Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 03:57

« De tous les jeunes gens que j’ai connus, Bazille était le plus doué, le plus aimable. » (Edmond Maître, 1870).


_yartiBazilleFrederic01

Je ne sais pas si, avec la crise sanitaire, un musée du monde a pris l’initiative de marquer le 150e anniversaire de la mort du jeune peintre impressionniste français Frédéric Bazille. En France, les musées ne rouvriront en principe que le 15 décembre 2020 (si tout va bien), mais beaucoup de musées donnent la possibilité de faire des visites virtuelles sur leur site Internet. Frédéric Bazille, sergent-major, est mort le 28 novembre 1870 dans le Val de Loire (à la Bataille de Beaune-la-Rolande) en voulant protéger des femmes et des enfants. Il a reçu des balles de l’ennemi, un Allemand, ou, plus exactement, un Prussien. Il n’avait alors que 28 ans, ou plutôt, il était à une semaine de ses 29 ans, né le 6 décembre 1941 à Montpellier.

En ce sens, il fut l’une des nombreuses victimes des guerres imbéciles. Quand ce sont des artistes, cela peut sembler plus révoltant (en fait, pas plus : toute mort d’humain est révoltante), un peu comme Charles Péguy en 1914. Mais je mettrais plutôt la comparaison avec le mathématicien Évariste Galois, à la vie trop brève pour son génie, comme si, pour ce genre de personnes, la densité de vie l’emportait sur la vie tout court.

Probablement que le sort de Frédéric Bazille a été longtemps injuste, oublié parce que parti trop tôt. Comme pour Gustave Caillebotte, on n’a vraiment redécouvert ses œuvres qu’après la Seconde Guerre mondiale. Son talent est désormais reconnu. Le musée Marmottan a proposé une exposition de ses œuvres du 2 octobre 2003 au 18 janvier 2004.

Sa consécration internationale n’a eu lieu qu’en 2016 lorsqu’une large rétrospective, qui lui a été dédiée ("Frédéric Bazille. La jeunesse de l’impressionnisme"), a été organisée d’abord au Musée Fabre de Montpellier (du 25 juin au 16 octobre 2016), puis au Musée d’Orsay à Paris (15 novembre 2016 au 5 mars 2017), enfin à la National Gallery of Art de Washington (du 9 avril au 9 juillet 2017). L’hebdomadaire "L’Express" a même titré le 8 janvier 2017 : "La bande à Bazille au Musée d’Orsay" ! Malgré sa jeunesse, il a laissé environ une soixantaine de peintures réalisées entre 1862 et 1870. Le Musée Fabre de Montpellier a cherché à collecter et conserver les œuvres de Bazille depuis sa mort, mais certaines ont été acquises par des collectionneurs américains.





Frédéric Bazille est bien né, c’est-à-dire dans un milieu aisé, la bourgeoisie protestante de Montpellier, des parents riches propriétaires terriens issus d’une famille de négociants, son père était un avocat, sénateur de Montpellier pendant un mandat de neuf ans, bien inséré, également viticulteur, président de la société d’agriculture de l’Hérault, il fut même l’un des découvreurs du phylloxéra le 15 juillet 1868. Frédéric Bazille a donc pu choisir et suivre sa vocation même si ses parents l’auraient voulu médecin. La peinture fut rapidement sa passion et il a donc suivi des cours de dessin et de peinture (il a abandonné définitivement ses études de médecine en 1864).

On peut voir ses parents assis à droite dans son chef-d’œuvre "Réunion de famille" (1867) où les convives (frère, tante, cousines, belle-sœur, etc.) sont installés à l’ombre des marronniers, dans la propriété familiale, pas loin de Montpellier.

_yartiBazilleFrederic09

Ce fut dans un atelier de peinture qu’il a fait la connaissance de futurs grands peintres. Très vite, ils sont devenus amis, la plupart étaient de la même génération, nés autour de 1840 : Claude Monet, Berthe Morisot (dont j’apprécie beaucoup les toiles), Alfred Sisley, Auguste Renoir, Paul Cézanne, certains étaient un peu plus âgés, comme Camille Pissarro, Édouard Manet, Edgar Degas, etc. À ces peintres s’ajoutaient aussi des écrivains de la même génération, Émile Zola et Paul Verlaine. D’esprit très limpide, Bazille était capable d’affronter Degas dans des discussions passionnées, ce qui était rare.

Au printemps 1863, Bazille et Monet ont commencé la peinture en plein air dans la forêt de Fontainebleau. Inspirées de Courbet, Manet et Cézanne, les œuvres de Bazille montrent réalisme et clarté, et surtout, proposent une nouveauté de composition, avec des portraits en plein air, des scènes de famille, etc.

Frédéric Bazille a ensuite partagé un atelier avec certains d’entre eux. Dans l’avant-dernière œuvre que je propose ici (n°7), on peut y retrouver l’ambiance culturelle, artistique et amicale où l’on voit Frédéric Bazille (peint par Manet dans ce tableau) présentant une nouvelle œuvre à Manet et Claude Monet, Edmond Maître au piano ainsi qu’Émile Zola et Auguste Renoir en pleine discussion du côté de l’escalier, à gauche. Edmond Maître, également de la même génération, était un grand ami de Frédéric Bazille et un mécène culturel, marchand d’art, très apprécié par cette petite "bande" de peintres pour son humour (Edmond Maître était aussi l’ami de nombreux écrivains, en particulier de Verlaine et Baudelaire).

Les premières expositions des œuvres de Frédéric Bazille ont eu lieu en 1866 dans des salons, mais aucune ne fut exposée lors du premier salon des impressionnistes, après sa mort. Frédéric Bazille s’est alors partagé entre sa région natale du Languedoc-Roussillon et la région parisienne où se trouvaient tous ses amis impressionnistes pour former une petite communauté de complicité, de mutualisation des moyens et des idées.

Qu’est-ce qui a pris à Frédéric Bazille de venir s’engager à 28 ans dans le 3e régiment de zouaves le 16 août 1870 pour combattre les Prussiens ? Le patriotisme qu’une guerre peut susciter ? On a peu d’information sur le sujet si ce n’est que ses parents, les premiers mécènes du jeune peintre, étaient bien évidemment inquiets et opposés à cet engagement. Aujourd'hui, qui irait sacrifier sa vie pour son pays à 28 ans ? J'ose espérer qu'il en existe encore.

Frédéric Bazille est mort de ses blessures par balles le 28 novembre 1870. Le célèbre tableau de Claude Monet, "Impression, soleil levant" a été peint le 13 novembre 1872 et exposé pour la première fois du 15 avril  au 15 mai 1874 au 35 boulevard des Capucines à Paris (chez Nadar) lors de la première exposition des peintres impressionnistes. Aucune œuvre de Bazille n’a été exposée à cette occasion. Probablement qu’avec son grand talent, Frédéric Bazille aurait suivi le mouvement de ses amis pour créer des œuvres qu’on ne peut que… fantasmer.

_yartiBazilleFrederic02

_yartiBazilleFrederic03

_yartiBazilleFrederic04

_yartiBazilleFrederic05

_yartiBazilleFrederic06

_yartiBazilleFrederic07

_yartiBazilleFrederic10


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 novembre 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Frédéric Bazille.
Chu Teh-Chun.
Rembrandt dans la modernité du Christ.
Jean-Michel Folon.
Alphonse Mucha.
Le peintre Raphaël.
Léonard de Vinci.
Zao Wou-Ki.
Pierre Soulages.
Auguste Renoir.

_yartiBazilleFrederic08



https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20201128-frederic-bazille.html

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/frederic-bazille-aux-avant-postes-229075

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2020/10/21/38602070.html




 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).