Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 10:44

(dépêche)




 

Les « noces » au fouet de Loubna

par Thiziri ⋅ mardi 21 juillet 2009 ⋅ Répondre à cet article  
Accueil > Actualités > Les « noces » au fouet de Loubna

Loubna Al-Hussein est une journaliste soudanaise, connue dans son pays pour ses écrits dans le journal de gauche Al-Sahafa. Pour ne pas encourir les foudres de la police des mœurs locale, Loubna s’habille d’un vêtement ample qui la couvre des pieds à la tête. Seule coquetterie que se permet notre consœur, à l’instar de tant d’autres : elle porte un jean sous son « habit de pudeur ».

Vous en rencontrerez des milliers comme ça dans les rues d’Alger, de Ghaza ou de Djakarta. Loubna est donc une femme en hidjab, selon les canons du moment, et qui ne se dévoile que dans ses articles qui ne ménagent pas le régime. C’est sans doute là qu’il faut chercher, d’ailleurs, la cause réelle de ses récents déboires. Le 3 juillet dernier, Loubna Ahmed Al-Hussein, journaliste et employée d’une représentation locale des Nations unies, participait à une fête dans un restaurant de Khartoum. Un groupe de policiers investit les lieux à la recherche de femmes qui portent le pantalon, parmi les 300 ou 400 personnes présentes. Le port d’un jean, même recouvert d’un paréo descendant à mi-cuisses, étant assimilé à une tenue indécente. Loubna est donc conduite au commissariat en compagnie de douze autres jeunes femmes, dont plusieurs sont originaires du sud animiste ou chrétien, non astreint théoriquement à la charia. Sur les treize jeunes filles emmenées au commissariat, dix sont convoquées quelques jours plus tard au même endroit. Elles reçoivent chacune dix coups de fouet avant d’être remises en liberté, leurs tenues ayant été jugées non conformes mais relativement décentes. Une accusation plus grave est lancée contre Loubna et deux autres « prévenues », celle d’atteinte à la pudeur publique et de comportement indécent. En vertu de l’article 152 du code pénal soudanais, les trois accusées risquent d’être condamnées à une peine de 40 coups de fouet chacune. Mais Loubna est une femme qui a de la ressource et du ressort. Sitôt informée de la peine encourue, elle a fait imprimer quelques centaines de cartons d’invitation, de ceux qu’on utilise habituellement pour un mariage. Une photo de Loubna, telle qu’habillée le jour de la rafle, illustre l’invitation adressée, en priorité à des journalistes et à des diplomates étrangers. Ces derniers sont conviés à une noce peu commune puisqu’il s’agit de la flagellation en public de Loubna, et à une date non encore fixée. C’est ainsi que notre jeune consœur a choisi de riposter aux charges injustes et infamantes retenues contre elle : entourer l’affaire d’un maximum de publicité. Le résultat a dépassé toutes les espérances puisque la classe politique soudanaise s’est ébrouée à l’annonce de cette flagellation. A l’étranger, l’affaire a été largement médiatisée, à l’exception des journaux des pays proches du régime soudanais qui sont loin d’être majoritaires, heureusement. « Je veux que les gens sachent ce qui s’est passé », a affirmé Loubna Al-Hussein sur le site « Facebook ». Je le fais moins pour moi que pour les dix jeunes filles fouettées. Imaginez leur état d’esprit lorsqu’elles sont sorties tête basse du commissariat. Imaginez le choc que cela représente pour leurs parents et leurs proches. Qui va croire dans notre société qu’une jeune femme a subi le châtiment du fouet pour le simple fait d’avoir porté un pantalon ? Il faut que tout le monde apprenne la vérité sur ces flagellations. Elles sont quotidiennes et touchent des centaines voire des milliers de personnes. Il faut dénoncer l’injustice que constituent cet article 152 et ses applications. « Au moment où j’ai été arrêtée, je portais la même tenue que celle que j’arbore lorsque je passe à la télévision. Est-il concevable que l’on fouette une femme parce qu’elle porte un pantalon sous son vêtement traditionnel ». On peut imaginer aussi l’humiliation infligée à des centaines de femmes, invitées à une fête et littéralement assaillies par des groupes de policiers, défenseurs de la morale dite islamique. Au Soudan de Omar Al- Bachir, accusé de génocide au Darfour par la Cour pénale internationale, les femmes sont les premières, et souvent les seules justiciables de la charia. On leur enseigne depuis l’enfance que l’islam a libéré la femme des entraves de la « djahilia », mais elles attendent toujours qu’on les libère du joug des mâles musulmans. Je m’étonne, au demeurant, que nos vaillants chevaliers de la foi n’aient pas protesté contre le fait que Lucy, notre aïeule supposée (1), soit exposée sans vêtements. D’accord, c’est une très vieille grand-mère et on ne lui voit plus que les os, mais tout de même. Je parie que la prochaine copie qui sera commandée aux Ethiopiens sera celle d’une Lucy en hidjab, pour bien montrer que la charia peut s’appliquer avec effets rétroactifs. Ce qui serait encore plus dramatique, pour moi, c’est de découvrir un jour que je pourrais être un lointain parent d’Abou-Soufiane ou de Karadhaoui, à cause de cette sacrée Lucy (2). Une qui devra revoir la sienne de copie, c’est la chaîne d’information saoudienne « Al-Arabia ». Vendredi dernier, elle a tenté d’apporter sa pierre au système de défense hâtivement bâti autour de l’affaire des moines de Tibhirine. Elle nous a donc servi sur un plateau l’interview de l’émir des GIA, repenti, Layada. Ce dernier a tenté tant bien que mal de rejeter les accusations sournoises que Paris nous sert avant chaque saison des amours. Ce monsieur qui a reconnu avoir commandité l’assassinat de Djaout, et qui a combattu l’ANP, se surprend aujourd’hui à défendre l’honneur de notre armée. Piètre avocat, puisque Layada n’est pas connu pour être quelqu’un de supérieurement intelligent. Il y en avait trop sur sa feuille de route : défendre en même temps Bouteflika, les généraux, les pirates du Boeing d’Air-France est une mission ardue. Vous vous rendez compte des efforts surhumains que cela exige d’une personne, normale, repentie et recyclée comme Layada ? Il est du bois dont on fait les inquisiteurs et même si la chaîne « Al-Arabia » s’est échinée à lui servir la soupe, le jeu n’en valait pas la chandelle. A trop vouloir prouver... Sayid Qimni est un historien, comme le monde arabe en a bien peu. Il ne fait pas de l’autoflagellation pour expier un crime depuis longtemps oublié. Dans un moment de faiblesse, il a fait acte de repentance publique reniant ce qu’il avait écrit, regrettant les vérités trop vite exprimées. Allez donc faire autrement quand vous avez un pistolet pointé sur votre nuque ou un couteau caressant votre jugulaire. Ce n’est pas exactement ce qui est arrivé à Qimni, mais ce qui aurait pu lui arriver, et le conditionnel est ici prémonition. Très vite, Sayed Qimni a surmonté sa peur, sa lâcheté, ont crié trop vite des écrivains, bien à l’abri dans des pays sûrs. C’est, entre autres, le jugement aussi péremptoire qu’injuste du philosophe jordanien Chaker Naboulci, et celui de quelques exilés libéraux, plus portés à l’incitation qu’à l’action. Sayed Qimni vient de recevoir la plus haute distinction de l’Etat égyptien, au titre des sciences sociales. Deux autres universitaires de renom, dont Hussein Hanafi(3), ont reçu le même trophée, mais seul le nom de Qimni a soulevé une tempête à « Al- Azhar » et dans les milieux intégristes. On a entendu et lu des protestations qui ressemblaient à autant d’appels au meurtre émanant de théologiens qui prononcent des sentences et se lavent les mains par avance de leur exécution.

A. H.

Le Soir

(1) Au fait, que deviennent Adam et Eve dans tout ça ?

(2) Au fait, pourquoi un tel déploiement de forces pour protéger finalement une copie ? N’oublions pas que nous sommes à l’ère des clones et que ce qui est bon pour Lucy peut l’être pour qui vous voulez.

(3) Ce dernier a été surnommé le « Vicaire du diable » par les islamistes.



Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Merci Sylvain de remettre sur le fil ce sujet affreux. j'avais fait le mien quand le Journal Jeune Afraisue en avait parlé : http://fanal-safran.over-blog.com/article-33758262.htmlBonne soirée et amitiés,Danielle
Répondre

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).