Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 11:56

Mélenchon à 14% dans un sondage réanime les espoirs d’une frange de la population. Mais que signifie cette poussée du front des mécontents ?


yartiMelenchon20120301La gauche de la gauche croit avoir le vent en poupe et Jean-Luc Mélenchon se voit le sauveur providentiel d’une France aseptisée et terne prise en otage dans une crise mondiale.

Au début de son quinquennat, certains observateurs avaient soupçonné Nicolas Sarkozy de promouvoir Olivier Besancenot, le populaire candidat de la LCR en 2002 et 2007, pour amoindrir le PS à peu à l’instar du FN aidé par François Mitterrand pour handicaper la droite parlementaire.

L’histoire ne se répète pas et au contraire, des responsables du NPA (ex-LCR) ont même fait appel à ne pas soutenir le remplaçant d’Olivier Besancenot, Philippe Poutou, pour voter directement pour le représentant des communistes (je crois que c’est même une prise de position historique, tant communistes et extrême gauche n’ont jamais fait bon ménage).

Il est presque amusant de voir les brèches de la crédulité s’ouvrir grandes à quelques semaines d’une élection présidentielle. Certes, on est toujours le crédule d’un candidat. Mais ici, c’est assez intéressant à noter.

Alors que je pensais que la surmobilisation médiatique des horribles tueries de Toulouse et de Montauban allait affecter le candidat Jean-Luc Mélenchon qui avait atteint son objectif de faire la plus nombreuse réunion de la campagne électorale à la Bastille le 18 mars 2012, il est devenu, au contraire, le chouchou des sondages que ses zélateurs n’hésitaient pas fustiger tant il n’y a pas encore si longtemps (c’est toujours la même chose, on critique les sondages qui ne confortent pas et on se tait ou on se réjouit quand ils confortent).

Il faut dire que pratiquement tous les instituts de sondage ont détecté une avancée notable de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages : CSA du 20 mars 2012 l’a placé à égalité avec Marine Le Pen et François Bayrou et BVA du 22 mars 2012 légèrement en avance. Cette avancée se fait d’ailleurs parallèlement à celle de Nicolas Sarkozy par rapport à François Hollande.

Si la montée de Jean-Luc Mélenchon est incontestable (environ de 10 à 14%), il faut cependant rester prudent et rappeler que les intervalles d’erreur sont de l’ordre de 3 à 4%.

Ainsi, lorsque Nicolas Sarkozy est à 30% et François Hollande est à 28%, il est faux de dire que Nicolas Sarkozy a dépassé François Hollande car l’étude qui révèle cela veut dire qu’il y a 95% de chance pour que Nicolas Sarkozy soit entre 28% et 32% et pour que François Hollande soit entre 26% et 30%, ce qui signifie que François Hollande pourrait quand même être avant Nicolas Sarkozy dans les conclusions de cette étude-là.

Il en est de même pour Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et François Bayrou.

La réalité de la situation de l’opinion ce 24 mars 2012, elle est que dans l’état actuel, deux candidats sont nettement en tête et obtiennent entre 25 et 30% au premier tour, Nicolas Sarkozy et François Hollande, puis ils sont suivis par trois candidats de valeur quasi-identique, situés entre 10 et 15%, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et François Bayrou, suivis enfin de deux candidats qui peuvent atteindre entre 1 et 3%, Eva Joly et Nicolas Dupont-Aignan, et les autres auront du mal à atteindre 1%.

Si on prend les tendances, Nicolas Sarkozy est en légère progression, François Hollande en légère érosion, Jean-Luc Mélenchon en plus perceptible progression et Marine Le Pen en plus perceptible érosion. Quant à François Bayrou, depuis fin janvier 2012, il reste très stable, ne perdant ni ne gagnant de nouveaux électeurs. Pourtant, il continue toujours à grimper en cote de popularité, atteignant 70% de bonnes opinions pour l’IFOP le 20 mars 2012 et ayant un potentiel de …58% au premier tour ! (CSA du 13 mars 2012). Pour ce dernier repère, Jean-Luc Mélenchon a un potentiel de 39%.

Qu’en déduire ? On pourrait croire qu’il y a un jeu de vases communicants entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. C’est probable mais pas vérifié pour l’instant. Que François Hollande déçoive, c’était à prévoir. D’une part, le matraquage médiatique en faveur de François Hollande depuis octobre 2011 avait de quoi lasser les esprits, d’autre part, il a été obligé de révéler sa véritable personnalité, que je dirais proche d’une balladurisme consensuel.

Il ne faut pas se tromper, si les intentions de vote au second tour restent largement favorables à François Hollande, c’est d’abord par rejet de la personnalité de Nicolas Sarkozy et pas par adhésion à sa propre personne.

D’ailleurs, dans un choix de préférences (ce ne sont pas des intentions de votes), l’IFOP, en testant en février deux duels Hollande vs Sarkozy et Bayrou vs Sarkozy, avait montré que François Hollande n’était pas le meilleur opposant à Nicolas Sarkozy (voir IFOP du 23 février 2012 et mon article sur le vote utile).

Et ce mois-ci, l’IFOP a aussi testé l’improbable duel entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon. Le candidat socialiste l’emporte avec 53% de préférence face à 42% ; mais l’avance est quand même faible, et ce bon résultat de Jean-Luc Mélenchon provient des sympathisants du FN qui se rangeraient plus aisément derrière Jean-Luc Mélenchon que derrière François Hollande.

Qu’en penser de tout cela ? Qu’un fait divers, certes émouvant et terrible mais qui n’est qu’un fait divers, n’a pas semblé avoir eu beaucoup d’influence sur les rapports de force au sein des candidats, ce qui est un bien pour la démocratie. Que la situation n’est pas encore vraiment certaine et que rien ne dit que dans les jours ou semaines prochaines, d’autres évolutions perceptibles ne se produisent pas.

Ce qui est cependant une évidence, c’est que François Mitterrand avait gagné le 10 mai 1981 parce qu’il avait réussi à convaincre les Français que les communistes ne représentaient plus un danger et que le PS serait largement capable de les contrôler, ce qui fut le cas.

yartiMelenchon20120304

Au printemps 2012, François Hollande risquerait de rater la marche par l’effet inverse, car un Jean-Luc Mélenchon fort pourrait renverser la donne. L’incapacité du candidat socialiste à rester ferme sur ses positions pourrait faire craindre au centre gauche qu’il ferait beaucoup de concessions à l’extrême gauche, ce qui ferait beaucoup hésiter ces électeurs modérés que l’ancien premier secrétaire du PS avait pourtant réussi à  séduire.

Peut-être d’ailleurs est-ce l’objectif actuel de Jean-Luc Mélenchon ? Puisque l’intérêt de ses amis, c’est une scission du PS entre europhiles et eurosceptiques, pour construire un grand parti vraiment à gauche (selon eux) avec des Arnaud Montebourg, des Benoît Hamon et des Henri Emmanuelli. Or, cette évolution ne pourrait jamais se faire avec l’élection de François Hollande à l’Élysée. Seules, la réélection de Nicolas Sarkozy ou l’élection de François Bayrou donneraient un boulevard à ces militants de l’impossible.

Dans ce cas, Nicolas Sarkozy pourrait bien leur dire : merci Mélenchon !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 mars 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-Luc Mélenchon sur TF1.
Jean-Luc Mélenchon face à Jean-François Copé.
Jean-Luc Mélenchon face à Marine Le Pen.
Sondage BVA du 22 mars 2012 (à télécharger).
Sondage CSA du 20 mars 2012 (à télécharger).
Sondage IFOP du 20 mars 2012 (à télécharger).
Sondage CSA du 13 mars 2012 (à télécharger).
Sondage IFOP du 23 février 2012 (à télécharger).
 

yartiMelenchon20120305 

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/sarkozy-merci-melenchon-113261

 



Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).