Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 06:50

La candidature de Dominique de Villepin à l’élection présidentielle est-elle encore viable ? Malgré l’acharnement thérapeutique, de nombreux soutiens l’ont déjà abandonné pour rejoindre François Bayrou.


yartiDDV201201Après la retrait de trois "petits candidats" depuis le début du mois, Jean-Pierre Chevènement, Christine Boutin et Hervé Morin, il reste encore en piste (entre autres) un indépendant irréductible qui entend aller jusqu’au bout de son combat, Dominique de Villepin.

Cet acharnement serait dû aux relations conflictuelles qu’il entretiendrait avec le Président de la République. Le 29 janvier 2010, il avait été très loin sur RMC : « Nicolas Sarkozy préfère persévérer dans son acharnement et sa haine plutôt que d’assumer sa fonction. », en réagissant à l’appel décidé par le procureur Jean-Claude Marin alors que la justice l’avait relaxé la veille dans l’affaire Clearstream.

Depuis ce temps-là, il aurait toutefois repris ses entretiens avec l’Élysée mais cela ne l’empêche pas de continuer son opposition frontale : « C’est dommage qu’un Président sortant n’ait pas plus d’idées que d’aller sur le plateau de TF1, à vingt heures. (…) Nous aimerions que la France soit forte. Le malheur, c’est qu’elle ne l’est pas. (…) La France a été trop docile et absente. (…) S’il y a un reproche à faire au Président sortant, c’est la division française. » (France 2, 15 février 2012).

Selon l’excellente journaliste Raphaëlle Bacqué (France 5 le 14 février 2012), Dominique de Villepin ne chercherait même pas ses parrainages pour lui permettre de participer à l’élection présidentielle. Pas par refus suicidaire ni par paresse, mais par impossibilité matérielle, car il n’a pas de structure militante répartie sur tout le territoire. Il faut avoir une bonne organisation pour récolter les signatures et même Hervé Morin, qui bénéficiait pourtant d’un appareil très efficace avec plusieurs milliers d’élus locaux, n’avait réussi à rassembler que deux cent quatre-vingts signatures.

Il se voit donc élu presque sans structure intermédiaire.

Presque, parce que tout, chez lui, n’est que roman, épopée, aventure, vision hautaine, horizons lointains. Tout est si haut, si élevé, qu’il n’y a plus personne à ses côtés.

Il faut dire que dans un sondage, il avait pourtant recueilli il y a quelques jours 22% des personnes interrogées. Hélas pour lui, le sondge avait été réalisé pour la Saint-Valentin et correspondait à la question (très curieuse) : "Quel candidat trouvez-vous le plus sexy ?". Dominique de Villepin était parvenu en première position devant la jeune candidate trotskiste Nathalie Arthaud (9%).

yartiDDV201203

Ses faits d’armes compensent mal le discours historique à l’ONU : dissolution de l’Assemblée Nationale en 1997, obstination quasi-narcissique sur le CPE (contrat premier emploi) en début 2006, mépris régulier vis-à-vis des parlementaires (son père a pourtant été un sénateur très actif, président de la prestigieuse Commission des Affaires étrangères jusqu’à ce que lui-même accède au Quai d’Orsay).

Pour faire campagne, il faut un écho médiatique et une équipe. L’écho, il l’a, il l’a même bien plus que ce qu’il ne pèse, entre 1% et 3% dans les sondages, ce n’est pas très lourd alors qu’il avait grimpé jusqu’à 10% tantôt.

L’équipe, là, il faut accepter qu’il joue des tours de magie.

Ainsi, le lundi 16 janvier 2012, il a dû rendre publique son équipe de campagne. Il fallait bien. C’est sûr, s’il n’y a personne pour coller les affiches et organiser les meetings, ce n’est même pas la peine de commencer. Il a donc annoncé que son ami Jean-Claude Carrière, oui, l’écrivain, 80 ans, était son directeur de campagne. Voilà un beau ralliement. Il est chargé de faire la coordination du projet présidentiel.

L’homme était effectivement venu au quartier général du grand maître, mais il n’était pas du tout au courant de sa promotion comme commandant en chef de la campagne. Le pauvre, il était un peu gêné, car l’amitié, ça compte tout de même, mais il a avoué qu’il ne savait même pas s’il voterait pour lui… « C’est absurde ! Je ne suis pas un homme politique. Comment peut-on imaginer que je puisse coordonner un projet ? ».

Dominique de Villepin l’a "un peu" confirmé vendredi 20 janvier 2012 sur une station publique : « J’ai sollicité Jean-Claude Carrière car c’est un ami de longue date. (…) Il a accepté de m’accompagner dans cette réflexion. Je ne demande pas aux gens qui m’entourent un brevet partisan. Ce n’est pas l’esprit de la maison. ».

yartiDDV201202

Apparemment, l’homme providentiel a eu beaucoup de mal à rechercher dans son carnet d’adresses quelques noms à figurer sur son organigramme de campagne. Il faut dire que tous ses amis le fuient, maintenant que les choses sérieuses ont commencé. Et ils soutiennent désormais la candidature de François Bayrou pour ouvrir une succursale gaulliste à la grande maison commune du centre.

Ses détracteurs, eux, sourient et ne le craignent pas. Un proche de l'Élysée expliquait il y a quelques années :  Dominique de « Villepin, c'est le gorille du Rwanda. Il fait houba ! houba ! en se frappant le torse. Il est impressionnant ! Mais c'est un herbivore, il n'a jamais mangé personne... » ("Le Parisien" du 13 octobre 2009) [L'analogie ne paraît pas convaincante car le gorille peut tuer s'il se sent agressé].

Un ancien ministre de gauche avait même eu la formule très acide :  « Il porte un nom de cheval de course, mais il n'a jamais couru. » (François Loncle, 2005). Ces deux citations proviennent du "Petit dictionnaire des injures politiques" (dirigé par Bruno Fuligni, éd. L'Éditeur).

Qu'importe l'inexpérience électorale, Dominique de Villepin confirme qu’il irait jusqu’au bout et que la nation a besoin de lui. Il l’a encore réaffirmé dans le journal de vingt heures sur France 2 le mercredi 15 février 2012 : « J’irai jusqu’au bout. C’est une candidature de devoir. ».

Ses meilleurs amis lèvent les yeux au ciel, mais que peuvent-ils donc dire à celui qui se croit… l'homme providentiel ?

C’est effectivement un exemple convaincant d’autisme en milieu politique.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (20 février 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Les moulins de Dominique de Villepin.
Don Quichotte de Villepin.
L’État impartial ?
La course des grands.
Le centre éparpillé façon puzzle.

 
yartiDDV201204

 

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/et-pendant-ce-temps-dominique-de-110564

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).