Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 09:38

Le sondage Harris Interactive/Le Parisien du 6 mars 2011 mettant Marine Le Pen en première place (à télécharger).

 

(cf précédente note)

 

Cliquer sur le lien pour télécharger l'ensemble de l'étude (en fichier .pdf) :

http://www.harrisinteractive.fr/news/2011/Results_HIFR_Intentionsdevote2012_07032011.pdf

 


Le sondage donnerait ainsi le premier de l'élection présidentielle :

Marine Le Pen : 23%
Nicolas Sarkozy : 21%
Martine Aubry : 21%
François Bayrou : 8%
Dominique de Villepin : 7%
Eva Joly : 7%
Olivier Besancenot : 5%
Jean-Luc Mélenchon : 5%

Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 28 février au 3 mars 2011. Echantillon de 1618 individus issus de l’access panel Harris Interactive, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle de l’interviewé et taille d’agglomération et vote au premier tour de l’élection présidentielle de 2007.

 
Cependant, ce sondage a été largement contesté par les scientifiques.

Lire notamment l'article de Jacques Le Bohec sur Rue89 que je me permets de retranscrire en annexe.

SR

 

 

Sur RUE89 :
(dépêches-blogs)


Sondage : Marine Le Pen à 23% au premier tour ? Peu probable

Par Jacques Le Bohec | Prof. en sciences de l'information ... | 06/03/2011 | 11H24

Le sondage publié le 5 mars par LeParisien.fr, et donnant Marine Le Pen en tête des intentions de vote, illustre bien l'importance de la proposition de loi adoptée en première lecture par le Sénat, défendue par Jean-Pierre Sueur et Hugues Portelli. On ne les laissera pas faire car les sondages rendent trop de services à trop de gens dominants.

Une nouvelle loi limiterait grandement, en effet, les sondages peu sérieux et répondant à des tentatives de manipulation politique à l'approche de l'élection présidentielle.

Mais l'habitude s'est installée dans les rédactions des grands médias, parmi les politologues, de ne pas mettre en cause fondamentalement des agrégats qui sont avant tout des produits commerciaux fabriqués par des firmes privées qui s'octroient la désignation fallacieuse d'« institut » alors qu'elles sont soumises aux lois du marché.

Certes, les journalistes prennent quelques précautions rhétoriques (emploi du conditionnel, question sans relance permettant au sondeur invité de rassurer) mais elles ne font que renforcer l'importance de l'événement.

Sondages frelatés, journalistes complices

Il semblerait bien que, malgré leur importance politique, les journalistes ne connaissent rien des critiques scientifiques drastiques à leur égard et les valident sans coup férir. Les leaders du Parti socialiste, quant à eux, n'ont rien trouvé de mieux que de s'alarmer des résultats du sondage… La croyance dans les sondages est bien intériorisée.

Il est significatif que les journalistes n'invitent presque jamais des sociologues politiques (Alain Garrigou, par exemple) qui disposent d'arguments massue montrant l'inanité scientifique de l'activité sondagière actuelle ; ils cèdent au chantage frileux et suspect des sondeurs (« c'est lui ou moi »). Si les politistes critiques étaient si incompétents comme ils le prétendent, pourquoi ont-ils peur de débattre avec eux ? !

Mais on sait combien journalistes et politologues ont besoin des sondages, même frelatés, comme boussole pour couvrir l'actualité et la commenter à chaud dans des émissions qui sont réservées à ceux qui y croient mordicus (et pour cause : ils n'auraient pas grand-chose à dire sinon). Quitte à essuyer une humiliation de temps à autre, comme Pascal Perrineau (directeur du Cevipof) en 2002, qui n'a pas du tout vu venir l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour alors qu'il passe pour un expert du FN…

Sondage par Internet : la pire des techniques

C'est donc encore une fois le cas pour ce sondage Harris Interactive réalisé via Internet, c'est-à-dire en recourant à la pire des techniques qui existent puisqu'elle ne permet pas de s'assurer de la sincérité des réponses (d'à peu près rien d'ailleurs). Cette technique n'est là que pour pallier les contacts par téléphone (déjà plus que limites) et par face-à-face au domicile (plus fiables), qui atteignent des taux de refus de la sollicitation tels (90%) que les coûts de fabrication en deviennent exorbitants.

Ainsi, rien ne laisse penser que Le Pen soit réellement en tête des intentions de vote, même avec l'« hypothèse Aubry » – un choix montré du doigt qui conduit Louis Harris Interactive a annoncé, dimanche soir, son intention de refaire le sondage, cette fois en y incluant Dominique Strauss-Kahn et François Hollande. Il ne s'agit pas, comme sondeurs, journalistes, politologues et politiciens veulent le croire, d'une « photographie » ni d'une « enquête d'opinion. » Depuis quand faire cliquer des internautes peut-il être qualifié d'enquête (aucun déplacement sur place) ? En quoi ce procédé paresseux permettrait-il de s'assurer de la sincérité et de la représentativité des répondants ?

Il est peu crédible que Marine Le Pen dépasse les 16%

De plus, on ignore à combien Marine Le Pen « sort » en données brutes. Tout laisse penser qu'on leur applique actuellement un coefficient d'environ 1,5 [pour corriger certains biais, comme par exemple la difficulté d'avoir à déclarer à un sondeur que l'on compte voter FN, le chiffre des intentions de vote est augmenté de 50%, ndlr].

Certes, il est indéniable qu'elle est épaulée (invitations à la télé, journalistes à ses basques, surenchères politiciennes pour la faire monter, etc.). Qu'elle soit « haut » n'est pas douteux, mais dépasse-t-elle vraiment 16% ?

Plusieurs éléments suggèrent que non.

Bien que les sondeurs laissent de côté cet aspect pour aller vite dans les calculs, personne n'est certain que les réponses correspondent à de vraies intentions de vote, et pas à des réponses ludiques, de défiance ou de protestation comme les vraies enquêtes en attestent. Les sondeurs eux-mêmes ont fini par admettre qu'un sondage aussi loin du scrutin n'a aucune valeur. Alors ?

On sait que les rares quotas retenus par les sondeurs sont insuffisants (diplôme, locataire/proprio) et qu'ils sont trop englobants (« inactifs ») pour obtenir un échantillon représentatif.

La fille de Jean-Marie Le Pen présente moins de stigmates négatifs – i.e. de casseroles brinquebalantes… – que son paternel. Il y a donc de fortes chances pour que les électeurs avouent plus aisément leur futur vote en sa faveur.
Autrement dit, est-il opportun de garder un coefficient de redressement au sujet des intentions de vote à son endroit ? Est-elle vraiment à 23% ?

Ne devrait-on pas, avant de balancer n'importe quels chiffres en pâture, être sûr que les réponses sont sincères, que l'échantillon est représentatif et que l'on doive le redresser ? A moins qu'il ne s'agisse d'une opération fumeuse destinée à rendre DSK indispensable ?

Instituts de sondages et instituts de beauté

Ne devrait-on pas faire échapper la vie démocratique française aux logiques commerciales et électoralistes qui gouvernent la publication de tels sondages (scoops vendeurs pour le média, thèmes d'émission racoleurs, publicité gratuite pour « l'institut », influence pernicieuse sur les primaires, ventes de livres inquiets, etc.) ?

Mais tous les agents intéressés au maintien de la situation légale des sondages peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Le gouvernement a fait connaître sa position : la proposition d'Hugues Portelli (UMP) n'est pas en odeur de sainteté. On voit bien pourquoi : elle mettrait fin à une activité juteuse et à des tentatives de coups à trois bandes. N'oublions pas qui possède (grands patrons, firmes étrangères) ces « instituts » qui sont à la science ce que les instituts de beauté sont à la médecine.

► Mis à jour le 6/03/2011 à 20h30. Ajout de l'annonce, au blog Elysée côté jardin du Monde.fr, par Louis Harris Interactive, de son intention de refaire le sondage en y testant DSK et Hollande.

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89
► Sarkozy face au Front national, sa stratégie en trois questions
► Sondages : grâce au Sénat, la fin des questions à la noix ?
► Le blog du docteur Panel, On ne va pas en faire un sondage
Ailleurs sur le Web
► Sondage : Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle, sur LeParisien.fr
► Le Pen donnée en tête du 1er tour : le PS charge Sarkozy, sur Le Parisien.fr
► Louis Harris va refaire son sondage, en testant DSK et François Hollande, sur LeMonde.fr
Partager:Changer mon statut sur 'Twitter'Partager sur 'Facebook'Partager sur 'del.icio.us'
FN internet Marine Le Pen présidentielle 2012 sondages
44207 visites Version imprimable 119 votes

 

Marine Le Pen en tête: Louis Harris va refaire son sondage, en testant DSK et François Hollande

06 mars 2011

Le tremblement de terre provoqué par le sondage Louis Harris Interactive pour Le Parisien, donnant Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle, secoue, y compris chez Louis Harris. Le responsable de son département opinion Jean-Daniel Lévy nous annonce qu’il va refaire son sondage en testant aussi les candidatures de Dominique Strauss-Kahn et François Hollande. Pour voir si le choix unique de la première secrétaire du parti socialiste influe sur les résultats annonçant pour 2012 un 21 avril. L’enquête doit être faite aujourd’hui et demain lundi. “Nous ne le faisons pas à la demande de la Commission des sondages”, précise M. Lévy, qui ne sait pas encore s’il en publiera les résultats.

Arnaud Leparmentier

Louis Harris Interactive du 28 au février au 3 mars sur un échantillon de 1618 individus inscrits sur les listes électorales.

 

La réaction d'un directeur d'un institut de sondages très expérimenté :

Il faut apprendre à lire les sondages…

Celui-ci a été réalisé par Louis Harris interactive, ce qui veut dire qu’il ne l’a pas été par téléphone (garantie assez efficace que les personnes interrogées l’ont été de façon aléatoire) mais qu’il a été réalisé par Internet. Or si vous êtes un parti extrémiste et que vous savez qu’une enquête internet (difficile ici de parler de “sondage”) va être réalisée, il est très facile de “biaiser” les résultats en demandant à vos militants de voter en masse à ce “sondage” en prétendant faire partie ou avoir voté pour un autre courant pour éviter que les “redressements” de l’institut en question ne perçoivent et ne rectifient votre manipulation… (Les “redressements” effectués par les instituts le sont sur la base des précédents votes reconnus par l’interviewé).

Les résultats de ce “prétendu” sondage de LH Interactive ne présentent donc aucune garantie technique crédible et il est incroyable que des médias “sérieux” l’ait repris sans s’informer un tant soit peu sur les conditions techniques précises de sa réalisation….

Directeur d’un institut de sondage depuis 30 ans.

Rédigé par : Gawonii | le 06 mars 2011 à 17:37 | Alerter

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).