Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2022 6 11 /06 /juin /2022 03:42

« Nous sommes bien au début d’une nouvelle vague qui pourrait durer un mois, un mois et demi, donc jusqu’à mi-juillet. Mais difficile de savoir jusqu’où va monter cette vague. » (Mircea Sofonea, le 10 juin 2022).




_yartiCovidFP01

Cela faisait trois mois que l’épidémie de covid-19, en France, baissait tranquillement. Non seulement tous les indicateurs se mettaient au vert, mais parallèlement, le port du masque a été levé dans la plupart des lieux publics ainsi que l’obligation du passe vaccinal. Deux ans après le début de cette terrible pandémie, pour la première fois, le printemps s’est déroulé avec très peu de contrainte. Après les deux pics très forts du variant omicron en janvier-février puis en avril 2022, la plupart des Français pensent aujourd’hui que l’épidémie est derrière nous et privilégient l’insouciance du covid-19, d’autant plus qu’il y a bien d’autres sujets de forte préoccupation, la guerre en Ukraine, le pouvoir d’achat, etc.

Personnellement, j’ai attendu le seuil de 30 000 nouveaux cas par jour pour véritablement retirer mon masque en réunion (en fait, j’ai un peu triché sur mon seuil, je l’ai fait à 38 000). Cela fait un mois donc que je ne porte le masque que dans les hypermarchés (très fréquentés), les cabinets médicaux, les pharmacies, les hôpitaux, les EHPAD (j’en ai visité un récemment), les transports en commun (j’en prends très peu, j’évite en ce moment) et les bureaux de vote (je ne fais pas que voter, je fais voter).

La plupart des voyants sont au vert, encore aujourd’hui pour les indicateurs hospitaliers. Ainsi, le nombre de personnes hospitalisées pour covid-19 a considérablement chuté depuis les deux vagues de l’hiver, nous en sommes à 14 028 le 10 juin 2022, soit beaucoup moins que la moitié du plus fort moment (autour de 33 000). Probablement que cela baissera encore un peu, mais c’est encore très lent. Le 10 juin 2022, 483 personnes sont entrées à l’hôpital pour cette maladie, ce qui est encore important (même si on peut le voir comme seulement 5 personnes par département).

_yartiCovidFP04

Le nombre des personnes en réanimation pour covid-19 est également très faible et ce nombre tend à atteindre celui de l’été 2020, en dessous du seuil de 900 (869 le 10 juin 2022). Cela correspond à taux d’occupation des lits de réanimation pour covid-19 de 17,2%, ce qui est très satisfaisant (il faut en dessous de 30% pour ne pas saturer les services pour covid-19). Précisons pour rappel que c’était surtout des patients atteints par le variant delta qui occupaient les lits de réanimation, et ceux atteints du variant omicron vont en réanimation en bien moindre proportion. Le 10 juin 2022, 63 personnes ont été admises en réanimation.

_yartiCovidFP05

Enfin, le nombre des décès, lui aussi, baisse. Sur les sept derniers jours, il faut déplorer 39 décès quotidiens en moyenne pour covid-19. C’est hélas encore beaucoup trop, mais nettement moindre que les mois précédents où cela se comptait très au-delà de la centaine. Il faut garder à l’esprit qu’on meurt encore beaucoup du covid-19. Au 10 juin 2022, on comptabilise au total 148 749 décès, dont 119 868 à l’hôpital et 28 881 en EHPAD et structures assimilées. Un décrochage a été observé il y a une semaine où la pente descendante a stoppé au profit d’un court plateau puis c’est revenu à la baisse. Il ne faut pas forcément chercher à interpréter trop précisément ces mouvements mineurs car les deux week-ends de l’Ascension et de la Pentecôte peuvent avoir un peu perturbé la publication des résultats (et il y a eu aussi un nouveau format des données).

_yartiCovidFP06

J’ai donné le nombre total de décès en France, mais pour être positif, on peut aussi dire qu’il y a eu au 10 juin 2022 plus de quatre fois plus de personnes qui en ont heureusement réchappé : 669 322 personnes qui ont été hospitalisées sont en effet guéries et ont quitté l’hôpital depuis le début de la pandémie.

Pourtant, depuis une dizaine de jours, la situation épidémique se détériore à grande vitesse. Le nombre de contamination est en train de remonter très brutalement : le 8 juin 2022, +53 802 nouveaux cas ; le 9 juin 2022, +40 151 nouveaux cas. Alors qu’on était tombé à 17 000 nouvelles contaminations par jour en moyenne sur sept jours, ce nombre est remonté au-dessus de 24 000 par jour en moyenne.

_yartiCovidFP03

Certes, il faut rester vigilant sur de possibles rattrapages de résultats de tests pendant la Pentecôte, mais plusieurs autres indicateurs montrent cette détérioration, cette mauvaise nouvelle.

Le premier, c’est le R0, le taux de reproduction effectif. Cet indicateur est calculé de différentes manières selon les observateurs. Celui proposé par Guillaume Crozier sur son site CovidTracker.fr est à 1,12 le 10 juin 2022, ce qui est très important. Il était descendu jusqu’à environ 0,7, ce qui était très faible et heureux (niveau de la fin de la première vague d’omicron), mais il est remonté depuis plusieurs semaines déjà. C’est un signal faible qui, malheureusement, annonce toujours correctement les tendances durables. Santé Public France donne un R0 un peu plus élevé mais peu comparable car seulement calculé toutes les semaines. Comme on le voit sur la courbe de Guillaume Crozier, on s’achemine à un R0 proche de la seconde vague d’omicron du mois de février, ce qui ne signifie rien de bon pour le mois de juillet 2022 en matière sanitaire. Dans tous les cas, pour que l’épidémie régresse, il faut observer un R0 en dessous de 1, ce qui ne sera pas le cas à court terme, à moins d’une nouvelle variation brusque.

_yartiCovidFP02

Pour l’instant, on n’observe pas cette remontée épidémique dans les indicateurs hospitaliers (hospitalisations, admissions en réanimation et décès) mais hélas, c’est une question de semaines. La population est certes très majoritairement vaccinée (80,7% de l’ensemble des Français ont reçu au moins une injection, et 94,4% des Français de plus de 12 ans), mais certaines personnes ne sont pas vaccinées ou ne sont pas protégées par le vaccin et seront hospitalisées en cas de contamination.

Un autre indicateur est le nombre d’entrées à l’hôpital et de sortie de l’hôpital pour covid-19. Lorsque l’épidémie régresse, il y a plus de sorties que d’entrées. Or, cet écart diminue beaucoup et les courbes vont probablement se recroiser.

_yartiCovidFP08

Plus généralement, le site Worldometers évalue le nombre de personnes qui sont contaminées à un jour donné. Ce nombre diminuait jusqu’au week-end dernier, c’est-à-dire qu’il y avait plus de personnes guéries que de personnes contaminées dans une journée. Ce nombre est passé en dessous de 400 000 personnes à la Pentecôte mais depuis quelques jours, il recommence à augmenter. Au 9 juin 2022, il est de 437 892.

Selon les spécialistes, cette nouvelle vague semble être constituée principalement des sous-variants omicron BA.4 et BA.5 (la précédente était due au sous-variant omicron BA.2).

Faudrait-il alors généraliser la seconde dose de rappel à l’ensemble de la population ? Pour l’instant, elle est réservée aux personnes de plus de 65 ans et aux personnes immunodéprimées. Selon l’épidémiologiste Mircea Sofonea, interrogé le 10 juin 2022 par franceinfo, le modèle développé par l’Université de Montpellier conclut que la vaccination ne suffirait pas « à limiter l’impact des vagues hivernales à venir sur l’hôpital ». Il faudrait sans doute revenir aux gestes barrières (masque, gel hydroalcoolique) et à la ventilation des locaux.

Pour l’heure, ce n’est pas envisageable de venir contraindre l’électeur des deux prochains dimanches par le retour à l’obligation du masque voire à celle du passe vaccinal, mais il faudra s’y préparer. En outre, un nouveau projet de loi sanitaire sera présenté au conseil des ministres du 22 juin 2022. Nous n’en aurons pas encore fini avec cette saloperie : restez prudents.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (10 juin 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Attention, le covid-19 est de retour !
"The Covid Resilience Ranking : The Best and Worst Places to Be as Covid Travel Curbs Fall Away", 30 mars 2022, Bloomberg.
Paul Krugman, "France’s Economy Is Having a Good Pandemic", 14 janvier 2022 dans "The New York Times".
Gestion de la crise du covid : la France au tableau d’honneur !
Covid : fin des restrictions sanitaires et extrême vigilance.
Inquiétudes covidiennes : la pandémie est-elle vraiment terminée ?
Luc Montagnier.
La Science, la Recherche et le Doute.
Omicron tue encore !
Faut-il faire payer les soins covid aux personnes non-vaccinées ?
Martin Hirsch.
Passe vaccinal (3) : validé par le Conseil Constitutionnel, il entre en vigueur le 24 janvier 2022.
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Novax Djocovid.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidDU04






https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220610-covid-fp.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/attention-le-covid-19-est-de-242138

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/05/20/39484998.html









 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 03:48

« Parmi les grands pays développés, la grande vedette de l’ère pandémique est, sans doute, la France. » (Paul Krugman, le 14 janvier 2022 dans "The New York Times", traduit par Martin Anota).



_yartiCovidFO01

Cela fait plus de deux ans que la pandémie de covid-19 a commencé et il est peut-être temps de faire un bilan de la gestion de la crise. En particulier en France dans la mesure où l’élection présidentielle fait œuvre non seulement de projet pour l’avenir mais aussi de bilan du quinquennat passé. Il y a eu des missions d’information parlementaire sur la gestion du gouvernement dès juin 2020, et il y en aura certainement d’autres.

Cette pandémie est survenue de manière soudaine, brutale et a impacté toutes nos vies quotidiennes, nos libertés, notre travail, notre consommation, nos loisirs et surtout, notre santé. Il est donc difficile d’en faire un bilan précis, d’autant plus que le Président Emmanuel Macron a eu la maladresse, dès le départ, de dire que nous étions en "guerre" sans se douter que deux ans plus tard, une véritable guerre allait surgir au cœur de l’Europe.

Rien n’a été satisfaisant intellectuellement car tout était nouveau, le virus, la maladie, sans capacité de soigner (pas de médicament), sans capacité de se prémunir. Aucun pays du monde n’a eu de comportement exemplaire, et la Chine, qu’on cite régulièrement, doit aujourd’hui faire face à une recrudescence alarmante.

En somme, c’est comme si l’action des gouvernements avait un effet, mais limité face au rouleau compresseur du coronavirus. Il y a eu des effets, car certains pays se sont mieux débrouillés que d’autres. Certains pays ont eu aussi plus de chance que d’autres. Il y a eu la prise de conscience, l’acceptation des solutions proposées, et puis ensuite, l’expérience des protocoles, la vaccination, sans compter avec les polémiques entre experts, les désinformations, les pressions économiques ou idéologiques, etc.

Le mieux qu’on puisse faire pour tenter le bilan, c’est la comparaison internationale, mais là encore, il faut être prudent. Les statistiques des pays ne sont pas élaborées toutes de la même façon, certaines sont fiables, d’autres beaucoup moins. Certaines ont été sous-estimées pour des raisons politiques évidentes. Au 30 mars 2022, il y a eu officiellement 6,2 millions de personnes décédées du covid-19 dans le monde depuis le début de la pandémie, mais certains estiment que le véritable nombre est de l’ordre du double voire du triple. De même près de 500 millions de personnes ont été testées positives au covid-19, là encore, cela ne reflète pas la réalité de ceux qui ont été contaminés, dans la mesure où tous n’ont pas été testés, en particulier lors de la première vague.

La comparaison entre les pays est un exercice casse-cou. Premièrement, il y a eu des erreurs qu’on continue parfois à répéter. Par exemple, quand l’épidémie est arrivée en Europe, après la Chine et l’Iran, elle a touché cruellement l’Italie. En France, on semblait presque condescendant avec ce qui s’est passé en Italie avant de subir le même sort trois semaines plus tard, comme l’Espagne et le Royaume-Uni. Pendant alors six mois, on a trouvé que la gestion de crise en Allemagne était "bonne" car l’Allemagne n’avait pas été beaucoup touchée pendant la première vague, mais dès novembre 2020, ce fut aussi une catastrophe en Allemagne, et pendant l’automne 2021 aussi, et même encore aujourd’hui, l’Allemagne est le pays, avec la Corée du Sud, autre pays dont on disait qu’il se débrouillait bien, qui est le plus touché au monde en ce moment. La Russie a aussi longtemps moqué les difficultés des autres avant d’être elle-même engluée dans l’énorme vague de l’automne 2021 qui a touché durement toute l’Europe de l’Est. Et puis, il y a eu les États-Unis, l’Inde, le Brésil, le Mexique, et même toute l’Amérique latine très durement touchée au second semestre 2020, en particulier le Pérou, l’Argentine, la Colombie… Et même un pays qui avait misé sur le zéro covid, comme l’Australie, s’est retrouvé en position difficile ces derniers mois.

Bref, la soudaineté, la surprise, l’absence d’expérience et de connaissances médicales, tout a fait que la pandémie a été gérée sur le tas, plus ou moins bien, plus ou moins de la même manière. Comment comparer les pays ? Par le nombre de personnes décédées en absolu ? Ou alors relativement à la population ? Les deux pourraient se valoir : une épidémie, c’est comme un incendie, il y a des foyers et lorsque le foyer est sur le territoire, il engendre contaminations et décès. Cela explique parfois que le rapport décès sur population est très élevé dans de petits pays européens car l’épidémie faisait rage sur leur territoire.

_yartiCovidFO08
_yartiCovidFO09

Lorsqu’on regarde très grossièrement, il y a environ 0,2% à 0,3% des populations nationales qui a disparu à cause du covid-19. Avant le variant omicron, le taux de décès par rapport au nombre de personnes contaminées était de l’ordre de 2%, taux qui a énormément baissé avec la vaccination et le variant omicron.

Mais ces taux restent tout de même énormes. Ce n’est pas la peste, bien sûr, mais ce n’est pas négligeable, contrairement à ce que certains continuent obstinément à prétendre. D’ailleurs, pour enfoncer le gouvernement (quel que soit le pays), on dit deux choses contradictoires : la pandémie n’a pas engendré de surmortalité et c’était juste un prétexte pour supprimer les libertés individuelles (ou pour des trucs encore plus stupides qu’on peut lire chez les complotistes), mais en même temps, on fustige le gouvernement en montrant le grand nombre de décès.

Par ailleurs, avec les connaissances qui petit à petit commencent à se multiplier, on doit prendre en compte un certain nombre de paramètres de la population, sa pyramide des âges (les plus âgées meurent plus), la proportion des personnes qui souffrent d’obésité, de diabète, d’immunodéficience, etc. Cela peut expliquer que certains pays pauvres aient été moins touchés, mais cela peut aussi provenir d’une moins grande fiabilité des statistiques et aussi d’un rôle économique plus restreint (moins un pays a d’échanges internationaux, plus il est protégé d’une pandémie). Bref, toutes les comparaisons sont difficiles à appréhender.

Si on regarde les pays européens, comparables dans le mode de vie, les âges, les maladies d’origine, on peut dire que l’Italie et l’Espagne ont été les premiers pays à souffrir, mais ont appris et ont su mieux se protéger des vagues suivantes. Le Royaume-Uni a perdu plusieurs dizaines de milliers de sujets de sa majesté probablement par un manque de considération de l’épidémie au début et par la volonté, ensuite, de mettre la liberté avant la santé pour des raisons économiques. D’autres pays comme la Belgique ont été très durement touchés. L’Allemagne a toujours un "retard" de décès par rapport à ses voisins parce qu’elle a été épargnée au printemps 2020 (c’est comme pour la météo et les feux de forêt), mais elle n’a pas été épargnée par la suite.

Et la France ? J’aurais tendance à dire très grossièrement qu’elle ne s’en est pas mal tirée quand même. Je sais qu’un Français qui fait l’éloge de la France, c’est impossible, ou du moins, très rare. Nous les Français, nous aimons bien nous autoflageller, nous aimons ça, nous manquons de confiance en nous sur nos points d’excellence, et puis, cela permet de critiquer les gouvernements, de râler et de faire un peu de démagogie. Mais j’assume mes propos, la France s’en est bien sortie, de cette pandémie. Évidemment, je n’oublie pas les plus de 142 000 victimes du coronavirus, les centaines de milliers de personnes ayant encore un covid long, ceux qui ont été traumatisé psychologiquement, de la maladie ou des confinements, et aussi, tous ceux qui, atteints d’une autre maladie, n’ont pas pu se faire soigner suffisamment tôt pour s’en sortir. Les drames sont nombreux et nous mettrons des décennies à savoir, comprendre ce qui s’est réellement passé.

De plus, la France a une mise en route toujours très lente. Nous sommes un gros paquebot, avec une grande administration, difficile à manœuvrer mais pourtant efficace et compétente. Alors, oui, tout aurait pu être "mieux", l’opposition le répète en oubliant que tous ces ratés sont finis et sont maintenant des efficacités.

Les masques ? Première faute, l’abandon des réserves au cas où. À qui la faute ? À tous les démagogues qui ont fustigé la politique raisonnable de Roselyne Bachelot à l’époque de la grippe A. Elle a eu raison sur toute la ligne et toutes les critiques sur le covid ont été des compliments pour sa politique. La seconde faute, c’est la difficulté d’acheter ou de produire des masques par centaines de millions en mars 2020 alors que tous les pays du monde étaient demandeurs et que le principal fournisseur était à l’arrêt. Mais au bout de quelques semaines, c’est revenu à la normale, avec peut-être un satisfecit à toutes les dames (car il y a eu peu de messieurs) qui ont su, dans l’urgence, coudre des masques à leur famille.

Les tests PCR ? Là encore, nous étions des mauvais élèves, d’où les tests réservés aux seuls malades à l’hôpital. Il a fallu du temps, mais à la fin de l’année 2020, la France est devenu l’un des pays où l’on se teste le plus. À ce jour, plus de 254 millions de tests PCR ont été réalisés en France, soit une moyenne de 3,9 tests par habitant. Ce n’est pas le niveau britannique (7,4 tests par habitant) mais c’est beaucoup plus que l’Allemagne (1,2 test par habitant) ; et c’est même plus que les Américains (2,9 tests par habitant).

Enfin, la vaccination ? Là encore, nous avons débuté très lentement, et très timidement. Il y avait la peur que les gens ne se fassent pas vacciner. Mais la demande était largement plus importante que l’offre. J’ai connu cela dans un centre de vaccination en février 2021 (j’y étais bénévole). En juin 2021, la situation de la vaccination était déjà satisfaisante mais insuffisante malgré tout et la politique du passe sanitaire, qui a été un coup d’audace politique très risquée pour Emmanuel Macron, a été une excellente réussite au point de dépasser les grandes nations qui avaient le plus vacciné (Israël, USA, Allemagne, Royaume-Uni, etc.). Aujourd’hui, le taux de couverture est très important : 92,5% des personnes de 12 ans et plus ont reçu au moins deux doses, et 63,4% trois doses. Moins de 6% des Français de 12 ans et plus n’ont reçu aucune dose de vaccin, c’est extrêmement peu. 

Cette politique vaccinale très efficace est notre salut aujourd’hui, car effectivement, depuis quatre semaines, il y a une forte remontée et elle durera probablement encore quelques semaines. Or, malgré les 100 à 200 000 nouvelles contaminations par jour, le nombre d’hospitalisations conventionnelles remonte, certes, mais encore doucement, le nombre d’admission en réanimation a fini de baisser mais se stabilise tandis que le nombre de décès continue à baisser, mais plus lentement. On peut s’attendre à une remontée de décès à cause de l’effet mécanique des contaminations, mais il s’observe que la population française commence à avoir une certaine immunité collective, tant par la vaccination que par le tiers de la population qui a été déjà au contact avec le virus.

Il faut aussi tenir compte que depuis deux semaines, le port du masque n’est plus obligatoire (sauf dans certains cas précis), le passe vaccinal est suspendu et bien sûr, il n’y a aucune restriction de liberté de circulation, aucun confinement ni couvre-feu. En somme, grâce à cette politique de vaccination, nous vivons quasiment normalement malgré la forte hausse des contaminations.

Dans le bilan, il ne faut pas prendre en considération seulement l’aspect sanitaire, mais aussi l’aspect économique, la capacité à rebondir, et pour le coup, le gouvernement français a été excellent dans cette politique du "quoi qu’il en coûte" qui a permis de préserver des secteurs entiers de la faillite pendant les confinements. Les mêmes qui parlent de la dette oublient de dire qu’en cas de faillites multiples, la situation financière de la France ne serait pas meilleure alors que l’année 2021 a permis un rebond de 6% de croissance et une réduction du chômage à un taux d’environ 7%, jamais atteint depuis quinze ans.

Cette politique a aussi évité le confinement des enfants après la première vague, la France est parmi les pays où les enfant sont restés le plus longtemps à l’école malgré le covid, et la gestion du variant omicron en janvier 2022, qui a été difficile à cause de la forte contagiosité (des centaines de milliers de cas par jour), a cependant évité de fermer les écoles.

Comme c’est très difficile de trouver en France des observations impartiales sur la gestion de la crise du covid, soit qu’elles seraient systématiquement négatives pour raisons électorales, soit au contraire qu’elles seraient exagérément laudatives pour les mêmes raisons électorales, il vaut mieux voir ce qu’en disent les étrangers et plus exactement, ce qu’en disent les Américains généralement peu enclins à être complaisants avec les Français.

J’ai trouvé deux observateurs américains intéressants. L’un est le Prix Nobel d’Économie 2008 (attribué en pleine crise financière) Paul Krugman, chroniqueur économique très influent, qui n’est pas particulièrement francophile mais dans son article (où il continue un peu à se moquer des Français, pour leur côté "collectiviste"), il reconnaît qu’elle s’est bien débrouillée pendant cette crise sanitaire.

En effet, dans son article "France’s Economy Is Having a Good Pandemic" publié dans "The New York Times" du 14 janvier 2022, l’économiste américain est très élogieux. J’ai emprunté (entre guillemets) la traduction de Martin Anota publiée sur son blog Annotations.blog.free.fr. Il commence ainsi : « Hier, j’ai évoqué le surprenant succès des États-Unis pour limiter les dommages économiques de la pandémie de covid-19. Par rapport à ce que l’on s’attendait et à notre gestion de la crise financière de 2008, nous nous en sommes remarquablement bien tirés [le "nous" = les Américains]. Mais d’autres pays s’en sont également bien tirés, dans certains cas et dans une certaine mesure, mieux. En fait, parmi les grands pays développés, la grande vedette de l’ère pandémique est, sans doute, la France. ».

_yartiCovidFO02
_yartiCovidFO03

Le Prix Nobel rappelle alors l’image très négative de l’économie française dans les années 1990, qui serait incapable de maintenir à niveau sa haute technologie et les observateurs américains annonçaient régulièrement l’effondrement de l’économie française. Mais il appelle à modifier ce jugement, faisant remarquer par exemple que la France est en avance sur les Américains dans la pénétration du haut débit d’Internet. Cette image négative est d’ordre idéologique avec une France aux dépenses sociales colossales, à la fiscalité monstrueuse et à sa réglementation pointilleuse.

« En fait, l’économie française a continué d’avancer. » constate Paul Krugman qui explique le plus faible PIB par rapport à l’Amérique ainsi : « Ce moindre PIB par tête reflète principalement un choix plutôt qu’un problème. ». Il le prouve avec un graphique (traduit par Martin Anota) qui illustre le taux d’emploi des 25-54 ans : « La France (…) a non seulement réussi à éviter un fort plongeon de l’emploi, mais elle a aussi réussi à dépasser son niveau prépandémique. ». Là est la grande efficacité du (premier) quinquennat Macron.

_yartiCovidFOB06

Paul Krugman justifie ces bons résultats par la différence d’approche de la crise en période de confinement : « Les États-Unis ont amélioré les allocations chômage ; la France a offert des subventions aux employeurs pour maintenir les travailleurs en chômage technique sur la liste de paie. Aujourd’hui, la solution européenne [française] apparaît comme meilleure, parce qu’elle a maintenu le lien des travailleurs à leurs employeurs et parce qu’elle a facilité leur retour lorsque les vaccins ont été mis à la disposition de la population. ».

Et puisqu’il parle des vaccins, l’économiste évoque qu’il y a aussi des antivax en France mais « ces derniers n’ont pas autant d’écho politique que leurs homologues américains, donc la France a su mieux vacciner ». D’où le second graphique proposé par lui.

_yartiCovidFOB07

Enfin, Paul Krugman conclut par des considérations de politique intérieure, les républicains étant contre tout ce qu’ils considèrent comme socialiste : « Il est intéressant de noter que l’économie française (qui n’est pas socialiste, mais se rapproche davantage du socialisme que tout ce que proposent les démocrates) se porte relativement bien. ». Provenant d’un Prix Nobel d’Économie, une telle appréciation peut réjouir bien des Français.

Un autre article est à lire pour tenter d’évaluer la gestion de la crise sanitaire par la France. Il s’agit du journal économique Bloomberg qui a construit un "covid resilience ranking", un classement de résilience covid de 53 pays du monde. Cela prend en compte des données sanitaires mais aussi économiques et sociales, il y a énormément de critères qui interviennent (réouverture économique, couverture vaccinale, mais aussi les prévisions de croissance, l’indice de développement humain, etc.).

_yartiCovidFOB02

À votre avis, où se trouve la France dans ce classement ? Au 30 mars 2022, la France se situe en 5e position, juste derrière la Norvège, les Émirats arabes unis, l’Irlande et le Danemark, et devant notamment l’Espagne (n°7), la Belgique (n°8), l’Australie (n°9), le Royaume-Uni (n°10), l’Allemagne (n°16), Israël (n°20), les États-Unis (n°24), la Russie (n°52). Évidemment, ce classement évolue tous les jours puisque l’épidémie évolue tous les jours. Ainsi, par rapport à février 2022, la France a gagné 11 places et par rapport à novembre 2021, elle a gagné 31 places.

_yartiCovidFOB03
_yartiCovidFOB04

On peut voir sur un graphique l’évolution de ce "score de résilience Bloomberg" de tous les pays depuis novembre 2020, et on observe qu’en juin 2021, la France était arrivé à la 4e place. Bien sûr, lorsqu’une poussée épidémique survient, le pays touché plonge, mais l’idée est de voir comment un pays peut globalement s’en sortir en limitant au maximum les confinements, mais aussi en réduisant l’impact sanitaire de l’épidémie, et cette injonction paradoxale se résout par une vaccination massive.

_yartiCovidFOB05

J’insiste, il ne s’agit pas de tresser une couronne de laurier, cet indice de résilience est très mouvant et il est probable que la France va redescendre dès que les effets de la nouvelle vague se feront sentir au niveau sanitaire (et aussi économique car l’isolement des nouvelles personnes contaminées va réduire leur activité professionnelle).

Mais cela permet de placer la France parmi les autres pays dans la gestion de la crise covid-19. Et il faut bien le dire et s’en féliciter, sans triomphalisme car il y a beaucoup de pistes d’amélioration, la France a bien tenu face à cette tempête inédite et globale. La France a su prendre des bonnes décisions de manière rapide et efficace. En particulier sur le "quoi qu’il en coûte" qui allait à l’opposé de l’inspiration naturelle du Président de la République.

L’histoire nous dira aussi peut-être un jour si cette efficacité provient de prestations de conseil par des cabinets d’expertise extérieurs à l’État qui, au contraire des directions administratives, peuvent se permettre de sortir des sentiers battus (comme un certain cabinet actuellement exposé aux critiques sénatoriales). Auquel cas il faudra faire la part des choses entre la valeur ajoutée des uns et des autres et la part de polémiques dérisoires au regard des enjeux graves : car il s’agissait ici de la vie et de la santé de 67 millions de personnes.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 mars 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
"The Covid Resilience Ranking : The Best and Worst Places to Be as Covid Travel Curbs Fall Away", 30 mars 2022, Bloomberg.
Paul Krugman, "France’s Economy Is Having a Good Pandemic", 14 janvier 2022 dans "The New York Times".
Gestion de la crise du covid : la France au tableau d’honneur !
Covid : fin des restrictions sanitaires et extrême vigilance.
Inquiétudes covidiennes : la pandémie est-elle vraiment terminée ?
Luc Montagnier.
La Science, la Recherche et le Doute.
Omicron tue encore !
Faut-il faire payer les soins covid aux personnes non-vaccinées ?
Martin Hirsch.
Passe vaccinal (3) : validé par le Conseil Constitutionnel, il entre en vigueur le 24 janvier 2022.
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Novax Djocovid.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidFO10





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220330-covid-fo-france.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/gestion-de-la-crise-du-covid-la-240555

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2021/11/21/39229469.html










 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 03:00

« Nous constatons actuellement un rebond, en France, dans les pays qui nous entourent, c’est-à-dire que le covid ne baisse plus, il augmente même. Au vu des derniers chiffres d’hier, c’est 20% d’augmentation. En revanche, la charge hospitalière continue de baisser, mais le rythme de cette diminution a commencé à se ralentir, donc nous sommes extrêmement vigilants. » (Olivier Véran, le 11 mars 2022 à Meylan).



_yartiCovidFN01

Quand on est responsable de la santé publique, il y a deux manières d’appréhender la pandémie de covid-19 après plus de deux ans de prégnance : ou on surveille la situation épidémique comme le lait sur le feu et au moindre rebond épidémique, on sait ce que cela signifie, on agit ; ou encore on se dit volontariste, on vérifie les données sanitaires de base (nombre d’hospitalisations conventionnelles, nombre de places en réanimation) et on se rassure comme on peut en espérant gagner du temps.

Hélas, on ne gagne plus du temps, on en perd. Pour la première fois depuis la fin de janvier 2022, le vendredi 11 mars 2022, il y a eu en France plus de nouvelles personnes contaminées que de personnes guéries. En d’autres termes, alors que le nombre de personnes encore atteintes du SARS-CoV-2 était en baisse depuis la fin de janvier 2022 jusqu’à environ 1,2 million de personnes, il commence à progresser à nouveau depuis deux jours.

On voudrait ne plus parler de covid-19 pour plein de raisons, parce que les malheurs se suffisent à eux-mêmes, parce que la guerre en Ukraine est suffisamment terrible pour ne pas vouloir en rajouter, enfin, parce que nous sommes à quelques semaines de l’élection présidentielle et qu’on espère, le "on" à préciser, que le covid-19 ne viendra pas bousculer la campagne et les opérations de vote.

Si l’on prend juste les conséquences du virus, tout est encore au vert : le nombre de places en réanimation a baissé fortement au point d’être passé en dessous des 40% (1 855 patients en réanimation), le nombre d’hospitalisations aussi a baissé à 20 917 mais le nombre des entrées à l’hôpital commence déjà à remonter. Enfin, c’est le plus heureux, le nombre de décès a aussi fortement baissé à une moyenne de 114 décès par jour sur les sept derniers jours, avec une diminution récente encore forte, -25,3% en une semaine (quand même, 140 109 décès au total, le seuil des 140 000 a été franchi le 11 mars 2022, celui de 130 000 le 27 janvier 2022 ; 10 000 décès en six semaines, soit en moyenne 240 décès par jour).

_yartiCovidFN03

Mais le nombre le plus important, c’est le nombre de nouveaux cas détectés. C’est lui qui va faire la tendance à l’hôpital. Or, depuis deux semaines, ce nombre remonte. Mécaniquement, les paramètres sanitaires cités plus haut vont donc remonter avec un retard de quelques semaines.

A priori, en période normale, il n’y aurait pas matière à s’affoler en ce sens que la population est fortement vaccinée (à plus de 94% chez les 12 ans et plus) et que le risque majeur concerne essentiellement des personnes fragiles (qui peuvent désormais, pour les plus de 80 ans, renforcer leur défense immunitaire avec une quatrième dose de vaccin). Aujourd’hui, 10% des sorties d’hôpital correspondent à des décès (en moyenne quotidienne, il y a eu 1 141 sortes de l’hôpital, dont 114 décès).

Il n’est pas nécessaire d’être une voyante pour connaître la suite à brève échéance : les hospitalisations vont remonter, les réanimations aussi, et hélas, les décès également. Ce mouvement n’est d’ailleurs pas français, toute l’Europe subit ce rebond : la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie, l’Autriche, la Suisse, et l’Allemagne, qui, contrairement à la France, était au sommet de sa précédente vague, subit aussi ce rebond dans la pire situation.

Il est impossible en revanche de savoir combien de temps ce rebond durera et jusqu’à quel niveau (aujourd’hui, on en est à plus de 60 000 nouveaux cas par jour en moyenne, pour des tests prélevés du 4 au 10 mars 2022). On est sur une pente dangereusement raide, autour de +20% en une semaine. Dans le pire des cas, on peut raisonnablement penser que cela n’irait pas au-delà de mai 2022, mais cela fait encore un mois et demi à deux mois à tenir.

La question reste la suivante : est-il pertinent de ne plus rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics fermés (hors transports en commun) à partir de ce lundi 14 mars 2022 ? La réponse est un peu dans le fait de poser la question. Lorsque le Premier Ministre Jean Castex a annoncé, le 3 mars 2022 dans le journal de 13 heures sur TF1, cette mesure ainsi que la suspension du passe vaccinal pour le 14 mars 2022, le gouvernement tablait sur un nombre de places en réanimation inférieur à 1 500. Mais il devait savoir que la situation se dégradait depuis presque une semaine sur le front de la circulation du virus.

L’abandon du masque dans les espaces de travail, dans les écoles, dans quasiment tous les lieux publics risque d’être catastrophique car il renforcera la remontée de l’épidémie… à moins que (car on peut aussi penser par le haut) que les "gens", la population, nous fassions preuve d’une certaine sagesse et continuions à porter le masque, même s’il n’est pas obligatoire, dans les situations où manifestement, il y aurait un risque de contamination. Ne pas obliger ne veut pas dire interdire, et il est permis de penser que l’absence de contrainte ne signifie pas l’absence de bon sens. Du reste, le samedi 12 mars 2022 dans une interview au journal "Le Parisien", Jean Castex a recommandé « fortement aux personnes fragiles du fait de leur âge ou de leurs pathologies de maintenir le port du masque dans les lieux clos et dans les grands rassemblements ».

Je suppose d’ailleurs qu’il y a un réel clivage au sein du gouvernement. L’abandon du masque obligatoire est une mesure bien sûr très politique, d’autant plus politique que nous sommes en pleine campagne présidentielle et que cela compte. L’avoir annoncé et devoir reculer car la situation n’est pas celle qu’on aurait pu espérer pourrait faire des dégâts politiques. Il est question aussi du courage politique : on ne maîtrise pas l’épidémie, on doit juste trouver le juste milieu pour qu’il y ait le moins de casse possible, d’une part, du côté des patients (le moins d’hospitalisés, le moins de décédés), d’autre part, du côté de la population dans son ensemble, de ce sentiment de pouvoir revivre.

Sur France Inter, Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris, a déclaré : « Il y a une immunité qui s’est installée, et cette immunité probablement nous protège, en tout cas, des hospitalisations (…). Les dernières modélisations de l’Institut Pasteur montrent que même s’il y a une reprise, elle ne sera pas comme celle du mois de janvier ou de décembre. ».

Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré dans les Hauts-de-Seine, a de son côté affirmé sur RTL le 13 mars 2022 : « D’un point de vue médical, il aurait été davantage prudent d’attendre. ». Il a regretté que le gouvernement ne communique pas assez pour rappeler l’importance des gestes barrières. Quant à la situation britannique, sensiblement la même que celle de France, dans le "Financial Times" du 11 mars 2022, l’universitaire londonienne Christina Pagel n’imaginait pas « une nouvelle vague massive », toutefois, elle évoquait une autre possibilité : « Je ne serais pas surprise si nous finissons par rester bloqués sur un plateau élevé pendant des mois et des mois. ».

Je n’ai pas la clef, je n’ai pas la réponse. Les paramètres sont compliqués et peut-être que le rebond sera assez faible, de courte durée. Il faut néanmoins être conscient qu’il s’agit toujours de vies humaines. L’enjeu reste essentiel pour qui considère que l’État doit protéger.

C’est peut-être le premier test grandeur nature d’une vie "normale" en présence du virus. Peut-être de la transformation de l’épidémie en phénomène endémique. Après tout, on avait toujours accepté, jusqu’à cette crise sanitaire, la dizaine de milliers de décès par la grippe chaque année. Considère-t-on qu’il y aurait un seuil du nombre de décès "acceptable" et un seuil "inacceptable" ? Et lequel ? Qui oserait mettre un chiffre ?

Alors, oui, il faut espérer, croire au bon sens de mes contemporains que j’invite à continuer à surveiller comme le lait sur le feu les données de cette épidémie et à ne pas hésiter à protéger nos proches et nous-mêmes en continuant à porter le masque dans les lieux où le bon sens le recommanderait même s’il n’est plus obligatoire. C’est parce que la campagne de vaccination a été globalement une très grande réussite que la France peut aussi se permettre de lever toutes les contraintes sanitaires. Mais cela n’empêche pas de rester prudent et attentif. Rien n’est jamais acquis.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (13 mars 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Covid : fin des restrictions sanitaires et extrême vigilance.
Inquiétudes covidiennes : la pandémie est-elle vraiment terminée ?
Luc Montagnier.
La Science, la Recherche et le Doute.
Omicron tue encore !
Faut-il faire payer les soins covid aux personnes non-vaccinées ?
Martin Hirsch.
Passe vaccinal (3) : validé par le Conseil Constitutionnel, il entre en vigueur le 24 janvier 2022.
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Novax Djocovid.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidFN02





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220313-covid-fn.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/covid-fin-des-restrictions-240147

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/03/13/39387015.html






 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 03:17

« Après une 5e vague de covid-19 d’une ampleur inédite, la situation sanitaire s’améliore nettement depuis plusieurs semaines. En particulier, la pression pesant sur les hôpitaux du fait de l’épidémie diminue fortement. » (Jean Castex, le 3 mars 2022).


_yartiCovidFM01

Les médias sont comme leurs auditeurs ou lecteurs (dont je suis), un peu shadoks sur les bords. Lorsqu’il y a une case nouvelle à faire rentrer dans le cerveau, ils en évacuent une case ancienne. On ne peut pas penser en permanence à toutes les misères du monde. Avec l’Ukraine en guerre, qui mobilise, avec raison, l’ensemble des médias, on ne parle plus de la pandémie de covid-19. Pour autant, a-t-elle disparu ? Dans le monde ? En France ?

Dans le monde, assurément pas. Les pics dépendent de la géographie et c’est ce qui fait que la pandémie peut être récurrente, surtout si dans d’autres lieux sévit un nouveau variant. En ce moment, la Corée du Sud, Hongkong, le Vietnam, la Nouvelle-Zélande, dans une moindre mesure, la Thaïlande, sont en pleine flambée épidémique. À Hongkong, il s’agirait du variant omicron et probablement que dans les autres pays cités, il s’agit aussi de ce variant (à vérifier néanmoins), ce qui peut rassurer l’Europe qui a déjà subi cette vague.

Pour autant, on assiste en France à la fin de la descente du nombre de cas, et même à un léger rebond cette semaine. Il est encore trop tôt pour dire si ce rebond est temporaire ou pas, mais ce qui est sûr, c’est que la chute vertigineuse du nombre de cas qu’on a vécue depuis plus de trois voire quatre semaines est bel et bien terminée. Assisterons-nous alors à un plateau jusqu’à la fin du printemps comme cela s’était passé en 2021 ? D’autres pays européens suivent aussi cette évolution, les plus marquants sont les Pays-Bas, l’Autriche, la Suisse et la Grande-Bretagne. L’Allemagne est un cas à part puisque, en retard par rapport à la France, elle a subi de plein fouet la vague omicron et reste l’un des pays les plus contaminés du monde (1,1 million d’Allemands ont été contaminés ces sept derniers jours).

Cette évolution très récente de l’épidémie en France ne remet pas les fondamentaux actuels qui restent positifs : le nombre d’hospitalisations conventionnelles a beaucoup baissé, jusqu’à 22 253, le nombre de réanimations jusqu’à 2 079 (on devrait descendre bientôt en dessous du seuil des 2 000), ce qui justifie la prochaine levée des plans blancs et le retour aux opérations programmées dans les hôpitaux, même si ces deux données, le 6 mars 2022, ont été marquées par une légère hausse (respectivement +57 et +4). Guillaume Rozier, l’auteur du site CovidTacker a évalué que le taux nombre d’hospitalisations sur nombre de cas covid est en train de légèrement remonter.

Quant aux décès, le "rythme" quotidien n’est toujours pas négligeable, on en est encore à 150-160 décès par jour, mais il continue heureusement à baisser, ce qui fait à ce jour (6 mars 2022) un total de 139 275 personnes décédées du covid-19 en France. Dans le monde, le chiffre est d’autant plus impressionnant qu’il est partiel, parcellaire et sous-estimé : plus de 6 millions de décès (le seuil de 6 millions recensés a été atteint le 3 mars 2022), avec presque 1 million aux États-Unis (984 020), 652 207 au Brésil et plus d’un demi-million en Inde (515 133) au 6 mars 2022.

Par rapport au nombre de cas encore très élevé (le taux d’incidence était de 538,2 nouveaux cas par 100 000 habitants en une semaine au 3 mars 2022), le nombre de décès a été assez faible en raison de la réussite de la politique de vaccination et d’une plus faible virulence du variant omicron auprès des personnes vaccinées.

Cette politique de vaccination en France est un grand succès puisqu’au 3 mars 2022, on comptait 54 219 766 personnes ayant reçu au moins une dose, ce qui correspond à 94,0% chez les personnes de 12 ans et plus (soit seulement 6,0% qui n’ont reçu aucune dose, c’est extrêmement faible). Et 61,8% des plus de 12 ans ont reçu leur troisième dose. En revanche, la vaccination des 5 à 12 ans n’a pas été beaucoup suivie, seulement 9,2% des enfants de 10 à 12 ans ont reçu une première dose et seulement 3,1% des enfants de 5 à 10 ans.

Le changement actuel du nombre de cas détectés quotidiens ne devrait pas affecter les données sanitaires avant une ou deux semaines, mais cela peut susciter de l’inquiétude avec les deux mesures phares que le Premier Ministre Jean Castex a prises le 3 mars 2022 et applicables à partir du 14 mars 2022, soit dans une semaine : la suspension du passe vaccinal et la levée de l’obligation du port du masque dans les espaces intérieurs publics à l’exception des transports collectifs. Alors que tous les élèves sont rentrés ce lundi 7 mars 2022, ils n’auront plus à porter de masque à partir du 14 mars 2022.

Jean Castex a maintenu ces mesures d’allégement car : « les modélisations scientifiques ne prévoient pas d’infléchissement de cette trajectoire favorable dans les prochaines semaines ». Tout le monde, d’ailleurs, sera heureux d’en profiter, même s’il arrivera toujours quelques râleurs pour évoquer un supposé électoralisme de ces mesures : à moins d’un mois de l’élection présidentielle, c’est en effet un atout du gouvernement de pouvoir lever des mesures contraignantes (masque et passe), mais le calendrier épidémique n’a jamais suivi le calendrier électoral et rien ne dit qu’en début avril, dans un mois, on ne devra pas reprendre des mesures plus contraignantes. D’ailleurs, l’emploi du mot "suspension" pour le passe vaccinal peut laisser entendre qu’on le réutilisera le cas échéant.

Cette précipitation dans l’allégement (on reste quand même à plus de 50 000 nouveaux cas détectés par jour en moyenne sur les sept derniers jours), elle s’explique aussi par la règle du gouvernement de proportionnalité (qui est d’ailleurs l’une des conditions de la validation constitutionnelle) : « Ces assouplissements s’inscrivent en cohérence ave la stratégie du gouvernement visant, depuis le début de la crise, à ne prendre que des mesures strictement proportionnées et nécessaires. ».

Pourtant, le R0, taux effectif de reproduction, qui décrit la dérivée seconde de la pente des contaminations par rapport au temps (en quelque sorte, l’accélération), a brusquement changé de pente et désormais remonte depuis quelques semaines. Dans le calcul de Guillaume Rozier, il ne semble pas encore atteindre le 1 fatidique (seuil à partir duquel l’épidémie progresse) mais les chiffres des contaminations du 5 et du 6 mars 2022 (à savoir respectivement 53 678 et 45 328) confirment bien un début de rebond épidémique, ce qui laisse entendre que le calcul paraît sous-estimé (en fait, il prend en compte aussi les admissions aux urgences, mais elles non plus ne baissent plus).

_yartiCovidFM02

Si l’on regarde la courbe des nouveaux cas, tout semble montrer que l’échappée omicron est terminée et qu’on retrouve le niveau de la vague delta là où on l’avait quitté quand omicron a surgi (vers mi-décembre 2021). Chose d’ailleurs étrange, le taux du variant delta remonte depuis trois semaines, à des niveaux très symboliques mais il remonte, de 0,10% à mi-février 2022 à 0,30% au 3 mars 2022. Je ne sais pas ce que cela signifie, est-ce simplement un effet mécanique avec la baisse globale du nombre de cas (moins rapide pour les cas "résiduels" de delta) ou au contraire, un phénomène nouveau ?

_yartiCovidFM03

Ce qui semble en tout cas probable, c’est que le variant omicron continue toujours de baisser, mais cette baisse est contrecarrée par une résurgence du sous-variant BA.2. Effectivement, selon Santé Publique France, le sous-variant BA.2 représenterait 38% des nouvelles contaminations durant la semaine du 21 au 27 février 2022, alors qu’il ne représentait que 15,6% durant la semaine du 7 au 14 février 2022.

Toutefois, les modélisations de l’Institut Pasteur qui valident le fait que l’arrivée de ce sous-variant freine la baisse du variant omicron, aboutissent à une conclusion plutôt rassurante, à savoir qu’il y aura un ralentissement de la décroissance mais que le mouvement général à la baisse serait maintenu. Le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, lui aussi, demeure serein : « Nous considérons qu’il n’y a pas de risque qu’il y ait un rebond épidémique du BA.2. ».

Ce virus garde encore son capital de surprise après plus de deux ans d’existence. S’il ne faut donc pas paniquer, il faut cependant surveiller ces données comme le lait sur le feu, bien vérifier que les fondamentaux restent satisfaisants, car on n’est pas à l’abri d’une mauvaise surprise même avant le premier tour de l’élection présidentielle. De plus, même après la fin de l’obligation du port du masque, il reste toujours recommandé lorsque la situation le rend utile, et chacun a sa part de responsabilité dans cette nouvelle liberté de cette nouvelle période que j’espère la dernière, celle de la fin réelle de l’épidémie.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 mars 2022)
http://www.rakotoarison.eu


(Les deux graphiques proviennent du site de Guillaume Rozier, covidtracker.fr).


Pour aller plus loin :
Inquiétudes covidiennes : la pandémie est-elle vraiment terminée ?
Luc Montagnier.
La Science, la Recherche et le Doute.
Omicron tue encore !
Faut-il faire payer les soins covid aux personnes non-vaccinées ?
Martin Hirsch.
Passe vaccinal (3) : validé par le Conseil Constitutionnel, il entre en vigueur le 24 janvier 2022.
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Novax Djocovid.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidDU04




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220306-covid-fm-ba.2.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/inquietudes-covidiennes-la-239942

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/03/06/39374598.html













 

Partager cet article
Repost0
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 03:45

« La société n’a pas envie de les voir. Ils perturbent les scénarios optimistes selon lequel omicron serait associé à une immunité collective et à la fin de la pandémie. » (Pr. Marc Leone, "Le Monde" le 29 janvier 2022).




_yartiCovidFL01

Le chef du service de réanimation à Marseille, qui mettait en garde le week-end dernier dans "Le Monde", parlait des personnes décédées du covid-19. Le quotidien du soir les évoquait ainsi au début de l’article : « Ils sont les oubliés de l’épidémie. En mars 2020 pourtant, une image-choc frappait les esprits, symbole de l’effroi de l’Europe face à la première vague de covid-19 : un cortège de camions militaires quittait alors Bergame, en Italie du Nord, emportant les cercueils des personnes décédées. (…) Lassitude, accoutumance, envie de passer à autre chose… La litanie du nombre de victimes, de fait, n’est plus égrenée comme au début de la pandémie. Et les morts du covid-19 sont devenus invisibles. ».

Depuis quelques jours, cela semble toutefois se confirmer sérieusement, au contraire de la mi-janvier 2022 : l’épidémie de variant omicron est en nette baisse et cela réjouit tout le monde. Parallèlement, depuis ce mercredi 2 février 2022, la plupart des restrictions ont été levées, principalement l’obligation du télétravail (il ne reste que recommandé), le port du masque à l’extérieur, les jauges dans les salles publiques. Pour autant, il ne faut pas relâcher la vigilance et rester prudent pour éviter les contaminations qui peuvent reprendre aussi vite qu’en décembre et janvier.

L’évolution de l’épidémie en France est effectivement rassurante : le taux de reproduction effectif (le R0, qui est la pente de la pente de la courbe des contaminations en fonction du temps) est désormais en dessous de 1 depuis quelques jours et donc, la situation s’améliore.

_yartiCovidFL02

Ce jeudi 3 février 2022, il n’y a eu "que" 274 352 nouvelles contaminations détectées en une journée. J’ai écrit entre guillemets le "que" car c’est évidemment énorme, puisque la France est montée dans des sommets inédits et seuls Israël, la Slovénie et le Danemark, parmi les grands et moyens pays, semblent avoir un taux d’incidence équivalent ou supérieur.

Depuis le 1er janvier 2022, la France a doublé le nombre total de personnes qui ont été testés positifs depuis le début de la crise sanitaire (de 10 191 926 au 1er janvier 2022 à 20 147 :341 au 3 février 2022). Non seulement le virus continue à circuler beaucoup (le taux d’incidence est de 3 090 nouveaux cas par 100 000 habitants en une semaine), mais aussi il bloque encore l’hôpital et le retour à la normale sera certainement très long. En tout, il reste encore 6,6 millions de Français qui sont covid positifs et qui s’isolent, du moins je l’espère. Mais le taux d’incidence est en train de chuter de 20% en une semaine et, ce 3 février 2022, pour la première (ou seconde fois) depuis cette double vague, il y a eu plus de personnes guéries que de personnes contaminées, 329 095 personnes guéries à comparer aux 274 352 personnes contaminées indiquées plus haut.

_yartiCovidFL03

Autre sujet de soulagement, la vague du variant delta semble quasiment terminée. Au 31 janvier 2022, la part de delta dans la double vague est de 0,47%, ce qui, en les surestimant par rapport à nouveaux cas du 3 février 2022, ne ferait pas plus de 1 300 en une journée, ce qui est très faible.

_yartiCovidFL04

Le nombre de lits occupés en réanimation pour covid-19 commence à descendre, mais très très lentement, avec quelques remontées, cela ressemblerait d’ailleurs plus à un plateau qu’à une descente (3 643 au 3 février 2022). Cette différence entre places en réanimation et nombres de cas d’infection au variant delta est importante : effectivement, le variant omicron aussi entraîne des soins intensifs.

_yartiCovidFL05

En revanche, il y a toujours une montée vertigineuse des hospitalisations conventionnelles, directement liée et proportionnelle à la flambée du variant omicron (il y a environ deux semaines de décalage entre les contaminations et les hospitalisations). On arrive aux mêmes niveaux que lors des deux premières vagues.

_yartiCovidFL06

Globalement, l’évolution est rassurante. Néanmoins, certains éléments restent inquiétants. En particulier le nombre de décès qui est à un niveau très élevé.

En moyenne sur les sept derniers jours, il y a 265 décès chaque jour à cause du covid-19, soit autour de 15% de la mortalité (toute cause confondue) en France. Le 24 janvier 2022, il y a même eu une pointe à 393 décès (382 le 1er février, 365 le 25 janvier, 348 le 31 janvier). En une semaine, près de 1 900 décès, soit +12% de hausse par rapport à la semaine précédente, et la pente semble heureusement se ralentir. Plus parlant, depuis le 1er janvier 2022, il y a déjà eu plus de 8 000 décès par covid-19, c’est une petite ville rayée de la carte chaque mois, comme Moirans, Malzéville, La Tour-du-Pin, Champagnole, Marcoussis, Pont-l’Abbé, Vif, Bormes-les-Mimosas, Larmor-Plage ou Saint-Marcellin. Au total depuis le début de la pandémie, 131 852 ont perdu la vie en France à cause du covid-19, autant que la population d’une ville comme Limoges, Annecy ou Amiens. Il faut en avoir conscience avant de rechigner à porter le masque en intérieur dans un lieu public.

_yartiCovidFL08

Heureusement, nous sommes une nation parmi les mieux vaccinées du monde et c’est tout à l’honneur du peuple français d’avoir compris l’intérêt de la vaccination. Elle nous a protégés à 90% de formes graves et vu les nombre de contaminations, l’absence de vaccination aurait certainement provoqué un massacre. Au 3 février 2022, 54 044 774 Français ont reçu au moins une dose de vaccin, 52 820 270 au moins deux doses et 36 067 100 Français trois doses. C’est énorme ! Les personnes non-vaccinées ne correspondent plus qu’à une très faible minorité de Français, 6,2% des personnes de 12 ans et plus.

Cependant, malgré cette forte couverture vaccinale, nous avons beaucoup de victimes, et de nombreux médecins ont récemment dénoncé l’indifférence des médias : le docteur Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Poincaré de Garches, le 25 janvier 2022 ; le docteur Didier Pittet, infectiologue et épidémiologiste à Genève, le 27 janvier 2022 ; le professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris, le 29 janvier 2022 ; le professeur Frédéric Adnet, chef du service des urgences à l’hôpital Avicenne à Bobigny, le 29 janvier 2022 ; le professeur Marc Leone, chef du service de réanimation de l’hôpital Nord de Marseille (AP-HM), le 29 janvier 2022 ; le professeur Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, le 30 janvier 2022 ; le docteur Mathias Wargon, le chef du service des urgences de l’hôpital Delafontaine (93), le 30 janvier 2022 ; le professeur Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation de l’hôpital Lariboisière à Paris, le 2 févier 2022. Tous ces praticiens et universitaires, et beaucoup d’autres, ont pris la parole cette semaine dans les médias pour alerter que le variant omicron est bien plus mortel que le virus de la grippe et qu’il faut s’en protéger par la vaccination et les gestes barrières.

Parce qu’on a envie d’en finir, de passer à autre chose, que ça a déjà trop duré, tout concourt à "oublier" ces nombreuses victimes de l’épidémie, les personnes décédées, l’équivalent d’un crash d’avion tous les jours (et il ne faut pas oublier leurs familles), mais aussi ces nombreuses personnes malades, certaines qui en réchapperont avec des traumatismes (on ne sort pas indemne de la réanimation), sans oublier les personnes atteintes de covid long.

On pourrait croire qu’avec la disparition du variant delta, le nombre de décès allait également s’effondrer, mais ce n’est pas le cas et c’était prévisible, car le variant omicron, s’il est moins agressif statistiquement, est arrivé massivement et l’énorme nombre fait qu’il n’est pas sans les graves conséquences humaines qu’on constate.

En effet, il est à la mode de dire que le variant omicron n’est pas grave, que sa contamination ne provoque pas beaucoup de soins intensifs, seulement, en cas de complication, des hospitalisations conventionnelles de quelques jours. Certes, le variant omicron est bien moins virulent statistiquement : par rapport au variant delta, les risques pour aller en réanimation sont réduits de 75%, et les risques d’en mourir sont réduits de 90%, mais n’avoir que 10% de mortalité de variant omicron (par rapport au variant delta) et avoir 10 fois plus de contaminations en omicron qu’en delta, cela signifie la même mortalité en nombre absolu.

Entre le 17 et le 23 janvier 2022, selon un rapport de la DREES publié le 28 janvier 2022, parmi les personnes en hospitalisation conventionnelle pour covid-19, 88% étaient infectées au variant omicron ; parmi les personnes en réanimation pour covid-19, 79% étaient infectées au variant omicron, ce qui montre que la gravité, en absolu, est loin d’être négligeable ; enfin, parmi les personnes qui décèdent à cause du covid-19, 57% étaient infectées au variant omicron, là aussi, c’est très loin d’être négligeable.

On a souvent parlé du biais d’être hospitalisé ou admis en réanimation "pour le covid" et "avec le covid". Effectivement, en raison de la très grande circulation du virus, il est possible d’être testé positif à l’hôpital alors que la personne était admise à l’hôpital pour une autre pathologie. On a évalué ce "biais" (qui n’en est pas un puisqu’il est pris en compte) à 29% en hospitalisation conventionnelle (29% ne sont pas hospitalisés pour covid mais avec covid) et 15% en réanimation. Le professeur Mahmoud Zureik, épidémiologiste et spécialiste en santé publique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin, a estimé : « On ignore la part des personnes mortes à cause du covid-19 ou avec le covid-19, même si les premiers résultats suggèrent que la majorité de ces décès surviennent chez les patients hospitalisés pour covid-19. » ("Le Monde").

Ce qui, pour le professeur Frédéric Adnet, n’est pas une distinction vraiment très pertinente. Beaucoup de personnes ayant une comorbidité (un organe malade) avaient réussi à trouver un certain équilibre pour pouvoir vivre tant bien que mal et le covid-19 vient réduire la fonction de l’organe malade parfois au point d’en faire mourir : « Le covid-19 peut alors aggraver la maladie dont souffrent ces patients : drépanocytose, œdème aigu du poumon, bronchite chronique obstructive… » ("Le Monde").

En outre, les personnes décédées du covid-19 à l’hôpital se répartissent ainsi : un tiers étaient en service de réanimation, et deux tiers étaient en hospitalisation conventionnelle. Il est donc important de noter que d’une part, le variant omicron envoie aussi en réanimation (79% des réanimations), et d’autre part, même en hospitalisation conventionnelle, le variant omicron peut tuer.

Le variant omicron ne réduit donc pas sa dangerosité ; simplement, une personne contaminée a statistiquement moins de risque, toute chose égale par ailleurs (par exemple son statut vaccinal), de décéder si elle est infectée au variant omicron qu’au variant delta. Mais si la forme grave se déclenche, la maladie reste aussi sévère, pour la personne atteinte, qu’avec le variant delta.

Les deux principales catégories de personnes à risque restent d’une part, les personnes qui ne sont pas vaccinées ou qui n’ont pas la dose de rappel lorsqu’elles en sont besoin (quatre à six mois après la deuxième dose), et les personnes immunodéprimées. Ces deux "populations" à risque sont au fond les mêmes, elles présentent une faiblesse immunitaire qui peut entraîner la survenue d’une forme grave, car même avec omicron, le covid-19 reste une saloperie.

Donc, oui, il faut se réjouir de cette décrue épidémique, qu’elle peut même se faire aussi rapidement que la vague est venue, que tout le monde espère qu’un autre variant ou sous-variant ne viendra pas arrêter cette décrue, mais attention à tous, l’infection au variant omicron n’est jamais anodine et peut toujours entraîner la mort.

J’évoquais il y a un jour la figure de Valéry Giscard d’Estaing victime du covid-19 quelques jours avant le début de la campagne de vaccination. Les pires morts sont celles de la dernière heure. Celles des soldats morts dans la matinée du 11 novembre 1918 juste avant le cessez-le-feu à 11 heures 11. Dans les semaines et même les mois à venir, il y aura encore malheureusement beaucoup de décès dus au covid-19, peut-être de vos proches. Il ne faut pas avoir peur mais il faut se protéger, comme lorsqu’on met une ceinture de sécurité lorsqu’on prend le volant. Il y a un risque de mourir sur la route, il faut en être conscient pour s’en protéger, sans pour autant en avoir peur. Il faut se réjouir de la baisse épidémique, mais raisonnablement, en gardant les protections qui ont fait leur preuve, la vaccination et les gestes barrières quand cela le nécessite.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (03 février 2022)
http://www.rakotoarison.eu


(Les six graphiques proviennent du site de Guillaume Rozier, covidtracker.fr).


Pour aller plus loin :
Omicron tue encore !
Faut-il faire payer les soins covid aux personnes non-vaccinées ?
Martin Hirsch.
Passe vaccinal (3) : validé par le Conseil Constitutionnel, il entre en vigueur le 24 janvier 2022.
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Novax Djocovid.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidDU04





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220203-covid-fl-omicron.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/omicron-tue-encore-239133

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/02/03/39332423.html







 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 03:02

« Est-il logique de bénéficier des soins gratuits quand on a refusé pour soi la vaccination gratuite et qu’on met doublement en danger les autres, en pouvant les contaminer et en pouvant prendre une place en soins intensifs nécessaire pour un autre patient ? » (Martin Hirsch, le 25 janvier 2022 dans "Le Monde").



_yartiCovidFK01

Depuis quelques jours, une question posée par Martin Hirsch a provoqué un tollé général dans le monde politique et médical. Martin Hirsch est depuis le 13 novembre 2013 le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), c’est-à-dire l’un de ceux qui ont dû gérer concrètement la crise sanitaire dans les hôpitaux.

Martin Hirsch a voulu être médecin dans sa jeunesse, mais il n’a pas poursuivi ses études de médecine et il finit normalien et énarque, dans la botte, au Conseil d’État, soit un haut fonctionnaire qui a "réussi" par la "méritocratie". Il a été président de l’association Emmaüs France de mai 2002 à mai 2007, puis Haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté et à la Jeunesse de mai 2007 à mars 2010 dans le gouvernement de François Fillon.

S’il a posé cette question qu’il reconnaît "délicate" dans une tribune du journal "Le Monde" parue le 25 janvier 2022, c’est parce qu’il voyait bien qu’elle était posée implicitement par des médecins dans les hôpitaux. La pandémie de covid-19 a en effet impacté sur les soins de tous les patients, pas seulement ceux du covid-19.

Si le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran estimait le 25 janvier 2022 sur LCI (le matin, avant la parution de la tribune le soir) que le système hospitalier "tiendrait le coup" avec cette cinquième et sixième vagues (delta et omicron), il affirmait cependant que le pic de la sixième vague n’était pas encore atteint.

C’est même pire depuis quelques jours puisque le taux de reproduction effectif (à savoir la dérivée seconde des contaminations par rapport au temps, la pente de la pente), qui baissait régulièrement depuis deux semaines, s’est remise à augmenter ces derniers jours, ce qui signifie que le sommet est encore loin d’être atteint (certains parlent de mi-février 2022 et d’autres de mars 2022). Il faut dire que la même journée du 25 janvier 2022 a connu le pire nombre de cas positifs détectés depuis mars 2020, à savoir 501 635 !

_yartiCovidFK98

Cette indication signifie que nous sommes encore en pleine vague, avec un taux d’incidence 3 900 nouveaux cas par 100 000 habitants en une semaine (soit 4% de la population totale !). Actuellement, il y a plus de 6,6 millions de Français qui sont covid positifs, soit près de 10% de la population totale. Heureusement, ce nombre n’est pas significatif des conséquences sanitaires. Avec le vaccin, le variant omicron semble beaucoup moins agressif que le variant delta. La courbe des contaminations sert donc surtout à donner l’unité de temps sur les tendances à l’hôpital.

Il ne faut pas pour autant négliger le danger. Il reste encore des contaminations au variant delta (semble-t-il surtout dans le Sud de la France), au 23 janvier 2022, 1,4% des nouvelles contaminations sont au variant delta, le reste omicron, cela semble faible mais étant donné la forte circulation du virus, cela signifie quand même entre 4 000 et 5 000 nouveaux cas de variant delta par jour. Tous les jours, 300 à 400 personnes sont encore admises en réanimation pour covid-19, la plupart non-vaccinées ou dont la dose de rappel n’a pas encore été faite dans les délais.

_yartiCovidFK95

Le nombre de places en réanimation occupées par des malades du covid-19 est heureusement en baisse, il n’a jamais dépassé le seuil des 4 000 et il est à 3 694 au 27 janvier 2022, ce qui reste élevé et surtout, la baisse est très lente.

Du reste, conséquence des fortes contaminations de la seconde quinzaine de décembre 2021 et du début de l’année, le nombre de décès quotidien hélas augmente beaucoup en ce moment et risque de ne pas redescendre avant un ou deux mois, preuve que la situation est loin d’être rassurante (le 25 janvier 2022, il y a eu presque 500 décès, souvent en 250 et 350 par jour. Le directeur de l’OMS Europe avait averti le 4 novembre 2021 qu’il y aurait encore 500 000 décès du covid-19 en Europe (y compris la Russie). Cela reste dans le domaine du possible.

_yartiCovidFK96

La situation est alarmante aussi dans l’hospitalisation conventionnelle car, comme au Danemark, comme au Royaume-Uni, comme en Afrique du Sud, la courbe des hospitalisations conventionnelles, probablement dues à l’infection au variant omicron, monte proportionnellement à celle des contaminations. Il y a deux jours, le seuil de 30 000 a été franchi, il est de 30 982 au 27 janvier 2022. Chaque jour, plus de 3 000 nouveaux patients du covid sont admis à l’hospital.

On atteint des seuils proches des trois premières vagues (mars-avril 2020, novembre-décembre 2020 et avril 2021). Ces hospitalisations sont généralement moins graves, souvent, il y a juste un besoin d’oxygénation et une mise en observation. Deux éléments pour en relativiser la gravité : les séjours sont de courte durée, quelques jours (mais le nombre de contaminations reste très élevé). Autre élément : il y aurait environ 20% de contaminations "accessoires" à l’hôpital, c’est-à-dire que la personne est venue à l’hôpital pour une autre pathologie que le covid-19 et elle a été testée positive. Le covid n’est donc pas la cause de sa venue à l’hôpital et cette personne ne devrait donc pas être comptée dans les statistiques sanitaires.

_yartiCovidFK94

En somme, même si la période est tendue, le système sanitaire pourra tenir, comme l’a assuré Olivier Véran, car le variant delta est en pleine décrue et le variant omicron développe peu de formes graves (en réanimation, un médecin évaluait dans son service à 20% le nombre de patients contaminés à l’omicron sur l’ensemble des patients covid, c’est juste une indication).

Néanmoins, et cela fait revenir à la provocation, car c’en était une, de Martin Hirsch, cette situation impacte beaucoup sur la situation des autres patients dont on a déprogrammé les opérations, ce qui aura des conséquences désastreuses à moyen terme (le regretté professeur Axel Kahn évaluait l’an dernier que pour la première année de crise sanitaire, environ 13 000 personnes supplémentaires malades du cancer mourraient ou seraient mortes pour avoir trop attendu d’être soignées voire dépistées) : « On a senti ces derniers mois un débat, effectivement, ceux qui suivait des patients avec un cancer auquel on disait : votre patient pourra aller à la table d’opération dans trois semaines, pourquoi ? parce qu’on a beaucoup de patients à prendre en charge, là, ça suscitait des tensions. ».

Si tout le monde, ou, du moins, toutes les personnes fragiles (à définition peu précise) étaient vaccinées, on réduirait au moins de moitié le nombre de malades du covid en réanimation. C’est la raison du passe vaccinal, d’autant plus qu’on a laissé filer l’épidémie depuis Noël parce qu’on a pris très peu de mesures de restrictions sanitaires, pas de confinement ni de couvre-feu ni de fermeture des commerces "non essentiels" (ce qui fait pour la France, comme pour le Danemark, l’un des taux d’incidence les plus élevés d’Europe).

Cette stratégie de non-restriction peut doublement s’expliquer : avec un variant comme omicron à très fort taux de contamination, à moins de revenir au premier confinement, très sévère, aucune restriction n’aurait été vraiment efficace ; de plus, en s’attachant à protéger avec le vaccin, on évite la catastrophe sanitaire. Cette situation et ces circonstances expliquent pourquoi le gouvernement a mis en place le passe vaccinal, comme dans beaucoup de pays du monde, à quelques différences près. Au lieu d’essayer d’arrêter la pluie, on s’équipe d’un parapluie.

_yartiCovidFK02

Martin Hirsch est venu s’expliquer sur France 5 le lendemain, le mercredi 26 janvier 2022. Il a d’abord tenu à rappeler son sens de l’éthique. Un médecin doit soigner sans chercher à savoir qui est le patient : « Je pense qu’il ne faut jamais rentrer dans : on choisit ses patients sur d’autres critères que des critères médicaux et dire : tu ne t’es pas bien comporté il y a un jour, une semaine, il y a un mois, il y a trois mois, ça, c’est anti-éthique absolu. ».

Le directeur général de AP-HP est resté sur l’idée originelle de la sécurité sociale, la solidarité nationale : « Je reviens à la source. C’est quoi la belle source ? C’est le Conseil national de la résistance qui institue un système d’État providence etc. qui aujourd’hui doit garder ses mêmes principes, donc on ne ferme la porte de l’hôpital et les soins à personne, mais d’être allié avec la responsabilité qui permet à tout le monde d’en bénéficier. ».

Le mot est lâché : pas de solidarité sans responsabilité. C’est comme pour la liberté. La responsabilité est un élément déterminant dans les sociétés complexes : « La solidarité, c’est fabuleux et on y tient, mais parfois, elle est mise à mal parce que quand il y a des passagers clandestins, il y a une partie de la population qui a envie de remettre en cause la solidarité. Moi, je n’ai pas envie qu’on remette en cause la solidarité, mais s’il y a un peu de responsabilité dedans, ce n’est pas plus absurde que cela, au contraire. ».

D’où la question qui fâche : « Est-ce que, lorsque la vaccination est gratuite, et qu’elle est d’intérêt collective, et qu’elle a un impact sur les autres, est-ce qu’on doit avoir le refus de la vaccination gratuite, la demande des soins gratuits, de hurler quand on met des passes vaccinaux, etc., je pense qu’il y a un moment, ça peut donner une sorte d’incohérence. ».

Et de poursuivre : « Se poser la question de savoir si, en général, le fait qu’un instrument de prévention gratuit est disponible, qu’il peut être utilisé et qui est reconnu par la communauté scientifique comme quelque chose qui est utile, y renoncer, est-ce qu’on y renonce sans n’en porter aucune des conséquences, ou est-ce que, effectivement, on allie le fait qu’on tend la main pour soigner, mais on dit qu’il n’y a aucune raison qu’il n’y ait pas de conséquence alors qu’il va y avoir des conséquences sur les autres patients qu’on aura du mal à soigner et qui eux n’y peuvent rien. ».





À mon sens, je trouve que poser la question en débat public fera plus de tort que de bien. D’une part, cela renforce la victimisation des personnes non-vaccinées, alors que celles-ci, comme les autres, ont cotisé et bénéficient donc du droit à être soignés. D’autre part, même en admettant qu’on se livre à ce principe (non-vacciné alors non-remboursé), et qu’il soit admis constitutionnellement (ce qui est une autre paire de manches ; le député Sébastien Huyghe avait proposé un amendement allant dans ce sens pour le passe vaccinal, mais il a été heureusement rejeté), ça ne responsabilisera pas plus, soit parce qu’une personne non-vaccinée dite très riche "se paiera" sa non-vaccination (considérant que l’intégrité de son corps n’a pas de prix), soit parce que justement, insolvable, la personne non-vaccinée ne pourra pas payer de toute façon.

Il faut savoir qu’un séjour en réanimation pour covid-19, c’est autour de 3 500 euros par jour et il faut compter trois semaines environ, soit autour de 75 000 euros, ce qui est une somme colossale pour de nombreux Français. À partir du moment où le vaccin n’est pas obligatoire, l’hôpital ne peut exiger une telle somme pour être soigné. J’ai bien compris que Martin Hirsch ne cherchait pas à ce que les soins soient entièrement payés, mais seulement qu’ils ne soient pas gratuits à 100% comme c’est le cas aujourd’hui.

En outre, cela ouvre la porte à un principe qui n’a rien à voir avec notre modèle social : celui de soigner selon le comportement du patient. Si le patient avait bien respecté toutes les consignes d’une vie saine, non seulement par son alimentation, son activité sportive, mais aussi en roulant prudemment, etc., alors il bénéficierait de soins gratuits (ou remboursés selon les règles actuelles de l’assurance maladie), sinon il devrait payer. Et il faudrait encore établir cette vie saine qui ne pourrait passer que par un moyen de surveillance de type "chinois" avec le crédit social. Nous avons la chance (malchance pour les Chinois) d’avoir dans le monde une société qui s’achemine très rapidement vers ce type de modèle : le voulons-nous en France ? Personne n’en voudrait. La question va bien au-delà de la simple tension hospitalière ponctuelle (même si cela dure depuis deux ans avec le covid-19, et même depuis plus longtemps), et remet en cause beaucoup plus qu’une politique de la santé. Car pour cela, il faudrait surveiller. Ce serait toute l’organisation de la société qui serait impactée avec des conséquences sur les assurances, etc.

Les principaux arguments pour s’opposer à cette proposition, c’est de dire qu’avec cette logique, on fera payer les soins d’un cancer du poumon aux fumeurs, d’un cancer du foie aux alcooliques, d’un diabète à ceux qui mangent trop de sucre, etc. La situation du chauffard sur la route est en revanche différent car les "assujettis sociaux" ne paient pas les soins qu’il pourrait recevoir : l’hôpital est payé par l’assurance du chauffard, donc, pour ce cas précis, il y a bien en jeu un principe de responsabilité (et quand il n’y a pas d’assurance, c’est un fonds de solidarité qui paie).

Martin Hirsch a balayé cet argument : « Je trouve qu’il y a une très très grande différence et qu’on ne peut pas blâmer quelqu’un sur un comportement, une addiction, et je redis : le système de soins qui est ouvert à tout le monde. Mais je fais cette différence. S’il y a un système de dépistage, on doit tous les cinq ans le faire, est-ce qu’on doit avoir exactement la même protection et le même taux de remboursement si on le néglige que quelqu’un qui ne le néglige pas ? (…) Si je pose cette question-là, c’est que je ne voudrais pas qu’un jour, on se dise : les dépenses de santé explosent parce qu’il y a toute une partie de comportements dits irresponsables qui remettent en cause la solidarité. ».

C’est le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon, qui a trouvé, à mon sens, le meilleur contre-argument, le 27 janvier 2022 sur LCI : « On ne peut pas créer un cadre éthique spécial, même en pleine crise sanitaire, pour le covid. (…) On soigne évidemment les gens qui ont pris des risques (…). Créer une "jurisprudence" ne me paraît pas une bonne idée. (…) Bien sûr que ça menace la solidarité, dans la mesure où (…) ce remplissage de l’hôpital, qui n’est pas du tout terminé, on voit les pressions qu’il y a encore sur les réanimations (…), ça veut dire que les autres malades doivent se serrer sur les 30% de capacité qui restent, donc bien sûr, je comprends. Mais mettre finalement une ségrégation en fonction de la non-utilisation d’un outil de prévention, je le répète, il faudrait l’appliquer aussi à d’autres pathologies. Je prends un autre exemple. Il y a plein de pathologies cardiovasculaires dont le risque peut être diminué en prenant des statines ou des médicaments préventifs que les gens ne prennent pas, ou prennent mal. Vous voyez ce que je veux dire ? En France, à ma connaissance, il n’y a aucune pathologie qui ne soit pas remboursée ou prise en charge par la solidarité nationale au registre que les gens ne sont pas [observants]. (…) Je crois que c’est une réflexion qui dépasse le cadre de l’hôpital public, c’est une réflexion qui est d’abord parlementaire et éthique. (…) On soigne les antivax, on soigne les non-vaccinés, on soigne les opposants. ».





L’opportunité de cette question selon Gilles Pialoux : « C’est un débat parce qu’il arrive un moment où effectivement on ne comprend pas pourquoi les gens s’obstinent à ne pas utiliser un outil qui est efficace, je parle surtout du schéma vaccinal complet dont on sait que c’est la ligne Maginot et que ça divise par 25 le risque de rentrer en soins critiques. C’est le rôle du médecin aussi d’accepter que certains n’aient pas compris le rôle du vaccin, ou n’aient pas voulu car mal informés. ».

Martin Hirsch semble bien seul dans son questionnement. Comme l’a dit le professeur Gilles Pialoux, son questionnement est beaucoup plus général qu’un débat sur l’hôpital public. Les médecins soignent et n’ont aucune volonté de choisir leurs patients, et c’est très heureux, tandis que Martin Hirsch est un gestionnaire d’hôpitaux. Il aurait pu sortir ce pavé dans la mare il y a six mois puisque le vaccin existait déjà. Il aborde ce thème au plus mauvais moment, en plein campagne présidentielle, et on imagine mal qu’un candidat, quel qu’il soit, aussi "libéral" soit-il, mette en avant le principe de responsabilité des patients pour assurer la gratuité des soins.

Toutefois, d’autres pays ont déjà choisi cette condition de responsabilité : la Grèce impose une amende de 100 euros par jour pour les personnes non-vaccinées de 60 ans et plus qui seraient hospitalisées ; le Québec et Singapour demandent aussi une participation aux frais d’hospitalisation. La France s’honorerait en conservant son propre modèle de société qui est la solidarité nationale, sans condition.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 janvier 2022)
http://www.rakotoarison.eu


(Les quatre graphiques proviennent du site de Guillaume Rozier, covidtracker.fr).


Pour aller plus loin :
Faut-il faire payer les soins covid aux personnes non-vaccinées ?
Martin Hirsch.
Passe vaccinal (3) : validé par le Conseil Constitutionnel, il entre en vigueur le 24 janvier 2022.
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Novax Djocovid.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidFK03




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220127-covid-fk-soins-payants.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/faut-il-faire-payer-les-soins-238951

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/01/27/39322138.html








 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 03:51

« Il n'y a aucun doute que cet épisode va frapper durement Djokovic. Maintenant, il y a une incertitude au sujet de Roland-Garros, il devra être vacciné pour y jouer, et qu'en est-il de Wimbledon ? Il ne se soucie pas de ces autres tournois, donc c'est vraiment, vraiment malheureux pour un gars qui avait travaillé si dur pour être aimé. (...) L'Australie est l'endroit qu'il aime le plus et il n'a même pas joué, alors cela devient ridicule. » (John McEnroe, le 21 janvier 2022 sur Eurosport).



_yartiDjokovicB02

Après son expulsion d'Australie, le joueur de tennis serbe Novak Djokovic, numéro un mondial, pourra-t-il participer au tournoi de Roland-Garros de cette année ? La question se pose puisqu'il n'a pas pu séjourner en Australie pour raison sanitaire. Alors que le passe vaccinal vient d'être mis en application en France ce lundi 24 janvier 2022, beaucoup considèrent que ce tournoi français lui sera interdit tant qu'il n'est pas vacciné contre le covid-19. Il avait gagné le tournoi de Roland-Garros l'an dernier, en 2021.

Le champion en titre devrait au contraire pouvoir y participer grâce à une disposition du passe vaccinal : il est en effet valide si la personne qui le détient s'est rétablie du covid-19 il y a moins de six mois à partir de la contamination. Or, le tribunal fédéral australien a annoncé avoir lu les documents attestant que Novak Djokovic avait contracté le virus le 16 décembre 2021, si bien que le joueur devrait donc être autorisé à entrer et séjourner sur le territoire français, non-vacciné, jusqu'au 15 juin 2022. Le tournoi de Roland-Garros a lieu du 22 mai au 5 juin 2022, ce qui conviendrait donc au joueur serbe.

Mais indépendamment de cet élément, le sportif aurait quand même, en principe, eu droit d'accès à Roland-Garros, malgré les déclarations du président du groupe LREM à l'Assemblée Nationale Christophe Castaner le 17 janvier 2022 expliquant que la loi serait la même pour tous et donc, aussi pour Novak Djokovic. En effet, dès le 7 janvier 2022, interrogée par France Info, la Ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu avait rassuré le champion de tennis : « Il y a des protocoles sanitaires imposés pour les grands événements par les fédérations en question, qui viennent s'ajouter, s'additionner au protocole du pays et donc, c'est ce qui permettra en France à quelqu'un comme Novak Djokovic de pouvoir entrer sur le territoire. (...) [Un sportif] qui ne sera pas vacciné (...) pourra participer à la compétition parce que le protocole, la bulle sanitaire de ces grands événements sportifs le permettra. ».

En revanche, la ministre a cependant nuancé ses propos : « Tout joueur, tout sportif qui s'entraîne en France, qu'il soit français ou étranger, s'il est domicilié sur notre territoire, pour s'entraîner, il faudra qu'il ait un passe vaccinal tout le temps pour entrer dans l'équipement sportif. ». Avant de préciser : « En France, aujourd'hui, nous n'avons pas la même réglementation que l'Australie pour rentrer sur le territoire, pour les sportifs comme pour les autres citoyens des autres pays. ». Et puis, en mai 2022, on sera dans une situation sanitaire très différente de celle de maintenant, la situation devrait nettement s'améliorer d'ici à cette date, et les protocoles sanitaires devraient s'alléger.

_yartiDjokovicNovak03

Revenons sur les mésaventures du joueur en Australie. Novak Djokovic a été effectivement expulsé d’Australie le dimanche 16 janvier 2022. La raison ? Il ne s’était pas mis en conformité avec les règles sanitaires de ce pays. Ainsi, il n'a pas participé à l’Open d’Australie qui commençait le lendemain à Melbourne, alors qu’il avait participé au tirage au sort le 13 janvier 2022.

Il n’est pas question ici de disserter sur son talent de sportif reconnu par tous. Il est considéré comme le numéro un mondial du tennis depuis le 3 février 2020, et même l’un des meilleurs joueurs de tennis de tous les temps avec Roger Federer et Rafael Nadal. Il a multiplié les records, il a été pendant 360 semaines en tête du classement ATP, dont 122 semaines consécutives entre 2014 et 2016. À 34 ans, ce qui est déjà âgé, après dix-huit ans d’exercice, il a remporté 86 victoires sur le circuit ATP, dont 20 tournois du Grand Chelem.

La personnalité de Novak Djokovic est également très forte, il n’hésite pas à utiliser son grand sens de l’humour et à montrer beaucoup d’originalité. C’est peut-être cela qui a attiré sur lui une sorte de polarisation dans les deux dernières semaines. À cela, il ne faut pas négliger l’aspect nationaliste, car il est considéré en Serbie comme un héros national et le Président de la République de Serbie Aleksandar Vucic est un fervent soutien de Novak Djokovic, au point parfois de mettre de l’huile sur le feu politique. Le Président a été un homme politique à l'origine d’extrême droite nationaliste puis a cofondé un parti conservateur et nationaliste pro-européen (favorable à l’adhésion de la Serbie dans l’Union Européenne).

L’Open d’Australie à Melbourne est l’un des quatre tournois du Grand Chelem et une compétition que Novak Djokovic a remportée 9 fois, dont trois fois de suite depuis 2019, et il comptait bien gagner une quatrième fois successive en 2022. C’est le tournoi qu’il a le plus gagné depuis 2008. Dans sa carrière de joueur, rater l’Open d’Australie est donc très grave. Il a surestimé ses capacités à sauter les barrières administratives, réglementaires et judiciaires (et sanitaires bien sûr).

Parlons maintenant de l’Australie. Le principe d’une île, même gigantesque, c’est plus un continent-île qu’une simple île, a fait que la doctrine sanitaire des autorités australiennes a toujours été très restrictive. L’objectif était le zéro covid, ce qui signifiait beaucoup de contraintes : des confinements localisés, en particulier à Sydney, Melbourne et Camberra, localisés ne signifie pas légers puisqu’il y a eu plusieurs dizaines de millions d’habitants qui ont été impactés par ce genre de restrictions "à la chinoise". D’ailleurs, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans ces villes pour contester une telle politique, et ce choix de renfermement a aussi engendré un grand retard à la vaccination. Le 1er août 2021, seulement 32,9% de la population avait reçu au moins une dose, ce qui était très faible mais mainteant rattrapé (au 15 janvier 2022, 81,4% de la population a reçu au moins une dose, ce qui est légèrement plus que la France, et 19,5% la troisième dose, ce qui à peu près la moitié du taux en France).

Il faut reconnaître que cette méthode, qui n’aurait jamais été acceptée dans un pays d’Europe ou d’Amérique, a été efficace puisque, en nombre de décès dus au covid-19, il y a eu, au 16 janvier 2022, "seulement" 2 673 décès, soit 103 décès par million d’habitants (dans les pays d’Europe occidentale, c’est autour de 20 fois plus). Toutefois, depuis Noël 2021, une quatrième vague est en train de surpasser tous les records de mortalité du covid-19, en passant du 1er janvier 2022 d’une moyenne de 5 à 10 décès par jour à une véritable courbe exponentielle avec plus de 50 décès par jour en moyenne le 15 janvier 2022.

Parmi les mesures très restrictives, il y a eu les entrées aériennes. Les protocoles étaient tellement drastiques que même les ressortissants australiens à l’étranger étaient interdits de rentrer dans leur pays pendant un certain temps, ensuite, pouvaient rentrer sous condition d’une période d’isolement de quatorze jours. Cela s’était assoupli dans les derniers mois, mais avec l’obligation de vaccination : aucune personne ne peut entrer en Australie sans avoir été vaccinée.

Donc, pour résumer, l’Australie a mis en place depuis 2020 des mesures sanitaires très contraignantes (beaucoup plus qu’en France), et cette politique a fonctionné jusqu’à la fin de l’année 2021 avec un contrôle des contaminations et une faible mortalité (20 fois moins qu’en Europe de l’Ouest). Les Australiens ont beaucoup souffert pour arriver à ce résultat et ne souhaitent donc pas voir leurs efforts "gâchés" par des arrivants étrangers. De plus, malgré la campagne de vaccination très dynamique, il y a, depuis le début de l’année 2022, une flambée épidémique très inquiétante qui a aussi effet sur les décès. Jusqu’au 15 décembre 2021, il n’y avait pas plus que 2 000 nouveaux cas par jour. Or, depuis la mi-décembre 2021, la flambée se mesure aussi avec les nouveaux cas, au nombre de 112 867 au 15 janvier 2022, sur une pente continue. Le gouvernement australien craignait donc de ne plus avoir la maîtrise de l’épidémie et la politique du zéro covid, longtemps définie comme l’objectif, est maintenant à revoir (la situation de la troisième semaine de janvier 2022 s'est nettement améliorée).

_yartiDjokovicNovak02

Alors, tout est posé pour le psychodrame tennistique des deux premières semaines du mois. Une personnalité exceptionnelle, une célébrité mondiale viendrait en Australie mais sans se prêter à la réglementation sanitaire. Novak Djokovic a refusé d’indiquer son statut vaccinal mais a confirmé le 4 janvier 2022 qu’il participerait à l’Open d’Australie. Il s’y est rendu dès le lendemain, 5 janvier 2022 où une dérogation médicale lui a été fournie pour éviter l’obligation d’être vacciné. Mais le Premier Ministre Scott Morrison, le même qui avait dénoncé la commande des sous-marins à la France, est intraitable et a voulu connaître les raisons de cette dérogation médicale et les contester. Le 5 janvier 2022, le visa du sportif serbe a donc été annulé et son expulsion programmée au 6 janvier 2022.

Cependant, grâce à ses (bons) avocats, Novak Djokovic a eu un sursis pour faire appel et a été logé dans un centre de rétention des personnes en situations irrégulières (on a les mêmes en France, enfin, non, c’est pire en Australie, au point que nos zélateurs de l’anti-immigration primaire citent régulièrement l’Australie comme un pays modèle).

Les avocats du joueur ont alors révélé que l’exemption vaccinale était justifiée car Novak Djokovic a eu un test covid positif le 16 décembre 2021. Stupeur : à cette date, Novak Djokovic n’était pas isolé et répondait à des interviews, se faisait photographier aux côtés de jeunes fans… Aucun isolement : soit le test positif est un mensonge, soit le joueur n’a pas respecté la règle (dans tous les pays) de s’isoler en cas de contamination. Qu’importe, un juge australien a rétabli son visa le 10 janvier 2022. Le Serbe a pu commencer son entraînement pour la compétition qui commençait la semaine suivante.

Le gouvernement a cependant de nouveau annulé le visa le14 janvier 2022. Le joueur a fait encore appel et en attendant, il est retourné dans un centre de rétention le lendemain. La cour fédérale a rejeté le recours dans la nuit du 15 au 16 janvier 2022 (heure de Paris, le matin du 16 en Australie), sans possibilité de faire appel. L’expulsion de Novak Djokovic par avion a eu lieu quelques heures plus tard. Il ne participerait donc pas à l’Open d’Australie 2022. Fin de l’histoire.

Pendant ces quinze jours de psychodrame, la figure de Novak Djokovic a été préemptée dans les réseaux sociaux par les antivax comme leur porte-parole involontaire dans leur contestation de la vaccination (d’où son surnom de Novax Djocovid). Figure populaire, appréciée de beaucoup de monde (y compris de personnes vaccinées, par exemple, Bruno Le Maire), il a, visiblement, sur ce sujet-là, trop misé sur une immunité administrative que sa célébrité, sa popularité et son talent de sportif auraient été susceptibles de lui apporter.

Heureusement, la loi est la règle pour tous, il n’y a aucune raison de faire des exceptions sous prétexte de vouloir privilégier un grand sportif, aussi sympathique soit-il, du moins dans un État de droit. Et cela d’autant plus que la réglementation sanitaire australienne a été élaborée (on peut la contester ou pas) pour ne pas mettre en danger la santé des Australiens, qui ont déjà très souffert des mesures de confinement (qui ont fait exploser le chômage et la paupérisation) et qui voient l’épidémie "s’exponentialiser" de manière inquiétante. Faire une exception aurait réduit à néant l’autorité du gouvernement australien qui doit déjà faire face à une forte (et violente) contestation. Le Président serbe a crié à la décision politique, et il a raison, c’était une décision très politique de ne tolérer aucune exception dans le dispositif sanitaire australien. Ce refus est même exemplaire.

Les antivax franco-français seraient donc bien inspiré de s’apercevoir qu’il existe ailleurs qu’en France des pays beaucoup moins "libéraux" que la France en matière de mesures sanitaires (je rappelle que le principe du passe vaccinal est bien moins "liberticide" qu’un confinement sévère).

Et ceux d’entre eux qui militent à tout va contre l’immigration peuvent aussi observer que lorsque leur héros est mis dans la même situation que des réfugiés clandestins ou des personnes en situation irrégulière qu’ils abhorrent, dans des hôtels ou centres de rétention, ils pourront alors repenser un peu mieux au respect qu’on doit à toute personne humaine, quelle qu’elle soit, quelle que soit sa situation administrative, car, comme pour le handicap, une situation d’immigré rejeté peut très vite arriver à tout le monde un jour ou l’autre, ne serait qu’en cas de catastrophe climatique

Pour conclure, laissons exprimer ce coup de gueule du docteur Michel Cymes le 12 janvier 2022 sur France 5 : « Djokovic est anti-vaccin. Il l’a dit et pas seulement avant l’Open d’Australie. C’est un antivax (…). Je trouve ça dramatique que quelqu’un qui représente l’exemplarité que doit avoir un sportif de haut niveau vis-à-vis des jeunes dise ouvertement qu’il est contre le vaccin. (…) Qu’il le soit, c’est son problème. Il n’a pas besoin de le dire parce qu’il sert de contre-exemple à la vaccination. ».


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 janvier 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Roland Garros.
Novak Djokovic.
Novax Djocovid.
Jean-Pierre Adams.
Bernard Tapie.
Kylian Mbappé.
Pierre Mazeaud.
Usain Bolt.

_yartiDjokovicNovak01





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220124-novak-djokovic.html

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/sports/article/apres-l-open-d-australie-novak-238926

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/01/19/39310588.html






 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 03:22

« On ne le dira jamais assez, la vaccination a changé la donne. Et nous devons poursuivre nos efforts, en dépit des résultats qui nous placent, grâce à une mobilisation exceptionnelle que l’histoire retiendra, parmi les nations les mieux vaccinées et donc les plus protégées au monde. » (Jean Castex, le 20 janvier 2022).




_yartiCovidFI02

Comme pour le passe sanitaire en mai 2021, l’adoption du passe vaccinal a été assez laborieuse au Parlement ces deux dernières semaines, preuve que l’esprit démocratique reste vif au sein des parlementaires pour ce treizième débat sur la gestion de la crise sanitaire depuis le début de la pandémie de covid-19.

Par sa décision n°2022-835 DC du 21 janvier 2022, le Conseil Constitutionnel vient de valider ce vendredi 21 janvier 2022 quasiment l’ensemble des dispositions retenues par le texte adopté définitivement le 16 janvier 2022 par les députés. "Quasiment" puisqu’il y a une disposition qu’il considère non-conforme à la Constitution, une disposition provenant d’un amendement de l’opposition accepté par la majorité dans le texte gouvernemental.

Reprenant le préambule de la Constitution de la Quatrième République, qui fait partie du "bloc de constitutionnalité" de la Cinquième République, les Sages se basent avant tout sur la garantie à tous de la protection de la santé : « Il découle un objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé. Il appartient au législateur d’assurer la conciliation entre cet objectif de valeur constitutionnelle et le respect des droits et libertés constitutionnellement garantis. Parmi ces droits figurent la liberté d’aller et de venir, composante de la liberté personnelle protégée par les articles 2 et 4 de la Déclaration de l’homme et du citoyen de 1789, le droit au respect de la vie privée garanti par cet article 2, ainsi que le droit d’expression collective des idées et des opinions résultant de l’article 11 de cette déclaration. ».

Le Conseil Constitutionnel admet donc qu’effectivement, certaines dispositions contestées par les parlementaires qui l’ont saisi portent effectivement atteinte à ces droits et libertés, mais convient que le législateur « a entendu permettre aux pouvoirs publics des mesures visant à lutter contre l’épidémie de covid-19 par le recours à la vaccination. Il a ainsi poursuivi l’objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé. ».

C’est très important d’insister sur ce fait : nous sommes dans la gestion d’une crise sanitaire, pas dans une promenade en forêt. Il y a urgence à renforcer le taux de vaccination du pays pour limiter les dégâts humains (décès, traumatismes après séjour en réanimation ou covid long) sur des centaines de milliers de Français. Du reste, si le gouvernement n’avait pas pris comme priorité cette protection de la santé à tous les Français, il aurait été, avec raison, fortement critiqué par ceux qui se soucient de la santé et de la vie des Français.

Le Conseil Constitutionnel rappelle que, selon les avis du comité de scientifiques du 24 décembre 2021 et du 13 janvier 2022, « les personnes vaccinées présentent des risques de transmission du virus de la covid-19 et de développement d’une forme grave de la maladie bien plus faible que les personnes non-vaccinées » (voir plus loin).

Il insiste par ailleurs « qu’il ne lui appartient pas de remettre en cause l’appréciation par le législateur de ce risque [de propagation de l’épidémie] ni de rechercher si l’objectif de protection de la santé aurait pu être atteint par d’autres voies ». Il souligne également que ces dispositions provisoires (limitées dans le temps, jusqu’au 31 juillet 2022) « doivent être strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu. Il y est mis fin sans délai lorsqu’elles ne sont plus nécessaires. ». Mais cette considération est très subjective et aucun scientifique ne serait capable de dire à partir de quels seuils du taux d’incidence, du taux de vaccination du taux de positivité des tests ou du taux de saturation des lits de réanimation ces dispositions seraient nécessaires ou superflues.

Le Conseil Constitutionnel émet la réserve que « ces dispositions ne sauraient être regardées, eu égard à la nature des lieux et des activités qui y sont exercées, comme instaurant une obligation de vaccination ».

En particulier, le Conseil Constitutionnel invalide la disposition permettant aux organisateurs d’une réunion politique d’en subordonner l’accès à la présentation d’un passe vaccinal. Il rappelle en effet l’article 11 de la Déclaration de 1789 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. ». Il en déduit que « le droit d’expression collective des idées et des opinions est d’autant plus précieuse que son exercice est une condition de la démocratie et l’une des garanties du respect des autres droits et libertés ».

Ainsi, il considère que l’obligation de passe vaccinal pour l’accès aux réunions politiques n’est pas conforme à la Constitution : « Les dispositions contestées n’opèrent pas une conciliation équilibrée entre les exigences constitutionnelles précitées. Il les déclare contraires à la Constitution. Il demeure loisible aux responsables des réunions politiques de prendre toutes mesures de précaution sanitaire utiles, telles que la limitation du nombre de participants, la distribution de masques ou l’aération des salles. ».

À ceux qui s’étonnent que le virus ne se propagerait pas dans les salles de meeting politique mais dans les cinémas, les théâtres ou les gymnases, il faut leur dire qu’il ne s’agit pas là du virus mais toujours de deux exigences à valeur constitutionnelle antagonistes, la protection de la santé versus les libertés, or, la liberté de réunion politique est constitutionnellement considérée ici comme plus importante que la protection de la santé (« un des droits les plus précieux »).

Alors que la liberté d’aller au cinéma ou dans d’autres lieux culturels et sociaux est de même importance que la protection de la santé et ce n’est donc pas au Conseil Constitutionnel de dire si l’équilibre des exigences est fait correctement ou pas par le Parlement. Cela peut, certes, amener certains artistes à vouloir faire de la politique rien que pour pouvoir réunir les foules sans l’obligation du passe vaccinal. Mais l’application de la loi sera toujours faite selon la bonne ou la mauvaise foi des personnes et si la mauvaise foi est observée, on pourra dire qu’il y a eu volonté de contourner l’esprit de la loi (juridiquement, la possibilité alors d’une sanction pourra être discutée devant un juge qui, seul, est chargé d’interpréter la loi).

_yartiCovidEB03

Le Premier Ministre Jean Castex a précisé lors de sa conférence de presse du 20 janvier 2022 que le passe vaccinal entrera en application le lundi 24 janvier 2022. L’objectif du gouvernement avait été le 15 janvier 2022, la démocratie a fait perdre neuf jours, et personne ne pourra dire combien de vies humaines aura coûté ce devoir de démocratie.

La disposition principale est donc la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal pour les personnes âgées de 16 ans et plus, l’application du passe sanitaire restant applicable pour les adolescents entre 12 ans et 16 ans. Cela signifie qu’il faudra présenter une preuve de vaccination anti-covid-19 au parcours achevé, à savoir, dans le cas ordinaire, trois doses : un deuxième dose trois semaine après la deuxième dose, et une troisième dose entre quatre et sept mois après la deuxième dose.

Le Premier Ministre veut amplifier le mouvement de primovaccinations en "soldant" le passe vaccinal pendant ses trois premières semaines d’application : « Je vous annonce que nous allons permettre à celles et ceux qui feront leur première dose d’ici [au] 15 février de bénéficier d’un passe vaccinal valide, à deux conditions : bien faire leur deuxième dose un mois plus tard et, dans l’intervalle, justifier également d’un test négatif de moins de 24 heures. ». C’est aussi une réponse à l’une des réserves du Conseil Constitutionnel.

De plus, ce qui a été souligné dans la décision du Conseil Constitutionnel, la loi garde la possibilité, en cas de « motif impérieux d’ordre familial ou de santé » de prendre un train (par exemple) sans exiger aucun document sanitaire, si ce n’est un dépistage négatif.

_yartiCovidFI01

Je me permet maintenant un petit commentaire autour de la question : l’application du passe vaccinal est-elle arrivée trop vu la situation épidémique ?

À cette question, on entend dans les médias des étranges réponses. Le calendrier de la fin des restrictions sanitaires présenté par Jean Castex et Olivier Véran le 20 janvier 2022 est lui-même étrange : d’une part, on ne peut pas dire qu’il y avait beaucoup de restrictions (au contraire de nos voisins néerlandais, allemands, autrichiens, etc.), à part le passe sanitaire ; d’autre part, ce calendrier qui donne une visibilité d’un mois (2 février 2022 : fin de l’obligation du télétravail qui passe à une recommandation, c’est sans doute la mesure la plus importante ; 16 février 2022, fin des autres restrictions) semble inadapté dans la mesure où il n’est pas conditionné à un seuil de taux d’incidence ou d’occupation des lits de réanimation. Ce calendrier est donc uniquement politique, et on pouvait presque entendre des journalistes dire : le gouvernement décide de ranger dans un tiroir le virus pour pouvoir enfin commencer la campagne électorale ! Comme s’il était le maître des horloges virales !

Dans sa conférence de presse, en tout cas, Jean Castex n’a rien dit de tel, il est resté prudent avec un œil ouvert sur l’optimisme : « Cette vague exceptionnelle n’est pas terminée. Mais je crois pouvoir vous dire que la situation commence à évoluer plus favorablement. ».

La première tentative de réponse à la question sur l’utilité du passe vaccinal n’est pas spéculative mais factuelle : l’annonce du passe vaccinal a été faite le 17 décembre 2021 au soir, à l’issue d’un conseil de défense sanitaire. Elle a provoqué un sursaut de la primovaccination. Entre le 17 décembre 2021 et le 21 janvier 2022, soit à peu près un mois, il y a eu plus de 1,3 million de primovaccinations supplémentaires, ce qui est considérable. Rien que cet effet montre que le passe vaccinal a déjà été utile dans l’incitation à la vaccination.

Mais ce n’est pas suffisant pour parler de l’avenir proche, or, la situation épidémique est loin d’être rassurante même si elle est contrastée.

En ce moment, on a le taux d’incidence le plus fort jamais enregistré depuis le début de la crise sanitaire et cela va continuer encore à monter ces prochaines jours : 3 600 nouveaux cas par 100 000 habitants pour une semaine, avec 323 000 nouveaux cas par jour, en moyenne sur une semaine le 18 janvier 2022, en augmentation de 19%. Les hospitalisations conventionnelles ne cessent pas de monter avec 28 500 patients le 21 janvier 2022, en augmentation de 16% en une semaine. Les décès à l’hôpital aussi sont encore en augmentation, 221 décès par jour, en moyenne sur une semaine, le 21 janvier 2022, une augmentation de 7% en une semaine. Le taux de positivité des tests est énorme, de 28% au 18 janvier 2022. Il faut savoir que le changement du protocole sanitaire dans les écoles a concrètement réduit les tests sur les enfants asymptomatiques. Ce taux pourrait continuer à grimper dans les prochains alors que le taux d’incidence baisserait, car l’application du taux vaccinal rendra inutile le test négatif pour le passe sanitaire.

Seuls, trois (ou quatre) éléments peuvent donner de l’espoir : la meilleure nouvelle, c’est la baisse des admissions en réanimation qui est désormais confirmée depuis quatre ou cinq jours, elle est lente mais semble validée. Cela va avec la quasi-disparition du variant delta dans les nouvelles contaminations (un rapport 3%-97%). Or, le variant omicron semble beaucoup moins grave pour les personnes vaccinées (il y a cependant environ 20% des personnes en réanimation du fait du variant omicron). Le troisième élément est le taux de reproduction effectif qui semble toujours décroître et se rapproche de 1 (en dessous duquel l’épidémie sera en "décrue"). Je rajoute aussi un quatrième élément : la décrue d’omicron est réelle en Île-de-France qui a été "attaquée" parmi les premières régions, ce qui laisse dire que les autres régions, plus tardives, vont elles aussi suivre. Au Royaume-Uni, la région de Londres avait aussi une dizaine de jours d’avance sur le reste du pays.

Une chose est pourtant difficilement explicable, la reprise de l’épidémie depuis environ quatre jours. Initialement, le sommet du "pic" aurait dû avoir lieu vers le 15 janvier 2022 et effectivement, il y a eu un petit plateau puis c’est remonté à la hausse de manière soudaine. L’une des explications, c’est le changement du protocole à l’école, moins rigoureux, ce qui aurait pu faire rebondir les contaminations.

Mais il y a une autre possibilité mise en avant par des épidémiologistes depuis le 19 janvier 2022, celle de l’apparition d’un nouveau variant, un sous-variant d’omicron appelé BA2 (l’omicron s’était appelé BA1). En effet, on l’observe au Danemark, champion du séquençage, qui voyait l’épidémie décroître puis, en une semaine, le taux d’incidence est remonté de 47% : la décrue venait du variant omicron, mais une autre vague est arrivée parallèlement avec le sous-variant BA2. Ce sous-variant semble avoir commencé à coloniser l’Afrique du Sud, l’Australie, les États-Unis, et d’autres pays. En France, c’est difficile à dire mais cette explication aurait le mérite d’un comportement identique à celui du Danemark, ce qui ajouterait à la cohérence. Ce sous-variant est difficile à détecter en France car il nécessite d’autres méthodes de séquençage. Et a priori, selon les données sanitaires du Danemark, ce sous-variant ne serait pas plus agressif que l’omicron (peu de réanimation, montée parallèle des hospitalisations conventionnelles, en séjours de trois jours), mais encore plus contaminant.

Cela démontre qu’il faut toujours contrôler les contaminations : les observer (tester et séquencer) mais aussi les freiner, car plus le virus se reproduit, plus les variants et sous-variants peuvent apparaître. L’intérêt du passe vaccinal est d’ailleurs là : on ne connaît pas l’avenir, mais il est probable qu’on n’ait pas fini avec le covid avant l’été 2022, voire plus loin. La seule solution, si on veut garder sa liberté de mouvement et de vie tout court, c’est la vaccination qui protège des formes graves et qui freine les contaminations.

Quand l’extension du passe sanitaire a été applicable, au milieu du mois d’août 2021, on en était presque au sommet de la quatrième vague et certains, là encore, avaient affirmé qu’il n’était plus utile. On ne savait pas qu’il y aurait une seconde vague du variant delta (très mortifère) et une vague du variant omicron au moment (fin novembre 2021) où on pensait en finir avec cette vague d’automne. Le passe vaccinal est le contrat d’assurance pour éviter d’être trop perturbé par le virus et ses variants dans la vie de tous les jours. C’est donc un outil qui, au contraire, est le bienvenu pour anticiper les vagues suivantes.

De nombreux cas de personnalités qui ont refusé de se faire vacciner et se croyaient à l’abri d’une forme grave car elles se croyaient en bonne santé (et l’étaient probablement) se sont retrouvées en réanimation puis, hélas, ont décédé. Les frères Bogdanoff sont sans doute les exemples les plus connus, alors qu’ils n’étaient pas antivax. Au début de la semaine, il y a eu aussi le cas de cette chanteuse de 57 ans qui n’était pas vaccinée alors que son mari et son enfant étaient vaccinés et avaient contracté le virus. Elle s’était laissée contaminer, croyant qu’elle ne risquerait rien, et hélas, elle en est morte après un passage en réanimation. Ces cas sont trop nombreux hélas, mais peuvent donner l’alarme à ceux qui n’ont pas encore acquis cette lucidité.

Le variant omicron est peut-être moins grave mais il reste grave. Jean Castex a mis en garde le 20 janvier 2022 : « Je vous le dis clairement : même atténué, ce virus n’a rien d’anodin. Il ne s’agit absolument pas d’une simple grippe. Un seul chiffre pour le démontrer : au cours d’une année normale, l’épidémie de grippe provoque en moyenne 10 000 hospitalisations sur toute la période de l’hiver ; avec omicron, nous atteignons ce chiffre non pas en trois mois mais en cinq jours seulement. ».

Le covid-19, même son variant omicron, est une véritable saloperie, c’est une loterie, c’est la roulette russe, on ne sait pas prévoir qui développera la forme grave ou qui ne développera pas la forme grave. Sauf qu’on sait que les personnes vaccinées sont beaucoup plus protégées que les autres. Jean Castex l’a répété : « Oui, les caractéristiques de ce variant [omicron] font qu’on peut facilement attraper le virus en étant vacciné, mais, là aussi, deux chiffres très parlants : une personne complètement vaccinée a 4,5 fois moins de risques d’attraper la covid et surtout 25 fois moins de risques d’être hospitalisée en soins critiques, c’est-à-dire avec des formes graves, par rapport à une personne non-vaccinée. ».

Cela donne à réfléchir, et ce ne serait pas une honte de changer d’avis, les vaccins à ARN messager ont été administrés sur plus de 2 milliards de personnes, depuis plus d’un an, voire un an et demi pour les premiers essais, aucun vaccin n'a été autant éprouvé que ceux-là ; ils ne présentent aucun danger particulier à grande échelle, et ils ont montré leur efficacité pour prévenir la forme grave de la maladie, cela devient une véritable hérésie contre-scientifique de ne pas vouloir se faire vacciner face à un tel danger.

Plus de 1,3 million de personne ont changé d’avis en un mois, et je ne doute pas que d’autres, bien que tardivement, suivront. Il reste moins de 7% des personnes de plus de 12 ans à n’avoir reçu aucune dose. C’est très peu. À peine 4 millions de personnes. Toutes en danger de mort tant que le SARS-CoV-2 continue à circuler dans le monde. Donc, oui, bien sûr, le passe vaccinal restera d’actualité et d’ailleurs, il a déjà été largement adopté par les citoyens massivement vaccinés qui, soucieux de leurs droits et libertés, comprennent que pour vivre normalement, il faut vivre temporairement avec cette contrainte finalement mineure et peu coûteuse quand on regarde l’autre côté de la balance, la réanimation voire la morgue.

En tout cas, la réponse du gouvernement est sans ambiguïté, le passe vaccinal sera le principal outil sanitaire des pouvoirs publics pour permettre de lutter contre l’épidémie tout en continuant à vivre (économiquement et socialement) "normalement" : « La transformation du passe sanitaire en passe vaccinal est une évolution nécessaire et cohérente. Elle est nécessaire si nous voulons préserver et amplifier notre couverture vaccinale, aussi bien aujourd’hui que demain en cas de nouveaux variants ; elle est cohérente car elle assume de faire peser clairement la contrainte sur les non-vaccinés et dès lors, de pouvoir lever les mesures de freinage que nous avons prises pour contrer la dernière vague. ».


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 janvier 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Passe vaccinal (3) : validé par le Conseil Constitutionnel, il entre en vigueur le 24 janvier 2022.
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidDU04





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220121-covid-fi-passe-vaccinal.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/passe-vaccinal-3-valide-par-le-238856

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/01/21/39314936.html







 

 



 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2022 2 18 /01 /janvier /2022 17:14

« Cette pandémie est loin d’être terminée et avec l’incroyable croissance d’omicron au niveau mondial, de nouveaux variants sont susceptibles d’apparaître. » (Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, lors de sa conférence de presse du 18 janvier 2022).



_yartiCovidEX02

Je souhaite faire le point sur l’épidémie de covid-19 en France, qui subit une double vague, celle du variant delta et celle du variant omicron. Certains médecins et plus encore journalistes ont commencé à être optimistes la semaine dernière en croyant voir arriver le fond du tunnel, ou plutôt, le sommet de la vague. Et puis, ce mardi 18 janvier 2022, c’est la douche froide ; le nombre de nouveaux cas positifs détectés en France pour les 24 dernières heures est le record depuis la première vague (en mars-avril 2020, il n’y avait pas la possibilité de dépister tout le monde) : 464 769 cas !

Malgré ce chiffre particulièrement effrayant, et malgré les déclaration alarmistes du directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus le 18 janvier 2022, je souhaite rester plutôt optimiste, avec toute la prudence possible et même si on aurait pu s’attendre à une amélioration plus rapide.

Restons d’abord uniquement au dépistage. Les deux premières semaines, autour de 400 000 enfants ont été dépistés positifs, c’est beaucoup mais on voit bien que sur la somme des personnes positives au covid-19, cela représente une faible part, autour de 10% (à la louche, je n’ai pas les chiffres précis des enfants contaminés). Sur les sept derniers jours, il y a eu 2,07 millions de contaminations en France, soit une augmentation de 10% par rapport aux sept jours précédents. Cela place tristement la France, depuis le début du mois de janvier 2022, à la deuxième place pour le nombre de cas, derrière les États-Unis mais devant le Royaume-Uni en pleine décrue. Cela ne durera pas car hélas, d’autres pays sont en flambée épidémique avec un peu de retard sur la France, en particulier l’Inde et le Brésil.

_yartiCovidFH01

Après un petit plateau la semaine dernière, cela semble repartir très fort. La France a une politique de tests très nombreux, mais cela n’explique pas la forte hausse des contaminations depuis quatre semaines. Au contraire, le taux de positivité (le rapport des tests positifs sur l’ensemble des tests) a grimpé malgré la hausse des tests (très forte dans les deux premières semaines avec le protocole sanitaire à l’école : la deuxième semaine de janvier 2022, ont été réalisés 11 600 000 tests). En France, on critique toujours : il y a deux ans, on critiquait (avec raison) le manque de tests, et maintenant, on critique (à tort) qu’on fasse trop de tests. En tout depuis le début de la crise sanitaire, 212 millions de tests ont été réalisés en France, soit plus de 3 tests par personne.

_yartiCovidFH03

La question des tests à l’école est effectivement un sujet. Une candidate à l’élection présidentielle a parlé de "maltraitance" pour caractériser abusivement le fait que le gouvernement a voulu garder les écoles ouvertes. C’est un choix en conscience du gouvernement, laisser ouvertes les écoles pour ne pas pénaliser les enfants, l’expérience du premier confinement ayant été psychologiquement très traumatisante. Ce choix, il a fallu l’assumer par une politique de tests. Le troisième protocole a simplifié la procédure avec trois autotests dans le cas où l’enfant est cas contact.

En clair, depuis le dernier changement, il y a donc eu moins de tests (car les autotests ne sont pas pris en compte), si bien que le taux de positivité qui est proche de 23% ne signifie plus grand-chose à cause de la baisse du nombre de tests (en revanche, avant, il avait grimpé jusqu’à 20%, ce qui était significatif). Ce brutal rebond (qu’il conviendrait d’analyser : est-ce dans les écoles ?) pourrait donc provenir du dernier changement de protocole : les autotests donnent des résultats moins rigoureux (moins encadrés) et les contaminations pourraient alors repartir à la hausse dans les classes.

Si les écoles avaient été fermées au début du mois de janvier 2022, elles auraient été encore fermées aujourd’hui, et il aurait été très difficile de les rouvrir en raison du taux d’incidence (il aurait fallu définir un seuil). Bref, le gouvernement a préféré laisser les écoles ouvertes, quitte à fermer environ 10 000 classes pour éviter des foyers de contamination, à fermer toutes les classes et désorganiser non seulement le travail dans les écoles mais aussi la vie économique (le travail des parents).

Le taux d’incidence national est de l’ordre de 3 160 nouveaux cas par semaine pour 100 000 habitants, ce qui est très fort (l’objectif est d’être inférieur à 50 !). Au 18 janvier 2022, 5,2 millions de personnes en France sont contaminantes, ce qui fait environ 8% de la population. Cela signifie que si vous croisez 100 personnes en ville, 8 sont contaminées. Statistiquement oui, mais concrètement, non, car lorsqu’on est contaminé, on doit rester isolé sept jours, ce qui signifie qu’en ville, en principe, on ne devrait jamais croiser de personnes dépistées positives.

C’est la partie angoissante de la situation, les contaminations continuent à progresser. Mais si l’on regarde le taux effectif de reproduction, le R0, celui-ci, après un pic à 1,61, est en train de redescendre progressivement et au 14 janvier 2022, il est à 1,27. Ce qui est cohérent : toujours supérieur à 1, l’épidémie s’aggrave encore, les contaminations montent encore, mais la pente diminue et on peut espérer que la descente prochaine soit aussi forte que la montée. En tout cas, pour l’instant, on n’est pas encore au sommet.

_yartiCovidFH02

Autre raison de se rassurer, l’occupation des lits en réanimation. Ce n’est pas encore évident, mais depuis quatre jours, le nombre de patients en réanimation pour cause de covid-19 a arrêté de monter, il semble stable voire redescend. Il est au 18 janvier 2022 à 3 881 et n’a pas dépassé le seuil des 4 000 : c’est encore beaucoup mais c’est gérable. Cela n’empêche pas que la pandémie a fait beaucoup de dégâts, en tout 127 638 décès depuis le début de la pandémie, dont 100 339 à l’hôpital.

_yartiCovidFH04

L’autre chiffre brutal du jour est le nombre de décès dans la journée, 375, ce qui est beaucoup plus élevé que la moyenne (autour de 220 par jour) à cause de la prise en compte ponctuelle des décès dans les EHPAD et assimilés. Néanmoins, le nombre de décès semble, lui aussi, se stabiliser (seulement +3% cette semaine par rapport à la semaine précédente). C’est, là aussi, un indicateur rassurant, non que ce soit satisfaisant qu’il y ait encore autant de victimes (je ne m’y ferais jamais), mais qu’on semble, là aussi, atteindre le sommet de la vague en termes de décès.

_yartiCovidFH05

En revanche, les hospitalisations conventionnelles continuent à progresser sans freinage. Le 18 janvier 2022, il y a eu 3 509 entrées à l’hôpital, soit 694 de plus que la veille, ce qui fait 26 526 hospitalisations pour covid-19 en tout (750 de plus).

_yartiCovidFH06

La raison de cette incohérence de tendances, forte hausse des contaminations, forte hausse des hospitalisations conventionnelles, stabilisation des occupations en réanimation et stabilisation des décès, c’est la différence entre les variants. Désormais, au 15 janvier 2022, 96% des contaminations étaient le fait du variant omicron, et 4% du variant delta, en pleine chute. Cet effondrement des contaminations delta explique cette stabilisation (et bientôt baisse) des cas très graves. Tandis que l’omicron engendre sa part d’hospitalisation conventionnelles, apparemment au séjour beaucoup plus court (deux à trois jours) que pour les contaminations à delta (trois semaines).

_yartiCovidFH08

Encore récemment, il y avait 80 000 contaminations au delta par jour, ce qui était énorme, même si c’était faible par rapport à l’omicron. Le taux au 18 janvier 2022 n’est pas encore connu mais devrait donc être inférieur à 4%. Si on applique ce taux sur le nombre de contaminations, on obtient un nombre majoré des contaminations au delta, de l’ordre de 15 000 à 20 000. C’est encore beaucoup mais cela limite la casse humaine.

Malgré les deux chiffres catastrophiques du 18 janvier 2022 (nombre de nouveaux cas, nombre de nouveaux décès), la situation est en cours d’amélioration. Mais l’effort doit bien sûr rester avec les deux principes généraux pour limiter les contaminations : les gestes barrières et la vaccination.

Cela montre aussi que les améliorations restent fragiles et qu’un rien peut déséquilibrer une situation en progrès. Il faut toujours être prudent, même sans vouloir cauchemarder comme le directeur général de l’OMS qui craint un nouveau variant. Il paraît maintenant confirmé que la vague d’omicron en France n’aura pas la même gravité dans les hôpitaux que la vague delta, ce qui était déjà observé en Afrique du Sud, au Royaume-Uni, au Danemark et dans d’autres pays ayant subi l’omicron.

Parmi les patients en réanimation et ceux décédés à cause du covid-19, il y a une surreprésentation des personnes non-vaccinées ou dont le parcours vaccinal n’est pas achevé (troisième dose avant six mois). Cela justifie la politique du gouvernement du passe vaccinal qui a été adoptée définitivement le 16 janvier 2022 par l’Assemblée Nationale. La date de son application dépend du délai de l’avis en conformité du Conseil Constitutionnel, saisi par les parlementaires de l’opposition. Ce passe vaccinal a surtout pour but d’inciter à la vaccination, et il faut bien dire qu’avant même son application, les résultats sont là.

Au 18 janvier 2022, il y a eu 53 623 212 personnes qui ont reçu au moins une dose ; 52 329 034 au moins deux doses et 32 421 168 au moins trois doses. Ce sont des données très fortes qui montrent la grande efficacité de la campagne de vaccination. Et il faut aussi revoir les chiffres qui ont largement évolué depuis plusieurs semaines. Ainsi, il n’y a que 7,0% des Français de plus de 12 ans qui n’ont reçu aucune dose de vaccin, c’est très faible (79,6% de la population totale a reçu au moins une dose). La dose de rappel aussi est très suivie : 56,2% des Français de plus 12 ans l’ont déjà reçue et ceux qui ne l’ont pas reçue, pour la plupart, ont eu leur deuxième dose il y a moins de sept mois (le ministère a indiqué que 560 000 Français ont vu leur passe sanitaire désactivé le 15 janvier 2022 pour ne pas avoir reçu la dose de rappel à temps).

Par tranche d’âge, il y avait, en septembre 2021, ce problème des personnes de 80 ans et plus qui n’étaient vacciné qu’à moins de 80% (en première injection). Petit à petit, mine de rien, ce pourcentage est monté au 16 janvier 2022 à 88,2%, soit un peu plus que 500 000 personnes non-vaccinées de 80 ans et plus (depuis des semaines, il y a eu une lente progression à raison de 0,1% tous les deux ou trois jours). Ce n’est pas autant que les 70 ans à 80 ans, vaccinés en première dose à …99% ! mais c’est devenu cependant remarquable. Les réfractaires sont ultraminoritaires. Dans la population de plus de 12 ans, ils ne sont plus que 4,2 millions environ.

Même les 12 ans à 18 ans, ils sont à plus de 83% primovaccinés. Le projet de loi voté le 16 janvier 2022 fait d’ailleurs la distinction entre les mineurs : les 12 ans à 16 ans garderont l’obligation du passe sanitaire, et les plus de 16 ans devront posséder le passe vaccinal, ce qui correspond à l’esprit de responsabilité, puisque les mineurs de 16 ans et plus peuvent se faire vacciner sans l’autorisation de leurs parents.

En revanche, la démarche de faire vacciner ses enfants de moins de 12 ans (ils sont 9,5 millions) n’a pas été très suivie par les parents, sans doute parce que basée sur le volontariat pur, sans incitation par le passe sanitaire : moins de 2% des enfants de moins de 12 ans ont reçu au moins une dose. Je pense que le gouvernement n’insistera pas pour cette tranche d’âge (hors enfants fragiles).

La vaccination a montré la grande efficacité pour limiter la forme grave en cas de contamination au delta. Il suffit de voir le nombre de décès il y a un an, entre janvier et avril 2021 et maintenant. Il est, me semble-t-il, encore trop tôt pour connaître l’efficacité de la vaccination contre la forme grave en cas de contamination à l’omicron.

C’est la logique du passe vaccinal : on ne pourra jamais empêcher les contaminations, surtout à un variant comme l’omicron, à moins d’avoir une politique "à la chinoise", c’est-à-dire un confinement d’une zone de 10 millions d’habitants en cas de dépistage d’une centaine de nouveaux cas. En revanche, grâce à la vaccination, on a très peu de risque de se retrouver en réanimation. La vaccination est donc le seul moyen de pouvoir revivre "normalement" (sans confinement) sans qu’il n’y ait plus de dégâts sur la santé qu’une grippe. C’est pour cela qu’il faut tendre vers un taux de 100% de vaccination (un idéal mais certainement pas réaliste), avec renouvellement éventuel des doses si nécessaire. L’importance est d’être tous protégé. C’est le moindre mal face à un fléau qui a déjà coûté au moins 5,6 millions de vies à l’ensemble de l’humanité.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 janvier 2022)
http://www.rakotoarison.eu


(Les 7 graphiques proviennent de l’excellent site de Guillaume Rozier, covidtracker.fr).


Pour aller plus loin :
Où en est la pandémie de covid-19 ce 18 janvier 2022 en France ?
Novak Djokovic.
Passe vaccinal (2) : Claude Malhuret charge lourdement les antivax.
Discours de Claude Malhuret le 11 janvier 2022 au Sénat (texte intégral et vidéo).
Les Français en ont marre des antivax !
Passe vaccinal (1) : quel député a voté quoi ?
Claude Malhuret le 4 mai 2020.

_yartiCovidDU04





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220118-covid-fh-pandemie.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/ou-en-est-la-pandemie-de-covid-19-238776

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/01/18/39310393.html








 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 13:36

« Djokovic est anti-vaccin. Il l’a dit et pas seulement avant l’Open d’Australie. C’est un antivax (…). Je trouve ça dramatique que quelqu’un qui représente l’exemplarité que doit avoir un sportif de haut niveau vis-à-vis des jeunes dise ouvertement qu’il est contre le vaccin. (…) Qu’il le soit, c’est son problème. Il n’a pas besoin de le dire parce qu’il sert de contre-exemple à la vaccination. » (Dr. Michel Cymes, le 12 janvier 2022 sur France 5).




_yartiDjokovicNovak01

Le joueur de tennis serbe Novak Djokovic a été expulsé d’Australie ce dimanche 16 janvier 2022. La raison ? Il ne s’est pas mis en conformité avec les règles sanitaires du pays. Ainsi, il ne va pas participer à l’Open d’Australie qui commence le lendemain, alors qu’il avait participé au tirage au sort le 13 janvier 2022.

Il n’est pas question ici de disserter sur son talent de sportif reconnu par tous. Il est considéré comme le numéro un mondial du tennis depuis le 3 février 2020, et même l’un des meilleurs joueurs de tennis de tous les temps avec Roger Federer et Rafael Nadal. Il a multiplié les records, il a été pendant 355 semaines en tête du classement ATP, dont 122 semaines consécutives entre 2014 et 2016. À 34 ans, ce qui est déjà âgé, après dix-huit ans d’exercice, il a remporté 86 victoires sur le circuit ATP, dont 20 tournois du Grand Chelem.

La personnalité de Novak Djokovic est également très forte, il n’hésite pas à utiliser son grand sens de l’humour et à montrer beaucoup d’originalité. C’est peut-être cela qui a attiré sur lui une sorte de polarisation dans les deux dernières semaines. À cela, il ne faut pas négliger l’aspect nationaliste, car il est considéré en Serbie comme un héros national et le Président de la République de Serbie Aleksandar Vucic est un fervent soutien de Novak Djokovic, au point parfois de mettre de l’huile sur le feu politique. Le Président a été un homme politique d’abord d’extrême droite nationaliste puis a cofondé un parti conservateur et nationaliste pro-européen (favorable à l’adhésion de la Serbie dans l’Union Européenne).

L’Open d’Australie à Melbourne est l’un des quatre tournois du Grand Chelem et une compétition que Novak Djokovic a remportée 9 fois, dont trois fois de suite depuis 2019, et il comptait bien gagner une quatrième fois successive en 2022. C’est le tournoi qu’il a le plus gagné depuis 2008. Dans sa carrière de joueur, rater l’Open d’Australie est donc grave. Il a surestimé ses capacités à sauter les barrières administratives et judiciaires (et sanitaires bien sûr).

Parlons maintenant de l’Australie. Le principe d’une île, même gigantesque, c’est plus un continent-île qu’une simple île, a fait que la doctrine sanitaire des autorités australiennes a été très restrictive. L’objectif était le zéro covid, ce qui signifiait beaucoup de contraintes : des confinements localisés, en particulier à Sydney, Melbourne et Camberra, localisés ne signifie pas légers puisqu’il y a eu plusieurs dizaines de millions d’habitants qui ont été impactés ce genre de restrictions "à la chinoise". D’ailleurs, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans ces villes pour contester une telle politique, et ce choix de renfermement a aussi engendré un grand retard à la vaccination. Le 1er août 2021, seulement 32,9% de la population avait reçu au moins une dose, ce qui était très faible (au 15 janvier 2022, 81,4% de la population a reçu au moins une dose, ce qui est légèrement plus que la France, et 19,5% la troisième dose, ce qui à peu près la moitié du taux en France).

Il faut reconnaître que cette méthode, qui n’aurait jamais été acceptée dans un pays d’Europe ou d’Amérique, a été efficace puisque, en nombre de décès dus au covid-19, il y a eu, au 16 janvier 2022, 2 673 décès, soit 103 décès par million d’habitants (dans les pays d’Europe occidentale, c’est autour de 20 fois plus). Toutefois, depuis Noël 2021, une quatrième vague est en train de surpasser tous les records de mortalité du covid-19, en passant du 1er janvier 2022 d’une moyenne de 5 à 10 décès par jour à une véritable courbe exponentielle avec plus de 50 décès par jour en moyenne le 15 janvier 2022.

Parmi les mesures très restrictives, il y a eu les entrées aériennes. Les protocoles étaient tellement drastiques que même les ressortissants australiens à l’étranger étaient interdits de rentrer dans leur pays pendant un certain temps, ensuite, pouvaient rentrer sous condition d’une période d’isolement de quatorze jours. Cela s’était assoupli dans les derniers mois, mais avec l’obligation de vaccination : aucune personne ne peut entrer en Australie sans avoir été vaccinée.

Donc, pour résumer, l’Australie a mis en place depuis 2020 des mesures sanitaires très contraignantes (beaucoup plus qu’en France), et cette politique a fonctionné jusqu’à la fin de l’année 2021 avec un contrôle des contaminations et une faible mortalité (20 fois moins qu’en Europe de l’Ouest). Les Australiens ont beaucoup souffert pour arriver à ce résultat et ne souhaitent donc pas voir leurs efforts "gâchés" par des arrivants étrangers. De plus, malgré la campagne de vaccination très dynamique, il y a, depuis le début de l’année 2022, une flambée épidémique très inquiétante qui a aussi effet sur les décès. Jusqu’au 15 décembre 2021, il n’y avait pas plus que 2 000 nouveaux cas par jour. Or, depuis la mi-décembre 2021, la flambée se mesure aussi avec les nouveaux cas, au nombre de 112 867 au 15 janvier 2022, sur une pente continue. Le gouvernement australien craint donc de ne plus avoir la maîtrise de l’épidémie et la politique du zéro covid, longtemps définie comme l’objectif, est maintenant à revoir.

_yartiDjokovicNovak02

Alors, tout est posé pour le psychodrame tennistique de ces derniers quinze jours. Une personnalité exceptionnelle, une célébrité mondiale viendrait en Australie mais sans se prêter à la réglementation sanitaire. Novak Djokovic a refusé d’indiquer son statut vaccinal mais a confirmé le 4 janvier 2022 qu’il participerait à l’Open d’Australie. Il s’y est rendu dès le lendemain, 5 janvier 2022 où une dérogation médicale lui a été fournie pour éviter l’obligation d’être vacciné. Mais le Premier Ministre Scott Morrison, le même qui avait dénoncé la commande des sous-marins à la France, est intraitable et a voulu connaître les raisons de cette dérogation médicale et les contester. Le 5 janvier 2022, le visa du sportif serbe a donc été annulé et son expulsion programmée au 6 janvier 2022.

Cependant, grâce à ses (bons) avocats, Novak Djokovic a eu un sursis pour faire appel et a été logé dans un centre de rétention des personnes en situations irrégulières (on a les mêmes en France, enfin, non, c’est pire en Australie, au point que nos zélateurs de l’anti-immigration primaire citent régulièrement l’Australie comme un pays modèle).

Les avocats du joueur ont alors révélé que l’exemption vaccinale était justifiée car Novak Djokovic a eu un test covid positif le 16 décembre 2021. Stupeur : à cette date, Novak Djokovic n’était pas isolé et répondait à des interviews, se faisait photographier aux côtés de jeunes fans… Aucun isolement : soit le test positif est un mensonge, soit le joueur n’a pas respecté la règle (dans tous les pays) de s’isoler en cas de contamination. Qu’importe, un juge australien a rétabli son visa le 10 janvier 2022. Le Serbe a pu commencer son entraînement pour la compétition qui commence la semaine suivante.

Le gouvernement a cependant de nouveau annulé le visa le14 janvier 2022. Le joueur a fait encore appel et en attendant, il est retourné dans un centre de rétention le lendemain. La cour fédérale a rejeté le recours dans la nuit du 15 au 16 janvier 2022 (heure de Paris, le matin du 16 en Australie), sans possibilité de faire appel. L’expulsion de Novak Djokovic par avion a eu lieu quelques heures plus tard. Il ne participera donc pas à l’Open d’Australie 2022. Fin de l’histoire.

Pendant ces quinze jours de psychodrame, la figure de Novak Djokovic a été préemptée dans les réseaux sociaux par les antivax comme leur porte-parole involontaire dans leur contestation de la vaccination (d’où son surnom de Novax Djocovid). Figure populaire, appréciée de beaucoup de monde (y compris de personnes vaccinées, par exemple, Bruno Le Maire), il a, visiblement, sur ce sujet-là, trop misé sur une immunité administrative que sa célébrité, sa popularité et son talent de sportif auraient été susceptible de lui donner.

Heureusement, la loi est la règle pour tous, il n’y a aucune raison de faire des exceptions sous prétexte de vouloir privilégier un grand sportif, aussi sympathique soit-il, du moins dans un État de droit. Et cela d’autant plus que la réglementation sanitaire a été élaborée (on peut la contester ou pas) pour ne pas mettre en danger la santé des Australiens, qui ont déjà très souffert des mesures de confinement (qui ont fait exploser le chômage et la paupérisation) et qui voient l’épidémie "s’exponentialiser" de manière inquiétante. Faire une exception aurait réduit à néant l’autorité du gouvernement australien qui doit déjà faire face à une forte (et violente) contestation. Le Président serbe a crié à la décision politique, et il a raison, c’était une décision très politique de ne tolérer aucune exception dans le dispositif sanitaire australien. Ce refus est même exemplaire.

Les antivax franco-français seraient donc bien inspiré de s’apercevoir qu’il existe ailleurs qu’en France des pays beaucoup moins "libéraux" que la France en matière de mesures sanitaires (je rappelle que le principe du passe vaccinal est bien moins "liberticide" qu’un confinement sévère).

Et ceux d’entre eux qui militent à tout va contre l’immigration peuvent aussi observer que lorsque leur héros est mis dans la même situation que des réfugiés clandestins ou des personnes en situation irrégulière qu’ils abhorrent, dans des hôtels ou centres de rétention, ils pourront alors repenser un peu mieux au respect qu’on doit à toute personne humaine, quelle qu’elle soit, quelle que soit sa situation administrative, car, comme pour le handicap, une situation d’immigré rejeté peut très vite arriver à tout le monde un jour ou l’autre, ne serait qu’en cas de catastrophe climatique


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 janvier 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Novak Djokovic.
Jean-Pierre Adams.
Bernard Tapie.
Kylian Mbappé.
Pierre Mazeaud.
Usain Bolt.

_yartiDjokovicNovak03





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20220116-novak-djokovic.html





http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/01/16/39307076.html









 

Partager cet article
Repost0

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).