Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 23:57

Résultats officiels du premier tour des élections législatives françaises du 11 juin 2017.


Pour en savoir plus :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170611-legislatives2017-ba.html
 

France Entière
 
résultats au 1er tour du 11 juin 2017

 

Nuances de CandidatsVoix% Inscrits% ExprimésNb Sieges
Extrême gauche175 3870,370,77 
Parti communiste français615 5031,292,72 
La France insoumise2 497 6615,2511,02 
Parti socialiste1 685 7733,547,44 
Parti radical de gauche106 2870,220,47 
Divers gauche362 3280,761,601
Ecologiste973 7392,054,30 
Divers500 4581,052,21 
Régionaliste204 0780,430,90 
La République en marche6 390 79713,4328,212
Modem932 2291,964,11 
Union des Démocrates et Indépendants687 2191,443,031
Les Républicains3 573 3667,5115,77 
Divers droite625 3951,312,76 
Debout la France265 4330,561,17 
Front National2 990 5926,2913,20 
Extrême droite68 3190,140,30 


 

 Nombre% Inscrits% Votants
Inscrits47 571 350  
Abstentions24 401 13251,29 
Votants23 170 21848,71 
Blancs354 3910,741,53
Nuls161 2630,340,70
Exprimés22 654 56447,6297,77

 


SR

http://rakotoarison.over-blog.com/article-srb-20170611-legislatives2017-resultats-premier-tour.html

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 05:54

« Personne ne veut bloquer le pays. Nous ne sommes pas une droite scrogneugneu. Mais une coalition, ce n’est pas une addition d’individualités dans un gouvernement provisoire qui n’a d’autre objectif que d’obtenir une majorité absolue pour En Marche. (…) Si nous avons la majorité, c’est notre projet qui sera mis en œuvre. Si ce n’est pas le cas, le jeu est totalement nouveau. Mais c’est peut-être ce que veulent les Français. On a connu des temps de cohabitation, mais là, ce serait différent. Cela n’aura rien de conflictuel. (…) Certains parlent de covoiturage, mais c’est un terme impropre aux institutions. Il s’agit en tout cas d’un partage de responsabilités. » (François Baroin, "Le Figaro" le 28 mai 2017).


_yartiLegislative2017AZ09

Qui aurait imaginé il y a encore quelques mois que les formations centristes obtiendraient (sans l’appui du PS ou de LR) une majorité absolue à l'assemblée ? C'est ce que les sondages laisseraient entendre avec environ 30% d'intentions de vote pour En Marche et ses alliés (évaluation autour de 330 sièges sur 577). C'est le rêve de François Bayrou qui se réalise …sans lui.

Certes, il fait partie du train en marche, il est même ministre, et pas des moindres, à la Justice, un grand Ministère d'Etat, comme Pierre Méhaignerie sous Édouard Balladur (Pierre Méhaignerie UDI dont une charmante fille se retrouve candidate EM en Bretagne), et sans doute avec un groupe MoDem à l'AN (là encore, incroyable). Mais sans le vrai pouvoir de décision. François Bayrou va être l'indépendantiste du gouvernement à la justice, comme l'a été Vincent Peillon à l'Éducation nationale sous François Hollande. Il n'aura aucune influence décisive sur la détermination de la politique nationale. Même dans la rupture avec le clivage gauche/droite; il a été supplanté par LR dont l’un des barons locaux a obtenu Matignon.

Ce Premier Ministre, Édouard Philippe, a présenté au cours d’une conférence de presse, le 6 juin 2017, c’est-à-dire cinq jour avant le scrutin, son programme de gouvernement pour les dix-huit prochains mois, oubliant qu’avant d’agir, il lui faudrait quand même obtenir une majorité parlementaire.

Sans surprise, la campagne des élections législatives est atone. Elle a commencé officiellement le 22 mai 2017 et se termine le 9 juin 2017 pour le premier tour du 11 juin 2017. Le dépôt des candidatures a été clos le 19 mai 2017 à 18 heures. On parle d’autre chose, même quand il n’y a pas, hélas, des attentats. Les électeurs ont l’impression que la bataille est terminée après l’élection présidentielle, ce qui est bien évidemment faux, comme l’a rappelé Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, le 7 juin 2017 sur Public Sénat : les élections législatives sont essentielles pour choisir la majorité parlementaire qui votera les futures lois.

La plupart des partis qui ont soutenu un autre candidat que le candidat élu Emmanuel Macron à l’élection présidentielle avaient considéré que les élections législatives seraient une second chance pour eux, un moyen de compenser, de modifier, d’infléchir l’équilibre politique déterminé par l’élection présidentielle.

Il semblerait, selon les sondages et selon les résultats des Français de l’étranger qui ont voté pour le premier tour un peu en avance le 4 juin 2017, que la logique des institutions de la Ve République va prévaloir, comme cela le fut en juin 1981, juin 1988, juin 2002, juin 2007 et juin 2012, c’est-à-dire, à chaque fois que des élections législatives ont été organisées quelques semaines après une élection présidentielle : d’une manière assez rationnelle, le corps électoral apporterait une majorité parlementaire au nouveau Président de la République.

_yartiLegislative2017AZ04

Les sondages affichent des intentions de vote de l’ordre de 28% à 30% pour LREM (La République En Marche) suivi de Les Républicains (LR) entre 19% et 23% puis du FN, de la France insoumise et du PS. Les projections qui prêtent encore plus à contestation que les intentions de vote ne laisseraient planer aucun doute sur l’obtention d’une majorité absolue pour le Président Macron, et les derniers sondages pronostiqueraient même jusqu’à 380 sièges (sur 577) pour LREM.

Les résultats des circonscriptions des Français de l’étranger ont donné la première place à LREM dans 10 circonscriptions sur 11, parfois avec une majorité absolue des suffrages exprimés mais avec une telle abstention qu’un second tour est nécessaire (il faut au moins 25% des inscrits pour être élu au premier tour). En effet, la participation n’a été que de 19%, ce qui peut aussi s’expliquer par le contexte parfois difficile des Français de l’étranger (circonscriptions gigantesques, à l’échelle d’un continent, peu de bureaux de vote avec nécessité de se déplacer parfois à plusieurs centaines de kilomètres pour trouver le bureau le plus proche, suppression du vote électronique introduit dans les années précédentes, etc.).

Même si les Français de l’étranger pouvaient être acquis à Emmanuel Macron, le "Président de la mondialisation heureuse", et que l’abstention a été amplifiée comme expliqué plus haut, ces premiers éléments factuels du scrutin donnent un aperçu du 11 juin 2017. Les Républicains et l’UDI, menés par le "chef de file" François Baroin, ne croient plus beaucoup à la possibilité d’obtenir une majorité, même relative, à l’Assemblée Nationale. La logique institutionnelle est implacable et donne raison avec dix ans de retard à François Bayrou dont l’un des arguments pour éviter l’élection en 2007 était qu’il n’aurait pas de majorité au Parlement. Pour la première fois, le MoDem et plus généralement la mouvance centro-centriste serait majoritaire, renvoyant les autres partis, notamment les deux grands de gouvernement, à leurs études.

Dans une interview à "Paris-Match" le 7 juin 2017, François Baroin l’a reconnu : « La primaire nous a tués. ». C’est évident que les législatives n’allaient pas rattraper l’échec de l’élection présidentielle, pour la simple raison que les électeurs pensent que la messe est dite. Si bien que ce sont les électeurs d’Emmanuel Macron au premier tour qui vont probablement le mieux se mobiliser aux législatives, au détriment du camp des perdants, nombreux puisque le paysage politique est éclaté en cinq grandes partitions : LREM, LR et UDI, FN, FI et PS. François Fillon aura donc envoyé l’avion LR dans le mur non seulement de la présidentielle mais aussi des législatives.


Recomposition du paysage politique

Le Président Macron n’a pas eu à beaucoup travailler dans le futur éclatement du PS. Sa propre candidature, hors de toute attache partisane, et notamment socialiste, a suffi pour faire éclater le choix de l’électorat socialiste entre trois candidats à l’élection présidentielle.

L’objectif d’Emmanuel Macron s’est donc concentré sur l’éclatement de l’autre grand parti de gouvernement, LR, en nommant un proche de l’ancien Premier Ministre Alain Juppé, Édouard Philippe, à la tête du gouvernement. Pour l’instant, deux seuls autres responsables LR ont succombé à la tentation de la sirène En Marche, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, mais il ne fait aucun doute que d’autres "tomberont" après le 18 juin 2017. Nathalie Kosciusko-Morizet aurait rêvé d’être nommée Ministre de la Défense ou encore Ministre de l’Éducation nationale, mais non seulement elle n’a pas été retenue, mais LREM a présenté un candidat contre elle qui devrait la battre très largement au second tour, dans le but d'éliminer une concurrente dans la perspective des élections municipales de 2020 : Benjamin Griveaux rêverait de devenir maire de Paris.

_yartiLegislative2017AZ02

Reste à savoir si le parti LR amputé de sa partie macroniste (le 17 mai 2017, 123 élus LR-UDI ont appelé à la main tendue à Emmanuel Macron) saura rester le parti pluraliste ou s’il deviendra, par le choix de placer Laurent Wauquiez à sa tête, un groupuscule de la droite dure qui aura alors vocation à une (réelle) alliance avec le FN, auquel cas, la recomposition du paysage serait consommée.

LR se retrouve en effet dans une situation "centriste", celle de l’UDF de François Bayrou d’il y a dix ans, à l’époque coincée entre l’UMP et le PS. LR se retrouve maintenant pris en sandwich entre le FN et LREM. Certes, Jean-Luc Mélenchon voudrait que LREM soit l’aile droite du nouveau paysage politique qui se dessinerait, mais il semblerait à l’évidence qu’il en serait plutôt l’aile gauche, face à LR qui garderait encore une certaine puissance parlementaire et un FN qui, par sa présence au second tour du 7 mai 2017, aurait pu jouer le rôle de principal opposant à la politique nationale actuelle.


Les 7 882 candidats (moyenne d’âge de 48 ans, 42% de femmes)

La règle du financement des partis politiques explique qu’il faut au moins 50 candidats inscrits au même parti ayant obtenu au moins 1% des voix pour pouvoir recevoir un financement public (un double montant annuel pendant cinq ans : 1,42 euro par voix obtenue et 37 000 euros par siège gagné). Cela signifie que de nombreux groupuscules, parfois qui n’ont rien de politique (comme la défense de la vie animale, entre autres), ont présenté des candidats partout en France. Cela fait des circonscriptions avec une vingtaine voire une quarantaine de candidats dans des grands centres urbains ! La moyenne nationale est de 14 candidats par circonscription. Un électeur qui s’abstiendrait aurait peu de crédibilité à dire qu’il n’y trouverait pas une offre politique suffisante.

La liste des candidats a été publiée le 23 mai 2017 par le Ministère de l’Intérieur (visible ici). 224 députés sortants (sur 577) ne se représentent pas en raison de la loi contre le cumul des mandats (parlementaire et exécutif local) qui s’applique à partir de ces élections-là ou en raison de la peur de se prendre une défaite magistrale. Ils n’étaient que 105 députés sortants à ne pas se représenter en juin 2012 et 98 en juin 2007.

La loi contre le cumul (que voulait maintenir aussi le candidat François Fillon malgré la demande de nombreux élus LR) fera sans doute plus pour le renouvellement de la classe politique que l’élection d’Emmanuel Macron elle-même.

On voit qu’en général (à quelques exceptions près, comme Jean-Christophe Lagarde à Drancy), la plupart des députés à la tête d’un exécutif local préfèrent leurs fonctions opérationnelles. Avant d’y être contraints par la loi (parfois contraints par un risque d’échec, mais pas toujours), certains avaient déjà adopté ce choix auparavant, en particulier : André Rossinot puis Laurent Hénart maires de Nancy, Alain Juppé maire de Bordeaux, Martine Aubry maire de Lille, Jean-Luc Moudenc maire de Toulouse, Bertrand Delanoë puis Anne Hidalgo maires de Paris, etc.

Les sortants qui ne se présentent pas pour raison de cumul sont notamment : Bernard Accoyer, Édouard Philippe, Benoist Apparu, Laurent Wauquiez, Christian Estrosi, Philippe Houillon, Xavier Bertrand, Hervé Morin, Gérald Darmanin, Valérie Pécresse, Hervé Gaymard, Dominique Bussereau, Arnaud Robinet, Jean Leonetti, Patrick Ollier, Patrick Devedjian, Luc Chatel, Laurent Degallaix, Alain Claeys, Olivier Carré, André Santini, François Vannson, Jean-François Copé, François Sauvadet, Jean-Christophe Fromantin, Jean-Claude Guibal, François de Mazières, Christophe Priou, Patrick Labaune, Carole Delga, Alfred Marie-Jeanne, Alain Rousset, Noël Mamère, Jean-François Mancel, Patrick Balkany et Hervé Mariton.

Plutôt par peur d’une cuisante défaite : Claude Bartolone, Jean-Marie Le Guen, Bruno Le Roux, Michel Sapin, Thierry Mandon, Alain Vidalies, Hélène Geoffroy, Thierry Braillard, Victorin Lurel, Philippe Martin (ex-ministre PS), Michel Vauzelle, Alain Rodet, Marylise Lebranchu, Marc Dolez, Marie-Arlette Carlotti, Denis Baupin et Thomas Thévenoud.

Dont la candidature a été rejetée localement ou nationalement, et qui n’étaient pas députés sortants : Audrey Azoulay, Jean-Jacques Aillagon et Gaspard Gantzer.

Par ailleurs, ne se représentent pas non plus à ces élections notamment : François Fillon, Jean-Marc Ayrault, Bernard Cazeneuve, Bernard Debré, René Dosière, Arnaud Leroy, Geneviève Fioraso, Pierre Lellouche, Christophe Caresche, Pierre Lequiller, Pascal Terrasse (recasé), Bernard Roman (recasé pour laisser la circonscription à François Lamy), Jean-Yves Le Déaut, Jean-François Mancel (laissant son fils Alexis se présenter dans sa circonscription), Laurent Cathala, Jacqueline Fraysse, François Loncle, François Asensi, Alain Bocquet et Marion Maréchal-Le Pen.


LREM et MoDem

Plus de 19 000 personnes ont fait acte de candidature pour obtenir l’investiture de LREM. La sélection a été réalisée par une commission d’investiture présidée par l’ancien ministre RPR Jean-Paul Delevoye au cours de 1 700 entretiens individuels, parfois téléphoniques. Une première série d’investitures (seulement 14) a été rendue publique le 6 avril 2017. La grande majorité des investitures ont été annoncées le 11 mai 2017 avec 5% de députés sortants (seulement des députés PS), pour des âges allant de 24 à 72 ans. Enfin, les dernières investitures ont été publiées le 15 mai 2017 (la procédure avait été amorcée le 19 janvier 2017).

Le parti d’Emmanuel Macron a choisi de faire une alliance avec le MoDem pour que ce dernier puisse avoir un groupe parlementaire en lui cédant 76 circonscriptions. Il n’a pas présenté de candidats dans certaines circonscriptions de droite ou de gauche afin d’aider à l’élection de certains responsables qu’il considérerait comme "alliés", en particulier : Manuel Valls, Bruno Le Maire, Franck Riester, Thierry Solère (soutenu par Jean-Louis Borloo le 30 mai 2017 à Boulogne-Billancourt), Gilles Boyer, Yves Jégo, Stéphane Le Foll, Marisol Touraine, Myriam El Khomri, George Pau-Langevin, David Habib, François Pupponi, etc. ainsi que les candidats LR à la succession de Xavier Bertrand, Benoist Apparu, Édouard Philippe, Hervé Gaymard, Gérald Darmanin, Arnaud Robinet, Hervé Mariton et Christian Estrosi qui ne se représentent pas en raison de la loi contre le cumul des mandats.

L’une des raisons qui rend LREM favori, c’est que c’est aussi le parti du meilleur second choix. Dans les circonscriptions, le candidat LREM (comme à l’élection présidentielle) va être préféré, au second tour, au candidat LR ou FN pour des électeurs PS ou FI, et au candidat FI ou PS voire FN pour des électeurs LR. Résultat, il est capable de ratisser large par les deux côtés au même titre que le FN est capable de rassembler les électeurs en colère de gauche comme de droite.

_yartiLegislative2017AZ05

Paradoxalement, l’affaire Ferrand (Richard Ferrand, patron de LREM, ministre actuel et candidat à sa réélection) ne semblerait pas avoir d’incidence sur le score de son parti alors qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de Brest le 1er juin 2017 après les premières révélations du "Canard enchaîné" du 24 mai 2017. Le même 1er juin 2017, François Bayrou, Ministre de la Justice, a présenté les grandes lignes de ses lois de moralisation de la vie politique.

Six ministres seulement (sur vingt-deux) se présentent ou représentent aux élections législatives : Richard Ferrand, Annick Girardin, Christophe Castaner, Bruno Le Maire (ces quatre derniers députés sortants) et Marielle de Sarnez ainsi que Mounir Mahjoubi (ce dernier sur la circonscription de Jean-Christophe Cambadélis). La situation la plus délicate est celle de Marielle de Sarnez, jamais élue au Palais-Bourbon, qui doit affronter notamment une personne dissidente de LREM. Quant à Richard Ferrand, malgré son "affaire", il est probable qu’il serait réélu dans une circonscription réputée "facile" pour lui.


LR et UDI

Le 11 mai 2017, Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, a annoncé que LR avait renouvelé 60% de ses candidats aux élections législatives et que le plus jeune candidat avait 23 ans.

Si François Baroin a présenté le 10 mai 2017 le programme législatif de LR-UDI sans doute le plus abouti de tous les partis pour ces élections législatives, il ne se fait guère d’illusions sur les chances d’atteindre une majorité à l’Assemblée Nationale. Cela ne l’empêche pas de participer à des dizaines et des dizaines de meetings pendant ces trois semaines de campagne, pour aider les candidats LR-UDI.

Lors de son meeting à Vertou le 29 mai 2017, François Baroin a proclamé la fin de la politique du ni-ni soutenue à l’UMP par Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé : les candidats LR-UDI qui n’auraient aucune chance d’être élus s’effaceraient au second tour si leur maintien donnait une chance d’élire un candidat du Front national. Cette politique du barrage au FN a été confirmée par le sénateur-maire de Troyes le 30 mai 2017 dans la matinale sur France Inter. Elle est la suite logique de la déclaration de François Fillon le 23 avril 2017 qui avait clairement appelé à voter en faveur d’Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle.

Dans le cadre de leur accord électoral, LR présente 480 candidats et l’UDI 148, en organisant dans certaines circonscriptions la double candidature. En cas de candidature unique, celle-ci a reçu la double investiture de LR et de l’UDI.


FN

Le Front national subit les conséquences de sa grande progression depuis 2012. Deux ailes politiquement opposées sont en pleine confrontation après la défaite présidentielle de Marine Le Pen (qui est redevenue présidente du FN le 15 mai 2017). Les élections régionales de décembre 2015 l’ont bien illustré : il y a le FN du Nord, canal d’extrême gauche, antimondialiste et contre l’Europe, symbolisé par Marine Le Pen et son acolyte irremplaçable, Florian Philippot, et il y a le FN du Sud, canal d’extrême droite, anti-immigration mais libéral et anti-impôt sur le revenu, symbolisé par Marion Maréchal-Le Pen et son grand-père Jean-Marie Le Pen. L’aile ouvrière et l’aile petits-commerçants.

Or, ces deux ailes sont en difficulté. D’une part, le 9 mai 2017, Marion Maréchal-Le Pen a annoncé son retrait de la vie politique alors qu’elle était l’une des deux députés FN élus en juin 2012 (l’autre, Gilbert Collard, serait en mauvaise posture dans sa circonscription du Gard). D’autre part, Florian Philippot a menacé le 19 mai 2017 (sur BFM-TV) de quitter le FN si ce dernier renonçait à vouloir quitter la zone euro. Pour maintenir un rapport de forces interne, il a créé le 15 mai 2017 l’association "Les patriotes" (après l’échec de l’alliance avec le parti de Nicolas Dupont-Aignan qui présente 388 candidats).

Par ailleurs, au-delà de ces divergences de fond, le FN va devoir s’expliquer sur les propos racistes ou antisémites d’une centaine de ses candidats aux élections législatives. Le site Buzzfeed a réalisé un travail de titans en scrutant toutes les interventions des 571 candidats FN et a publié son catalogue des horreurs. Le journaliste Daniel Schneidermann en a été écœuré : « La masse parle d’elle-même. Elle dit assez clairement à la fois le sérieux de "l’écrémage" des candidatures dont se vantent pourtant les dirigeants du mouvement et le fond de la pensée et des obsessions du "front profond". Elle permet d’en mesurer la cohérence intellectuelle. » (6 juin 2017).


France insoumise

Le 11 mai 2017, Jean-Luc Mélenchon est allé à Marseille dans la circonscription qui a le mieux voté pour lui au premier tour de l’élection présidentielle et où il se présente donc (contre le député PS sortant Patrick Mennucci). Son parachutage a valeur de symbole et il n’a pas caché son objectif : « Je ne veux pas affaiblir le PS. Je veux le remplacer ! ». Sa vieille rancœur contre un parti qui l’a nourri pendant de si longues décennies (sénateur PS au scrutin proportionnel entre 1986 et 2009 !).

Juste après l’élection présidentielle, comme François Baroin, Jean-Luc Mélenchon a fait campagne pour proposer une majorité de cohabitation face à Emmanuel Macron. Il aurait voulu que la France insoumise, son mouvement hétéroclite, fût le noyau dur d’une nouvelle gauche.

Pourtant, les tergiversations de Jean-Luc Mélenchon entre les deux tours de l’élection présidentielle, faisant de lui un allié tacite de Marine Le Pen, ont particulièrement scandalisé bon nombre d’électeurs notamment communistes. D’ailleurs, Jean-Luc Mélenchon a présenté des candidats contre des candidats communistes parfois député sortant. En tout, France insoumise présente 556 candidats et le PCF 461 candidats, ce qui fait des centaines de circonscriptions avec deux candidats de l’ancien Front de gauche.


PS

Le verdict présidentiel de 6,3% a été une catastrophe pour le PS car il a annoncé la disparition pure et simple du PS du paysage politique français. Tous les députés PS sortants se sont donc raccrochés à des bouées, d’un côté LREM ou "majorité présidentielle", de l’autre côté France insoumise.

Benoît Hamon, Anne Hidalgo, Martine Aubry, etc. veulent créer leur propre mouvement, et pour cette campagne, c’est la politique du sauve-qui-peut qui prévaut. Benoît Hamon a soutenu des candidats contre des députés PS sortants, comme Manuel Valls et Myriam El Khomri.


Positions de quelques candidats

Certaines circonscriptions sont plus scrutées que d’autres en raison de la présence de certaines personnalités.

Les candidats qui sont dans une position très difficile sont notamment : Jean-Christophe Cambadélis, Manuel Valls, Nathalie Koscusko-Morizet (voir le sondage en illustration), Najat Vallaud-Belkacem et Benoît Hamon.

_yartiLegislative2017AZ08

En revanche, certains candidats qui n’ont encore jamais pu être élus députés pourraient être élus car ils ont choisi des circonscriptions "en or" pour eux. C’est le cas notamment de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont et de Jean-Luc Mélenchon à Marseille.

Sur la base du résultat de l’élection présidentielle dans les 577 circonscriptions, LREM arriverait au second tour dans 427 circonscriptions, FN dans 295, LR-UDI dans 227 et France insoumise dans 237 circonscriptions. Cependant, la forte abstention prévisible (autour de 40%) et la logique institutionnelle qui favoriserait LREM (largement) amplifieraient le score de LREM et minoreraient celui des autres partis, d’autant plus que le passage au second tour nécessite de réunir au premeir tour un minimum de 12,5% des électeurs inscrits.


L’intérêt de l’Élysée

On pourrait croire que l’intérêt d’Emmanuel Macron serait d’avoir une large majorité absolue à l’Assemblée Nationale.

Et pourtant, je pense le contraire. D’une part, les larges majorités rendent les députés dissipés et indisciplinés, ce serait encore plus le cas pour des élus qui n’ont jamais fait de politique auparavant. Les exemples historiques sont nombreux, le dernier en date sans doute est la grande victoire de la coalition UDF-RPR en mars 1993 qui avait été tellement divisée que deux candidats majeurs se sont présentés à l’élection présidentielle suivante (Jacques Chirac et Édouard Balladur). Au contraire, une majorité absolue à quelques sièges près, comme en mars 1986 pour la même coalition, avait rendu nécessaire une discipline parlementaire très rigoureuse pour éviter tout risque de perdre la majorité lors d’un projet de loi.

_yartiLegislative2017AZ06

Un autre exemple devrait être le modèle pour Emmanuel Macron, celui des gouvernements de Michel Rocard qui a gouverné de 1988 à 1991 avec une majorité seulement relative du PS, l’obligeant à négocier (à coups de 49-3) parfois avec les communistes, parfois avec les centristes, reprenant l’idée chère à Edgar Faure mais aussi à François Bayrou de "majorité d’idées".

Or, si Emmanuel Macron veut vraiment changer la pratique et le type de gouvernance, il ne doit pas s’attacher à un parti godillot (malgré son nom de marcheurs) qui voterait tout ce que le gouvernement lui présenterait à l’Assemblée Nationale. Il serait plus logique, pour montrer son pluralisme, sa volonté de rassembler et d’unifier la classe politique pour soutenir des réformes sociales particulièrement fondatrices, de proposer un contrat de gouvernement entre LREM-MoDem, LR-UDI et, pourquoi pas, une partie sociale-démocrate du PS. Cela aurait l’avantage d’impliquer un large éventail de l’électorat dans une mission socialement et politiquement périlleuse.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (08 juin 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La campagne des élections législatives de juin 2017.
Liste des 7 882 candidats aux élections législatives du 11 juin 2017 (à télécharger).
Liste des 511 candidats investis par La République En Marche le 15 mai 2017 (document).
Programme LR-UDI pour les législatives présenté le 10 mai 2017 (à télécharger).
Loi de moralisation de la vie politique (1er juin 2017).
Emmanuel Macron et la fierté nouvelle d’être Français ?
Richard Ferrand, comme les autres ?
Édouard Macron : d’abord l’Europe !
Composition du premier gouvernement d’Édouard Philippe (17 mai 2017).
Édouard Philippe, nouveau Premier Ministre.
L’investiture d’Emmanuel Macron (14 mai 2017).
Programme 2017 d’Emmanuel Macron (à télécharger).
Le Président Macron a-t-il été mal élu ?
Qui sera nommé Premier Ministre en mai et juin 2017 ?
L’élection d’Emmanuel Macron le 7 mai 2017.
Macronités.
Ensemble pour sauver la République.
Débat du second tour du 3 mai 2017.

_yartiLegislative2017AZ01


http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170522-legislatives2017-az.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/legislatives-2017-logique-193921

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/06/08/35332583.html

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 05:15

« Ma décision est simple, solide, inébranlable. Oui, je suis candidat à la Présidence. » (Vesoul, le 23 février 2016).



_yartLeMaireBrunoD01

Le nouveau Ministre de l’Économie Bruno Le Maire rêvait de Bercy en juin 2011 sous Nicolas Sarkozy, il l’a obtenu en mai 2017 sous Emmanuel Macron. Un petit retour sur sa trajectoire.

Bruno Le Maire aurait pu s’imaginer à la place d’Emmanuel Macron. Un peu comme Manuel Valls. Ce dernier s’était voulu le modernisateur du socialisme réaliste et pragmatique assumé et c’est Emmanuel Macron qui l’a concrétisé. Sur la forme, Bruno Le Maire a adopté les mêmes thèmes de campagne qu’Emmanuel Macron, pas sur le fond mais sur la forme : le renouvellement, l’attaque contre le système en étant pourtant l’un de ses plus brillants représentants.

Comme Emmanuel Macron, avec huit ans de décalage, Bruno Le Maire est un homme brillant intellectuellement, rayonnant même, qui a tout de suite ébloui ses interlocuteurs au Quai d’Orsay.

Revenons très rapidement sur son CV : normalien (et agrégé de lettres modernes), IEP Paris et énarque (Emmanuel Macron n’est pas normalien). Bruno Le Maire est un spécialiste de Proust. Il a ensuite commencé sa carrière de haut fonctionnaire dans la diplomatie et très rapidement, au début des années 2000, il a rejoint le staff de Dominique de Villepin, d’abord à l’Élysée (ce dernier était Secrétaire Général de la Présidence de la République), puis au Ministère des Affaires étrangères, puis au Ministère de l’Intérieur, et enfin, à Matignon. Il a alors atteint la plus haute responsabilité comme directeur de cabinet du Premier Ministre de juin 2006 à mai 2007.

C’est en début 2007 qu’il décida de franchir l’autre côté du rideau, l’engagement politique. Cela tombait bien : Jean-Louis Debré, Président de l’Assemblée Nationale, venait d’être nommé Président du Conseil Constitutionnel par le Président Jacques Chirac. Il lui laissa sa circonscription à Évreux (première circonscription de l’Eure). Il fut élu largement en juin 2007 face à la candidate socialiste. Ce fut un parachutage réussi (il n’était jamais encore allé dans ces lieux). Il a adopté le ton décontracté au cours de sa campagne sur le terrain. Il a été réélu en juin 2012 et cherche maintenant à se faire réélire en juin 2017 (son épouse fut sa collaboratrice parlementaire de 2007 à 2013, selon Mediapart le 8 octobre 2013).

Comme on le constate, ses deux mentors en politique sont Dominique de Villepin et Jean-Louis Debré, deux chiraquiens fidèles et loyaux. Comme François Baroin, Bruno Le Maire n’est donc pas du tout "sarkozyste". Il ne faisait aucun doute cependant que Bruno Le Maire, très ambitieux, se voyait déjà ministre avec la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007. Comme François Baroin, il a dû attendre.

Nommé Secrétaire d’État aux Affaires européennes le 12 décembre 2008 à l’âge de 39 ans, ce qui n’était qu’un strapontin peu à sa mesure mais qui était un poste qui convenait bien à sa compétence diplomatique, il fut promu Ministre de l’Agriculture et de la Pêche le 23 juin 2009. L’Agriculture est réservé aux marathoniens de Bruxelles ! On loua alors sa germanophonie comme atout dans les négociations européennes.

Ministre, il pouvait devenir un leader national, or, pas de leadership durable sans fief local. En mars 2010, il tenta de ravir la présidence du conseil régional de Haute-Normandie, sans succès face au président socialiste sortant Alain Le Vern. Il était également présent aux élections municipales en mars 2008 sur la liste UMP qui a échoué, puis en mars 2014 (liste qui a gagné). Ainsi, en plus de son mandat parlementaire, Bruno Le Maire a cumulé celui de conseiller régional de mars 2010 à décembre 2015 et de conseiller municipal d’Évreux de 2008 à 2017.

Pendant plusieurs mois, le Président Nicolas Sarkozy mit la pression sur ses ministres en annonçant un changement de gouvernement. Jean-Louis Borloo était donné à Matignon mais déjà, parmi les autres hypothèses, celle de Bruno Le Maire s’esquissait. De toutes les hypothèses, cette dernière était sans doute la plus farfelue pour le grand public qui ne connaissait pas encore très bien Bruno Le Maire. Le voici donc célèbre d’abord pour son …ambition.

Finalement, François Fillon fut reconduit à Matignon et Bruno Le Maire resta à son poste le 14 novembre 2010, élargissant ses responsabilités ministérielles à la Ruralité et à l’Aménagement du Territoire. Ce fut probablement une déception pour lui qui commençait à s’ennuyer à l’Agriculture et qui aurait souhaité un portefeuille plus prestigieux.

Durant cette année 2010, Bruno Le Maire faisait partie de la petite "bande" des quadras UMP du gouvernement avec Luc Chatel, Valérie Pécresse, François Baroin (qui a rejoint le gouvernement en 2010) auquel il faut rajouter Laurent Wauquiez (trentenaire) et Jean-François Copé qui a pris la direction de l’UMP (son secrétariat général). Il serait cependant très abusif de parler de "bande à Copé" (comme on parlait dans les années 1980 de la "bande à Léo" avec François Léotard, Alain Madelin, Gérard Longuet et Philippe de Villiers) car tous ces membres, ambitieux, roulaient déjà pour eux-mêmes et pas pour …celui qui croyait en être le chef !

Cette "bande" s’est de toute façon désintégrée dès juin 2011 dès qu’il a fallu trouver un successeur de Christine Lagarde à l’influent Ministère de l’Économie et des Finances. Après beaucoup d’hésitation, Nicolas Sarkozy avait choisi Bruno Le Maire, notamment parce qu’il savait parler allemand (cette germanophobie a été aussi évoquée pour Jean-Marc Ayrault quand il est arrivé au Quai d’Orsay en février 2016). Finalement, François Baroin fut nommé au lieu de Bruno Le Maire, Valérie Pécresse succéda à François Baroin au Budget et Comptes publics, et Laurent Wauquiez succéda à Valérie Pécresse à la Recherche et aux Universités. Bruno Le Maire, lui, n’évoluait pas.

L’échec de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2012 changea la donne : il fallait désigner un nouveau président de l’UMP (poste mis en jachère sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy) et ce nouveau président aurait toutes les chances de devenir le candidat UMP à l’élection présidentielle de 2017, ce qui devait forcément entraîner bien des convoitises.

_yartLeMaireBrunoD02

Ce fut à partir de 2012 que Bruno Le Maire mit en place sa posture de l’homme du renouveau et de l’homme contre le système. Une posture qui, quatre ans plus tard, a fort bien réussi à Emmanuel Macron. Bruno Le Maire chercha à se présenter à la présidence de l’UMP mais n’a pas réussi à obtenir les parrainages nécessaires. Il refusa, comme Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand, de s’engager dans le duel fratricide entre François Fillon et Jean-François Copé : sa neutralité l’a grandi car le combat était assez déplorable.

Cette virginité lui donna un argument supplémentaire dans sa promotion du renouvellement des pratiques politiques. Dans le même ordre d’idée, il a voulu mettre en pratique ses idées, ce qui l’a conduit à démissionner de la fonction publique le 3 octobre 2012 (Emmanuel Macron en a fait de même le 16 novembre 2016) et à fustiger le cumul des mandats en mars 2016 (après avoir lui-même cumulé la région et l’Assemblée Nationale). Par ailleurs, il s’est dit partisan de la limitation à trois mandats parlementaires dans le temps en annonçant qu’il ne se représenterait pas en 2022.

Dès qu’une occasion se présenta à lui pour servir son ambition, il n’a pas hésité à avancer. Ainsi, après la démission forcée de Jean-François Copé de la présidence de l’UMP, il s’est présenté le 11 juin 2014 à sa succession et n’avait qu’Hervé Mariton comme concurrent durant l’été 2014 au cours duquel il a fait une campagne méthodique et efficace. C’est à cette époque que j’ai compris que l’ambition l’avait emporté sur les convictions chez lui : il affirmait alors des positions très droitières sur l’immigration, considérant qu’on ne conquérait l’UMP que par sa droite, lui qui, au départ, était considéré comme un "modéré".

Nicolas Sarkozy est revenu dans le paysage politique le 19 septembre 2014 en se présentant lui aussi à la présidence de l’UMP qu’il a retrouvée le 29 novembre 2014 avec seulement 64,5% des voix. La cause de ce score médiocre : Bruno Le Maire, qui avait refusé de s’effacer malgré le retour de l’ancien Président de la République, et qui a obtenu un score honorable de 29,2%. Face aux autres rivaux de sa génération, il a réussi ainsi à se prévaloir d’une certaine forme de courage. Ce fut en revanche au prix de quelques concessions à la ligne Buisson

S’il n’a pas gagné cette élection interne, Bruno Le Maire en est ressorti très largement crédité d’une véritable force militante, et surtout, il a pu tisser un réseau interne précieux pour les échéances ultérieures, ayant obtenu le soutien d’une soixantaine de parlementaires UMP (dont Édouard Philippe, Jean Leonetti, Thierry Solère, Arnaud Robinet, Jean-François Lamour, Damien Abad, Julien Aubert, Jérôme Chartier, Laure de La Raudière, Éric Straumann, Charles de la Verpillère, Jérôme Bignon, Fabienne Keller, Arnaud Danjean, etc.).

Si ces parlementaires ne l’ont pas forcément soutenu lors de la primaire LR de novembre 2016, on en retrouve certains qui sont désormais sur la même ligne politique macronisée en mai 2017…

Avec cette force de frappe nouvelle, il n’y a eu guère de doute que Bruno Le Maire allait être candidat à la primaire LR. Il se déclara sans surprise le 23 février 2016 à Vesoul. Parmi ses soutiens, certains déjà à la présidence de l’UMP et aussi Yves Jégo, Hervé Maurey, Michel Barnier, Sébastien Lecornu (ancien conseiller de Bruno Le Maire devenu maire de Vernon le 30 mars 2014 puis président du conseil départemental de l’Eure le 29 mars 2015), Hervé Morin (qui avait été soutenu très activement par Bruno Le Maire pour conquérir le conseil régional de la Normandie réunifiée en décembre 2015), etc.

Sa campagne, au début, a eu des signes très prometteurs. Dans les sondages, il fut même classé parfois en troisième position, devançant François Fillon. Cela au prix d’une forte dose de démagogie comme la suppression de l’ENA, la construction de nouvelles prisons, la baisse de la CSG à 6% (Emmanuel Macron préconise une hausse de la CSG), la baisse massive des charges des entreprises, la revalorisation des petites retraites, etc. Il a un programme de "révolution libérale" basée sur du "jeunisme" (son seul argument pour l’élire était qu’il représentait le renouveau de la classe politique).

Le 17 septembre 2016, il a présenté son programme détaillé, un pavé de plus de mille pages, donnant ses propositions sur de très nombreux sujets à l’importance parfois dérisoire face aux grands enjeux nationaux (c’est d’ailleurs étrange qu’un revendiqué libéral veuille s’immiscer dans toutes les affaires même les plus petites). Le 20 octobre 2016 sur France 2, il proposa la fin du monopole des syndicats à représenter les salariés, la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, une baisse drastique des indemnités chômage et l’institution de "petits boulots" payés 5 euros par heure, etc.

Bruno Le Maire s’est cependant beaucoup discrédité le 13 octobre 2016 au cours du premier débat télévisé de la primaire LR, objet de ricanement des "vieux briscards" de la politique, Nicolas Sarkozy et François Fillon, lorsqu’il a confondu postes de fonctionnaire et emplois aidés et lorsqu’il s’est trouvé assez démuni pour approfondir ses arguments. Son arrogance a tourné court. Le 20 novembre 2016, il s’est retrouvé relégué en cinquième position, avec seulement 2,4%, devancé par Nathalie Kosciusko-Morizet (l’autre non-alignée de la bataille de l’UMP de novembre 2012).

Alors qu’il se voyait déjà désigné, Bruno Le Maire a dû revoir ses ambitions à la baisse. Il a immédiatement apporté son soutien au candidat le mieux placé, François Fillon, alors que son origine "chiraquienne" aurait pu l’inciter à choisir Alain Juppé (en fait, pendant sa campagne, tellement sûr de lui, il avait martelé qu’il ne prendrait pas position au second tour, pensant y être présent lui-même). Résultat, il s’est retrouvé dans le camp des vainqueurs le 27 novembre 2016, lors de la victoire de François Fillon, devenu le favori de l’élection présidentielle de 2017.

Renonçant à un populisme droitier qu’il avait adopté de l’été 2014 à l’automne 2016, Bruno Le Maire est redevenu le technicien sérieux et solide, posé et modéré, au service d’un autre, à savoir François Fillon qui l’a pressenti pour devenir son futur Ministre des Affaires étrangères. Ce fut dans ce cadre que le 11 janvier 2017, Bruno Le Maire s’est rendu à Berlin pour préparer la rencontre entre François Fillon et Angela Merkel le 23 janvier 2017 à Berlin (Emmanuel Macron n’a fait le voyage que le 16 mars 2017). Cette rencontre Fillon/Merkel pourtant stratégique est restée quasi-confidentielle dans les médias. Pourquoi ? Parce que le lendemain, l’affaire Fillon a éclaté et les médias n’ont plus que tourné autour de ce sujet pendant trois mois.

Lorsque François Fillon a annoncé le 1er mars 2017 qu’il serait mis en examen mais qu’il resterait quand même candidat, le premier de ses fidèles à l’avoir quitté fut Bruno Le Maire, convaincu qu’il mènerait son parti à la défaite. Il sortit de sa discrétion le 8 avril 2017 pour confirmer qu’il voterait quand même pour François Fillon mais du bout des lèvres. Malgré ses critiques contre Emmanuel Macron (du reste, pas moins sévères que celles d’Édouard Philippe), il apporta clairement son soutien à Emmanuel Macron dès la nouvelle connue de la défaite de François Fillon.

Enfin, toujours le premier à prendre position, dès le soir du second tour, le 7 mai 2017, Bruno Le Maire l’impatient s’est déclaré prêt à dépasser les clivages avec le nouveau Président Macron pour redresser le pays : « Qu’est-ce qu’on attend pour travailler ensemble ? ». Cette offre de service, pas très glorieuse pour son honneur et susceptible d’être qualifiée de trahison par ses (anciens) amis politiques, conforta Emmanuel Macron dans l’idée qu’il lui serait possible, après avoir fait éclater le PS, de faire exploser Les Républicains. Ce dernier était ainsi sûr qu’il aurait au moins un responsable LR, et pas des moindres, un ancien candidat à la primaire, qui accepterait d’intégrer le gouvernement qu’il nommerait prochainement.

_yartLeMaireBrunoD03

Personne ne pouvait imaginer qu’Emmanuel Macron cherchait à nommer un LR à Matignon. Son but était en effet de concéder tout le secteur économique et budgétaire à des ralliés LR. Si toutes les personnes LR pressenties pour Matignon refusaient son offre, Emmanuel Macron savait que Bruno Le Maire accepterait.

Finalement, Bruno Le Maire s’est retrouvé nommé Ministre de l’Économie le 17 mai 2017, et somme toute, pas à une place très élevée dans la hiérarchie gouvernementale. Il aurait pu négocier un titre de Ministre d’État.

Le secrétaire général de LR Bernard Accoyer a constaté l’exclusion de facto de Bruno Le Maire, mais aucune procédure disciplinaire n’a été engagée à son encontre (au contraire de Manuel Valls que le PS voudrait exclure).

_yartLeMaireBrunoD05

C’est une adjointe au maire d’Évreux qui est la candidate LR opposée à Bruno Le Maire aux élections législatives du 11 juin 2017, ce dernier étant désormais le candidat de La République En Marche, qui fut soutenu activement par le Premier Ministre Édouard Philippe à Pacy-sur-Eure le 28 mai 2017. Un sondage Ifop-Fiducial publié par le "Journal du dimanche" le 28 mai 2017 donnerait à Bruno Le Maire une large avance au premier tour (laminant cette candidate LR) et une large victoire au second tour.

Le nouveau ministre fait partie des six membres du gouvernement à être candidats aux élections législatives. Il paraîtrait que ses électeurs accepteraient ces retournements de postures depuis 2012, comme ce fut le cas avec les ministres d’ouverture de 1988, en particulier Jean-Pierre Soisson et Jean-Marie Rausch.

Qu’importe la locomotive, pourvu qu’elle tire les wagons…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (03 juin 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Bruno Le Maire, le brillant ambitieux.
Ministre de l’Économie le 17 mai 2017.
Les confusions du projet de Bruno Le Maire.
Bruno Le Maire et le Brexit.
Débat Bruno Le Maire vs Pierre Moscovici (14 novembre 2011).
Nouveaux leaders ?
Premier tour de la primaire LR du 20 novembre 2016.
Troisième débat de la primaire LR 2016 (17 novembre 2016).
Deuxième débat de la primaire LR 2016 (3 novembre 2016).
Premier débat de la primaire LR 2016 (13 octobre 2016).
Dominique de Villepin.
Jean-Louis Debré.

_yartLeMaireBrunoD04


http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170517-bruno-le-maire.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/bruno-le-maire-le-brillant-193781

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/06/03/35332514.html


 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 05:20

« Ceux qui ne partagent pas les mêmes idées, ceux qui sont en désaccord sur l’Europe, sur l’économie, sur l’entreprise, sur les questions de sécurité ou de laïcité peuvent-ils encore être dans la même famille politique ? Personnellement, je ne le crois pas, donc doit venir le temps enfin de la clarification. » ("Le Figaro", le 24 avril 2017).


_yartiValls2017B01

Un sondage Ifop-Fiducial publié par le "Journal du dimanche" le 28 mai 2017 laisserait entendre que la réélection de Manuel Valls dans la première circonscription de l’Essonne serait très difficile, faisant au second tour jeu égal avec la candidate soutenue par Jean-Luc Mélenchon, Farida Amrani.

Des 7 882 candidats aux élections législatives du 11 juin 2017 dans les 577 circonscriptions, Manuel Valls est sans doute celui qui incarne le mieux le quinquennat de François Hollande, son échec, son impopularité, ses hésitations. François Hollande lui-même est absent de la compétition et ses autres Premiers Ministres, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve, par peur de l’échec, ont renoncé à se présenter, tout comme le Président de l’Assemblée Nationale sortante Claude Bartolone. Les rares ministres sortants candidats ne représentent au mieux qu’un domaine spécifique et pas l’ensemble d’une politique nationale.

Pire ! S’il y avait un moyen, pendant tout ce processus électoral du printemps 2017, de signifier sa colère contre le quinquennat de François Hollande, ce n’aurait pas été à l’occasion de l’élection présidentielle (aucun candidat n’en a revendiqué le bilan) mais dans certaines circonscriptions aux élections législatives et plus particulièrement dans celle où se présente Manuel Valls.

Quel cauchemar pour Manuel Valls ! Le précurseur du social-libéralisme est en train de tout perdre et pourtant, le social-libéralisme est en train de triompher. C’est sûr qu’il doit se mordre les doigts d’avoir proposé au Président François Hollande de nommer son conseiller économie au stratégique poste du Budget lors de la formation de son premier gouvernement, en avril 2014, poste qui lui fut refusé pour d’incompréhensibles raisons d’équilibre d’appareil, mais qu’il a pu reproposer lors du limogeage d’Arnaud Montebourg en août 2014, et là, par la grande porte, au Ministère de l’Économie.

Tout marche pour l’un, tout s’effondre pour l’autre. L’un garde une image de personne loyale, l’autre est un traître par définition. Il pourrait être le Caliméro de la classe politique en disant que c’est vraiment trop injuste !

_yartiValls2017B02

À bientôt 55 ans, Manuel Valls n’est plus un perdreau du paysage politique depuis très longtemps, il n’a d’ailleurs jamais rien fait d’autre que de la politique (conseiller régional à 23 ans). En 2012, on aurait pu imaginer, sans connaître le résultat des élections, que durant le quinquennat 2017-2022, se seraient opposés les deux plus ambitieux de leur génération, à savoir Jean-François Copé à droite et Manuel Valls à gauche. Ni l’un ni l’autre ne semblent avoir aujourd’hui un futur politique autrement que local. Les deux ont été rejetés par leur propre camp au cours de primaires qui n’ont pas vraiment servi les partis qui les ont organisées.

Si l’on essayait de comprendre pourquoi la trajectoire nationale de Manuel Valls s’efface alors que ses idées prennent le pouvoir, on pourrait répondre qu’il a gardé les vieilles pratiques qui ne sont plus acceptables aujourd’hui.

Quelle vieilles pratiques ? La première chose, c’est d’être plus fidèle à son parti qu’à ses idées. Lorsqu’il s’est présenté à la primaire du PS en octobre 2011, il savait qu’il ferait un score assez bas (5%). À l’époque, proche de Dominique Strauss-Kahn, il militait pour une TVA sociale et pour la fin des 35 heures. Son discours était ouvertement en faveur des entreprises, car les seules créatrices de richesse, et il est impossible de redistribuer la richesse si l’on n’en crée pas d’abord.

La première erreur a donc été d’être resté au Parti socialiste. Erreur que n’a pas commise Emmanuel Macron qui, bien qu’adhérent quelques années du PS, l’a vite quitté. Pourquoi rester au PS alors que c’était une auberge espagnole où régnaient autant de divisions que dans la société elle-même, entre les marxistes, les protectionnistes, les partisans de la construction européenne, les fédéralistes, etc. ? Le clivage fort entre politique de la demande et politique de l’offre, entre jacobins et girondins, entre dirigistes et libéraux, entre dogmatiques et pragmatiques, entre sécuritaires et circonstance-atténuantistes, entre première gauche et seconde gauche, etc. a profondément divisé le PS au moins depuis 2005 (en fait, depuis au moins 1979). Le référendum de 2005 et l’élection de François Hollande, dont le combat contre la "finance internationale" était le seul programme audible pour ses électeurs de gauche, ont complètement achevé ce parti.

Manuel Valls aurait dû se désolidariser rapidement de ses camarades socialistes qui n’allaient pas dans son sens. Il n’était pas aimé par la base du PS, donc son départ n’aurait pas bouleversé beaucoup son avenir politique. Il aurait dû créer un mouvement de centre gauche avec d’autres mouvements centristes.

Effectivement, pendant la campagne présidentielle de 2012, un débat télévisé entre François Bayrou et Manuel Valls a montré, le 8 mars 2012 sur France 2, la possibilité d’un accord politique entre les deux hommes. François Bayrou lui a même révélé : « Un certain nombre de mes amis sont allés voter pour vous à la primaire [octobre 2011]. ».

À l’époque, ce fut François Bayrou qui fit le geste le plus important en appelant à voter pour François Hollande au second tour en mai 2012 (ce qui l’a rendu détesté à droite). L’erreur de François Hollande a été d’avoir refusé de l’intégrer dans sa nouvelle majorité en restant sur l’entre-soi, entre socialistes (et alliés peu différenciables, écologistes ou radicaux de gauche). Manuel Valls aurait pu faire pencher la balance vers l’ouverture mais il était trop occupé à prendre ses responsabilités Place Beauvau.

Car Manuel Valls, comme Charles Pasqua, comme Nicolas Sarkozy (certains diraient aussi Clemenceau, mais il ne faut quand même pas trop abuser des comparaisons douteuses), a voulu construire sa réputation politique comme Ministre de l’Intérieur ferme et intransigeant. Là fut la deuxième erreur. Pas vraiment une erreur, en fait, mais une deuxième explication de sa disgrâce actuelle. L'inadéquation entre la nécessité de rassembler et la propension à exercer le pouvoir seul.

Il y a chez Manuel Valls une dichotomie entre l’offre politique qui est la sienne, faite de modération, de socialo-centrisme, de valeurs républicaines, et sa personnalité qui s’est réellement révélée à l’Intérieur puis à Matignon, un tempérament colérique, arrogant, autoritaire, martial, qui le placerait plutôt à une extrémité de l’échiquier politique plutôt qu’en position centrale. Cette observation engendre une catastrophe pour un responsable politique : le ressenti d’une absence de toute sincérité, et donc de toute crédibilité.

La troisième erreur, ce fut lors de la formation de son premier gouvernement le 2 avrl 2014, une fois nommé à Matignon après la débâcle des socialistes aux élections municipales de mars 2014. Son choix s’est imposé à François Hollande comme un canon de revolver sur la tempe. Certes, les écologistes, trop prudes pour passer sous les ordres d’un chef de guerre, ont déserté le gouvernement qui, pourtant, poursuivait la même politique (le CICE datait de janvier 2014), mais la base de soutien politique du gouvernement est restée la même : le PS et ses alliés. Avec un gros problème, c’est que le PS a toujours détesté Manuel Valls.

À cette époque où les sondages enregistraient déjà des records d’impopularité présidentielle, Manuel Valls imaginait mal une réélection de François Hollande et tablait plutôt sur la conquête, dans l’opposition, d’un PS minoritaire pour en faire une machine de guerre à sa dévotion pour l’élection présidentielle de 2022… la quasi-seule occasion pour lui, car il aurait déjà 59 ans. Là, c’était une stratégie de vieille pratique.

L’innovation, cela aurait été, au contraire, d’ouvrir son gouvernement vers sa droite dès 2014. D’ailleurs, que ce soit la loi Macron ou la loi El-Khomri, beaucoup de parlementaires UMP ou UDI étaient prêts à les adopter, à condition qu’on les écoutât un peu dans leur rédaction. En gros, faire ce qu’Emmanuel Macron a fait le 17 mai 2017, en intégrant dans son gouvernement des ministres qui s’y retrouveraient dans la politique nationale sans considération d’appartenance à un parti.

En limitant sa base à un PS profondément divisé au point que certains de ses députés étaient prêts à voter une motion de censure contre lui (on croirait rêver), Manuel Valls a nécessairement signé son arrêt de mort avant même de concourir à l’élection présidentielle.

La quatrième erreur de Manuel Valls est sans doute d’être parti le 5 décembre 2016 à l’abattoir à la primaire PS de janvier 2017. De la farine le 22 décembre 2016 à Strasbourg et une gifle le 18 janvier 2017 à Lamballe lui ont montré son niveau d’impopularité, lui qui fut longtemps le plus populaire des ministres.

Là encore, la renonciation presque papale de François Hollande le 1er décembre 2016 a été ressentie comme un coup de palais (ou de menton) de Manuel Valls devenu traître aux yeux des rares ministres hollandistes qui auraient dû former pourtant son avant-garde. Aidé de bataillons d’électeurs venus à la gauche du PS, Benoît Hamon a largement dominé cette primaire.

Benoît Hamon, le ministre dissident, celui qui s’opposait à la voix officielle, devenait le représentant officiel de ce parti. Inversion des rôles en quelques semaines : le frondeur ne fronde plus et le majoritaire est minoritaire. On comprendra que, malgré l’engagement nécessaire de soutien réciproque, Manuel Valls aurait eu du mal de voter pour celui qui avait tout fait pour que son gouvernement ne réussît pas. À traître, traître et demi d’avoir contesté le gouvernement pendant deux ans sans quitter le parti du gouvernement.

L’éviction de Manuel Valls du jeu présidentiel a bien sûr favorisé la candidature d’Emmanuel Macron. Pour les électeurs de gauche modérée, Emmanuel Macron était devenu le seul salut pour éviter tant le retour de la droite au pouvoir (dans un contexte politique très difficile pour François Fillon) que l’arrivée au pouvoir d’un dogmatisme rêveur (Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon).

Certes, en décembre 2016, Manuel Valls ne pouvait pas ignorer l’élection présidentielle de 2017, mais il aurait très bien pu imaginer se présenter en dehors du PS. En tant que Premier Ministre sortant, il avait toute la légitimité pour le faire. Après tout, Emmanuel Macron l’a fait aussi, et cela démangeait aussi Arnaud Montebourg. Toutes ces candidatures se seraient annihilées mutuellement mais rien ne les empêchait de se départir du PS. François Bayrou aurait pu lui aussi se présenter, mais il imaginait bien que sa candidature aurait favorisé François Fillon.

_yartiValls2017B03

Lorsque Manuel Valls a apporté son soutien à Emmanuel Macron le 29 mars 2017, c’était avec la réticence de ce dernier qui a dû insister sur le fait que soutien ne voulait pas dire retour aux vieilles pratiques. Déjà, les rapports entre les deux hommes ont changé. C’est vrai qu’en cas d’échec d’Emmanuel Macron, Manuel Valls aurait pu démontrer sa loyauté et peut-être récupéré le mouvement mis en place par son ancien Ministre de l’Économie. Mais en cas de victoire, c’était forcément se vassaliser.

Manuel Valls est même allé largement dans la philosophie de rassemblement d’Emmanuel Macron puisque le même jour où il a annoncé son ralliement, il a également dit (dans "L’Obs") qu’il serait prêt à travailler avec François Fillon si ce dernier était élu. L’intéressé, surpris et heureux de cette hypothèse, a confirmé qu’il serait lui aussi pour le dialogue républicain avec toutes les bonnes volontés. Malheureusement, ce qui aurait été perçu avec Emmanuel Macron comme une logique d’unité nationale a été perçu avec Manuel Valls comme un énième épisode de son arrivisme, s’accrochant à toutes les branches possibles pour pouvoir rebondir.

La cinquième erreur de Manuel Valls, ce fut de n’avoir toujours pas compris le fonctionnement d’Emmanuel Macron pour qui le renouvellement de la classe politique n’était pas un vain mot. Manuel Valls a dû penser que ce n’était qu’une posture de campagne et qu’on reviendrait aux petits jeux habituels de la cuisine politique, une fois l’élection passée.

Lorsque, le 9 mai 2017, Manuel Valls a annoncé unilatéralement qu’il se présenterait aux élections législatives avec l’étiquette En Marche, il a été fort imprudent. Car il n’a pas compris que la procédure d’investiture était la même pour tous les candidats En Marche, à savoir, envoyer un dossier complet, expliquer pourquoi il serait un bon candidat, etc. Une humiliation qu’ont déjà subie quelques dizaines de députés PS sortants et quelques députés LR sortants qui mourraient d’envie d’avoir aussi cette investiture (précieux atout dans la foulée d’une victoire présidentielle).

Les réactions agacées et malveillantes des responsables d’En Marche pendant quelques jours ont été un véritable manque de respect pour un ancien Premier Ministre, ce qui a ému jusqu’à des ténors de la droite assez dépités par le mauvais traitement. Pourtant, les règles d’investiture imposées par En Marche étaient assez claires, notamment de ne pas investir un député au-delà de trois mandats consécutifs (ce qui était le cas pour Manuel Valls élu depuis juin 2002).

Finalement, très prudemment, La République En Marche n’a investi aucun candidat sur sa circonscription, au grand dam de la personne déjà investie et qui a vu son investiture retirée. De son côté, également par prudence, le PS n’a investi aucun candidat contre l’ancien Premier Ministre, même si une procédure d’exclusion a été déclenchée le 6 avril 2017 en raison de son manque de loyauté pour le premier tour de l’élection présidentielle. Revenant à ses habitudes de frondeur, Benoît Hamon, lui-même en difficulté à Trappes, a carrément soutenu à Évry le candidat communiste Michel Nouailles.

Cette erreur de se réclamer d’En Marche sans avoir préalablement vérifié qu’En Marche l’accepterait, Manuel Valls l’a faite en pensant sincèrement que son ralliement sans condition était positif pour ce mouvement alors qu’au contraire, une telle démarche cassait l’image de renouvellement que voulait faire apparaître Emmanuel Macron.

Elle est aussi la leçon de la première erreur évoquée plus haut : que l’avenir politique de Manuel Valls ne pouvait plus passer par le Parti socialiste. Il a mis très longtemps à être conscient de cette évidence. Au congrès de Poitiers en juin 2015, il croyait encore fermement être en mesure de conquérir le PS en automne 2017, au point de cosigner une motion très "synthétique" avec Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadélis.

_yartiValls2017B05

Voilà donc Manuel Valls entre les deux chaises, entre le PS et La République En Marche, prêt à être battu par une candidate d’extrême gauche. Sa survie politique dépend de sa réélection en juin 2017. De grands ténors ont déjà subi des échecs législatifs retentissants, on peut penser à François Mitterrand en novembre 1958 ou Michel Rocard en mars 1993. Les deux ont pu ensuite prendre d’assaut un PS moribond. Mais tout le monde n’a pas leur stature.

Manuel Valls est désormais un électron libre de la vie politique et son échec législatif réduirait énormément son écho médiatique et surtout réduirait à néant son ambition nationale. C’est d’ailleurs ce que tous ses "amis" attendent, En Marche comme le PS, qu’il échoue malgré l’absence de candidat contre lui, et qu’on tourne définitivement la page Valls…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (02 juin 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Manuel Valls : les cinq raisons d’un échec.
Le vaccin anti-Macrobe.
Second tour de la primaire socialiste du 29 janvier 2017.
Quatrième débat de la primaire socialiste du 25 janvier 2017.
Premier tour de la primaire socialiste du 22 janvier 2017.
Troisième débat de la primaire socialiste du 19 janvier 2017.
Deuxième débat de la primaire socialiste du 15 janvier 2017.
Premier débat de la primaire socialiste du 12 janvier 2017.
La primaire socialiste de janvier 2017.
Programme de Manuel Valls (à télécharger).
Manuel Valls candidat à la primaire PS de janvier 2017.
La ville d’Évry.
Discours de Manuel Valls le 13 janvier 2015 au Palais-Bourbon (texte intégral).
Discours de Manuel Valls le 9 janvier 2016 au CRIF (texte intégral).
Manuel Valls et l’esprit républicain.
Manuel Valls vs François Fillon (24 septembre 2015).
La ville de Manuel Valls.
La confiance Valls, volet 2 (16 septembre 2014).
La confiance Valls, volet 1 (8 avril 2014).
Les relations entre l’Élysée et Matignon.
Nomination de Manuel Valls à Matignon (31 mars 2014).
Valls sera-t-il Premier Ministre ? (15 mars 2014).
Manuel Valls et son ambition présidentielle.
Manuel Valls à la primaire socialiste.
Manuel Valls et les institutions de la République.
Valls-Bayrou, même combat ?
Et la Corse dans tout cela ?
Et les gens du voyage ?

_yartiValls2017B04



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170509-valls.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/manuel-valls-les-cinq-raisons-d-un-193737

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/06/02/35312694.html


 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 00:21

Le Ministère de l'Intérieur a publié le 23 mai 2017 la liste de tous les candidats aux élections législatives du 11 juin 2017 en France, soit 7 882 candidats pour 577 circonscriptions. La cloture des candidatures a eu lieu le 19 mai 2017 à 18 heures.

Cliquer sur le lien pour télécharger la liste (fichier .xlsx) :
https://www.data.gouv.fr/s/resources/elections-legislatives-des-11-et-18-juin-2017-liste-des-candidats-du-1er-tour/20170523-153103/Leg_2017_candidatures_T1.xlsx

Pour en savoir plus :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170522-legislatives2017-az.html

SR

http://rakotoarison.over-blog.com/article-srb-20170523-liste-candidats-legislatives.html

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 23:35

Après la publication de la liste de 428 investitures le 11 mai 2017, c'est maintenant 511 candidats qui ont été investis ce 15 mai 2017. Voici cette liste.


Candidats investis La République En Marche !

AIN 1, Laurent MALLET

AIN 2, Marie-Jeanne BÉGUET

AIN 3, Olga GIVERNET

AIN 4, Stéphane TROMPILLE

AIN 5, Hélène DE MEIRE

AISNE 1, Aude BONO

AISNE 3, Alain HUSILLOS CRESPO

AISNE 4, Marc DELATTE

AISNE 5, Jacques KRABAL

ALLIER 1, Pauline RIVIERE

ALLIER 2, Laurence VANCEUNEBROCK-MIALON

ALLIER 3, Bénédicte PEYROL

ALPES DE HAUTE PROVENCE 1, Delphine BAGARRY

ALPES DE HAUTE PROVENCE 2, Christophe CASTANER

ALPES MARITIMES 1, Caroline REVERSO-MEINIETTI

ALPES MARITIMES 3, Cédric ROUSSEL

ALPES MARITIMES 4, Alexandra VALETTA ARDISSON

ALPES MARITIMES 6, Nathalie AUDIN

ALPES MARITIMES 7, Khaled BEN ABDERAHMANE

ALPES MARITIMES 8, Philippe BUERCH

ALPES MARITIMES 9, Dominique FILLEBEEN

ARDECHE 1, André DUPONT

ARDECHE 2, Laurette GOUYET-POMMARET

ARDECHE 3, Matthieu PEYRAUD

ARDENNES 1, Jean Pierre MORALI

ARDENNES 2, Mario IGLESIAS

ARDENNES 3, Christelle VORILLON

ARIEGE 1, Jérôme AZEMA

ARIEGE 2, Huguette BERTRAND VINZERICH

AUBE 1, Gregory BESSON-MOREAU

AUBE 2, Djamila HADDAD

AUBE 3, Christophe PAGLIA

AUDE 1, Danièle HERIN

AUDE 2, Alain PEREA

AUDE 3, Mireille ROBERT

AVEYRON 1, Stéphane MAZARS

AVEYRON 2, Anne BLANC

AVEYRON 3, Jean-Louis AUSTRUY

BAS RHIN 1, Thierry MICHELS

BAS RHIN 2, Sylvain WASERMAN

BAS RHIN 3, Bruno STUDER

BAS RHIN 4, Martine WONNER

BAS RHIN 6, Guy SALOMON

BAS RHIN 7, Antoinette DE SANTIS

BAS RHIN 8, Christian GLIECH

BAS RHIN 9, Vincent THIEBAUT

BOUCHES DU RHONE 1, Pascal CHAMASSIAN

BOUCHES DU RHONE 2, Claire PITOLLAT

BOUCHES DU RHONE 4, Corinne VERSINI

BOUCHES DU RHONE 5, Cathy RACON-BOUZON

BOUCHES DU RHONE 6, Eléonore LEPRETTRE

BOUCHES DU RHONE 7, Said AHAMADA

BOUCHES DU RHONE 8, Jean-Marc ZULESI

BOUCHES DU RHONE 9, Sylvie BRUNET

BOUCHES DU RHONE 11, Mohamed LAQHILA

BOUCHES DU RHONE 13, Magali SIREROLS

BOUCHES DU RHONE 14, Anne-Laurence PETEL

BOUCHES DU RHONE 15, Nathalie FARRO

BOUCHES DU RHONE 16, Monica MICHEL

CALVADOS 1, Fabrice LE VIGOUREUX

CALVADOS 2, Eric HALPHEN

CALVADOS 3, Florence LEHERICY

CALVADOS 4, Christophe BLANCHET

CALVADOS 5, Bertrand BOUYX

CALVADOS 6, Alain TOURRET

CANTAL 1, François DANEMANS

CHARENTE 1, Thomas MESNIER

CHARENTE 2, Sandra MARSAUD

CHARENTE 3, Madeleine NGOMBET BITOO

CHARENTE MARITIME 1, Otilia FERREIRA

CHARENTE MARITIME 2, Frederique GUEREAU - TUFFNELL

CHARENTE MARITIME 3, Jean Philippe ARDOUIN

CHARENTE MARITIME 4, Raphael GERARD

CHER 1, François CORMIER-BOULIGEON

CHER 2, Nadia ESSAYAN

CHER 3, Loic KERVRAN

CORREZE 1, Christophe JERRETIE

CORREZE 2, Patricia BORDAS

CORSE SUD 1, Maria GUIDICELLI

CORSE SUD 2, Jean Charles ORSUCCI

COTE D'OR 1, Didier MARTIN

COTE D'OR 2, François DESEILLE

COTE D'OR 3, Fadila KHATTABI

COTE D'OR 4, Yolaine DE COURSON

COTE D'OR 5, Didier PARIS

COTES D'ARMOR 1, Bruno JONCOUR

COTES D'ARMOR 2, Hervé BERVILLE

COTES D'ARMOR 3, Olivier ALAIN

CREUSE 1, Jean-Baptiste MOREAU

DEUX SEVRES 1, Guillaume CHICHE

DEUX SEVRES 2, Christine-Nelly HEINTZ

DEUX SEVRES 3, Jean-Marie FIEVET

DORDOGNE 1, Philippe CHASSAING

DORDOGNE 2, Michel DELPON

DORDOGNE 3, Jean Pierre CUBERTAFON

DORDOGNE 4, Jacqueline DUBOIS

DOUBS 1, Fannette CHARVIER

DOUBS 3, Denis SOMMER

DOUBS 4, Frédéric BARBIER

DOUBS 5, Sylvie LE HIR

DROME 1, Mireille CLAPOT

DROME 2, Alice THOUROT

DROME 4, Latifa CHAY

ESSONNE 2, Daphné RACT

ESSONNE 3, Laetitia ROMEIRO DIAS

ESSONNE 4, Marie-Pierre RIXAIN

ESSONNE 5, Cédric VILLANI

ESSONNE 6, Amélie DE MONTCHALIN

ESSONNE 7, Murielle KERNREUTER

ESSONNE 8, Antoine PAVAMANI

ESSONNE 9, Marie GUEVENOUX

ESSONNE 10, Pierre-Alain RAPHAN

EURE 2, Fabien GOUTTEFARDE

EURE 3, Marie TAMARELLE

EURE 4, Bruno QUESTEL

EURE 5, Claire OPETIT

EURE ET LOIR 1, Guillaume KASBARIAN

EURE ET LOIR 2, Claire Tassadit HOUD

EURE ET LOIR 4, Clémence ROUVIER

FINISTERE 1, Annaïg LE MEUR-ROUX

FINISTERE 2, Jean-Charles LARSONNEUR

FINISTERE 3, Didier LE GAC

FINISTERE 4, Sandrine LE FEUR

FINISTERE 5, Graziella MELCHIOR

FINISTERE 6, Richard FERRAND

FINISTERE 7, Liliane TANGUY

FINISTERE 8, Erwan BALANANT

FRANCAIS DE L'ETRANGER 1, Roland LESCURE

FRANCAIS DE L'ETRANGER 2, Paula FORTEZA

FRANCAIS DE L'ETRANGER 3, Alexandre HOLROYD

FRANCAIS DE L'ETRANGER 4, Pieyre Alexandre ANGLADE

FRANCAIS DE L'ETRANGER 5, Samantha CAZEBONNE

FRANCAIS DE L'ETRANGER 6, Joachim SON FORGET

FRANCAIS DE L'ETRANGER 7, Frédéric PETIT

FRANCAIS DE L'ETRANGER 8, Florence DRORY

FRANCAIS DE L'ETRANGER 9, Leila AICHI

FRANCAIS DE L'ETRANGER 10, Amal Amélia LAKRAFI

FRANCAIS DE L'ETRANGER 11, Anne GENETET

GARD 1, Françoise DUMAS

GARD 2, Marie SARA

GARD 3, Anthony CELLIER

GARD 4, Annie CHAPELIER

GARD 5, Olivier GAILLARD

GARD 6, Philippe BERTA

GERS 1, Jean-René CAZENEUVE

GERS 2, Christophe SOCCIO

GIRONDE 1, Dominique DAVID

GIRONDE 2, Catherine FABRE

GIRONDE 3, Marik FETOUH

GIRONDE 4, Aziz SKALLI BOUAZIZA

GIRONDE 5, Benoit SIMIAN

GIRONDE 6, Eric POULLIAT

GIRONDE 7, Bérangère COUILLARD

GIRONDE 8, Sophie PANONACLE

GIRONDE 9, Sophie METTE

GIRONDE 10, Florent BOUDIE

GIRONDE 11, Véronique HAMMERER

GIRONDE 12, Christelle DUBOS

GUADELOUPE 1, Olivier SERVA

GUYANE 1, Joelle PREVOT MADERE

GUYANE 2, Adam LENAICK

HAUT RHIN 1, Stéphanie VILLEMIN

HAUT RHIN 2, Hubert OTT

HAUT RHIN 3, Patrick STRIBY

HAUT RHIN 4, Aurélie TACQUARD

HAUT RHIN 5, Cécile LEHR

HAUT RHIN 6, Bruno FUCHS

HAUTE CORSE 1, Francois ORLANDI

HAUTE CORSE 2, Francis GIUDICI

HAUTE GARONNE 1, Pierre CABARE

HAUTE GARONNE 2, Jean-Luc LAGLEIZE

HAUTE GARONNE 3, Corinne VIGNON

HAUTE GARONNE 4, Mickael NOGAL

HAUTE GARONNE 5, Jean Francois PORTARRIEU

HAUTE GARONNE 6, Monique IBORRA

HAUTE GARONNE 7, Elisabeth TOUTUT-PICARD

HAUTE GARONNE 8, Michel MONTSARRAT

HAUTE GARONNE 9, Sandrine MORCH

HAUTE GARONNE 10, Sebastien NADOT

HAUTE LOIRE 1, Cécile GALLIEN

HAUTE LOIRE 2, Pierre ETEOCLE

HAUTE MARNE 1, Bérangère ABBA

HAUTE MARNE 2, Vincent BERTHET

HAUTE SAONE 1, Barbara BESSOT BALLOT

HAUTE SAONE 2, Christophe LEJEUNE

HAUTE SAVOIE 1, Véronique RIOTTON

HAUTE SAVOIE 2, Frédérique LARDET

HAUTE SAVOIE 3, Guillaume GIBOUIN

HAUTE SAVOIE 4, Laura DEVIN

HAUTE SAVOIE 5, Marion LENNE

HAUTE SAVOIE 6, Xavier ROSEREN

HAUTE VIENNE 1, Sophie BEAUDOUIN-HUBIERE

HAUTE VIENNE 2, Jean Baptiste DJEBBARI

HAUTE VIENNE 3, Marie-Ange MAGNE

HAUTES ALPES 1, Pascale BOYER

HAUTES PYRENEES 1, Jean-Bernard SEMPASTOUS

HAUTES PYRENEES 2, Marie Agnes STARICKY

HAUTS DE SEINE 1, Isia KHALFI

HAUTS DE SEINE 2, Adrien TAQUET

HAUTS DE SEINE 3, Christine HENNION

HAUTS DE SEINE 4, Isabelle FLORENNES

HAUTS DE SEINE 5, Céline CALVEZ

HAUTS DE SEINE 6, Laurent ZAMECZKOWSKI

HAUTS DE SEINE 7, Jacques MARILOSSIAN

HAUTS DE SEINE 8, Jacques MAIRE

HAUTS DE SEINE 10, Gabriel ATTAL

HAUTS DE SEINE 11, Laurianne ROSSI

HAUTS DE SEINE 12, Jean Louis BOURLANGES

HAUTS DE SEINE 13, Frédérique DUMAS

HERAULT 1, Patricia MIRALLES

HERAULT 2, Stéphanie JANNIN

HERAULT 3, Coralie DUBOST

HERAULT 4, Jean-François ELIAOU

HERAULT 5, Philippe HUPPE

HERAULT 6, Isabelle VOYER

HERAULT 7, Christophe HEUZE

HERAULT 8, Nicolas DEMOULIN

HERAULT 9, Patrick VIGNAL

ILLE ET VILAINE 1, Mustapha LAABID

ILLE ET VILAINE 4, Gaël LE BOHEC

ILLE ET VILAINE 5, Christine CLOAREC

ILLE ET VILAINE 6, Marie Pierre VEDRENNE

ILLE ET VILAINE 7, Valérie FRIBOLLE

ILLE ET VILAINE 8, Florian BACHELIER

INDRE 1, François JOLIVET

INDRE 2, Sophie GUERIN

INDRE ET LOIRE 1, Philippe CHALUMEAU

INDRE ET LOIRE 2, Daniel LABARONNE

INDRE ET LOIRE 4, Fabienne COLBOC

INDRE ET LOIRE 5, Sabine THILLAYE

ISERE 1, Olivier VERAN

ISERE 2, Jean-Charles COLAS-ROY

ISERE 3, Emilie CHALAS

ISERE 4, Fabrice HUGELE

ISERE 5, Catherine KAMOWSKI

ISERE 6, Cendra MOTIN

ISERE 7, Monique LIMON

ISERE 8, Caroline ABADIE

ISERE 9, Elodie JACQUIER LAFORGE

ISERE 10, Marjolaine MEYNIER

JURA 1, Danielle BRULEBOIS

JURA 2, Anne PROST-GROSJEAN

JURA 3, Paul-Henri BARD

LA REUNION 3, Carine GARCIA

LA REUNION 4, Anais PATEL

LA REUNION 5, Léopoldine SETTAMA-VIDON

LA REUNION 6, Monique ORPHE

LANDES 1, Geneviève DARRIEUSSECQ

LANDES 2, Lionel CAUSSE

LANDES 3, Jean Pierre Louis STEINER

LOIR ET CHER 1, Marc FESNEAU

LOIR ET CHER 2, Jean-Luc BRAULT

LOIR ET CHER 3, Marlène MARTIN

LOIRE 1, Magali VIALLON

LOIRE 2, Jean-Michel MIS

LOIRE 3, Valéria MUNTIAN

LOIRE 4, David KAUFFER

LOIRE 5, Nathalie SARLES

LOIRE 6, Julien BOROWCZYK

LOIRE ATLANTIQUE 1, François DE RUGY

LOIRE ATLANTIQUE 2, Valérie OPPELT

LOIRE ATLANTIQUE 3, Anne-France BRUNET

LOIRE ATLANTIQUE 4, Aude AMADOU

LOIRE ATLANTIQUE 5, Sarah EL HAIRY

LOIRE ATLANTIQUE 6, Yves DANIEL

LOIRE ATLANTIQUE 7, Sandrine JOSSO

LOIRE ATLANTIQUE 8, Audrey DUFEU SCHUBERT

LOIRE ATLANTIQUE 9, Yannick HAURY

LOIRE ATLANTIQUE 10, Sophie ERRANTE

LOIRET 1, Stéphanie RIST

LOIRET 2, Caroline JANVIER

LOIRET 3, Jihan CHELLY

LOIRET 4, Mélusine HARLE

LOIRET 5, David SIMONNET

LOIRET 6, Richard RAMOS

LOT 1, Sébastien MAUREL

LOT 2, Huguette TIEGNA

LOT ET GARONNE 1, Michel LAUZZANA

LOT ET GARONNE 2, Alexandre FRESCHI

LOT ET GARONNE 3, Olivier DAMAISIN

LOZERE 1, Francis PALOMBI

MAINE ET LOIRE 1, Matthieu ORPHELIN

MAINE ET LOIRE 2, Stella DUPONT

MAINE ET LOIRE 3, Anne BARRAULT

MAINE ET LOIRE 4, Laetitia SAINT-PAUL

MAINE ET LOIRE 5, Denis MASSEGLIA

MAINE ET LOIRE 6, Nicole DUBRE CHIRAT

MAINE ET LOIRE 7, Philippe BOLO

MANCHE 2, Bertrand SORRE

MANCHE 3, Stéphane TRAVERT

MANCHE 4, Blaise MISTLER

MARNE 2, Aina KURIC

MARNE 3, Eric GIRARDIN

MARNE 5, Bertrand TREPO

MARTINIQUE 1, Chantal MAIGNAN

MARTINIQUE 3, Max ORVILLE

MAYENNE 3, Josselin CHOUZY

MEURTHE ET MOSELLE 1, Carole GRANDJEAN

MEURTHE ET MOSELLE 3, Xavier PALUSZKIEWICZ

MEURTHE ET MOSELLE 4, Philippe BUZZI

MEURTHE ET MOSELLE 5, Marion BUCHET

MEUSE 1, Diana ANDRE

MEUSE 2, Emilie CARIOU

MORBIHAN 3, Nicole LE PEIH

MORBIHAN 4, Paul MOLAC

MORBIHAN 5, Gwendal ROUILLARD

MORBIHAN 6, Jean-Michel JACQUES

MOSELLE 1, Belkhir BELHADDAD

MOSELLE 2, Ludovic MENDES

MOSELLE 3, Richard LIOGER

MOSELLE 4, Mathilde HUCHOT

MOSELLE 5, Nicole TRISSE

MOSELLE 7, Hélene ZANNIER

MOSELLE 8, Brahim HAMMOUCHE

MOSELLE 9, Isabelle RAUCH

NIEVRE 1, Perrine GOULET

NIEVRE 2, Patrice PERROT

NORD 1, Christophe ITIER

NORD 2, Houmria BERRADA

NORD 3, Christophe DI POMPEO

NORD 4, Brigitte LISO

NORD 5, Guillaume DEKONINCK

NORD 6, Charlotte LECOQ

NORD 7, Arnaud VERSPIEREN

NORD 8, Catherine OSSON

NORD 9, Valérie PETIT

NORD 10, Sophie TAIEB

NORD 11, Laurent PIETRASZEWSKY

NORD 12, Anne-Laure CATTELOT

NORD 13, Sarah ROBIN

NORD 14, Julien LEMAITTE

NORD 15, Jennifer DE TEMMERMAN

NORD 16, Chantal RISAK

NORD 17, Dimitri HOUBRON

NORD 18, Claire POMMEYROLE

NORD 19, Sabine HEBBAR

NORD 20, Daniel ZIELINSKI

OISE 1, Denis FLOUR

OISE 2, Agnès THILL

OISE 3, Pascal BOIS

OISE 4, Fatima MASSAU

OISE 5, Emmanuelle BOUR POITRINAL

OISE 6, Carole BUREAU-BONNARD

OISE 7, Jean-Francois DARDENNE

ORNE 2, Ophélie LEROUGE

ORNE 3, Isabelle BOSCHER

PARIS 1, Sylvain MAILLARD

PARIS 2, Gilles LE GENDRE

PARIS 3, Stanislas GUERINI

PARIS 4, Ilana CICUREL

PARIS 5, Benjamin GRIVEAUX

PARIS 6, Pierre PERSON

PARIS 7, Pacôme RUPIN

PARIS 8, Laetitia AVIA

PARIS 10, Anne Christine LANG

PARIS 11, Marielle DE SARNEZ

PARIS 13, Hugues RENSON

PARIS 14, Valérie BOUGAULT

PARIS 16, Mounir MAHJOUBI

PAS DE CALAIS 1, Bruno DUVERGE

PAS DE CALAIS 2, Jacqueline MAQUET

PAS DE CALAIS 3, Patrick DEBRUYNE

PAS DE CALAIS 4, Thibault GUILLY

PAS DE CALAIS 5, Jean Pierre PONT

PAS DE CALAIS 6, Brigitte BOURGUIGNON

PAS DE CALAIS 8, Benoit POTTERIE

PAS DE CALAIS 9, Marguerite DEPREZ AUDEBERT

PAS DE CALAIS 10, Laurence DESCHANEL

PAS DE CALAIS 11, Anne ROQUET

PAS DE CALAIS 12, Coralie REMBERT

PUY DE DOME 1, Valérie THOMAS

PUY DE DOME 2, Mohand HAMOUMOU

PUY DE DOME 3, Laurence VICHNIEVSKY

PUY DE DOME 4, Michel FANGET

PUY DE DOME 5, Sébastien GARDETTE

PYRENEES ATLANTIQUES 1, Josy POUEYTO

PYRENEES ATLANTIQUES 2, Jean-Paul MATTEI

PYRENEES ATLANTIQUES 4, Loic CORREGE

PYRENEES ATLANTIQUES 5, Florence LASSERRE

PYRENEES ATLANTIQUES 6, Vincent BRU

PYRENEES ORIENTALES 1, Romain GRAU

PYRENEES ORIENTALES 2, Christine ESPERT

PYRENEES ORIENTALES 3, Laurence GAYTE

PYRENEES ORIENTALES 4, Sebastien CAZENOVE

RHONE 1, Thomas RUDIGOZ

RHONE 2, Hubert JULIEN LAFERRIERE

RHONE 3, Jean-Louis TOURAINE

RHONE 4, Anne BRUGNERA

RHONE 5, Blandine BROCART

RHONE 6, Bruno BONNELL

RHONE 7, Anissa KHEDHER

RHONE 8, Joelle TERROIR

RHONE 9, Marion CROIZEAU

RHONE 10, Thomas GASSILOUD

RHONE 11, Jean-Luc FUGIT

RHONE 12, Cyrille ISAAC-SYBILLE

RHONE 13, Danielle CAZARIAN

RHONE 14, Yves BLEIN

SAINT-MARTIN/SAINT-BARTHELEMY 1, Ines BOUCHAUT CHOISY

SAONE ET LOIRE 1, Benjamin DIRX

SAONE ET LOIRE 2, Vincent CHAUVET

SAONE ET LOIRE 3, Rémy REBEYROTTE

SAONE ET LOIRE 4, Catherine GABRELLE

SAONE ET LOIRE 5, Raphael GAUVAIN

SARTHE 1, Damien PICHEREAU

SARTHE 2, Aurélie PEROT

SARTHE 3, Pascale FONTENEL PERSONNE

SARTHE 5, Willy COLIN

SAVOIE 1, Typhanie DEGOIS

SAVOIE 3, Philip VIVIER

SAVOIE 4, Patrick MIGNOLA

SEINE ET MARNE 1, Aude LUQUET

SEINE ET MARNE 2, Estelle ROUSSEAU

SEINE ET MARNE 4, Emmanuel MARCADET

SEINE ET MARNE 6, Laetitia MARTIG DECES

SEINE ET MARNE 7, Rodrigue KOKOUENDO

SEINE ET MARNE 8, Jean-Michel FAUVERGUE

SEINE ET MARNE 9, Michele PEYRON

SEINE ET MARNE 10, Stéphanie DO

SEINE ET MARNE 11, Amandine RUBINELLI

SEINE MARITIME 1, Damien ADAM

SEINE MARITIME 2, Annie VIDAL

SEINE MARITIME 3, William Vladimir TCHAMAHA PATIPE

SEINE MARITIME 4, Sira SYLLA

SEINE MARITIME 6, Philippe DUFOUR

SEINE MARITIME 8, Béatrice DELAMOTTE

SEINE MARITIME 9, Stéphanie KERBARH

SEINE MARITIME 10, Xavier BATUT

SEINE SAINT-DENIS 1, Sébastien MENARD

SEINE SAINT-DENIS 2, Véronique AVRIL

SEINE SAINT-DENIS 3, Patrice ANATO

SEINE SAINT-DENIS 4, Prisca THEVENOT

SEINE SAINT-DENIS 5, Malika MAALEM

SEINE SAINT-DENIS 6, Alexandre AIDARA

SEINE SAINT-DENIS 7, Halima MENNOUDJ

SEINE SAINT-DENIS 8, Sylvie CHARRIERE

SEINE SAINT-DENIS 9, Jeanne DROMARD

SEINE SAINT-DENIS 10, Billel OUADAH

SEINE SAINT-DENIS 11, Elsa WANLIN

SEINE SAINT-DENIS 12, Stéphane TESTE

SOMME 1, Nicolas DUMONT

SOMME 2, Barbara POMPILI

SOMME 4, Jean Claude LECLABART

SOMME 5, Thierry VINDEVOGEL

TARN 2, Marie-Christine VERDIER JOUCLAS

TARN 3, Jean TERLIER

TARN ET GARONNE 1, Pierre MARDEGAN

TERRITOIRE DE BELFORT 1, Christophe Grudler

TERRITOIRE DE BELFORT 2, Bruno KERN

VAL D'OISE 1, Isabelle MULLER-QUOY

VAL D'OISE 2, Guillaume VUILLETET

VAL D'OISE 4, Naima MOUTCHOU

VAL D'OISE 5, Fiona LAZAAR

VAL D'OISE 6, Nathalie Elimas

VAL D'OISE 7, Dominique DA SILVA

VAL D'OISE 9, Zivka PARK

VAL D'OISE 10, Aurélien TACHE

VAL DE MARNE 1, Frédéric DESCROZAILLE

VAL DE MARNE 2, Jean Francois MBAYE

VAL DE MARNE 3, Laurent SAINT MARTIN

VAL DE MARNE 5, Nadine RET

VAL DE MARNE 6, Guillaume GOUFFIER CHA

VAL DE MARNE 7, Jean-Jacques BRIDEY

VAL DE MARNE 8, Jennifer DOUIEB NAHON

VAL DE MARNE 9, Gaelle MARSEAU

VAL DE MARNE 10, Sheerazed BOULKROUN

VAL DE MARNE 11, Albane GAILLOT

VAR 1, Elisabeth CHANTRIEUX

VAR 2, Cécile MUSCHOTTI

VAR 3, Alexandre ZAPOLSKI

VAR 4, Solveig SEREINE MAUBORGNE

VAR 5, François Michel Kleisbauer

VAR 6, Valérie GOMEZ-BASSAC

VAR 7, Emilie GUEREL

VAR 8, Fabien MATRAS

VAUCLUSE 1, Jean-Francois CESARINI

VAUCLUSE 2, Sonia STRAPELIAS

VAUCLUSE 3, Brune POIRSON

VAUCLUSE 5, Jean VIARD

VENDEE 1, Philippe LATOMBE

VENDEE 2, Patricia GALLERNEAU

VENDEE 3, Stéphane BUCHOU

VENDEE 4, Martine LEGUILLE BALLOY

VENDEE 5, Pierre HENRIET

VIENNE 1, Jacques SAVATIER

VIENNE 2, Sacha HOULIE

VIENNE 3, Jean-Michel CLEMENT

VIENNE 4, Nicolas TURQUOIS

VOSGES 1, Alisson HAMELIN

VOSGES 2, Christine URBES

VOSGES 3, Claude THIRARD

VOSGES 4, Raynald MAGNIEN COEURDACIER

YONNE 1, Paulo DA SILVA MOREIRA

YONNE 2, Jean-Yves CAULLET

YONNE 3, Michèle CROUZET

YVELINES 1, Didier BAICHERE

YVELINES 2, Jean-Noël Barrot

YVELINES 3, Béatrice PIRON

YVELINES 4, Marie LEBEC

YVELINES 5, Yael BRAUN-PIVET

YVELINES 6, Natalia POUZYREFF

YVELINES 7, Michèle de Vaucouleurs

YVELINES 8, Khadija MOUDNIB

YVELINES 9, Bruno MILLIENNE

YVELINES 10, Aurore BERGE

YVELINES 11, Nadia HAI

YVELINES 12, Florence GRANJUS


SR

http://rakotoarison.over-blog.com/article-srb-20170515-investitures-lrem.html

Partager cet article
Repost0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 17:04

Le secrétaire général du parti d'Emmanuel Macron nouvellement appelé La République En Marche, Richard Ferrand (député PS), a présenté au cours d'une conférence de presse le 11 mai 2017, la liste des 428 candidats EM aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017.

Cliquer sur le lien pour télécharger la liste des 428 candidats En Marche (fichier .pdf) :
https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/DP-Legislatives-VF2.pdf

Pour en savoir plus :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170507-macron.html
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170514-macron.html

SR

http://rakotoarison.over-blog.com/article-srb-20170511-legislatives-en-marche.html
 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 23:34

François Baroin et Éric Woerth ont présenté le 10 mai 2017 le programme de l'alliance Les Républicains (LR) et UDI pour les élections législatives des 11 et 18 juin 2017. Il est possible de les télécharger. Cliquer sur le lien pour télécharger les différents documents (fichiers .pdf).

Programme intégral LR-UDI pour les législatives (10 mai 2017) :
https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/republicains/pages/555/attachments/original/1494420383/2017-05-10-lR-elections-legislatives-projet.pdf

Synthèse du programme LR-UDI pour les législatives (10 mai 2017) :
https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/republicains/pages/555/attachments/original/1494420385/2017-05-10-lR-elections-legislatives-projet-synthese.pdf

Vidéo de François Baroin (10 mai 2017) :
https://youtu.be/2i979-zQkVc

Vidéo d'Éric Woerth (10 mai 2017) :
https://youtu.be/zwqT_J9WBXE

Rappel programme présidentiel de François Fillon (13 mars 2017) :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-srb-20170313-projet-fillon.html

Rappel programme LR de juin 2016 pour 2017 :
https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/republicains/pages/7223/attachments/original/1467390592/PROJET_DES_REPUBLICAINS_2017.pdf

Pour en savoir plus :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170510-francois-baroin.html


SR

http://rakotoarison.over-blog.com/article-srb-20170510-programme-baroin-lr.html



 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 03:31

« Philippe Alexandre fait partie de ces témoins méfiants par principe qui préfèrent prendre le risque d’une exagération que d’avoir laissé échapper un montage présidentiel, une outrance, pire encore, un abus de pouvoir. » (Serge July, janvier 2016).


_yartiAlexandrePhilippe01

Ce mardi 14 mars 2017, un homme discret fête son 85e anniversaire. La classe politique l’a détesté ou le craignait pendant de plusieurs décennies, car on le disait "incorruptible", ou du moins, il refusait de se frotter très personnellement avec les responsables politiques (les relations entre politique et journalisme, lorsqu’elles sont trop proches, sont peu favorables à la démocratie). J’ai adoré écouter les chroniques politiques de Philippe Alexandre pendant de nombreuses années chaque matin à la radio.

Avec sa voix très grave et son faux air de lieutenant Columbo, Philippe Alexandre est un peu une sorte d’ovni dans le paysage médiatique français. Il est loin des paillettes et des lumières narcissiques du paysage audiovisuel. Personne n’est capable de dire pour qui il vote, et pourtant, il n’a jamais hésité à attaquer, à dire ce qu’il pensait sur des mesures concrètes, sur des faits politiques particuliers.

L’esprit caustique de Philippe Alexandre est l’expression de son indépendance, car, comme l’a décrit Serge July en janvier 2016, il a été « un pionnier du poil à gratter radiophonique et du trait à la pointe sèche ». L’ancien chroniqueur de RTL a donné une définition de l’éditorialiste : « [Mes] éditoriaux ont été écrits dans la fournaise de l’actualité de l’époque. Bien sûr, quelques-uns peuvent traduire des humeurs, de la mauvaise foi, des excès, mais n’est-ce pas le propre de la fonction d’éditorialiste ? » ("Le Figaro", le 7 janvier 2016).

Sa principale attaque fut d’ailleurs la publication le 11 février 2002 de son livre à charge contre Martine Aubry, en tant que Ministre du Travail, sur la mise en place des 35 heures : "La Dame des 35 heures", éd. Robert Laffont, coécrit avec Béatrix de L’Aulnoit, journaliste avec qui Philippe Alexandre a coécrit une dizaine de livres principalement politiques ou historiques.

Après quelques années de collaboration avec la presse écrite ("Combat", "Jours de France", "Le Nouveau Candide" et "Le Figaro littéraire"), Philippe Alexandre "s’est fait un nom" avec les cinq minutes de chronique quotidienne à 7 heures 45 qu’il assura pour la radio RTL d’avril 1969 à juin 1996. Il commentait la vie politique avec une ironie très mordante et surtout une indépendance qui faisait pâlir tous les acteurs de la politique française, surtout ceux qui voulaient lui imposer un point de vue.

Philippe Alexandre a commencé ses commentaires radiophoniques le jour du référendum malheureux du 27 avril 1969 et a pu donc décrire sans complaisance les mœurs politiques sous les Présidences de Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac.

Dans son éditorial du 3 novembre 1979, quelques jours après la mort mystérieuse du ministre Robert Boulin, Philippe Alexandre a lancé des accusations graves contre le RPR comme un pavé dans la mare : « Aux alentours du 15 septembre [1979], en tout cas avant le 20 septembre, des dirigeants du RPR se sont réunis et ont décidé de révéler à la presse des éléments de l’affaire Tournet-Boulin. ». Affaire qui a mis en cause l’honnêteté de Robert Boulin à un moment où il était considéré comme un futur Premier Ministre.

Cet extrait de chronique est une citation de Michèle Cotta dans ses "Cahiers secrets de la Ve République" (éd. Fayard), qui voulu en savoir plus en allant demander le 8 novembre 1979 à Bernard Pons, à l’époque secrétaire général du RPR, ce qu’il en pensait : « Je le lis, je vois que c’est diffamatoire, j’appelle quelques avocats lotois [il était alors député du Lot], je leur demande conseil et je rentre à Paris dès le dimanche soir [4 novembre 1979]. (…) Je mobilise l’ensemble des secrétaires et autres chargés de mission pour savoir s’il y a eu, quelque part, une réunion de responsables RPR autour de l’affaire Tournet. (…) J’ai appelé moi-même la plupart des dirigeants du RPR : tous m’ont dit n’avoir tenu aucune réunion. Mon opinion à ce moment-là est qu’il faut une riposte aux affirmations de Philippe Alexandre. (…) J’ai posé la question, les yeux dans les yeux : peux-tu me dire si tu as présidé une réunion de ce genre, ici ou ailleurs ? Chirac me répond qu’il n’a pas présidé de réunion de groupe les jours en question (…). J’ai vérifié ensuite (…), à la mairie de Paris, qu’aucune réunion n’avaient été tenue à l’Hôtel de Ville entre dirigeants RPR. ». Ce qui motiva la publication d’un communiqué de démenti de Jacques Chirac et Bernard Pons et une menace d’attaque en diffamation.

Philippe Alexandre a réussi à résister aux nombreuses pressions politiques contre lui : « [François Mitterrand] adorait les journalistes courtisans, ceux qui se prosternaient devant lui, pas les autres. Moi, j’étais de la vieille école, je ne suis jamais entré dans ce jeu-là. (…) En 1982, il a demandé ma tête à Jacques Rigaud, le patron de RTL, via André Rousselet, homme lige de Mitterrand, qui était son directeur de cabinet à l’Élysée. La station voulait m’envoyer comme correspondant à Washington, mais je ne me suis pas laissé faire. » (7 janvier 2016).

De son côté, Michèle Cotta a confirmé le 23 février 1982 que François Mitterrand en voulait aux journalistes qui n’expliquaient pas bien sa politique alors que le mécontentement populaire montait : « Restent deux exceptions qui n’ont rien à voir avec la télé ou la radio publiques, c’est Jean Boissonnat à Europe 1 et Philippe Alexandre à RTL. Pour les deux, la critique est un fonds de commerce : ils ne changeront pas de ton. Mieux vaut les laisser continuer plutôt que d’essayer de les éloigner de leurs rédactions respectives. Je fais là allusion à une démarche de Rousselet auprès de Rigaud pour qu’il se débarrasse d’Alexandre. Erreur ! Rigaud a résisté à Giscard ; il résistera à Mitterrand, d’autant plus que son poste ne dépend pas de lui. ».

Ancienne collègue de Philippe Alexandre à RTL, Michèle Cotta est devenue la présidente de la Haute Autorité de l’audiovisuel (ancêtre du CSA) et a accepté d’étudier une protestation de Jacques Chirac, alors dans l’opposition, contre le traitement déséquilibré d’une information. Cette décision a plus choqué les journalistes, qui ne voulaient pas d’une instance qui les régulerait, que le pouvoir politique. Le 29 octobre 1982, elle observa : « Je repense à la façon dont j’ai longtemps entendu les hommes politiques se plaindre de la télévision. Ai-je franchi le pas, suis-je passée de leur côté ? Les journalistes sont devenus mes censeurs. Même la presse de droite, qui aurait dû apprécier notre indépendance vis-à-vis du pouvoir, nous voue aux gémonies ["nous" : la Haute Autorité]. Et Philippe Alexandre, qui n’a pas son pareil, de dire que notre intervention est condamnable. (…) Que sont nos amis devenus ? ».

Philippe Alexandre a raconté à Michèle Cotta le 17 septembre 1992, peu avant le référendum sur le Traité de Maastricht, que pour des raisons médicales, François Mitterrand avait appelé d’urgence à l’Élysée son urologue Bernard Debré (futur ministre d’Édouard Balladur et actuel député LR) qui se trouvait à Marseille pour participer à un meeting pour le "non", et François Mitterrand lui a dit : « Vous étiez en meeting. Pardon de vous avoir obligé à revenir ! C’est très bien d’aller voir les militants ; vous avez bien raison ! ». Et ce jour-là, pour éviter une rencontre avec Bernard Debré, François Mitterrand a fait poireauter une demi-heure son Premier Ministre Pierre Bérégovoy dans le couloir.

Alors que sa voix était très connue et reconnaissable, son visage a acquis également la notoriété lorsque Philippe Alexandre a participé à deux émissions de télévision, des "talk-shows", comme on dit, pour débattre de l’actualité politique de la semaine, d’abord sur TF1 avec Michèle Cotta et Serge July ("Le débat politique") de 1989 à 1992, puis sur FR3 vers 23 heures avec Christine Ockrent, Gille Leclerc et Serge July ("Dimanche soir") de novembre 1992 à juin 1997.

La présence de deux stars des médias (Ockrent et July) a assuré le succès de l’émission et a fait connaître Philippe Alexandre à un public moins habitué à la politique. Cela lui a même valu une marionnette aux "Guignols de l’Info" aux côtés de ses deux compères de la télévision, lui faisant dire quelques phrases récurrentes : « M’ame Krissine, fais péter la poire et les cahouètes ! » ou encore : « Chuis d’accord avec Cherge ! ».

_yartiAlexandrePhilippe02

Philippe Alexandre a publié une trentaine d’ouvrages surtout politiques dont les quatre plus intéressants, à mon sens, sont : "L’Élysée en péril" (éd. Fayard) publié en 1969, "Le Duel De Gaulle-Pompidou" (éd. Grasset) publié en 1970, "Paysages de campagne" (éd. Grasset) publié le 5 octobre 1988, et "Nouveaux paysages de campagne" (éd. Grasset) publié le 17 septembre 1997. Il a aussi coécrit un livre avec Jacques Delors, "En Sortir ou pas" (éd. Grasset) publié le 2 octobre 1985.

Son dernier livre est "Notre dernier monarque" publié le 11 janvier 2016 (éd. Robert Laffont), où il a recueilli toutes ses chroniques pendant les deux septennats de François Mitterrand.

Avec l’ancien Président au double septennat, il n’a jamais été tendre : « François Mitterrand était un manipulateur, un homme politique doué, un artiste de la politique, même, mais pas un homme d’État. Un homme d’État est celui qui sert l’intérêt général, qui a une vision de l’avenir, qui porte de grands projets. (…) François Mitterrand, lui, n’a toujours songé qu’à sa carrière et à son élection. D’ailleurs, que reste-t-il de lui ? (…) On retiendra de lui qu’il est l’homme qui a lancé la carrière du Front national. Il y a mieux comme héritage ! » ("Le Figaro", le 7 janvier 2016).

Même sur l’abolition de la peine de mort, il reste caustique : « N’importe qui l’aurait fait, c’était le cours de l’histoire. Le fruit était mûr. Giscard d’Estaing réélu aurait aboli la peine de mort et Chirac aurait décidé son abolition. Certes, on ne peut pas en ôter les droits d’auteur à Mitterrand. Quant à Robert Badinter, alors Garde des Sceaux, il a parfaitement su exploiter ce sujet par sa propre promotion. Il en a fait des tonnes. ».

Bon anniversaire et longue retraite à l’homme à l’acide corrosif (ou alors à la soude caustique, mais surtout, ne pas mélanger les deux !) qui manque un peu dans le paysage journalistique depuis une vingtaine d’années !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 mars 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Philippe Alexandre.
Hannah Arendt et la doxa.
Jean-Jacques Servan-Schreiber.
Elie Wiesel.
Jean-François Deniau.
Les cahiers secrets de Michèle Cotta.
Jean Boissonnat.
Étienne Borne.
Alain Decaux.
Pierre-Luc Séguillon.
Françoise Giroud.
Jean d’Ormesson.
André Glucksmann.
Henri Amouroux.
René Rémond.
Noël Copin.
Maurice Duverger.
Jean Lacouture.
Bernard Pivot.
Michel Polac.

_yartiAlexandrePhilippe03



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170314-philippe-alexandre.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/philippe-alexandre-editorialiste-190533

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/03/14/35026880.html

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 05:27

« Porter le nom de De Gaulle est difficile. Un De Gaulle n’a pas droit à l’erreur. ».


_yartiDeGaullePhilippe01

L’amiral Philippe De Gaulle, connu avant tout pour être le fils du Général De Gaulle, fête ce mercredi 28 décembre 2016 son 95e anniversaire. D’allure aussi grande et massive que son père, ce qui était un point de rapprochement pour le père, il fut surnommé Sosthène par "Le Canard enchaîné".

Il fait partie de la génération qui avait 18 ans le 18 juin 1940. Philippe De Gaulle n’a même pas entendu son père à la BBC car il était embarqué avec le reste de sa famille vers la Grande-Bretagne. Le 20 juin 1940, il s’engagea dans les Forces françaises libres, et intégra l’École navale. Durant toute la guerre, il participa aux combats et progressa en grade. Il fut l’un des acteurs de la libération de Paris, le 25 août 1944 (dans le rôle d’un messager) et continua la guerre dans les Vosges.

_yartiDeGaullePhilippe02

Après la guerre, il poursuivit une brillante carrière dans l’armée de mer, jusqu’au grade d’amiral en 1980. Il a pris sa retraite en 1982 comme inspecteur général de la Marine. Même si son nom est prestigieux, il est probable que lorsque son père en avait la capacité, il n’a pas pu bénéficier de passe-droits pour "monter" dans l’armée. On pourrait même l’imaginer un peu comme le fiston du commandant du "20e de cavalerie", dans une aventure de Lucky Luke, à savoir que son lien de parenté aurait pu plus freiner qu’accélérer sa carrière.

_yartiDeGaullePhilippe09

Alors qu’il l’aurait certainement mérité, Philippe De Gaulle n’a pas été fait compagnon de la Libération et n’a pas eu la médaille de la Résistance. Son père lui a dit à ce propos : « Naturellement, je ne pouvais pas, toi mon fils, te faire compagnon de la Libération. Sinon à titre posthume ou si tu étais revenu gravement mutilé, et encore ! D’ailleurs, j’ai nommé un conseil de l’Ordre qui ne me l’a pas proposé et maintenant, c’est terminé… sauf pour la Croix qu’on réserve à Churchill. ».

_yartiDeGaullePhilippe06

Le plus étonnant fut l’engagement politique de Philippe De Gaulle à l’âge de 65 ans. Alors que la France était en pleine (première) cohabitation avec pour Premier Ministre le président du RPR, parti qui a vocation à relayer l’héritage du gaullisme, à savoir Jacques Chirac, Philippe De Gaulle se présenta (sans trop de danger d’échec) sur la liste RPR aux élections sénatoriales de Paris le 28 septembre 1986.

La surprise, ce n’était pas de s’engager politiquement, puisqu’il est très courant que des "fils de" personnalités politiques éminentes soient des parlementaires eux-mêmes. L’étonnant, c’était de se présenter au Sénat alors que son père avait justement démissionné à cause de l’échec le 27 avril 1969 de sa réforme du Sénat qu’il voulait supprimer. Or, entre 1981 et 1986, après l’arrivée de la gauche au pouvoir, le Sénat, pourtant présidé par Alain Poher (un adversaire du gaullisme en 1969) fut la caisse de résonance de l’opposition à la politique socialo-communiste. L’entrée donc de Philippe De Gaulle au Palais du Luxembourg fut en quelques sortes la reconnaissance de l’utilité du Sénat chez les gaullistes.

Philippe De Gaulle assura ainsi deux mandats de sénateur, du 2 octobre 1986 au 30 septembre 2004 (il avait 83 ans à la fin de son second mandat), réélu le 24 septembre 1995, avec l’étiquette RPR puis UMP. Il fut membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

Il n’a certes pas réalisé un travail démentiel au Sénat, mais a su utiliser ses compétences militaires pour approfondir certains sujets. Il n’a été (à ma connaissance) l’auteur d’aucune proposition de loi. Il n’a posé que deux questions orales au gouvernement (en dix-huit ans de mandat) : une sur les conditions d’attribution de l’allocation pour jeune enfant le 23 février 1996, et une sur la fiscalité applicable aux retraites mutualistes des anciens combattants le 12 octobre 2000.

_yartiDeGaullePhilippe03

En outre, il a déposé quatre rapports : trois avis sur le budget des forces terrestres des projets de lois de finances pour 1990, 1991 et 1992 ; et un rapport d’information (n°303) corédigé avec Jean Lecanuet, Jacques Genton, Max Lejeune, Xavier de Villepin, Albert Voilquin et Michel Alloncle (déposé le 25 avril 1991) sur les "enseignements immédiats de la crise du Golfe quant aux exigences nouvelles en matière de défense". On peut ainsi y lire : « L’amiral Philippe De Gaulle a fait observer qu’il considérait, pour sa part, que le Président irakien avait fort bien utilisé les médias au profit de sa cause. Il a insisté sur le fait que le gros des troupes irakiennes équipées de matériel moderne se trouvait très en profondeur du dispositif, à l’intérieur de l’Irak. (…) Il a mis en lumière les difficultés qui avaient résulté du caractère mixte de l’armée française quant à la mise en place d’unités professionnalisées équipées de matériels puissants. Il a donné des éléments chiffrés sur le problème du rééquilibrage entre forces professionnelles et conscription au sein de l’armée de terre, et a noté qu’une armée de terre de 200 000 hommes lui semblait en tout état de cause un seuil minimal, dont la modestie devrait être compensée par une professionnalisation accrue. ».

Deux de ses quatre fils furent également parlementaires.

Jean De Gaulle (63 ans), expert-comptable, s’est engagé au RPR dans une carrière d’élu local assez ordinaire (proche de Jacques Chirac). Il fut élu maire de Thénezay de 1989 à 1995 puis adjoint au maire de Paris de 1996 à 2001, député des Deux-Sèvres de mars 1986 à mars 1993 puis, reprenant la circonscription de Pierre de Bénouville, député de Paris de mars 1993 à janvier 2007, et vice-président du conseil régional du Poitou-Charentes de 1992 à 1994. Il ne se représenta car il fut nommé (au tour extérieur) à la Cour des Comptes fin 2006 (sa circonscription est passé au PS en juin 2007 avec l’élection de Sandrine Mazetier).

L’aîné, au même prénom que son illustre grand-père (quelle idée, comme pour George Bush !), Charles De Gaulle Jr (68 ans), avocat d’affaires, a eu une trajectoire politique un peu plus chaotique. Engagé d’abord à l’UDF (et barriste), il fut conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais de 1986 à 1992, premier adjoint au maire de Rueil-Malmaison de 1989 à 1990 et député européen UDF à partir de 1993, présent sur la liste de Valéry Giscard d’Estaing en juin 1989.

En juin 1994, Charles De Gaulle Jr fut réélu député européen sur la liste souverainiste de Philippe de Villiers, et en juin 1999, il fut réélu député européen sur la liste FN de Jean-Marie Le Pen. Il fut député européen de 1993 à 2004, allant de l’UDF au FN en passant par le MPF. En mars 2001, il se présenta aux élections municipales de Paris sur une liste du FN. L’engagement au FN de "Charles De Gaulle" (Jr) fit grand bruit (un peu comme Frédéric Mitterrand ministre de Nicolas Sarkozy) et 57 membres de la famille De Gaulle ont fermement condamné son engagement au FN dans une tribune publiée par le journal "Le Monde" du 19 mai 1999 en exprimant leur indignation : « Pétainiste, OAS, révisionniste et antisémite sur tous les fronts, ce parti extrémiste et factieux a combattu violemment De Gaulle, la Résistance, l’intégrité de notre patrie. ».

_yartiDeGaullePhilippe04

Les 13 novembre 2003 et 26 février 2004 furent publiés chez Plon les deux tomes d’un long livre d’entretiens de Philippe De Gaulle avec l’écrivain Michel Tauriac, "De Gaulle mon père" qui constitue un précieux témoignage sur les conversations qu’ont pu avoir le père et son fils, qui ne se voyaient pas très souvent à cause des activités militaires de Philippe. François Dufay, du magazine "Le Point", constatait : « Longtemps brocardé comme héritier sans éclat, le fils du Général aura attendu ses 82 ans pour devenir enfin lui-même, en révélant son illustre géniteur sous un éclairage inédit. » (26 février 2004).

_yartiDeGaullePhilippe08

Ce type de témoignage fut cependant contesté par quelques historiens en raison de quelques inexactitudes et sans doute aussi de réflexions du Général De Gaulle qui étaient dites en "off" et sans volonté d’être diffusées, et probablement dans un contexte très différent de la France d’aujourd’hui (notamment à propos des musulmans, des Algériens, etc.).

Philippe De Gaulle fut avant tout un témoin au premier rang d’un héros de l’histoire de France. C’est rare car l’histoire n’en fabrique qu’un par siècle. D’ailleurs, les Français attendent leur prochain héros, leur prochain homme providentiel. Et à défaut, à chaque élection présidentielle, ils croient au Père Noël ! Espérons qu’en 2017, ils comprendront enfin qu’il n’a jamais existé, le Père Noël.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 décembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Philippe De Gaulle.
L’ambition en politique.
De Gaulle réélu.
Halte à la récupération de De Gaulle !
La première élection présidentielle française.
Faut-il supprimer l’élection présidentielle ?
L’élection présidentielle de 2012.
Le quinquennat.
La Ve République.
De Gaulle face à l’Histoire.
L’appel du 18 juin.
De Gaulle Président.
Les valeurs du gaullisme.
L’héritage du gaullisme.
Péguy.
Le Comité Rueff.

_yartiDeGaullePhilippe05



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20161228-philippe-de-gaulle.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/philippe-de-gaulle-entre-pere-et-187673

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2016/12/28/34705566.html
 

 

Partager cet article
Repost0

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).