur de manière telle que vous l’enfermez dans une sorte de forteresse assiégée, alors que, à travers les décennies – pour ne pas dire les siècles –, le droit d’auteur a toujours prouvé, dans notre pays, qui est celui de l’exception culturelle, de la diversité culturelle, son extraordinaire vitalité et sa capacité à s’adapter aux évolutions technologiques. Je n’ai pas eu le temps de lire les débats qui ont eu lieu lorsque le piano mécanique a été introduit en France, mais je suis certain que, déjà, à propos de la propriété intellectuelle, avaient été formulés des arguments semblables à ceux qu’ont développés ces jours-ci le Gouvernement et la majorité.

Au bout du compte, nous avons un projet de loi dont il n’est pas difficile de prédire que, comme DADVSI, il ne sera jamais appliqué, ne serait-ce que pour des raisons techniques, sur lesquelles nous vous avons alertés à plusieurs reprises, mais sans doute aussi pour des raisons juridiques. Il est vrai que la messe est dite. La majorité a composé la commission mixte paritaire en ne retenant aucun des députés de l’UMP qui ont courageusement essayé de l’alerter sur les limites de l’exercice. Le 9 avril prochain, le texte qui sortira de la CMP sera comparable à celui qui va malheureusement être adopté ce soir.

Au-delà du vote négatif que le groupe socialiste va exprimer ce soir, nous serons amenés à saisir le juge constitutionnel, tant les faiblesses juridiques de ce texte sont patentes. Je ne vais pas reprendre tous nos arguments visant, notamment, la mise en cause répétée, dans la construction juridique hasardeuse que vous nous avez proposée, du principe de l’égalité des citoyens devant la loi.

À l’arrivée, la loi HADOPI est soit un monstre juridique, soit une usine à gaz – je laisse à chacun le soin de choisir son appellation préférée. Elle a surtout le désavantage majeur d’opposer nos concitoyens les uns aux autres, les créateurs aux internautes, les artistes à leur public. Il n’est jamais bon qu’une loi divise nos concitoyens.

Plus largement, cette loi sera inefficace et inutile. En disant cela, je pense tout particulièrement aux artistes et aux internautes. Les internautes sont des millions de nos concitoyens. Je pense à ce qui les attendrait demain si, par malheur, cette loi s’appliquait. Ils croient, aujourd’hui, qu’ils risquent d’être sanctionnés pour téléchargement illégal. Erreur : ils le seront pour manquement à l’obligation de surveillance et de sécurisation de leur connexion à Internet. Ce texte se voulait pourtant pédagogique. Je regrette qu’on donne ainsi une vision de la société repliée sur quelques certitudes paresseuses, comme le disait Christian Paul, et qu’ait émergé dans ce débat démocratique, où nous avons pu nous exprimer, même si nos amendements n’ont malheureusement pas été retenus, une vision de méfiance vis-à-vis de l’Internet.

Cette méfiance est sans doute ce qui a été le plus prégnant dans l’expression de la majorité de cet hémicycle.

Un dernier mot pour dire que, parlant de droits d’auteur, nous avons encore plus pensé aux artistes, trompés une nouvelle fois. Pourquoi ce retard dans l’adaptation du droit d’auteur à l’ère numérique ? Nous avons proposé la contribution créative ; il y avait une opportunité à saisir pour que les auteurs et les artistes bénéficient d’une nouvelle rémunération. Vous avez retardé cette échéance…

M. le président. Il va falloir conclure, mon cher collègue.

M. Patrick Bloche. Je dis bien que vous avez retardé cette échéance, parce qu’il y aura inévitablement une saison 3, et j’espère que ce sera la gauche qui, revenue au pouvoir, fera enfin voter le projet de loi sur le droit d’auteur que notre pays attend avec impatience depuis plusieurs années ! (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

Vote sur l’ensemble

M. le président. À l’issue de quarante et une heures quarante de débat, et sept heures quarante-cinq pour cette seule séance, je mets aux voix l’ensemble du projet de loi.

(L’ensemble du projet de loi est adopté.)




Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 01:01

(dépêche)



Mettez tout Wikipédia sur une clé USB

encyclopédie

Grâce au logiciel gratuit WikiTaxi, compatible avec Windows XP et Vista, vous pouvez consulter l'encyclopédie sans être connecté à Internet. Mode d'emploi.

Alexandre Salque, L'Ordinateur Individuel (n° 210), le 12/12/2008 à 07h00
> 4 avis

Mettez tout Wikipédia sur une clé USB
Etape 1 : Installez WikiTaxi
Etape 2 :  Téléchargez les données de Wikipédia
Etape 3 : Intégrez les sauvegardes à WikiTaxi
Etape 4 : Testez le fonctionnement
Etape 5 : Utilisez WikiTaxi hors connexion

L'idée d'accéder à Wikipédia sans être connecté à Internet est séduisante. Pouvoir naviguer parmi les millions d'informations que contient l'encyclopédie en ligne gratuite et intégrer le tout sur une clé USB semble plus tenir de la fiction que de la réalité. Pourtant, c'est possible. Le miracle s'appelle WikiTaxi. Ce petit logiciel gratuit, compatible avec Windows XP et Vista, vous permet de télécharger Wikipédia sur votre disque dur, puis de consulter l'encyclopédie même sans connexion à Internet.

Le programme exploite une particularité de Wikipédia : ses administrateurs font, à intervalles réguliers, des sauvegardes de l'encyclopédie, appelées Dumps. Ces fichiers ne contiennent évidemment que les articles présents au moment de la sauvegarde, de sorte que les articles les plus récents en sont exclus. Si vous pensez que votre base est trop ancienne, vous pourrez toujours vous connecter à Internet afin de récupérer une version plus récente de Wikipédia : il vous faudra alors recommencer le processus que nous décrivons ici.

Le logiciel WikiTaxi est en anglais, mais il fonctionne avec toutes les langues de Wikipédia : vous pouvez donc parfaitement travailler avec une base de données en anglais et une autre en français. Le volume de données nécessaire pour héberger Wikipédia dépend de la taille de la sauvegarde que vous avez sélectionnée. Il existe une base anglaise réduite de 25 Mo compressés. Elle tient sur une clé de 64 Mo.

La base française que nous avons utilisée dans notre exemple représente un volume de 1 Go après compression, soit moins de 3 Go quand elle est intégrée à WikiTaxi. Elle peut donc aisément être transférée sur une clé USB standard de 4 Go ou plus. Désormais, vous pourrez vous balader avec Wikipédia dans la poche ! Attention : les manipulations que nous décrivons ici s'adressent à des utilisateurs d'un bon niveau technique.
Ce qu'il vous faut

Une connexion à Internet en haut débit, un PC sous Windows XP ou Vista, le logiciel WikiTaxi.

Niveau requis : 3

Temps nécessaire : 6 heures
Wikipédia sur clé USB

Alexandre Salque, L'Ordinateur Individuel (n° 210), le 12/12/2008 à 07h00


Partager cet article
Repost0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 00:43

(dépêche)

 

 

Un jeune homme se suicide en direct devant sa webcam sur un site internet

Vendredi 21 novembre 2008 - 16h26

Zigonet


Broward County, Floride - Etats Unis. Un jeune homme de 19 ans s'est suicidé devant sa webcam en direct sur un site internet, alors qu'il était observé par une dizaine d'internautes dont certains l'ont encouragé à passer à l'acte.

 

L'affaire suscite un vif émoi outre-Atlantique. Abraham K.Biggs, 19 ans, s'est suicidé par overdose médicamenteuse devant sa webcam en direct sur le site justin.tv.

Avant de passer à l'acte, il a prévenu de son geste d'autres internautes sur un forum puis écrit une lettre d'adieux sur un autre forum. Le jeune homme a ensuite ingéré les médicaments et a allumé sa webcam.

Gisant sur son lit, ce n'est qu'après plusieurs heures sans le moindre mouvement que d'autres internautes l'ont pris au sérieux et ont contacté la police. Celle-ci a enfoncé la porte et éteint la webcam après la découverte du corps.

Abraham était membre d'un forum de bodybuilding et était connu sous le pseudo de "Feels Like Ecstasy" sur justin.tv. Selon la police, qui a confirmé qu'il s'agissait bien d'un suicide, le jeune homme avait menacé de se suicider à plusieurs reprises, allant jusqu'à détailler les cachets qu'il allait prendre sur le forum du site bodybuilding.com. Les modérateurs ne l'ont pas pris au sérieux car il n'en était pas à ses premières menaces. D'autres forumeurs l'ont encouragé à passer à l'acte.

Plus tard, il a posté une sorte de lettre d'adieux sur un autre forum dans laquelle il expliquait avoir blessé d'autres personnes et s'accusait d'être "un échec".

Alors qu'il gisait inconscient sur son lit, les internautes de justin.tv continuaient de l'insulter, persuadés qu'il s'agissait d'une supercherie. Finalement, un membre du site s'est mis d'accord avec d'autres forumeurs pour appeler la police de Miami, laquelle l'a redirigé vers le bureau du shérif de Broward County. Une heure plus tard, les autorités sont arrivées chez le jeune homme.

1500 personnes ont regardé Abraham K.Biggs mourir en direct sur justin.tv. Les responsables du site, qui diffuse des milliers de vidéos en continu chaque jour, ont publié un communiqué dans lequel ils déclarent regretter ce qui s'est passé et assurent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que ce genre de vidéos ne soient plus diffusées sur le site. Toutes les traces du suicide d'Abraham K.Biggs ont été supprimées de justin.tv.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).