Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 19:30

(dépêches)


LIRE AUSSI
SUR JEAN-LUC HEES



Philippe Val choisi par l'Elysée pour diriger l'antenne de France Inter

NOUVELOBS.COM | 02.04.2009 | 19:03

Info nouvelobs.com Nicolas Sarkozy a choisi le patron de Charlie Hebdo pour diriger l'antenne de France Inter. Sa nomination pourrait avoir lieu après l'arrivée de Jean-Luc Hees à la tête de Radio France. "Ca m’intéresse, oui, mais ce n’est pas d’actualité !", affirme Philippe Val.

Philippe Val

La politique d’ouverture destinée à déstabiliser la gauche se poursuit : Nicolas Sarkozy a nommé Jean-Luc Hees a la tête de Radio France -ce n’est plus une surprise, c’est même officiel- mais il a également choisi celui qui dirigera bientôt l’antenne de France Inter. Ce sera Philippe Val, le patron de Charlie Hebdo et éditorialiste le vendredi matin sur l’antenne de France Inter. Le choix ne manque pas d’une certaine logique : Hees et Val sont de vieux amis et Philippe Val est aussi un ami de Carla Bruni… Dans ce qu’il faut appeler l’"affaire Charlie", Philippe Val a aussi été un défenseur, de facto, du fils et de la belle-fille du président de la République. Voila qui peut donc expliquer le choix de Val par l’Elysée, mais qui ne suffit peut être pas à rassurer au sein de l’UMP, déjà fort énervé par les différentes nominations de gauche faites par le président…

"Pas d'actualité"

"Ca m’intéresse, oui, mais ce n’est pas d’actualité ! Ce sera à Jean-Luc Hees de décider qui sera le patron de France Inter", nous a dit Philippe Val, réagissant à la nouvelle. "Je travaille avec Jean-Luc Hees depuis 20 ans, c’est lui qui m’a fait débuter à France Inter", nous a-t-il aussi expliqué.

Il est vrai que théoriquement, le directeur de France Inter est nommé non pas par l’Elysée, mais par le président de Radio France, qui entrera en fonction le 11 mai. C’est donc lui qui choisira son équipe.

Mais l’Elysée a tenu à faire savoir dès cette semaine quel était son choix pour Inter. En communiquant ainsi, l’Elysée complique la tache de Jean Luc Hees et de Philippe Val qui auront du mal à cultiver leur différence, pour ne pas dire leur indépendance…

La gauche fort embêtée

Si Val est bien confirmé, la gauche sera fort embêtée pour critiquer les choix de l’Elysée en matière de nomination dans l’audiovisuel. C’est le but de la manœuvre. Le président, qui avait été tenté dans un premier temps, de nommer Laurent Joffrin à la tête de Radio France, a donc préféré in extremis un des proches amis du patron de Libération. Comment Val va-t-il maintenant gérer le cas Guillon, qui déplait tant à l’hôte de l’Elysée ? C’est une autre histoire qui commence.

Par ailleurs, on indique de source proche de l’Elysée, que Jean-Luc Hees nommera Patrick Collard, un ancien dirigeant du groupe Le Monde, comme directeur général de Radio France.



Philippe Val à France Inter : "Je ne suis au courant de rien"

A la Une
Par Rue89 | 02/04/2009 | 18H44

Selon Le Nouvel Observateur, Philippe Val, l'actuel patron de Charlie Hebdo, a été choisi par Nicolas Sarkozy pour diriger France Inter. Cette annonce fait suite à la confirmation que Radio France sera dirigée à partir du mois de mai par Jean-Luc Hees, qui est un ami de longue date de Philippe Val.

Contacté par Rue89, la patron de Charlie a déclaré être « très surpris » par cette information :

« Je suis à des milliers de kilomètres de Paris et je ne suis pas du tout au courant de cette affaire. Je reçois des textos… Je ne comprends pas. Nous n'avons pas parlé avec Jean-Luc Hees. Pour l'instant, ce n'est pas à l'ordre du jour. Jean-Luc n'est même pas encore passé devant le CSA ! Je ne sais pas quelles sont les preuves du Nouvel Obs… »

Qualifiant cette affaire d'« opérette », le journaliste a toutefois précisé que « si jamais ça arrivait un jour, ça serait une aventure formidable. »

« C'est quoi ce choix, du copinage ?  »

A France Inter, un journaliste (qui tient évidemment à conserver l'anonymat) indique que la rumeur du choix de Val par l'Elysée circulait depuis plusieurs jours, mais avec une alternative, celle de Christophe Barbier, le patron de la rédaction de L'Express. « Deux amis de Carla Bruni », commente ce journaliste, qui résume ainsi l'état d'esprit à France Inter :

« Quand on a lu l'Obs, ça nous a fait un gros choc, un coup de massue.

On est un peu inquiets : Philippe Val dirige un journal d'opinion, est-il capable de diriger une radio généraliste ?

Je le connais un peu, il a des idées arrêtées sur tout, il est d'un pro-sionisme très rentre-dedans.

En plus, il y a des tas de gens qu'il déteste dans cette radio dont, notoirement, Daniel Mermet. J'espère qu'il n'y aura pas de chasse aux sorcières.

S'il est nommé, on se demande pourquoi. C'est quoi, ce choix, du copinage ? Son attitude pendant l'affaire Siné, le fait qu'il ait réagi au quart de tour parce que ça concernait la famille Sarkozy…

Franchement, on a un peu peur. »

« Philippe Val n'en a parlé à personne »

A Charlie Hebdo, on n'est « absolument pas au courant » de cette nomination, indique le dessinateur Charb, bras droit de Philippe Val puisqu'il est directeur adjoint de la rédaction :

« J'ai fait la tournée de toute la rédaction, et Philippe Val n'en a parlé à personne. A l'heure qu'il est, je considère que j'ai toujours un patron. »

Deux solutions, à ce stade de cette affaire palpitante : soit l'information du Nouvelobs n'est pas exacte -elle est d'ailleurs toujours présentée comme une « rumeur insistante » sur Télérama.fr-, soit elle l'est et Philippe Val ne la confirme pas parce qu'il n'a pas eu le temps de prévenir la rédaction de Charlie avant qu'elle ne « fuite ».

Joint par Rue89, Jean-Luc Hees s'est refusé à tout commentaire avant son audition par le CSA.

► Mis à jour à 19h35 avec la réaction de Charb.

Zineb Dryef et Augustin Scalbert

France Inter médias radio france val
27721 visites 56 votes




Radio France : l'Elysée propose Hees pour succéder à Cluzel

NOUVELOBS.COM | 02.04.2009 | 18:57

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel est saisi du projet de nomination de Jean-Luc Hees à la présidence de Radio France. Jean-Paul Cluzel estime laisser à son successeur "une maison en très bonne santé".

Jean-Paul Cluzel et Jean-Luc Hees (Sipa)

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a été officiellement saisi jeudi 2 avril du projet de nomination de Jean-Luc Hees à la présidence de Radio France. Il y remplacera Jean-Paul Cluzel.

Le CSA précise dans un communiqué que Jean-Luc Hees sera auditionné "la semaine prochaine".

Selon Télérama, Jean-Paul Cluzel a appris la nouvelle mercredi, par un appel téléphonique de l'Elysée, alors qu'il donnait une interview au magazine culturel. Dans cet entretien publié sur le site de Télérama, Jean-Paul Cluzel estime laisser à son successeur "une maison en très bonne santé".

"Félicitations"

Dans une tribune parue dans Le Monde daté du vendredi 3 avril, Jean-Paul Cluzel adresse ses félicitations à son successeur.

"Le président de la République a bien voulu m'informer qu'il s'apprêtait à proposer à l'accord du CSA, et à l'avis des commissions compétentes des deux Assemblées, Jean-Luc Hees pour me succéder à la présidence de Radio France à compter du 12 mai", écrit Jean-Paul Cluzel, 62 ans, dans cette tribune.


"Sans préjuger des décisions de ces institutions, je lui adresse mes félicitations", poursuit Jean-Paul Cluzel, à la tête de Radio France depuis 2004, et dont le mandat expire le mois prochain.

Réforme de l'audiovisuel


Cette nomination est la première depuis la promulgation de la loi sur la réforme de l'audiovisuel. Selon la nouvelle procédure, le nom de Jean-Luc Hees est proposé par Nicolas Sarkozy au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Les membres du CSA procèderont à un vote à bulletin secret. Si ce vote est positif, Jean-Luc Hees sera auditionné par les commissions de l'Assemblée nationale et du Sénat, qui peuvent bloquer la nomination à la majorité qualifiée des trois cinquièmes.

"Quelqu'un qui a beaucoup marqué Inter"


Le choix de Jean-Luc Hees ne déplait pas aux journalistes de Radio France. "Hees est quelqu'un qui a beaucoup marqué Inter. C'est un journaliste qui n'est pas marqué politiquement", souligne la Société des Journalistes (SDJ).
Jean-Luc Hees a été directeur de France Inter entre 1997 et 2004. Il a été évincé après l'arrivée de Jean-Paul Cluzel au poste de PDG de Radio France. Il anime actuellement une émission sur Radio Classique. Agé de 57 ans, Jean-Luc Hees a fait ses débuts à l'ORTF en 1972. Il a notamment été correspondant de France Inter aux Etats-Unis. Il a ensuite présenté le 13 Heures ainsi que l'émission Synergie.


Ces dernières semaines, la presse avait également cité pour le poste les noms de l'ancien président du Monde, Jean-Marie Colombani, de l'ancien directeur de France Culture David Kessler, ainsi que Bruno Patino, actuel directeur de France Culture.



Philippe Val va être nommé directeur de France Inter par Nicolas Sarkozy

02 avril 2009

Slovar les nouvelles vous le savez soutient Siné Hebdo que nous considérons comme le véritable héritier du GRAND Charlie Hebdo.

Nous avions publié, lors du licenciement de Bob Siné un article intitulé : "Philippe VAL ou la deuxième mort de Charlie Hebdo"

Extraits :

... / ...Tout simplement parce que Philippe VAL a transformé un mythe en un fanzine qui ne dérange plus grand monde à part quelques religieux tatillons. Philippe VAL a transformé un brûlot en mag pour bobos amusés dont seule la couverture essaye encore de donner le change ... / ...

Que crains Philippe VAL ?
Que l'embourgeoisement de son journal ne soit remis en cause par un vieux guerrier anti conformiste ?
Que quelques philosophes ou grands intellectuels arrêtent leur abonnement à Charlie ?

Il semble que l'affaire des caricatures de Mahomet et la couverture de Charlie de cette époque ait sappé la résistance nerveuse de Philippe VAL. A moins que ce ne soit le soutien de Nicolas SARKOZY à cette époque ?

Rappel :Alors que Charlie Hebdo, poursuivi après la publication de caricatures du prophète Mahomet pour "injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion" par la Grande mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), deux composantes du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), répond depuis ce matin de ces accusations devant le tribunal correctionnel de Paris, Nicolas Sarkozy affirme dans une lettre lue à l'audience par l'un des avocats de l'hebdomadaire satirique : "Je tiens à apporter mon soutien à votre journal qui s'inscrit dans une vieille tradition française, celle de la satire". La peur n'évite pas le danger M. VAL, et si la peur l'emporte sur tout le reste que penser de votre vue de l'impertinence ? Impertinence, nous vous le rapellons, sans laquelle le journal que vous dirigez n'aurait jamais existé

J'avais déja du mal ces derniers temps à acheter Charlie en raison de la faible qualité de son contenu. Cette fois-ci lorsque j'aurai cette envie, je me plongerai dans la lecture d'un livre qui m'a été récemment offert et qui montre et parle des années Charlie. Les vraies !!!

Pour finir, j'aimerais pasticher Diane Dufresne et sa "Chanson pour Elvis".

Tu vieillis mal, Charlie
T'aurais p't'êt dû mourir
Comme Marilyn ou Janis
T'avais pas l'droit d'vieillir

Décidément M. VAL, vous êtes un imbécile que j'espère ... malheureux. Rendez-nous Charlie

Et puis aujourd'hui au gré de mes surfs dans l'actualité, j'apprend que Nicolas Sarkozy a choisi le patron de Charlie Hebdo pour diriger l'antenne de France Inter. Sa nomination pourrait avoir lieu après l'arrivée de Jean-Luc Hees à la tête de Radio France.

Le Nouvel Obs écrit : "Hees et Val sont de vieux amis et Philippe Val est aussi un ami de Carla Bruni…Dans ce qu’il faut appeler l’"affaire Charlie", Philippe Val a aussi été un défenseur, de facto, du fils et de la belle fille du président de la République. Voila qui peut donc expliquer le choix de Val par l’Elysée ... / ...

L'éditorialiste du Nouvel Obs ajoute : "Si Val est bien confirmé, la gauche sera fort embêtée pour critiquer les choix de l’Elysée en matière de nomination dans l’audiovisuel" Et là, nous ne sommes pas d'accord car cela fait très longtemps que Philippe Val a quitté la gauche active pour se réfugier dans le giron des philosophes amis du Président. Val ne représente plus que lui même et son ambition.

Alors vraiment, pourquoi la gauche aurait le moindre complexe pour le critiquer s'il ne fait pas correctement le travail pour lequel il va être embauché !!!

Choron, avec tout le respect du à ta famille il vaut mieux que tu sois mort plutôt que d'apprendre ça !!!

La rédaction de Slovar souhaite faire passer un message personnel à Philippe Val : "Tu vois camarade le rubicon n'est pas si difficile à passer. Ne reste plus qu' trouver de gentils petits mickeys pour les pages de Charlie Hebdo"

Libellés : media, presse

posted by Slovar at 18:37



Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).