Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 11:32
Paru dans Agoravox du 1er juillet 2008 cet article de Bernard Dugué. J'y inclus aussi les 132 réactions actuellement écrites.

(
L'article en lui-même est là)



les commentaires (6)


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par IMAM ATHEE (IP:xxx.x1.9.36) le 1er juillet 2008 à  09H51
Désolé, je ne vois de quoi tu parles ...

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -2 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x5.208.17) le 1er juillet 2008 à  09H51
Je parle de l’Imam Tall, c’est bien suisse ça ?

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -3 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par IMAM ATHEE (IP:xxx.x1.9.36) le 1er juillet 2008 à  09H51
Absolument, même que j’ai du me grouiller-hier pour avoir les papierssmiley

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


Carnot et Clausius doivent se retourner dans leurs tombes
par Elysion (IP:xxx.x53.141.64) le 1er juillet 2008 à  09H51
Voilà encore un article qui ne va pas arranger la crédibilité d’Agoravox, déjà proche de pas grand chose.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Le péripate (IP:xxx.x21.116.192) le 1er juillet 2008 à  09H51
J’ai adoré le mur du second principe...

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x5.208.17) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bonne nouuvelle, mon palmier n’est pas crevé, juste le bout des feuilles qui noirci

Par contre, ma tentative de faire baisser le prix du baril en annonçant une nouvelle découverte, c’est un fiasco
on approche les 150 dollars

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -3 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Philippe D (IP:xxx.x4.140.22) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bof,
1 Prix Nobel pour vous quand même !
Pour avoir essayé !
Tant que l’on n’a pas essayé impossible de savoir !
Vous faites partie, que dis-je vous montrez la voie, aux chercheurs de l’impossible !
Merci.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x03.174.80) le 1er juillet 2008 à  09H51
Eh bien voilà ; je la tiens mon intuition

Mon CV

au final et grosso modo: PV=nRT
et un petit copain qui ne m’a jamais quitté: j’ai nommé le Démon de Maxwell

Ce démon qui fait que finalement il est assez simple de démontrer (par l’absurde) que le système de la centrale à implosion fournit de l’énergie.

Ce démon qui tourmente est en fait un "je ne sais quoi" capable de reconnaître les grosses et les petites molécules. On va le détourner de son activité préférée et le nommer "appareil à électrolyse" qui sait reconnaître les ions e les cations.

Dans ses habitudes de trie, l’histoire dit qu’au bout du compte, lorsqu’on remélange ces molécules triées çq dégage de l’énergie ! (il y a plus d’énergie à l’arrivée qu"au départ.)

Cette énergie nouvelle peut servir de mesure objective des capacités cognitives du fameux démon !

Ne cherchons plus, essayons !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -1 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x5.208.17) le 1er juillet 2008 à  09H51
Vous êtes sur la bonne piste, le démon de Maxwell qui permet de trier les ions, mais qui consomme quand même de l’énergie mais pas du même ordre, le tout est de faire le bilan et je ne suis pas certain à 100 % que l’hypothèse soit fausse. Au vu des pb de l’énergie aucune solution ne peut être refusée, du moins examinée

Le pb à résoudre, c’est l’implosion, c’est créer une dépression en faisant réagir oxygène et hydrogène.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -4 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
Il y a même des cas oùle démon de Maxwell opère vers midi

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Gasty (IP:xxx.x4.4.187) le 1er juillet 2008 à  09H51
Est-ce que l’adjonction d’un turbo-vide pourrait améliorer le rendement ? ? ?

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
PV =nRT
V = vide
T=turbo
donc

puissance du vide = n rendement du turbo
(beurre blanc et riesling à volonté)

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bodidharma (IP:xxx.x13.157.106) le 1er juillet 2008 à  09H51
Et l’invention de Mr G. IMBERT ?
fr.wikipedia.org/wiki/Gazog%C3%A8ne

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
En bas de la page, il y a

Nettoyage de la tuyère et du foyer pour retirer le laitier

je croyais qu’on parlait de l’électrolyse de l’eau, pas du lait

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par wesson (IP:xxx.x52.240.110) le 1er juillet 2008 à  09H51
Sans rire, vous y croyez sérieusement à votre pompe à cosmogol ?

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x5.208.17) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bien sûr, surtout quand j’écoute les Electric Prunes

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par erdar (IP:xxx.x32.242.88) le 1er juillet 2008 à  09H51
Mr DUGUE,

Je crois que l’article est sympatique et vous avez le don d’aborder certains sujet tout en employant des mots pour être compris du grand publique.
Cependant concernant le contenu de cet article, je voudrais vous signaler que cela risque d’être un peu surréaliste.

Pour info, pour produire de l’electricité à grande échelle vous avez besoin d’une force pour faire tourner votre turbine, et celle-ci peut être obtenue de plusieurs manières: hydraulique, eolien, vapeur, vague de la mer, etc... le but premier est de trouver cette force et de pourvoir la concentrer en un point.
Je doute que le bassin à électrolyse soit du commun des mortelles à moins de se prendre pour un américain ou bien un pharaon, je crois que le volume de ce bassin pour produire 2000 MWatts soit quelque peu garguentuesque. Autre chose, lorsque vous produisez de l’électricité éviter les transmissions cela baisse le rendement.

Donc, la solution de l’electrolyse est quelque peu déraisonnable tout comme le bio carburant et le solaire pour une production à grande échelle.

Pour info, nous devrions voir accélérer la recherche sur la fission de l’hydrogene (la réaction solaire si vous préférez) et là, il y aura autant d’énergie que vous le voulez.

A propos, évitez "solution définitive" ?

Salutation

Erdal

PS: pour l’implosion, je doute que l’on soit capable de créer des trou noirs à petit échelle et de manière cyclique dans un endroit définit dans notre dimension. peut etre que c’est possible sur agoravox

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par gil (IP:xxx.x27.230.224) le 1er juillet 2008 à  09H51

vive les Shadocks !!

comme mouvement perpétuel on a déjà imaginé mieux:
l’écran antigravitation: on emmagasine l’énergie en descendant, on met l’écran sous les fesses et on remonte sans effort
la sortie du champ magnétique sans travail: c’est un peu le même que ci-dessus
la méthode Coué: on regarde la voiture et on y croit très fort. Elle finit par démarrer et même en montée.

Plus sérieusement, si quelqu’un connait le rendement (inférieur à 1) du cycle stockage énergie électrique en énergie chimique par électrolyse puis potentiel chimique utilisable, ça donnerait une idée sur l’efficacité du stockage de l’énergie par électrolyse. je doute que ce soit plus efficace qu’avec des accus modernes. mais c’est peut-etre moins encombrant et polluant.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Pierre JC Allard (IP:xxx.x7.16.36) le 1er juillet 2008 à  09H51
Carburant uniquement à la Prune Luzet glacée, j’ai trouvé une methiode concurrente à l’implosion pour célebrer l’arrivée de la saison ou la chaleur de l’été rend molle toute science dure jusqu’à la rentrée, méthode, equi a le mérite de ne pas contrartier les principes de Carnot. Voici les étapes.

1. Prendre un caisson dont la paroi supérieure est mobile et le remplir d’eau
2. Exposer le caisson aux variations de température du climat canadien ou sibérien durant les mois de gels et dégels fréquents. (de 4 à 10 mois, selon la latitude et divers autres facteurs)
3 Récupérer, pour alimenter un rotor, l’energie mecanique provenant des mouvements de la paroi mobile, soulevée par l’expansion de l’eau aux moments de gel et redescendant par gravité aux moments de dégels.
4. Il n’y a pas d’autres contrainte que la taille des caissons...

Quelqu’un peut me dire pourquoi ça ne marcherait pas ?

Tous droits réservés

Pierre JC Allard

N,B Ne pas utiliser pour le fonctionnement des télésieges dans des stations de ski....



Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  4 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Grasyop (IP:xxx.x10.230.152) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ça marcherait certainement. Là, vous ne créez pas d’énergie à partir de rien, vous utilisez l’énergie solaire (pour faire fondre le glaçon).

Simplement, il y a sans doute des moyens plus efficaces que le votre, ou plus faciles à mettre en œuvre, pour exploiter l’énergie solaire.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x8.47.15) le 1er juillet 2008 à  09H51
tout d’abord: Merci pour cette énigme qui augure un été créatif...

Voici quelles seraient mes premières approximations:

sur la base du piston (Volume variable), l’effet le plus visible (mais le plus insignifiant, j’en conviens car cet effet sert tout simplement à entretenir la machine en électricité) serait ... une explosion avec vaporisation. Un effet PUSH

L’effet le plus notoire serait en effet une implosion: un effet PULL qui accélèrerait le retour du piston et fournirait la seule énergie disponible du système ! ce delta (à mesurer évidemment) serait du uniquement aux propriétés cognitives des deux électrodes, indépendamment de l’énergie spécifique fournie pour transformer l’eau en O2 et H2, mais simplement parce que ces deux molécules de gaz sont de taille différente et qu’on les canalise dans des tubes différents qui vont se retrouver en bout de course (et peut-être exploser sans besoin d’arc électrique !)

Sacré démon !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Pak (IP:xxx.x9.185.170) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bon tout le monde a relevé le ridicule de la proposition qui est évidemment une provocation de l’auteur qui sort d’une école scientifique (ou qui ment).

Je ferai remarquer puisque personne ne l’a fait sur ce point qu’un moteur à vide serait très peu efficace car la différence de pression avec le mileu extérieur serait au maximum de 1 bar ! Pas de quoi résoudre le problème de l’énergie ^^

Je vote pour le moteur à téléportation, le trou noir, la fusion à froid, tout ce que vous voulez mais au moins quelque chose qui fonctionne:p

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Djanel (IP:xxx.x52.50.76) le 1er juillet 2008 à  09H51
Un bar au kilomètre carré. Attention ! Carré avec deux airs mais pas rond.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Grasyop (IP:xxx.x10.230.152) le 1er juillet 2008 à  09H51
M. Dugué, votre humour est pourri. Qu’est-ce que c’est que ce canular qui n’en est pas un ? À quoi vous jouez ?

Vous voudrez bien avoir l’obligeance de retirer la mention « scientifique » qui est le premier mot de votre présentation. La mention « philosophe » aussi. Enfin, vous mettrez « écrit vain » en gras. D’avance merci.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Djanel (IP:xxx.x52.50.76) le 1er juillet 2008 à  09H51
Sans humour, Grasyop, si vous ne savez pas rire, faites donc l’effort de vous chatouiller avant de poster.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 












Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 11:29
Paru dans Agoravox du 1er juillet 2008 cet article de Bernard Dugué. J'y inclus aussi les 132 réactions actuellement écrites.

(
L'article en lui-même est là)



les commentaires (5)

> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Vieux Sachem (IP:xxx.x9.208.240) le 1er juillet 2008 à  09H51
Puisque vous êtes adepte forcené du mouvement perpétuel, je vous propose la voiture à pédales ou, si vous êtes fatigué, la voiture tirée par deux boeufs ou deux chevaux et qu’on appellerait coche, char à boeufs ou diligence.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Mirage (IP:xxx.x56.47.238) le 1er juillet 2008 à  09H51
Non mais allez-y Mr Dugué, dites leur maintenant que tout ceci n’est qu’un test, du bleuf, du flan !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Anto (IP:xxx.x46.38.67) le 1er juillet 2008 à  09H51
vous baclez tout mr dugué, aussi bien les articles de philo que les articles scientifiques. Un Claude Vorilhon en puissance. Il ne vous reste plus qu’à trouver un surnom aussi glamour que lui et à monter une secte. Là au moins, vous vous ferez plus de thunes qu’avec votre bouillote electrique

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Hermes (IP:xxx.x0.101.7) le 1er juillet 2008 à  09H51
Les réactions sont sévères, mais à mons sens c’est aux modérateurs qu’elles auraient dû s’adresser. L’auteur a cru bien faire.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -1 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par docdory (IP:xxx.x0.180.33) le 1er juillet 2008 à  09H51
@ Dugué

Auriez vous décidé de postuler pour le poste de Gaston Lagaffe d’Agoravox ?

En lisant votre article , je ne sais pas pourquoi , j’ai brusquement pensé à Tintin " on a marché sur la lune " , Haddock disant aux Dupondt: " le cirque Hipparque a besoin de deux clowns , vous feriez parfaitement l’affaire " ...

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par slashbin (IP:xxx.x0.60.134) le 1er juillet 2008 à  09H51
On a en tout cas encore une fois une illustration du haut niveau de la section science et techno sur Agoravox. Surprenant, le mot "quantique" n’apparaît pas dans ce texte. Mais peut-être est-ce implicite et le moteur à implosion est basé sur un fameux principe téléologique si cher à B.D. (cf ses articles sur l’évolution), et la métaphysique permettra à coup sûr de dépassé les lois contraignantes de la physique (bien trop limitée pour certains....). Enfin, il est vrai que si B.D. n’a pas été promu maître de conf, c’est juste parce que c’était un génie incompris, et que le système scientifique français est pourri (cf ses blogs).

Bon, sur ce, je vais me vider un verre d’eau pour voir si je retrouve de la mémoire !

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
Puis je me permettre de signaler su’une rechrche Google (US) sur
hydrogen implosion engine
donne quelques milliers de réponses sur le sujet, dont un certain nombre qui ramèenent le myhte de l’implosion du mélange à sa juste valeur.

par contre les amateurs de HHO, rendement sur-unitaire et autres vont être heureux....

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x5.208.17) le 1er juillet 2008 à  09H51
Effectivement, le moteur à implosion a déjà été conçu
voir ce lien par exemple

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -3 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
Indépendamment des bonnes vieilles lois de la thermodynamique que j’ai apprises et pratiquées, il se trouve que j’ai des relations qui testent ces appareils. J’ai entre autre un collègue qui roule avec un ENRICHISSEUR d’air (électrolyseur qui envoie du mélange H2/O2 dans le circuit d’arrivée d’air) et qui en a l’air content.

Pour l’avoir vu tester, fouiller sur le Web et me demander mon opinion (Pantone, Tesla, Bearden, Naudin, Bedini et autres) je retiens plusieurs choses

1) la plupart de ces gens (dont le fameux Joe l’Australien) vendent des kits dont la plupart ne sont pas trés clairs en ce qui concerne la mise en place et qui de plus sont assortis de commentaires "restrictifs" quand aux résultats. Dans le cas de Joe, la phrase qui tue est "Practically anyone, who is careful and pays very close attention to construction and ’alignment’ details, can build this cell.".

2) j’attends toujours sur ces expériences des protocoles de tests correspondant à ce qui est généralement admis pour des expériences scientifiques traditionnelles....

ceci dit, la liberté est libre et je ne veux pas imposer mes vues de "sceintifique étriqué"

PS: Vu certaines tournures de l’article, j’hésite toujours entre le poisson d’avril hors saison et la naïveté.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x5.208.17) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bearden je connais, j’ai un ou deux papier de lui, et j’avoue ne pas saisir le principe de l’énergie libre mais à mon avis, il doit y avoir une idée à creuser

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -3 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
Et oui, Bearden, l’homme qui a utilisé le cliquet de Feynman sans lire l’article du GRAND Feynman, l’homme qui utilise le concept quantique de photon virtuel à l’échelle macroscopique, l’homme au PhD acheté sur Internet, l’homme à qui il manque toujours un ou deux millions de dollars pour finaliser ses expériences....

Je ne voudrais pas monopoliser Agoravox pour une discussion sur le sujet pour plusieurs raisons: je n’ai pas vraiment le temps et je relève plus du scientifique désséché que du prosateur.

je suppose que vous avez mon mail, donc feel free......

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
je vais quand même adlibber....

quid du point 1 de mon commentaire ?

il me semble que le commentaire dup (IP:xxx.x19.115.58) le 1er juillet 2008 à 12H42 allait dans le même sens

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
adlibber, pas terrible.. ;
ad libitumer (il y a un coté lobotomie qui me plait)

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Dimetrodon (IP:xxx.x09.66.119) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ça doit faire un mois que je n’ai plus mis les pieds ici ;

Je suis rassuré: voici encore un article qui prouve qu’AgoraVox est définitivement mort ;

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par slashbin (IP:xxx.x0.60.134) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bah, quelques doses homéopathiques, et agoravox ressuscitera !

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
A condition que l’eau veuille bien oublier certains errements

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par IMAM ATHEE (IP:xxx.x1.9.36) le 1er juillet 2008 à  09H51
Dugué se marre ...

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x5.208.17) le 1er juillet 2008 à  09H51
Il paraît que tu es devenu suisse ?

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -5 Votes

 





 
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 11:26
Paru dans Agoravox du 1er juillet 2008 cet article de Bernard Dugué. J'y inclus aussi les 132 réactions actuellement écrites.

(
L'article en lui-même est là)



les commentaires (4)

> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Dom22 (IP:xxx.x14.247.196) le 1er juillet 2008 à  09H51
Le mouvement perpétuel ? y’en a surtout qu’on l’esprit en perpétuelle ébullition.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Mil (IP:xxx.x50.153.159) le 1er juillet 2008 à  09H51
Presque intéressant sur le papier: on introduit un gaz, le produit de réaction est liquide d’où dépression.

Cependant, un principe fondamental qui est oublié: la température d’ébullition varie avec la pression ; en gros elle diminue quand la pression diminue. Donc une fraction de l’eau liquide risque de se vaporiser, diminuant le rendement de l’installation.

De toutes façons, le concept même est énergétiquement bancal: la thermodynamique nous enseigne qu’il est impossible d’obtenir un rendement positif dans ce genre de cycle (électrolyse puis recomposition de l’eau).

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Kobayachi (IP:xxx.x85.17.128) le 1er juillet 2008 à  09H51
Comme le disait le Chat: le melange H2 O2 ne crée pas une dépression a l’aide d’une etincelle mais belle et bien une éxplosion. Ce mélange s’appelle aussi "knall gas" en allemand qui signifie litterallement "gaz detonneur" (produit une forte detonnation) ou encore gaz de brown au USA.
Ce mélange gazeux est plus connu ces dernier temps sous le nom de HHO (2molécules d’hydrogene et 1 d’oxygene) et est de plus en plus utiliser dans les moteur de voitures conventionnels aux USA.

Le principe est tres simple: on fait son éléctrolyse a partir des 12V = de sa batterie a l’aide de plaques de metal baignant dans une éléctrolyte (eau + catalyseur) et on obtient du HHO. Ce gaz est ensuite passer par un "bubler" et injecter directement dans la prise d’air de votre moteur. Vous enrichisser donc votre admission d’air avec de l’hydrogen et de l’oxygene pur.

Résultat: Votre moteur a éssence ou diesel tourne beaucoup plus rond car l’HHO permet de mieux bruler le combustible, moins de polution, moins de consomation.

C’est un principe qui fait fureur aux USA et peut trouver plein de systemes pret a l’emploi sur Ebay. d’apres le site caronwater l’economie d’essence est de 20% pour les moteurs essence et 30% pour les moteurs diesels. ce rendement peut encore etre ameliore en échangeant la sonde d’aire au niveau de l’echappement.

Je n’ais pas personnelement tester ce principe parceque j’ais une voiture de service, mais les videos et sur youtube et les nombreux commentaires sur le net me font penser que ce principedoit marcher.

Faitess votre propre recherche et vous verrez bien

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Vincent (IP:xxx.x2.20.67) le 1er juillet 2008 à  09H51

Ouais, sauf que si ça brûle mieux, c’est que ça explose plus fort et si vous n’avez pas de culasse renforcée, c’est mort, enfin pour votre culasse, vos sièges de soupapes morfleront tout autant.

 

 

 

La durée de vie de votre moteur diminuera considérablement, vous n’avez qu’à prendre exemple sur les adaptation GPL sur les moteur classiques, ils sont ruinés pour la plus par entre 80 000 km et 130 000 km, alors qu’un moteur essence traditionnel durera dans les 250 000 km à 300 000 km pour les même condition d’entretien.

 

 

 

Quand à la re-circulation des gaz d’échappement, piloter par la vanne EGR (exhaust, gaz, recycling), si vous la shuntez effectivement votre moteur fonctionnera mieux, mais derrière vous polluerez plus et vous endommagerez votre catalyseur.

 

 

 

Mais bon libre à vous de croire que les constructeurs automobiles sont des truffes qui ne pensent qu’à faire des moteurs merdiques, polluant avec des rendement déplorables.

 

 

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  6 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par faxtronic (IP:xxx.x93.127.45) le 1er juillet 2008 à  09H51
mon dieu, du HHO, et pourquoi pas du LHOOQ par hazard. Mon dieu toute les conneries peudo scientifiques. PardonneZ leur, ils ne savent pas ce qu’ils font

(je met un Z majuscule pour paradoeier les tarés du qui ecrivent toujours dieu ou le prnom personnel relatif a ce dernier avec une majuscule)

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
Et encore, on a évité les théories sur les mérites respectifs du parahydrogène et de l’orthohydrogène dont une electrolyse "bien menée" pourrait faire varie les proportions....

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Désabusé (IP:xxx.x01.77.179) le 1er juillet 2008 à  09H51
Toujours est-il que la somme de bêtises que vous débitez et que les commentaires en résultant ne sont pas très économes d’énergie...

Je suis concis car je marche à l’économie...

A bon entendeur.
http://désabusé.blogspot.com

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par C. Gougoussis (IP:xxx.x94.148.128) le 1er juillet 2008 à  09H51
C’est de pire en pire sur Avox...
Cet article c’est vraiment n’importe-quoi (à moins que ce ne soit une blague ? ? ?). N’importe quel élève au lycée sait qu’il faut plus d’énergie pour électrolyser de l’eau que ce qu’on pourra jamais récupérer avec la combustion des produits d’électrolyse.
Déjà qu’il y a quelques jours il y avait un article fumeux sur les soi-diant liens entre l’homéopathie et la mécanique quantique, avec des "théories scientifiques" dont les expériences n’étaient pas reproductibles...

Agoravox est un media libre, mais ce n’est pas une raison pour publier des daubes comme celle-là. Et M. Dugué, quand je vois sur votre CV que vous dites maîtriser la physique, n’est-il pas hallucinant de vous voir écrire des trucs pareils ? A moins que ce soit un test pour évaluer la crédibilité d’AV, mais j’en doute.

CG

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  7 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x14.146.195) le 1er juillet 2008 à  09H51
Vous avez le choix

Seriez-vous un méthodique qui lit tous les articles du premier au dernier ?

Nous on trie

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x14.146.195) le 1er juillet 2008 à  09H51
Alors: philosophique ou politique ?

c’est comme à tout ce qu’on croit qu’on nous promet. Quand on réfléchit un peu (excellent exercice, merci !) on se rend toujours compte qu’on a oublié quelque chose dans les calculs (on n’a pas encore inventé l’implosion sociale)

parce que rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme

C’est pour ça que la politique à l’équilibre (gauche-droite) c’est effectivement l’ÉQUILIBRE c’est-à-dire l’ÉTAT le plus instable qui soit !

Mais quelque chose d’après les principes fondamentaux de la thermodynamique nous dit qu’il va y avoir des déperditions quelque part

sauf qu’on ne sait pas où

c’est !a qui énerve à la fin !

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
<< sauf qu’on ne sait pas où >>

si, on sait, pour la politique, c’est Besancenot qui est un facteur d’entropie smiley

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par aml (IP:xxx.x40.158.20) le 1er juillet 2008 à  09H51
@ C. Gougoussis

Désolée de dire ça, mais l’auteur est vraiment très productif, on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir des idées... De les exprimer et de les faire partager...

Par contre, vous devriez effectivement vous détendre, l’humanité n’est pas faite que de génies reconnus et surtout, peut-être qu’un jour, vous qui vous frottez à la "mécanique quantique", vous vous ouvrirez à des pensées moins scientifiques et effectivement vous ferez le tri comme cela est suggérésmiley (Je ne pense pas qu’on puisse tout prouver dans une seule courte vie, vous en êtes conscient de par votre apprentissage qui n’est pas natif)

Mais encore une fois, désolée M. Dugué, à part la motivation que je suppose que vous succitez chez vos élèves qui n’ont pas encore un esprit trop carré, cet article ne m’a par contre pas inspiré ce commentaire...

Mon intérêt est porté sur vous Christos, n’oubliez jamais que ceux qui ont fait avancer la Science avaient une inspiration souvant contredite car trop loin des préjugés des résultats établis (dois-je donner des exemples ou vous a-t-on également enseigné l’historique de ce que vous avez étudié ?).

Vous semblez brillant, je ne sais pas quel âge vous avez, alors si vous m’autorisez une pensée, restez ouvert aux éventuelles inspirations qui pourraient vous conduire à de grandes découvertes ! (Mais faites le tri )

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par jcm (IP:xxx.x01.253.3) le 1er juillet 2008 à  09H51
@ l’auteur:

Prenez un eudiomètre, apprenez à l’utiliser et vous verrez qu’il n’y a pas implosion.

Vous y introduirez le mélange oxygène - hydrogène: le mercure atteindra un certain niveau.

Au moment de l’étincelle il y aura explosion avec réaction exothermique et expansion du volume (le niveau du mercure baissera) puis, quasi instantanément (très immédiatement à l’oeil) le niveau du mercure remontera.

En effet vous aurez recombiné H et O en eau, une eau qui aura un volume très largement inférieur à celui des gaz d’origine, et vous distinguerez peut-être quelques gouttelettes ou de la vapeur en haut de l’eudiomètre (selon sa hauteur il y aura ou non un effet baromètre, vers les 760 mm de Hg).

Ce changement de nature de fluide, du gaz à l’eau, doit-il être appelé "implosion" (Wikipédia) ou "implosion" (dictionnaire) ?
http://geoclic.net

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Traroth (IP:xxx.x01.139.135) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ca ne ressort pas très clairement de l’article, donc je pose la question: cet article est ironique, rassurez-moi ? Vous ne pensez pas *vraiment* que c’est possible ?

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Gaolinn (IP:xxx.x03.94.2) le 1er juillet 2008 à  09H51

Totalement farfelu. L’énergie produite est nettement inférieure à celle nécessaire à l’électrolyse, la différence étant absorbée par la chaleur produite par l’explosion et celle absorbée par les frottement mécanique.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Dégueuloir (IP:xxx.x6.179.91) le 1er juillet 2008 à  09H51
http://www.econologie.com/mobi...

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -5 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Dom22 (IP:xxx.x14.247.196) le 1er juillet 2008 à  09H51
T’es sérieusement allumé dégueuloir.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Dégueuloir (IP:xxx.x6.179.91) le 1er juillet 2008 à  09H51
et toi ,pauvre type t’es complétement éteint....

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par chr45 (IP:xxx.x9.32.153) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ah quand les ignards se prennent pour des découvreurs universels ,on peut remarquer avec allégresse qu’on a retrouvé des alchimistes au 21 éme siécle...ce qui devrait susciter beaucoup d’émoi chez les anthropologues !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par gecko (IP:xxx.x6.210.190) le 1er juillet 2008 à  09H51
sinon moi j’ai des pierres philosophales à revendre, vous en prendrez bien une Mr Dugué ? malheureusement ce n’est que le plomb qu elle transforme en or pas les idées pourries...

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


Que drôle...
par Mirage (IP:xxx.x56.47.238) le 1er juillet 2008 à  09H51
... est votre article
... est votre culot (ou betise)
... est la naiveté de certains lecteurs

("Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme...")

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Muadib (IP:xxx.x86.181.14) le 1er juillet 2008 à  09H51
"Même si ça marche pas, la centrale à électrolyse contient une idée philosophique, celle du progrès effectué par transgression. Il faut parvenir à transgresser la seconde loi de la thermodynamique, la vie y parvient"

Il suffit de lire ces sages paroles de l’auteur pour comprendre le délire ( c’est le mot ) qui l’anime.
Je peux vous donner quelques liens sur mes cours de thermodynamique mais je pense que c’est peine perdue.

Vous vous situez ici presque dans le domaine de la "croyance" ( "transgression" d’une loi), et le plus sidérant est le "même si ca marche pas".

J’imagine l’actuaire qui tarifie son produit d’assurance-vie en transgressant les projections de mortalité venir se justifier chez son patron: Non mais, vous comprenez...Il faut voir au delà de tout cela ! La vie y arrive bien ! Regardez le ptite machin là qui arrive a survivre des dizaines de milliers d’années en se momifiant !.

Vous n’êtes pas un scientifique, et cela se voit. Vous mélangez tout et son contraire et vous essayez de faire croire aux gens que la science, c’est simple. Qu’il suffit de...Qu’il ne faut pas avoir confiance dans des principes pourtant maintes fois démontrées.

Vous êtes l’exemple typique du scientifique citoyen. Dangereux, incomplet et totalement déconnecté des réalités scientifiques/techniques actuelles.
Charlatan va !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 11:24
Paru dans Agoravox du 1er juillet 2008 cet article de Bernard Dugué. J'y inclus aussi les 132 réactions actuellement écrites.

(
L'article en lui-même est là)



les commentaires (3)

> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Gasty (IP:xxx.x4.4.187) le 1er juillet 2008 à  09H51
"la centrale à électrolyse n’utilise pas l’explosion, mais l’implosion." J’ai du mal à comprendre ? ? ?



 

"Il suffit de quelques étincelles et la réaction inverse se produit, le mélange redevient liquide et il se crée une dépression. Qui dit dépression dit force mécanique. Le piston au lieu d’être repoussé par l’explosion est aspiré par la dépression."

Je n’ai jamais entendu dire que le mélange hydrogène et oxygène produisaient une implosion. A la sortie de l’échapement d’un moteur à hydrogène , l’échappement évacue de l’eau, résultat du mélange hydrogène + oxygène = eau

D’ou la croyance du moteur qui marche à l’eau d’ailleur.

J’ai comme l’impression qu’il y a une erreur d’interprétation ou alors j’ai rien compris.

http://agastine.club.fr/WebRueduGastyVox2/inde (...)

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Gasty (IP:xxx.x4.4.187) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ou alors la turbine dépressive à convulsion séquencielle.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Gasty (IP:xxx.x4.4.187) le 1er juillet 2008 à  09H51
Remarquez ! Quand mon baromètre baisse, il se met à pleuvoir ( zone d’implosion baromètrique). Les temps changent, faut s’adapter.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x0.43.221) le 1er juillet 2008 à  09H51
Même si ça marche pas, la centrale à électrolyse contient une idée philosophique, celle du progrès effectué par transgression. Il faut parvenir à transgresser la seconde loi de la thermodynamique, la vie y parvient
c’est un peu comme les moines en lévitation, ils ont transgressé les lois de la gravitation
Quand il n’y aura plus d’essence, on aura le choix entre la centrale à mouvement perpétuel ou bien la méditation qui permet un usage du tapis volant

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -5 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par C. Gougoussis (IP:xxx.x94.148.128) le 1er juillet 2008 à  09H51
"Il faut parvenir à transgresser la seconde loi de la thermodynamique, la vie y parvient"

Ben non, la vie ne viole pas le 2ème principe de la thermodynamique: si on enferme un être vivant dans une boîte totalement hermétique, il finit par mourir et se décomposer. Un être vivant a besoin d’un apport d’énergie extérieur pour survivre (cf Prigogine).

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  7 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Vincent (IP:xxx.x2.20.67) le 1er juillet 2008 à  09H51

Monsieur Dugé,
c’est quoi le truc que vous avez fumé ou avalé avant,

 

 

 

nan parce que si ce n’est pas cher, en tout cas c’est efficace et ça permet de bien décoller donc de faire abstraction de la loi gravitationnelle. Faudrait penser à cette substance pour faire décoller nos A380 et aller voir du coté de chez General Electric et Pratt & Whitney s’ils n’ont pas inventé par hasard le moteur à chimère des fois.

 

 

 

Sans rire, quoi que, et sans vouloir être désagréable, n’essayez pas de vous réfugier derrière une idée philosophique après vous être rendu compte de l’énormité de la connerie qui est passée à la modération comme une lettre à la poste.

 

 

 

Ca sent les vacances quand même.

 

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  11 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Gasty (IP:xxx.x4.4.187) le 1er juillet 2008 à  09H51
Soit ! Soit ! mais là ou je ne suis pas d’accord, c’est que l’idée philosophique transgresse la seconde loi de la thermodynamique. Les moines n’ont pas à transgresser celle de la gravitation et les travaux de Newton.

Celui-ci a élaboré la formule donnant la force d’attraction mutuelle, appelée constante de gravitation (valeur 6,672.10-11 Nm2kg-2) . De quel droit les moines ce permettent-ils de l’ignorer et par des subterfuges obscure de transgression à l éviter.....

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
Mon cher Gasty,

j’ai souvenir qu’en d’autres temps vous nous avez proposé un instrument musical dont les sous produits pourraient être urilisés en sus de l’hydrogène.. (méthane pour tous, c’est ma tournée

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Gasty (IP:xxx.x4.4.187) le 1er juillet 2008 à  09H51
Exact ! D’autant que les représentations deviennent très vite explosive, la moindre étincelle.... et c’est l’explosion.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par bj33 (IP:xxx.x18.87.165) le 1er juillet 2008 à  09H51
j’en pète de joie....

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par dup (IP:xxx.x19.115.58) le 1er juillet 2008 à  09H51
j’en ai lu tellement de trucs sur les energies dites libres’ . Je me pose inlassablement la question: où puis je acheter une machine de Palma ,un moteur à aimants , un électrolyseur de Stanley Meyer . Je suis ouvert à tout ,mais pas naif . Si les multis peuvent être des escrocs et confisquer des inventions , il existe aussi des petits branleurs qui se prennent pour des Einsteins incrompris. Ils n’hesitent pas à fabriquer des fausses preuves. Pour moi c’est simple: si ça existe , j’achète .. mais je fabrique pas . une video ça se truque . A quoi me sert une tonne de plans dont personne a su faire marcher le moindre exemplaire. Sur ce , je veux bien qu’il existe des lois encore non découvertes . Si c’est le cas vendez moi un tel appareil.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par mike57 (IP:xxx.x65.242.173) le 1er juillet 2008 à  09H51
J’ai bien peur que la seule dépression que l’on puisse trouver actuellement ,ne soit pas dans votre système,mais dans le moral des français.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par sale bête (IP:xxx.x25.46.119) le 1er juillet 2008 à  09H51
avant de penser à résoudre les problèmes d’énergie qui se posent à l’humanité,
il vous faudrait commencer par relire les manuels de physique
de 5ème et 4ème de vos enfants ! ;)


une turbine ne produit pas d’électricité, c’est une sorte d’"hélice" qui transforme le passage
d’un fluide (eau, vapeur, gaz ...) en mouvement rotatif.

alternateurs ou générateurs (qui peuvent être couplés à des turbines) produisent, eux, de l’électricité !

quand au rendement énergétique de l’électrolyse il peut être déplorable:


http://fr.wikipedia.org/wiki/%...


sans cette histoire de rendement, on aurait couplé depuis longtemps un moteur électrique à un générateur
qui l’alimenterait (mouvement perpétuel, vieux rêve de l’humanité).

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> et le moulin à prière ?
par pierce (IP:xxx.x31.244.32) le 1er juillet 2008 à  09H51
Hilarant, au moins j’ai bien rigolé, merci

Dans la série vous devriez citer le "moulin à prière". tout le monde sait que, quelque soit la religion (c’est un avantage donc, puisque le moteur marchera dans de nombreuses régions du Monde), les prières MONTENT vers Dieu.

Il suffit d’utiliser ces mouvements ascendant pour actionner une turbine couplée à un générateur et hop ! le tour est joué.

Quant au rendement, il est évidemment faramineux: non seulement il faut peu d’énergie pour prier (la preuve, même la prière d’un mourant est entendue par Dieu), mais, de toute façon, Dieu fournit la plupart de l’énergie suplémentaire, d’après le principe bien connu: "aides-toi, le ciel t’aidera".

Donc le rendement d’un moulin à prière ne peut qu’être miraculeux, CQFD.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  9 Votes


> et le moulin à prière ?
par jcm (IP:xxx.x01.253.3) le 1er juillet 2008 à  09H51
Super !!!

Mais pas très respectueux de quelqu’un qui affiche " Domaines du savoir maîtrisés correctement ou plus: sciences physiques, chimie, biochimie... théologie." !!!
http://geoclic.net

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes

 


> et le moulin à prière ?
par clostra (IP:xxx.x14.146.195) le 1er juillet 2008 à  09H51
Que savez-vous des scientifiques: les meilleure découvertes partent d’une intuition allez y chercher du "rationnel", plutôt du "relationnel"

woualou

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 





Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 11:20
Paru dans Agoravox du 1er juillet 2008 cet article de Bernard Dugué. J'y inclus aussi les 132 réactions actuellement écrites.

(
L'article en lui-même est là)



les commentaires (2)

> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par el bourrico (IP:xxx.x52.221.178) le 1er juillet 2008 à  09H51
Allons bon, c’est la blague de l’été ?

Qu’en est il du rendement de la réaction d’électrolyse ?
De toute façon, rien que par les frottements, ça ne marche pas, sans compter les pertes par effet joule, que la diffusion thermique vous interdit de récupérer en totalité. Donc déjà, le système ne s’auto alimente pas, alors de la à ce qu’il soit excédentaire...
Quant à accélérer une réaction chimique, c’est possible oui, mais dans une certaine mesure seulement.

Jusqu’à présent, la seule réaction qui dégage plus que ce qu’elle nécéssite pour être initiée, est la réaction de fusion, mais ce n’est pas une réaction chimique, et les conditions demandées sont extrêmes.

Non franchement, si ce genre de chose était possible, les thermodynamiciens nous l’aurait pondue depuis des décennies.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  5 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par el bourrico (IP:xxx.x52.221.178) le 1er juillet 2008 à  09H51
Euh.... non, rendement de 10% ça veut dire que 90% de ce qu’on fournit est dans le vent, donc perdu.

Sinon que ce soit implosion ou explosion, ça ne change rien au principe, c’est un piston qui se déplace, par surpression ou par dépression, il y a toujours des frottements et le moteur chauffe toujours.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Pierrot (IP:xxx.x1.23.48) le 1er juillet 2008 à  09H51
L’auteur ignore les lois fondamentales de la physique.

Le système farfelu est globalement endothermique et ne peut donc servir qu’à dépenser beaucoup plus d’énergie qu’il ne peut en produire.

Sans aucun intérêt.
Vous nous faîtes perdre du temps.
Reposez vous.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  10 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par jcm (IP:xxx.x01.253.3) le 1er juillet 2008 à  09H51
Je suis pour la méthanisation de toutes les idées géniales qui ont toutes les chances d’aboutir... à la poubelle du temps !!!

Au moins on en tirerait un peu d’énergie
http://geoclic.net

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par faxtronic (IP:xxx.x93.127.45) le 1er juillet 2008 à  09H51
Mais c’est aboslument debile comme concept:

Vous prenez 1 litre d’eau, vous l’electroliser avec X joule d’electricté. Avec le probleme de rendement chimique, de perte ohmique, vous obtener disons 0.9*X d’energie chimique. Vous faites exploser ce melange, vous obtenez 0.3*0.9*X d’energie thermique et 0.7*0.9*X d’energie mecanique. Vous utliser cette energie mecanique pour faire bouger votre turbine (et pas votre voiture) et vous obtenez 0.8*0.7*0.9*X d’energie electrique. C’est a dire que pour l’instant, sans aucun travail mecanique utile, vous avez reussi a generer 0.8*0.7*0.9*X c’est a dire 0.5 X d’energie electrique et 0.5X de perte energetique (chaleur).

En deux ou trois coups de manivelle, votre systeme a plus d’energie, et sans meme faire avancer quoique cela soit.

C’est juste un tres mauvais systeme de chauffage votre truc !!! Et encore je suis hyper optimiste dans les rendements successifs.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  13 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par faxtronic (IP:xxx.x93.127.45) le 1er juillet 2008 à  09H51
C’est surement pour cela que vos neurones s’echauffent trop.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  4 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par alberto (IP:xxx.x6.65.4) le 1er juillet 2008 à  09H51
Dugué: vous pouvez faire taire la gamelle de vos détracteurs ( des tracteurs de boulets, oui ! ), j’ai mis en application votre principe de moteur à implosion, génial: ça marche !!!
Reste plus qu’à vendre le brevet ... Si on se démmerde bien on devrait se faire du blé, non ?
Bien à vous.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -8 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x8.110.99) le 1er juillet 2008 à  09H51
Sans blague ?

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par GRL (IP:xxx.x9.28.166) le 1er juillet 2008 à  09H51
J’ai compris comment tu crées la dépression, mais apres la premiere depression , on fait quoi ? Un moteur , c’est un mouvement cyclique, çà va de soi , du coup , tu dois recomprimer le fameux piston, sans trop freiner le mouvement de dépression induit par la réaction chimique. Alors , soupape , comment le piston redescend , par la force motrice de la dépression sur le principe du vilbrequin ? Dis nous en un peu plus là dessus, Nobel Dugué, j’ai hate de rouler en Duguolex à Electolyse, moi, et de pouvoir dire au monde que les depressions de quelques uns font maintenant marcher le monde ... Bon , allez , il aura fallu que tu veuilles placer un espoir dans un moteur ... à dépression... c’est bien toi, çà, mais pourquoi pas ... ; Allez des détails sur la diastole de ta chambre à implosion !!!

Après , çà m’interesserait bien de savoir quel régime tu imagines pour un tel moteur ... en tours / mn .

GRL

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x0.43.221) le 1er juillet 2008 à  09H51
On peut soit utiliser la pression du gaz sorti de l’électrolyse, et Dieu sait si ça presse, ou alors utiliser deux cylindres couplés.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -7 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x8.110.99) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ben oui on réinvente la machine à vapeur sans le charbon.

ça ne me choque pas ce truc !

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x8.110.99) le 1er juillet 2008 à  09H51
Plus besoin de refroidir le système.

Tiens ça me fait penser à autre chose: la force d’aspiration des avions, bateaux etc: ce truc qui par un remous bienfaiteur pousse et repousse.

Un suceur de piston qui fait élastique, une catapulte...

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par GRL (IP:xxx.x9.28.166) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bon , et dis moi , tu as commencé la réalisation du proto ?
Pour une réalisation domestique , tu peux je pense , te procurer des pièces vendues pour les modeles réduits à moteur. Des exactes répliques de moteurs à explosion, mais sur de toutes petites cylindrées, à modifier pour y coupler le systeme à éléctrolyse . Enfin , il me parait interessant de le faire assez vite pour que tu puisses calculer tes déperditions d’énergie. Si il y a une faille dans le système , tu la verras tres vite apparaitre.
Bonne chance.

GRL

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Polemikvictor (IP:xxx.x12.83.173) le 1er juillet 2008 à  09H51
J’apprécie votre idée, vous auriez pu également via un microphone récupérer l’énergie dégagée par le bruit de la réaction.
Non au 2eme principe de la thermodynamique !!!!!
Il faut lutter contre ces lois non démocratiques qui nous ont été imposées sans débat !!!
A bas la loi de la pesanteur !!!

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  8 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par grangeoisi (IP:xxx.x9.159.78) le 1er juillet 2008 à  09H51
Comme une gentille vaguelette rafraîchissante... me rappelle ce bon vieux tonton qui nous faisait chercher la pierre à puces...

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  1 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x21.130.18) le 1er juillet 2008 à  09H51
Brevetez brevetez !

j’achète la première action !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  2 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par clostra (IP:xxx.x14.146.195) le 1er juillet 2008 à  09H51
avant que ça saute

PV=nRThé pas Cap !

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 11:09
Paru dans Agoravox du 1er juillet 2008 cet article de Bernard Dugué. J'y inclus aussi les 132 réactions actuellement écrites.

(
L'article en lui-même est là)



les commentaires (1)
 

N’importe quoi
par lerma (IP:xxx.x1.72.24) le 1er juillet 2008 à  09H51
Décidement il serait temps pour vous de prendre des congés

Avez vous des congés payés chez Agoravox comme pigiste ? ? ?
http://www.tvargentine.com

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -15 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> N’importe quoi
par Bernard Dugué (IP:xxx.x0.43.221) le 1er juillet 2008 à  09H51
Lerma, j’aimerais vous mettre dans une cage à Médrano, pour ensuite électrolyser votre cerveau et voir si la réaction produit quelques neurones positifs

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -1 Votes

 


> N’importe quoi
par alberto (IP:xxx.x6.65.4) le 1er juillet 2008 à  09H51
Dugué: j’ai bien aimé votre article, mais votre bienveillance ordinaire vous laisse naturellement entrevoir la possibilité que Lerma ait un cerveau: là je m’inquiète !

Bien à vous.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  5 Votes

 


> N’importe quoi
par Alpo47 (IP:xxx.x93.176.209) le 1er juillet 2008 à  09H51
Moi, techniquement, je n’y connais rien, alors je vous livre juste ces liens, et vous suggère de cliquer sur "moteur à eau"...

http://www.presselibreinternat...

A suivre...

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -2 Votes

 


> N’importe quoi
par Dégueuloir (IP:xxx.x6.179.91) le 1er juillet 2008 à  09H51
évidemment que lerma n’a pas de cerveau,à la place ,une chambre d’implosion à vide......tout juste un neurone lui permettant d’actionner son sphincter anal.......

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


il ny a pas de crise de l’énergie,seulement une crise de l’ignorance...
par Dégueuloir (IP:xxx.x6.179.91) le 1er juillet 2008 à  09H51
http://www.econologie.com/mobi...Tesla avait la solution.....seulement un HIC...celle-ci est inépuisable,non polluante,abondante....et gratuite à tout un chacun...impensable !!!

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -2 Votes

 


> N’importe quoi
par Grasyop (IP:xxx.x10.230.152) le 1er juillet 2008 à  09H51
« Décidement il serait temps pour vous de prendre des congés Avez vous des congés payés chez Agoravox comme pigiste ? ? ? »

Mais M. Dugué est un bon sarkozyste qui a décidé de travailler plus pour gagner plus.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> N’importe quoi
par Grasyop (IP:xxx.x10.230.152) le 1er juillet 2008 à  09H51
« Lerma, j’aimerais vous mettre dans une cage à Médrano, pour ensuite électrolyser votre cerveau et voir si la réaction produit quelques neurones positifs »

Vous voulez dire que le seul but de vos élucubrations c’est de tester Lerma ?!

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 

Réponse de l'auteur de cet article

> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x0.43.221) le 1er juillet 2008 à  09H51
Juste un rectificatif sur la réaction d’électrolyse, il faut lire 2 H2O conduisant à 2 H2 + O2,
que cette faute me soit pardonnée, seigneur !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Abolab (IP:xxx.x3.156.137) le 1er juillet 2008 à  09H51
Do you speak english ?
http://www.scitizen.com/

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -1 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Vieux Sachem (IP:xxx.x9.208.240) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bravo: vous avez inventé le mouvement perpétuel !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  9 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par jesuisunhommelibre (IP:xxx.x37.126.27) le 1er juillet 2008 à  09H51
Il vous faut retourner en 2nd, où vous apprendrez que le mélange hydrogène - oxygène est particulièrement détonnant, donc pas une implosion, mais une puissante explosion, avec dégagement de chaleur.

Enfin, l’énergie dépensée pour l’électrolyse est bien évidemment supérieure à l’énergie récupérée dans le moteur à explosion (resistance mécanique entre autre).

Donc, article complètement inutile !

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  10 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par geo63 (IP:xxx.x97.35.4) le 1er juillet 2008 à  09H51
Une question qui me vient comme ça: l’électrolyse telle que vous la présentez est une réaction chimique dont la cinétique est beaucoup trop lente pour être exploitable dans un moteur...à vos neurones

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x0.43.221) le 1er juillet 2008 à  09H51
Bonne question en effet, qui entre dans le cadre de cette discussion dans la case de la faisabilité technique, question utile sous réserve que le bilan du système soit positif (c’est en fait le mouvement perpétuel comme cela a été dit pl:us haut)
L’électrolyse est une question d’interface. La réaction peut être accélérée par des catalyseurs mais je crois bien qu’en utilisant des électrodes à très grandes surfaces de contact (principe du pot catalytique) ça peut y aller franchement

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -8 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par geo63 (IP:xxx.x97.35.4) le 1er juillet 2008 à  09H51
pour continuer sur l’électrolyse, il faut inclure un électrolyte (sel) dans l’eau car l’électrolyse de l’eau seule n’est pas thermodynamiquement favorable.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  3 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Philippe D (IP:xxx.x4.89.96) le 1er juillet 2008 à  09H51
Nobelisable assurément !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Vincent (IP:xxx.x2.20.67) le 1er juillet 2008 à  09H51
Nobelisable sans aucun doute

A condition toutefois de crée le prix nobel de la rêverie,

pour ne pas dire autre chause et être désagréable.

Le mouvement perpétuel est un rêve, alors si en plus il crée de l’énergie supplementaire, on a des question à se poser. que faire de toute cette énérgie.
Toutsnos cours de physique seraient à revoir.

Aller chercher dans vos anciens cours de chimie de première me semble-t-il, au chapitre de l’oxydoréduction vous y trouverez des infos intéressantes.

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  7 Votes

 


Sérieux ?
par Eric Lombard (IP:xxx.x70.16.68) le 1er juillet 2008 à  09H51
Nous sommes le 1er juillet, pas le 1er avril !

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  12 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> Sérieux ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x0.43.221) le 1er juillet 2008 à  09H51
En effet, et ce sujet est léger comme l’été
J’aimerais quand même avoir votre avis sur ce moteur à implosion

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -7 Votes

 


> Sérieux ?
par Tulan (IP:xxx.x66.24.89) le 1er juillet 2008 à  09H51
Je suis très septique sur le rendement de ce moteur:
1- l’électrolyse de l’eau consomme énormément d’énergie du fait de la très grande stabilité des liaisons H-O
2- la réaction O2 + H2 par une étincelle est très exothermique et produit beaucoup d’énergie, de même qu’une forte déflagration ... on est donc loin de pouvoir obtenir une dépression dans le tube. Ce n’est pas pour rien que les moteurs de fusées utilisent souvent le mélange H2 + O2 pour leur propulsion (Ariane, Navette Spatial ...)

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  4 Votes

 


> Sérieux ?
par geo63 (IP:xxx.x97.35.4) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ce qui m’intrigue un peu c’est que ce fameux moteur à implosion a déjà fait l’objet de sérieuses investigations, pas sur ce principe...voir google !

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  0 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Asp Explorer (IP:xxx.x6.161.143) le 1er juillet 2008 à  09H51
Le rendement énergétique du métabolisme animal, qui a bénéficié de 3 milliards d’années d’évolution, est de 40%. Le rendement énergétique d’un moteur à explosion, après un siècle de développement et d’optimisation est de 25%, et n’a aucune chance d’augmenter sensiblement. Je doute que votre zinzolin dépasse les 10%. Ce qui signifie pas qu’on a 10% d’énergie en plus que ce qu’on en fornit, cela signifie simplement que 10% de l’énergie totale consommée par le système est dilapidée en chaleur.

Réagir à l'article |   Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  4 Votes


Réponse de l'auteur de cet article
> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Bernard Dugué (IP:xxx.x0.43.221) le 1er juillet 2008 à  09H51
Attention, le principe n’est pas le moteur à explosion mais à implosion et là ça change tout

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  -9 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Asp Explorer (IP:xxx.x6.161.143) le 1er juillet 2008 à  09H51
Ça ne change rien du tout. Un moteur est un moteur, on met de l’énergie à un bout, il sort du travail à l’autre. Il a été démontré plus de fois qu’il n’est possible de compter que l’énergie consommée étant nécessairement supérieure au travail fourni, cette énergie perdue est principalement dégagée sous forme de chaleur, c’est pour ça qu’un moteur chauffe. Il n’existe pas, il n’a jamais existé et il n’existera jamais de moteur fournissant plus de travail qu’il ne consomme d’énergie, et il est permis de douter de la culture scientifique de toute personne qui prétendrait le contraire (ceci est une litote).

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  18 Votes

 


> La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?
par Asp Explorer (IP:xxx.x6.161.143) le 1er juillet 2008 à  09H51
cela signifie simplement que 10% de l’énergie totale consommée par le système est dilapidée en chaleur

Il fallait bien sûr lire "90% de l’énergie totale consommée..."

Réagir à l'article | Réagir au commentaire |  SIGNALER UN ABUS

Commentaire pertinent ?  9 Votes

 




Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 11:00

Paru dans Agoravox du 1er juillet 2008 cet article de Bernard Dugué. J'y inclus aussi les 132 réactions actuellement écrites.

http://www.agoravox.fr/article_tous_commentaires.php3?id_article=41670


L'article.

Commentaires (1).

Commentaires (2).

Commentaires (3).

Commentaires (4).

Commentaires (5).

Commentaires (6).

Commentaires (7).




La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?

La centrale à électrolyse et implosion est une invention originale dont je présente le principe sans préjuger si les calculs la rendent possible, ni si techniquement c’est réalisable voire rentable. La centrale à électrolyse est ainsi nommée pour la différencier de la centrale à hydrogène dont le principe, comme pour celui du moteur à hydrogène, est la combustion de ce gaz qui est utilisé alors comme un combustible ordinaire, à l’instar du gaz naturel. La centrale à électrolyse fait appel à un autre principe que je vais tenter d’exposer en quelques lignes.


Première étape
, l’électrolyse. Lorsqu’on place deux électrodes de charges opposées dans un bac rempli d’eau, il se produit une réaction électrochimique où est libéré un mélange d’hydrogène et d’oxygène. Le bilan de la réaction est le suivant : H2O (liquide) à 2 H2 (gaz) + O2 (gaz). Imaginons qu’on puisse récupérer ce mélange dans sa composition finale, soit une molécule d’oxygène gazeux pour deux molécules d’hydrogène gazeux.

Deuxième étape
, la turbine à « moteur dépressif », qu’on peut nommer aussi moteur à implosion. Le principe d’une centrale électrique est de produire de l’électricité à partir d’une turbine dont le fonctionnement est inverse de celui du moteur électrique. Ce dernier produit de l’énergie mécanique lorsqu’on le branche sur une source d’électricité. C’est devenu tellement courant qu’on oublie le moteur électrique présent dans la tondeuse, le séchoir, le rasoir… sauf quand ça tombe en panne. Cette électricité, il faut la produire par une inversion du processus en utilisant une turbine qui, lorsqu’on lui fournit de l’énergie mécanique, génère un courant. C’est ce qui se passe dans les centrales électriques ou tout simplement un groupe électrogène ; la turbine étant couplée à un ordinaire moteur à explosion comme on en trouve dans tous les véhicules automobiles. Or et c’est cela l’astuce essentielle, la centrale à électrolyse n’utilise pas l’explosion, mais l’implosion.

Il est temps d’utiliser notre mélange d’hydrogène et d’oxygène. Admettons qu’on puisse remplir avec le mélange une sorte de dispositif analogue à un cylindre, mais de taille conséquente. Il suffit de quelques étincelles et la réaction inverse se produit, le mélange redevient liquide et il se crée une dépression. Qui dit dépression dit force mécanique. Le piston au lieu d’être repoussé par l’explosion est aspiré par la dépression. Cela se passe comme dans les vieilles ventouses de grand-mères qu’on appliquait sur le dos pour soigner quelques maux. Un bout de coton imbibé d’alcool qu’on allume et place au fond d’un pot en verre. Il suffit alors d’appliquer le pot sur le dos (attention à la position du corps) et avec l’oxygène consommé par la combustion, une dépression se crée, aspirant la peau pour un effet thérapeutique plus ou moins garanti. Revenons à notre centrale à électrolyse. Imaginons que pratiquement tout l’oxygène et l’hydrogène aient réagi. Cela fait une dépression proche du vide. Il suffit alors de concevoir ce moteur à implosion qui en fonctionnant permettra de générer de l’électricité par la force mécanique. C’est d’ailleurs tout le secret de cette réussite que l’invention du « moteur à implosion ». C’est une innovation car, en effectuant une recherche sur Google, le moteur (précisons, de recherche) donne deux dizaines de liens. Notamment une analyse de la dette publique alimentée sous le gouvernement Jospin, ou alors sur quelques processus spéculatifs ou encore le fédéralisme ; bref, on est très éloigné du sujet et Google de suggérer une requête sur le moteur à explosion. Comme quoi, le moteur à implosion n’existe pas parce que personne ne l’a inventé jusqu’à ce jour exceptionnel où il est présenté en exclusivité sur Agoravox.

Troisième étape
, le bouclage électrique. Le problème c’est que pour électrolyser l’eau, il faut de l’énergie électrique. Mais ça tombe pile poil, la turbine fournit l’électricité nécessaire à l’électrolyse. Il suffit de quelques fils pour alimenter la chambre à électrolyse qui produira le mélange gazeux détonnant et implosif, celui-ci étant alors canalisé vers les moteurs à implosion dans lesquels il sera injecté pour créer de l’électricité dans les turbines.

Bilan final.
Voilà la présentation de la centrale à électrolyse. Maintenant, deux questions se posent dans un ordre évident. D’abord, quel est le bilan énergétique ? On sait qu’il faut réinjecter un pourcentage de l’électricité produite par la force mécanique dépressive pour l’électrolyse qui devra alimenter les turbines. En plus la réaction de formation de l’eau est exothermique. La chaleur peut aussi être récupérée et figurer au bilan énergétique en faisant tourner d’autres turbines (comme dans une centrale nucléaire où c’est la vapeur d’eau qui fait tourner la machine). Si ce pourcentage est de 40 alors c’est gagné, le rendement est de 60. Par exemple, 400 watts sont utilisés pour l’électrolyse et 600 watts sont produits en sortie pour être envoyés sur le réseau électrique. Je n’ai aucune idée du résultat, je laisse les ingénieurs faire le calcul. Mais si le pourcentage est de 110, par exemple, alors autant plier l’affaire. La centrale ne peut pas fonctionner, à moins qu’elle soit alimentée par une source extérieure (le but d’une centrale est pour l’instant de produire et non pas consommer de l’électricité, ce qui n’exclut pas de proposer la centrale consommatrice d’énergie comme une œuvre d’art conceptuelle). En supposant que le bilan soit favorable, l’affaire devient une question purement technique et économique. Sous réserve que la question du refroidissement soit résolue car. Il faudra évaluer le coût de ce dispositif sachant qu’il ne consomme pas de combustible fossile, mais qu’il faut quand même le fabriquer. Tout dépend alors du coût de production du kWh calculé avec les critères classiques, investissement, amortissement, fonctionnement…

Voilà donc ce qui pourrait être l’invention du siècle ou, à défaut, une idée de sketch, genre le gars qui toute sa vie cherche à faire fonctionner le moteur à dépression et qui finit par l’avoir, sa dépression ! Ingénieurs, à vos calculettes ! Quoique cette idée est tellement simple qu’il serait étonnant qu’elle n’ait pas déjà été étudiée. Et puis il existe le mur du second principe interdisant que ça puisse fonctionner, à moins que ce principe ne soit pas applicable dans ce cas de figure. Ce qui, en plus d’être considéré comme inventeur du siècle, me vaudrait un prix Nobel sous réserve que je puisse fournir une théorie nouvelle. Ce n’est pas gagné. Mes neurones ont trop chauffé, mais sait-on, cet été sera frais alors, j’y réfléchirai. Ce serait franchement idiot de passer à côté du Nobel.

URL TRACKBACK : http://www.agoravox.fr/tb_receive.php3?id_article=41670

Par Bernard Dugué
mardi 1er juillet 2008
132 réactions

NON Article intéressant ? OUI
67% 33%
Votez pour cet article en cliquant
sur oui ou sur non
(95 votes)







Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 10:22
(Dépêches)



La navette Atlantis s'est amarrée à l'ISS

CAP CANAVERAL, Floride (Reuters) - La navette spatiale Atlantis s'est amarrée à la station spatiale internationale à 19h38 GMT (21h38 heure de Paris), à 354 km au-dessus de l'océan Pacifique.

Comme il est d'usage depuis la reprise des vols après la catastrophe de Columbia en 2003, la navette a effectué un tour sur elle-même avant de s'amarrer, afin de permettre à l'équipage de l'ISS d'examiner ses tuiles de protection thermique.

Les photos prises à cette occasion devraient permettre à la NASA de déterminer si Atlantis a subi des dégâts à cause de projection de débris lors du décollage.

Pour l'instant, les ingénieurs se concentrent sur une section de 10 cm sur 15, où des morceaux de tuiles semblent s'être détachés.

Atlantis apporte à l'ISS un nouveau jeu de panneaux solaires ainsi qu'un segment supplémentaire dans sa structure.

La navette transportait également l'astronaute Clayton Anderson, qui relèvera à bord de l'ISS Sunita Williams, qui achève un séjour de six mois dans l'espace.

Dimanche 10 juin 2007, 22h05


La navette Atlantis s'amarre à la Station spatiale internationale

WASHINGTON (AFP) - La navette spatiale américaine Atlantis s'est amarrée comme prévu dimanche à 19h36 GMT à la Station spatiale internationale (ISS) pour poursuivre le chantier de l'avant-poste orbital, a indiqué la Nasa.

"ISS et Houston (Centre de contrôle spatial de la Nasa au Texas), amarrage confirmé", a dit le commandant d'Atlantis Rick Sturckow, selon la transmission en direct de cette procédure par la télévision de la Nasa. "L'équipage d'Atlantis arrive", a lancé une heure plus tard l'astronaute Sunita William, membre de l'expédition 15 de l'ISS après l'ouverture des sas séparant les deux vaisseaux spatiaux.

Dès l'entrée des astronautes d'Atlantis dans l'ISS, une cloche a retenti comme celle d'un navire pour marquer l'arrivée à bord de visiteurs. Les nouveaux et anciens occupants de l'ISS se sont chaleureusement serrés la main, ou se sont donnés l'accolade avant d'entamer des conversations. Ils ont ensuite pris des photos puis le commandant de l'ISS, le Russe Fyodor Yurchikhin devait leur faire visiter la station.

La navette avec ses sept astronautes, tous des hommes, ont rejoint l'ISS au terme d'une course poursuite de près de 48 heures dans l'espace. Atlantis avait été lancée de Floride (sud-est) vendredi en fin de journée marquant le premier vol d'une navette en 2007 et le cinquième depuis l'accident de Columbia le 1er février 2003. L'amarrage d'Atlantis et de l'ISS, ayant une masse de respectivement 100 et 260 tonnes et avançant à près de 29.000 km/heure, s'est effectué selon une chorégraphie orbitale de haute précision et très délicate pour maintenir un alignement parfait entre elles. Peu avant l'amarrage, le commandant d'Atlantis avait fait effectuer une pirouette sur lui-même à l'orbiteur avançant perpendiculairement à l'axe de l'ISS. Cette manoeuvre de huit minutes environ a permis aux occupants de l'ISS de prendre plus de 300 photos du ventre d'Atlantis pour détecter d'éventuels dégâts aux tuiles formant son bouclier thermique.

Samedi, au premier jour sur orbite, les astronautes d'Atlantis avaient procédé pendant près de six heures à une inspection détaillée de la protection thermique en carbone renforcé du nez de l'orbiteur ainsi que des bords d'attaque des ailes et d'autres parties du cockpit.

Pour effectuer cette inspection, devenue une routine depuis l'accident de Columbia en février 2003, ils ont utilisé une caméra haute-définition et un laser attachés à l'extrémité d'une rallonge de 15 mètres au bras robotisé de la navette qui se trouve dans la soute. Les images et autres données sont transmises au centre de contrôle de Houston (Texas, sud) où les experts sont en train de les analyser. Le décollement d'un coin d'une couverture thermique sur environ 10 centimètres à l'arrière de l'orbiteur est le seul problème détecté jusqu'à présent mais ne paraît pas inquiéter la Nasa.

John Shannon, directeur adjoint du programme de la navette, a dit dimanche soir à Houston, lors d'un point de presse, que la décision d'envoyer ou pas des astronautes remettre en place la couverture thermique, serait prise lundi.

"Je pencherais peut-être un petit peu pour aller faire la réparation", a-t-il ajouté soulignant que l'espace non protégé pourrait subir des températures élevées durant la rentrée dans l'atmosphère. Mais a insisté M. Shannon, il s'agit d'un dommage mineur facile à réparer rapidement.

Durant cette mission de 11 jours, dont huit amarrés à l'ISS, Atlantis et son équipage poursuivront la construction de l'avant-poste orbital. Ils livreront et installeront un deuxième tronçon métallique dit S3/S4 de plus de 16 tonnes qui étendra l'ossature de l'ISS. Les astronautes apporteront aussi une troisième paire d'antennes solaires et des batteries. Ces tâches d'installation complexes nécessiteront trois sorties dans l'espace de près de 20 heures au total par deux équipes de deux astronautes dont la première est prévue lundi pour attacher le tronçon S3/S4.

Lundi 11 juin 2007, 6h26

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 10:21
(Dépêches)




François Fillon a inauguré le TGV Est : "un symbole qui donne confiance en l'avenir"

STRASBOURG (AFP) - François Fillon, qui a effectué samedi matin le voyage inaugural Paris-Strasbourg du TGV Est, a salué dans ce train un "symbole qui donne confiance en l'avenir".

"Strasbourg à, à peu près, deux heures de Paris, c'était un rêve. Il a été réalisé", a déclaré le Premier ministre à son arrivée à Strasbourg, après avoir rendu visite au conducteur de ce train parti de Paris à 07h36.

Saluant le rôle de la SNCF, de Réseau Ferré de France (RFF), des collectivités locales et de l'Etat, partenaires dans cette réalisation, il y a vu "un beau symbole de la capacité de notre pays à innover lorsqu'il se rassemble, un symbole de la France européenne, du savoir-faire des entreprises françaises, un symbole qui donne confiance en l'avenir".

Dans un discours prononcé plus tard dans un parc de Strasbourg, où l'inauguration officielle était organisée, M. Fillon a salué dans l'ensemble du programme TGV "une véritable prouesse".
Il a évoqué "une vision révolutionnaire née dans les années 70, au moment du premier choc pétrolier".

M. Fillon a noté au passage que le TGV Est confortait la place de Strasbourg comme centre européen, une position qui lui est contestée par la Commission européenne.
Le nouveau train, a-t-il relevé, "s'impose comme un trait d'union ferroviaire entre la France et ses partenaires allemands, luxembourgeois et suisses, entre les institutions européennes et la capitale".

Le TGV Est inaugural a rallié la capitale alsacienne en 2 heures et 46 minutes à une vitesse atteignant 320 km/h sur la ligne nouvelle. Il entre en service commercial dimanche.

Le TGV Est inaugural qui avait quitté samedi à 07h36 la gare de l'Est à Paris, avec à son bord le Premier ministre François Fillon et de nombreux invités, est arrivé à 10h22 en gare de Strasbourg.

Le chef du gouvernement et son ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables Alain Juppé, chargé des Transports au sein du gouvernement, ont été accueillis sur le quai par la maire UMP de Strasbourg, Fabienne Keller.

En compagnie de Mme Anne-Marie Idrac, présidente de la SNCF, les deux hommes ont ensuite rejoint la cabine du conducteur et M. Fillon est brièvement apparu à la fenêtre.

Après une visite de la rame TGV détentrice du record du monde de vitesse sur rail (574,8 km/h le 3 avril), M. Fillon inaugurera officiellement le TGV Est en fin de matinée au jardin des Deux Rives. Plusieurs milliers d'invités sont attendus dans ce parc adossé au Rhin où les festivités dureront jusqu'au soir.

Le trajet aura ainsi duré plus que son horaire normal de 2 heures et vingt minutes, le train s'étant exceptionnellement arrêtée dans diverses gares pour prendre à bord des personnalités conviées à Strasbourg.

Le TGV Est qui effectuera ses premières navettes commerciales dimanche place Reims à 45 minutes de Paris, contre 1h40 actuellement, Metz et Nancy à 1h30 (2h45 actuellement), et Strasbourg à 2h20 (4h00 actuellement). Il réduit aussi considérablement le temps de voyage avec Mannheim, Francfort, Karlsruhe, Stuttgart et Munich ainsi que Luxembourg, Bâle et Zürich.

Sur 300 km de ligne à grande vitesse construits en cinq ans entre Paris et Baudrecourt (Moselle) pour un coût total de quatre milliards d'euros, la SNCF fera circuler chaque jour sur la nouvelle liaison 118 rames TGV de dernière génération. Elle espère augmenter de 65% sa fréquentation vers l'Est qui devrait passer de huit millions de voyageurs actuellement à 11,5 millions d'ici à 2010.

Samedi 9 juin 2007, 13h15




TGV Est : François Fillon salue un "rêve réalisé"

STRASBOURG (AP) - Le Premier ministre François Fillon a inauguré samedi à Strasbourg le TGV Est, dont l'exploitation commerciale débutera dimanche après vingt ans d'études et cinq de travaux. S'enthousiasmant pour ce projet enfin concrétisé, il a noté: "Strasbourg à à peu près deux heures de Paris, c'était un rêve. Il a été réalisé".

Ce trajet qui doit théoriquement s'accomplir en 2h20 l'a été en 2h46 samedi, le TGV inaugural transportant depuis Paris M. Fillon et son ministre du Développement durable Alain Juppé ayant été retardé en raison du trafic. Le chef du gouvernement a en tout cas salué dans ce train "un beau symbole de la capacité de notre pays à innover lorsqu'il se rassemble, un symbole de la France européenne, du savoir-faire des entreprises françaises, un symbole qui donne confiance en l'avenir".

Dans un discours prononcé dans un parc de la capitale alsacienne où l'inauguration officielle était organisée, M. Fillon a salué dans l'ensemble du programme TGV et jugé que le TGV Est "s'impose comme un trait d'union ferroviaire entre la France et ses partenaires allemands, luxembourgeois et suisses, entre les institutions européennes et la capitale".

Le Premier ministre a également quelque peu égratigné la SNCF en l'appelant à améliorer le "service rendu au client" en matière de trajets quotidiens domicile-travail et de fret. Pour lui, "des progrès restent encore à accomplir" dans ces domaines et "l'amélioration de certains services ne doit pas se faire au détriment des autres".

"La performance du TGV nous oblige", a-t-il affirmé: "Il ne faut pas oublier que des millions de Français utilisent quotidiennement le chemin de fer pour se rendre à leur travail et en revenir. Ils sont nombreux, ceux qui s'estiment délaissés parce qu'ils sont confrontés à l'inconfort ordinaire de certains trains. Il ne faut pas les oublier et mépriser leurs exigences." Pour le fret, "un effort en faveur d'infrastructures sera nécessaire mais ne saurait suffire", a estimé M. Fillon en ajoutant: "La baisse du trafic du fret au cours des dernières années démontre qu'un véritable effort de rentabilité et surtout d'amélioration du service rendu au client doit être réalisé".

Enfin, la France sera "exemplaire" dans sa volonté d'allier le dynamisme économique à la préservation de l'environnement, a promis François Fillon. "Notre dynamisme économique intégrera complètement les questions de climat, de pollution et de prévention des risques, de biodiversité et de paysage", a-t-il déclaré en ajoutant que "le défi du développement durable ne sera pas relevé si la question des transports de personnes et des marchandises ne trouve pas de solution socialement, écologiquement et économiquement acceptable".

Samedi 9 juin 2007, 17h36



Fillon a inauguré le TGV Est : entousiasme et critiques envers la SNCF

STRASBOURG (AFP) - Le TGV-Est a été inauguré officiellement samedi, 24 heures avant sa mise en service commercial, par le Premier ministre, François Fillon, qui s'est enthousiasmé pour ce "rêve réalisé", mais a égratigné les performances de la SNCF sur le fret et les trajets domicile-travail.

"Des progrès restent encore à accomplir" dans ces domaines et "l'amélioration de certains services ne doit pas se faire au détriment des autres", a déclaré le Premier ministre lors de la fête d'inauguration organisée dans un parc de Strasbourg.

M. Fillon a réclamé à la SNCF "l'amélioration du service rendu à tous les clients".

"Il ne faut pas oublier", a-t-il affirmé, "que des millions de Français utilisent quotidiennement le chemin de fer pour se rendre à leur travail et en revenir. Ils sont nombreux, ceux qui s'estiment délaissés parce qu'ils sont confrontés à l'inconfort ordinaire de certains trains. Il ne faut pas les oublier et mépriser leurs exigences."

Pour le fret, il a estimé qu'un effort en faveur d'infrastructures sera nécessaire, mais ne saurait suffire. Pour François Fillon, un véritable effort de rentabilité et surtout d'amélioration du service rendu au client doit être réalisé."

La présidente de la SNCF, Anne-Marie Idrac, a jugé peu après ces critiques "encourageantes", en expliquant que son ambition était de porter tous les services de la SNCF à la hauteur du TGV.

Mme Idrac, en réponse à une question, n'en a pas moins lancé une pique au Premier ministre en soulignant qu'il avait effectué en avion une partie du trajet vers Strasbourg, avant de monter dans le train inaugural à la gare "Lorraine TGV".

La SNCF n'a pas confirmé une information de bonne source selon laquelle Mme Idrac aurait elle-même pris l'avion jusqu'à Luxembourg.

Le chef du gouvernement a décrit dans son discours le programme TGV comme "une véritable prouesse".

Devant Fabienne Keller, maire UMP de Strasbourg, il a aussi noté que le TGV Est confortait la place de la ville comme centre européen.
Il avait salué, dès sa descente du train, "un symbole qui donne confiance en l'avenir".

"Strasbourg à à peu près deux heures de Paris, c'était un rêve. Il a été réalisé", s'était-il exclamé après avoir rendu visite au conducteur de la rame dans sa cabine. Il avait alors félicité la SNCF, Réseau Ferré de France (RFF), les collectivités locales et l'Etat, partenaires dans cette réalisation.

François Fillon, qui était accompagné du ministre de l'Ecologie et du développement durable Alain Juppé, a enfin promis que la France serait "exemplaire" dans sa volonté d'allier le dynamisme économique à la préservation de l'environnement, assignant un rôle essentiel au rail dans cette perspective.

Le TGV Est entre en service commercial dimanche, plaçant notamment Strasbourg à 2h20 de Paris (4h00 jusqu'à présent) grace à sa vitesse atteignant 320 km/h sur la ligne nouvelle.

Samedi 9 juin 2007, 16h42



Inauguration officielle du TGV-Est, fêté dans 23 villes

STRASBOURG (AFP) - Le TGV-Est, Paris-Strasbourg, qui ouvre un corridor vers l'Europe élargie, a été inauguré officiellement samedi par le Premier ministre, François Fillon, 24 heures avant sa mise en service commercial, tandis que pour les 23 villes desservies, c'était jour de fête.

Lors de l'inauguration à Strasbourg, François Fillon a souligné son rôle de "trait d'union ferroviaire entre la France et ses partenaires allemands, luxembourgeois et suisses, entre les institutions européennes et la capitale".

Le TGV Est place Reims à 45 minutes de Paris, contre 1H40 précédemment, Metz et Nancy à 1h30 (2h45) et Strasbourg à 2h20 (4h00). Il réduit aussi considérablement le temps de voyage vers Mannheim, Francfort, Karlsruhe, Stuttgart et Munich ainsi que vers Luxembourg, Bâle et Zurich.

Le Premier ministre a aussi noté que le TGV Est confortait la place de Strasbourg comme centre européen, mais il a provoqué un certain froid en égratignant les performances de la SNCF sur le fret et les trajets domicile-travail. "L'amélioration de certains services ne doit pas se faire au détriment des autres", a-t-il déclaré.

La présidente de la SNCF, Anne-Marie Idrac, a jugé "encourageantes" les critiques de M. Fillon.

"Mon ambition est que l'on tire toutes nos activités et tous nos produits vers le TGV en terme de performance économique, en terme de qualité de service", a-t-elle réagi. "Nous inaugurons le meilleur de l'Europe, celle qui crée des liens", avait-elle dit en se félicitant que "37 millions d'Européens se rapprochent", ajoutant : "Nous inaugurons aussi le meilleur pour les régions car le TGV a prouvé qu'il contribue à leur développement".

Dans l'après-midi à Strasbourg, le Jardin des Deux-Rives, sur la rive française du Rhin reliée à l'Allemagne par une passerelle, a connu une affluence populaire énorme avec plusieurs milliers de personnes, dont de nombreux Allemands.

Vers 17h30 plus de 300 personnes faisaient la queue pour voir un simulateur permettant de tester la grande vitesse et visiter la cabine de pilotage du TGV V152 qui a établi le 3 avril le record du monde de vitesse sur rail, à 574,8 km/h. Les tee-shirts marqués en rouge de ce chiffre symbolique "574.8" se vendaient comme des petits pains.

Outre de nombreuses animations, le "village TGV" proposait aussi un "voyage culinaire" représentant les régions traversées par le TGV, du bretzel alsacien au jambon des Ardennes sans oublier les bergamotes de Nancy.

A Mulhouse, l'Harmonie nationale des cheminots devait animer un grand bal populaire. A Metz, l'opération "Arrivée du temps" devait être marquée par une "parade à grande vitesse" du plasticien Thomas Dalle autour du "quartier impérial" de la gare, dont le classement au patrimoine mondial de l'Unesco a été proposé par la municipalité. Un concert de Michael Nyman a été programmé sur le parvis de la gare ainsi qu'un spectacle pyrotechnique de Pierre-Alain Hubert.

L'Orchestre national de Lorraine, les Swingle Singers et Faudel devaient se produire, et Sanseverino à Nancy. En Meuse, le campanile de la nouvelle gare TGV Meuse-Voie Sacrée était le point de ralliement, avec la présence d'Eric Pieczak qui a pulvérisé le record du monde de vitesse sur rail. A Reims, La Banda de Santiago de Cuba devait conduire 25 fanfares venues de toute la France.

Dimanche, les premiers TGV sur cette nouvelle ligne Est européenne seront bien remplis, avec des taux de réservation situés entre 85 et 95% au moins, a indiqué la SNCF.

Par Gilles Laffon, le samedi 9 juin 2007, 18h34




François Fillon célèbre le TGV Est, lien entre les Européens

STRASBOURG (Reuters) - François Fillon a inauguré samedi à Strasbourg le TGV Est Européen, qu'il voit comme "un rêve réalisé" et le symbole d'une nouvelle ouverture de la France sur l'Europe.

"Ce TGV s'impose comme un trait d'union ferroviaire entre la France et ses partenaires allemands, luxembourgeois et suisses, entre les institutions européennes et la capitale", a déclaré le Premier ministre dans un discours.

François Fillon a vu dans la réalisation de cette nouvelle ligne, sur laquelle a été battu en avril le record du monde de vitesse sur rail, à 574,8 km/h, le "symbole de la capacité de notre pays à innover lorsqu'il se rassemble".

Le Premier ministre est arrivé sous la pluie par un TGV spécial parti de Paris dans la matinée, en compagnie du ministre de l'Ecologie et des Transports Alain Juppé.

Il s'est rendu au jardin des Deux rives, un parc situé au bord du Rhin, à la frontière franco-allemande, pour la cérémonie officielle à laquelle avaient été conviées 5.000 personnes.

La SNCF avait affrété pour l'occasion onze TGV en provenance des villes de France mais aussi d'Allemagne, de Suisse et du Luxembourg qui seront desservies par le TGV Est Européen.

La nouvelle ligne qui transportera ses premiers passagers dimanche met Strasbourg à 2h20 de Paris, Nancy et Metz à une heure et demie et Reims à 45 minutes. Stuttgart et Francfort seront à moins de quatre heures de la capitale française, Luxembourg à 2h05 et Zurich à 4h35.

Elle sera la première à faire circuler tant les TGV français d'Alstom que les ICE allemands construits par Siemens, et la première en Europe à offrir une vitesse commerciale de 320 km/h.

"Nous inaugurons ensemble le meilleur de l'Europe, celle qui crée des liens. Trente-sept millions d'européens se rapprochent ainsi pour longtemps", a souligné la présidente de la SNCF Anne-Marie Idrac, en référence aux bassins de population desservis.

"Nous inaugurons surtout le meilleur pour la planète" a-t-elle ajouté. François Fillon, qui avait été accueilli en gare sur un tapis vert a lui-même consacré la moitié de son discours au thème du développement durable, "un enjeu décisif qui dépasse les clivages politiques".

"DEVELOPPEMENT DURABLE"

"Le défi du développement durable ne sera pas relevé si la question des transports des personnes et des marchandises ne trouve pas de solution socialement, écologiquement et économiquement acceptable", a-t-il assuré.

"A cet égard, des progrès restent à accomplir", a estimé le Premier ministre. "Il ne faut pas oublier que des millions de français utilisent quotidiennement le chemin de fer pour se rendre à leur travail. Ils sont nombreux ceux qui s'estiment délaissés".

La cérémonie était également l'occasion de donner la parole aux 22 co-financeurs, dont 17 collectivités locales et territoriales. Tous, des élus alsaciens à ceux de l'Ile de France, ont exprimé, dans un film, leur satisfaction et leurs attentes en termes d'attractivité pour leur territoire.

A l'issue de la projection, les uns et les autres sont sortis de l'écran sur lequel un TGV de synthèse venait de marquer l'arrêt en gare, avant qu'un véritable "nez" de motrice n'apparaisse sur la scène.

Envisagé depuis plus de vingt ans, le TGV Est a nécessité un investissement de 5,5 milliards d'euros : 4,2 milliards pour l'infrastructure et 1,3 milliard pour le matériel roulant, la création de trois gares nouvelles et la rénovation de 21 gares dans les centres des villes.

Pour la première fois, les collectivités territoriales ont participé, avec l'Etat, au financement, la ligne étant jugée peu rentable par la SNCF. Le Luxembourg et l'Union européenne, se sont associés au tour de table.

L'entreprise publique prévoit une fréquentation de 11,5 millions de voyageurs par an dès le démarrage, soit une hausse de 65% de la fréquentation sur les destinations desservies. Elle attend un premier bénéfice sur la ligne au mieux d'ici trois ans.

Pour des raisons de coût, le TGV Est Européen ne parcourt encore que 300 kilomètres sur voie nouvelle entre Vaires-sur-Marne en région parisienne et Baudrecourt en Moselle.

Il faudra trouver 1,7 milliard d'euros pour réaliser les 106 kilomètres supplémentaires qui mettront Paris à 1h50 de Strasbourg et ouvriront les voies de la grande vitesse vers l'Allemagne et l'Europe centrale jusqu'à Bratislava, Vienne et Budapest.

Des études préparatoires sont en cours et on évoque 2015 pour l'achèvement de cette liaison. Aucune date ne pourra être confirmée tant que les financements n'aurons pas été trouvés. "Nous voulons tous voir la deuxième phase dans un délai raisonnable", a dit François Fillon, sans fixer de date.

Samedi 9 juin 2007, 14h37



Fillon et Juppé sont allés inaugurer le TGV... en avion

STRASBOURG (Reuters) - François Fillon et Alain Juppé, qui ont présidé la cérémonie de lancement du TGV Est Européen samedi à Strasbourg, n'étaient pas au départ à Paris du train inaugural, qu'ils ont rejoint par avion spécial.

Le Premier ministre avait passé la soirée dans son fief de la Sarthe où il était retenu par la fin de la campagne électorale. Il a rejoint par avion spécial la ville de Nancy, où le TGV s'arrêtait pour embarquer des élus locaux, a déclaré à la presse Anne-Marie Idrac, présidente de la SNCF.

A Strasbourg, dans son discours, il a insisté l'inauguration sur les mérites du train à grande vitesse en matière de développement durable - le train est notoirement moins polluant que l'avion.

Selon Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Alain Juppé, son ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables, a aussi embarqué dans le TGV à Nancy, qu'il avait rallié par avion de Bordeaux, ville dont il est maire.

Le quotidien strasbourgeois ajoute que les deux hommes ont quitté Strasbourg séparément à l'issue de la cérémonie, toujours en avion.

Quant à Anne-Marie Idrac, elle s'était rendue à Luxembourg par les airs pour prendre place à bord d'un TGV spécial à destination de Strasbourg.

Dimanche 10 juin 2007, 12h50



Le TGV Est transporte ses premiers passagers vers Strasbourg

STRASBOURG (Reuters) - Le TGV Est Européen a transporté ses premiers passagers commerciaux dimanche vers Strasbourg, où le maire UMP Fabienne Keller et Guillaume Pépy, directeur général de la SNCF, ont salué les voyageurs partis de Paris deux heures et vingt minutes plus tôt.

Une fanfare et une distribution de Bretzel, le célèbre gâteau salé alsacien, ont marqué l'arrivée du train que la région attendait depuis une vingtaine d'années et qui met fin à son relatif enclavement. Il fallait auparavant 3h50 pour effectuer le trajet, dans le meilleur des cas.

Dans la rame bondée, la plupart des voyageurs n'avait effectué le voyage que pour participer à cette "première".

"On s'est réveillés à 4h30 du matin pour faire l'aller-retour dans la journée. Notre fils Paul n'a jamais pris le TGV et on ne connaît pas Strasbourg", a confié à Reuters Fabienne Rollet, qui habite avec son époux près de Chantilly, au nord de Paris.

"C'est époustouflant, indescriptible, quelque-chose qu'on attendait depuis très longtemps", s'enthousiasme Lucas Gheddab, vendeur de prêt-à-porter strasbourgeois qui a pris le dernier train Corail samedi pour rentrer à Strasbourg dans ce premier TGV.

Pour Eric Gourlin et Emmanuelle Kehr, des parisiens, c'est "un double clin d'oeil". Il est conducteur d'essai à la SNCF, elle est hôtesse de l'air et d'origine alsacienne.

"Je ne prendrai plus l'avion ni la voiture pour aller à Strasbourg", pense-t-elle. Lui s'étonne qu'il ait fallu 17 ans après le lancement du TGV Atlantique pour réaliser le TGV Est.

Les voyageurs ont rejoint la ville en traversant le nouveau hall, encore en chantier, de la gare : une verrière de 150 mètres de long et 23 mètres de haut qui recouvre comme une bulle ovoïde la façade de l'édifice classé, inauguré en 1883 sous Guillaume II, le dernier empereur d'Allemagne.

EQUILIBRE DANS QUATRE ANS ?

Fabienne Keller et Guillaume Pépy avaient entre-temps embarqué dans ce premier TGV qui poursuivait sa route vers l'Allemagne.

Ils devaient être accueillis à Stuttgart, le terminus du train, par le maire de la ville, Wolfgang Schuster, et par Günther Oettinger, ministre-président du Bade-Wurtemberg.

La capitale de ce Land allemand n'est plus désormais qu'à 3h40 de Paris, contre six heures précédemment.

La nouvelle ligne met Strasbourg à 2h20 de Paris, Nancy et Metz à une heure et demie et Reims à 45 minutes. Stuttgart et Francfort seront à moins de quatre heures de la capitale française, Luxembourg à 2h05 et Zurich à 4h35.

Elle est la première à faire circuler tant les TGV français d'Alstom que les ICE allemands construits par Siemens, et la première en Europe à offrir une vitesse commerciale de 320 km/h.

Le TGV Est a nécessité un investissement de 5,5 milliards d'euros : 4,2 milliards pour l'infrastructure et 1,3 milliard pour le matériel roulant, la création de trois gares nouvelles et la rénovation de 21 gares dans les centres des villes.

Pour la première fois, les collectivités territoriales ont participé, avec l'Etat, au financement, la ligne étant jugée peu rentable par la SNCF. Le Luxembourg et l'Union européenne, se sont associés au tour de table.

L'entreprise publique prévoit une fréquentation de 11,5 millions de voyageurs par an dès le démarrage, soit une hausse de 65% de la fréquentation sur les destinations desservies. La SNCF prévoit un premier bénéfice d'ici quatre ou cinq ans.

Dimanche 10 juin 2007, 11h23

Partager cet article
Repost0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 18:38
(Dépêches)



Paris et Strasbourg enfin reliées par le TGV

PARIS (AP) - Après vingt ans de projet et cinq ans de travaux, le TGV-Est entre en circulation dimanche et entend bien révolutionner la géographie des transports: il met Strasbourg à seulement 2h20 de Paris et ambitionne d'en faire profiter plus de 10 millions de voyageurs chaque année.

Le nouveau train circulera à 320km/h, soit 20km/h plus vite que les autres TGV, et la SNCF prévoit de transporter "à terme" 11,5 millions de voyageurs par an, soit une hausse de 65%. La moitié d'entre eux devraient être d'anciens utilisateurs de l'avion séduits par le gain de temps et le confort du train, selon les prévisions de la SNCF. La Deutsche Bahn, son homologue allemande, espère que les voyages en train représenteront à moyen terme 40% des déplacements entre Paris et Francfort, assurés à 90% par l'avion aujourd'hui.

Au total, 22 villes françaises, dont Metz, Nancy et Reims, ainsi que neuf autres en Allemagne, au Luxembourg et en Suisse seront desservies presque deux fois plus rapidement et attendent l'ouverture de la ligne avec impatience, dans l'espoir de retombées économiques.

Il faut dire que les collectivités locales françaises ont apporté plus d'un milliard d'euros au projet, soit 18% du coût total de plus de 5,5 milliards (trains compris). Tout l'Est attend maintenant le retour sur investissement.

Reims, qui a déboursé 45 millions d'euros pour le TGV, a ajouté à cette dépense une campagne de communication pour favoriser l'implantation d'entreprises en centre-ville et autour de la nouvelle gare Champagne-Ardennes-TGV, à 5km de la ville. Là, 90 hectares doivent accueillir des activités tertiaires. Même la nouvelle gare de Meuse-TGV, située en pleine campagne à une trentaine de kilomètres de Bar-le-Duc et de Verdun, espère voir de nouvelles activités transformer les champs environnants en une petite agglomération.

"On espère que le dynamisme économique va relayer les investissements considérables de la ville de Strasbourg et que les investissements privés prennent le relais", appuie Fabienne Keller, la maire de Strasbourg, dans un entretien à l'Associated Press.

Dans la capitale alsacienne, la cinquantaine de trains quotidiens devrait se traduire par un plus pour l'économie, un afflux de touristes et, peut-être, par un boom de l'immobilier, même si les professionnels n'ont pas encore enregistré de hausse spectaculaire, selon l'agent immobilier Florent Fischer.

Le remplacement des vieux trains Corail par les nouveaux TGV va en tout cas entraîner une nette hausse des prix des places. Un Paris-Strasbourg en seconde classe coûtait jusqu'alors entre 46 et 51 euros au tarif normal. Il sera désormais facturé entre 63 et 79 euros. La SNCF met en avant ses offres promotionnelles, mais, jeudi, il fallait réserver un billet pour le 28 août pour bénéficier du tarif plancher de 25 euros, sans possibilité d'échange ni de remboursement.

La nouvelle ligne fait partie intégrante d'un projet beaucoup plus vaste qui placera Strasbourg au centre d'un vaste réseau à grande vitesse qui reliera d'ouest en est Paris, Munich, Vienne et Budapest à l'horizon 2015 et du nord au sud Hambourg, Francfort, Lyon et Barcelone.

Pour la partie française, la prochaine étape sera l'achèvement de la ligne à grande vitesse, qui s'arrête aujourd'hui en Moselle. Les 106km de la deuxième phase, entre Baudrecourt et Vendenheim (Bas-Rhin), près de Strasbourg, permettront de gagner encore une demi-heure sur le trajet depuis Paris. Les études archéologiques devraient débuter l'an prochain, mais les premiers travaux ne sont programmés que d'ici à 2010.

Vendredi 8 juin 2007, 14h30



Le TGV-Est, un projet lancé il y a plus de vingt ans

PARIS (AP) - La mise en circulation commerciale dimanche du TGV-Est marque l'aboutissement d'un projet initié il y a plus de vingt ans:

- 1985: lancement des premières études préliminaires à la construction d'une ligne à grande vitesse (LGV) vers Strasbourg

- 1992: signature d'un protocole d'accord entre la France et l'Allemagne et entre la France et le Luxembourg

- 1996: signature du décret d'utilité publique le 14 mai

- 2000: le 7 novembre, signature d'un accord sur le financement des travaux entre l'Etat français, Réseau Ferré de France (RFF), la SNCF et 17 collectivités territoriales

- 2002: lancement des premiers travaux de génie civil

- 2004: pose du premier rail, dans la Marne, le 19 octobre

- 2005: fin des travaux de génie civil

- 2006: début de l'électrification de la ligne le 30 mai, pose du dernier rail le 20 septembre et, en novembre, début de la campagne d'essais

- 2007: une rame de TGV spéciale bat le record du monde de vitesse sur rails à 574,8km/h le 3 avril; le 10 juin, c'est le lancement de l'exploitation commerciale du TGV-Est.

Vendredi 8 juin 2007, 14h30



Le TGV-Est montre en main

PARIS (AP) - L'entrée en service du TGV-Est sur la nouvelle ligne à grande vitesse va considérablement réduire les temps de parcours entre les grandes villes de l'est de la France et Paris ou les autres métropoles de province.

Strasbourg sera désormais à 2h20 de Paris ou de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, alors que, dans le meilleur des cas, les trains Corail mettaient pratiquement quatre heures à rejoindre la gare de l'Est.

Lille sera reliée directement en 3h10 à la capitale alsacienne alors qu'il fallait jusqu'à maintenant six heures et un changement à Paris faire le voyage. De même, Rennes ou Nantes seront à 4h55 de Strasbourg.

Metz ou Nancy seront à 90 minutes de Paris, contre respectivement 2h45 et 2h40 aujourd'hui, et Reims à 45mn, alors qu'il fallait le double avant le TGV.

Quand les travaux d'aménagement prévus en Allemagne et en Suisse seront terminés, Francfort sera à 3h45 de Paris, Stuttgart à 3h50 et Zurich à 4h30. Pour rejoindre Luxembourg, il faudra 2h15 depuis Paris et 2h10 depuis Strasbourg (le même temps qu'aujourd'hui).

Vendredi 8 juin 2007, 14h30



Retombées du TGV : Strasbourg attend beaucoup

PARIS (AP) - La capitale alsacienne fêtera dimanche le départ du premier TGV commercial à destination de Paris. Pour les Strasbourgeois, ce train représente à la fois l'aboutissement d'un projet qui a déjà beaucoup changé la ville et l'espoir d'un développement accéléré.

"C'est historique", se félicite Fabienne Keller, maire de Strasbourg, dans un entretien à l'Associated Press. "Le TGV, ça fait 25 ans qu'on l'attend et nous en attendons également un développement économique".

L'Alsace n'a pas attendu les bras croisés, observe Jean-Luc Heimburger, vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie de Strasbourg, notant que "la préparation s'est fait très en amont". La ville et la communauté urbaine ont ajouté aux 35 millions qu'elles avaient dépensés pour le financement de la ligne TGV plus de 50 millions d'euros de travaux, notamment pour le réaménagement de la gare, située en centre-ville, et de ses alentours.

Strasbourg a aussi engagé la réhabilitation d'une vaste zone du port pour permettre la création de 500.000m2 de bureaux, de commerces et de logements supplémentaires en ville, précise Fabienne Keller. De grands parkings pour les voitures et les vélos ont fait leur apparition.

"On a mis toutes les chances de notre côté. On est très, très optimistes", résume M. Heimburger, "on va avoir un bon retour sur investissement (...) et d'autant plus qu'on s'est bien préparés".

Il souligne que, déjà, le Bas-Rhin est "le numéro 1 en terme de développement et de création d'entreprise". Grâce notamment au TGV, les créateurs d'entreprise "ont plus confiance" et "il y a un vent favorable", assure-t-il: sur les quatre premiers mois de l'année, les créations d'entreprises sont en hausse de 11% et "ça devrait continuer".

Dans le secteur touristique, "il y a énormément d'hôtels qui investissent et qui font des travaux", observe aussi Catherine Lehmann, de l'Agence de développement touristique du Bas-Rhin. "On va avoir beaucoup de monde pour des courts séjours" et des week-ends, prévoit-elle. "Nous espérons que tous les Parisiens stressés viendront se détendre un peu sur les bords du Rhin", ajoute Fabienne Keller...

Les professionnels s'organisent aussi pour l'arrivée des nouveaux touristes "TGV", venus sans leur voiture. Un défi pour les gîtes, les chambres d'hôtes et les autres sites installés à la campagne à l'écart des quatre gares alsaciennes desservies par la nouvelle ligne (Strasbourg, Saverne, Mulhouse et Colmar).

Mais pour l'heure, "il y a pas une hausse notable des réservations", constate Mme Lehmann. "Les gens ne réservent plus qu'au dernier moment et on a encore du mal à apprécier les retombées du TGV", précise-t-elle. Comme dans les autres secteurs, il faudra attendre plusieurs mois pour mesurer l'impact du train.

Vendredi 8 juin 2007, 14h31

Partager cet article
Repost0


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).