Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 07:33

Voici un trait d’union qui va devenir une addition voire une multiplication au lieu d'une soustraction ou d'une division : la réunification du centre est en marche.


yartiUdemA01La réconciliation des centres, c’est un peu le marronnier des journalistes quand l’UMP, le PS et maintenant le FN les lassent. Pourtant, si le centre revient aujourd’hui dans l’actualité, ce n’est pas anodin. En principe, le mardi 5 novembre 2013, la journée sera historique chez les centristes français puisqu’il y aura l’officialisation d’un accord politique entre les deux principales formations centristes, l’Union des démocrates et indépendants (UDI) et le Mouvement démocrate (MoDem).

Les médias focalisent sans doute trop l’événement sur la réconciliation de deux personnalités éminentes de la vie politique, à savoir Jean-Louis Borloo (président de l’UDI) et François Bayrou (président du MoDem), tous les deux âgés de 62 ans, alors que l’accord est bien plus politique que personnel.


Une situation politique étrange

Le paysage politique français est structuré en deux grands partis de gouvernement qui sont restés soudés en interne alors que leurs adhérents ne sont d’accord sur rien : que ce soit sur la politique économique, la construction européenne, la conception sur l’immigration etc., la césure découpe en deux tant l’intérieur de l’UMP que l’intérieur du PS.

Et à côté de ces deux grands partis, paradoxalement, il y a une myriade de groupements politiques très divisés structurellement rassemblant de façon très éparpillées (façon puzzle) des personnalités qui, malgré cette dispersion, sont d’accord sur tout, sur l’impératif de réduire la dette publique, sur le besoin de renforcer l’efficacité des entreprises, sur la nécessité d’apporter une justice sociale pour aider les plus démunis, sur l’indispensable évolution vers une meilleure décentralisation et déconcentration, et enfin, sur l’ardente volonté de relancer la construction européenne dans un projet qui apporte aux Français un nouvel espoir et une nouvelle vision de l’avenir.


Les centristes sont les plus appréciés de l’opinion publique

Dans le dernier sondage de BVA réalisé les 24 et 25 octobre 2013 pour Orange, "L’Express", France Inter et la presse régionale, et publié le 28 octobre 2013 (à télécharger ici), il a été étudié (entre autres) la popularité des principales personnalités politiques et des partis politiques.

Parmi les cinq personnalités politiques les plus populaires se trouvent deux personnalités centristes, Jean-Louis Borloo (44%) et François Bayrou (37%), derrière Manuel Valls (58%) et Alain Juppé (51%), et les deux partis centristes se retrouvent en tête des bonnes et très bonnes opinions des sondés, l’UDI avec 46% (et pas 44% affiché par erreur par l’institut) et le MoDem avec 42% (le PS est seulement à 28% et l’UMP à 36%).

yartiUdemA06

Même s’il faut relativiser et prendre en compte la marge d’erreur, cette enquête d’opinions montre toutefois qu’il y a une réelle attente chez les Français pour une formation politique "raisonnable", positionnée entre l’UMP et le PS, qui rejette la démagogie, la facilité populiste, l’électoralisme et le clientélisme et qui s’attaque aux (vrais) problèmes de la nation sans esprit partisan.

Mais cette force politique était profondément divisée depuis une dizaine d’années.


Les deux causes de l’explosion des centristes : 2002 et 2007

Les raisons de cette division très artificielle sont connues et plutôt récentes.
Deux événements ont littéralement fait exploser la planète centriste.

D’une part, la création de l’UMP par Jacques Chirac et Alain Juppé en avril 2002, qui, profitant de la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a forcé la plupart des parlementaires de l’opposition UDF-RPR de l’époque à se réunir dans un même parti et groupe parlementaire.

yartiUdemA02

Parmi ceux-là, se trouvaient Jean-Louis Borloo, porte-parole du candidat François Bayrou, et Philippe Douste-Blazy, secrétaire général de l’UDF et président du groupe UDF à l’Assemblée Nationale. Candidat à l’élection présidentielle et président de l’UDF, François Bayrou a courageusement résisté aux sirènes du gouvernement en maintenant son parti hors de l’UMP (courageusement en particulier à Toulouse en février 2002 où il s’était expliqué devant sept mille militants qui n’était pas du tout d’accord avec lui, alors qu’il n’avait que 2 à 3% dans les sondages d’intentions de vote). Un groupe UDF a pu subsister de justesse aux élections législatives de juin 2002.

D’autre part, après la deuxième campagne présidentielle de François Bayrou (18,6%), l’UDF a de nouveau explosé : la plupart des parlementaires se sont désolidarisés de François Bayrou, en se regroupant essentiellement dans le Nouveau centre mais également dans d’autres structures comme l’Alliance centriste, tandis que François Bayrou et ses (vrais ?) amis ont créé le MoDem, formellement le 2 décembre 2007.


Le centrisme entre sarkozysme et antisarkozysme

Pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, il existait donc trois types de centristes : les centristes de l’UMP au gouvernement, les centristes hors de l’UMP mais au aussi gouvernement, et les centristes hors du gouvernement (et souvent antisarkozystes) qui s'étaient même affichés en août 2009 aux côtés de Vincent Peillon et de Robert Hue.

Le sommet de la division a eu lieu en été 2010, à une époque où les rumeurs de nomination de Jean-Louis Borloo à Matignon était persistantes. Finalement, François Fillon a été reconduit en novembre 2010 et Jean-Louis Borloo a préféré prendre de la distance au point de quitter l’UMP en avril 2011 avec le Parti radical qu’il préside.


La présidentielle de 2012

À partir de l’été 2011, il y a eu des forces centrifuges pour rassembler d’abord les centristes présents au sein du gouvernement, à l’intérieur d’une structure (créée le 26 juin 2011) qui n’a jamais vraiment vécu, l’ARES (Alliance républicaine, écologiste et sociale), censée regrouper le Parti radical, le Nouveau centre et quelques autres groupements centristes (comme Gauche moderne de l’ancien socialiste Jean-Marie Bockel).

Cette tentative était conditionnée à l’éventualité de la candidature de Jean-Louis Borloo à l’élection présidentielle malgré les velléités de candidature d’Hervé Morin et la réalité de celle de François Bayrou qui avait su attirer la sympathie de certains centristes de l’UMP (comme Alain Lambert, Pierre Méhaignerie et Philippe Douste-Blazy) ou du Nouveau centre (Bernard Bosson).

L’échec de la candidature de François Bayrou en 2012 (9,1%), dépassé par Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, l’échec également aux législatives de 2012 du MoDem, ainsi que la droitisation de la campagne de Nicolas Sarkozy ont laissé un espace politique d’autant plus étendu que la majorité parlementaire a changé.

Le problème, c’est que François Bayrou, entre temps, avait appelé à voter pour François Hollande au second tour, ce qui rendait quasiment impossible toute réunion des centristes à court terme.


L’UDI puis l’UDI-MoDem

Finalement, en particulier sur recommandation de Simone Veil et de son sympathique époux aujourd’hui disparu, Jean-Louis Borloo s’est engagé à regrouper tous les centristes de l’opposition durant l’été 2012 en fondant l’UDI le 21 octobre 2012 à la Mutualité de Paris, sous la forme d’une confédération de mouvements, en fédérant aussi des personnalités comme Jean-Christophe Fromantin (député-maire de Neuilly-sur-Seine), l’ancienne ministre Chantal Jouanno, etc. sous la "bénédiction" télévisuelle de Valéry Giscard d’Estaing.

yartiUdemA03

L’étape de 2013, un an après, est donc l’alliance de ce centre droit qui s’écarte de plus en plus de l’UMP avec le MoDem qui a été laminé aux dernières élections législatives et qui s’éloigne de toute tentative de centre gauche.

C’est la position de François Bayrou désormais résolument dans l’opposition qui a été l’élément majeur de ce rapprochement. Il faut dire qu’il y avait de quoi être déçu : trop soucieux de son "peuple de gauche", François Hollande n’a fait aucun geste en sa direction, pas même aux élections législatives, alors qu’il lui apportait de nombreux suffrages pour un second tour présidentiel assez serré. Les multiples incohérences du gouvernement actuel (faut-il les énumérer ?) ont convaincu François Bayrou qu’il fallait le combattre avec détermination.


Les points d’achoppement

Il y en a quelques-uns de connus, comme, pour les uns, le problème d’alliance du MoDem avec des listes socialistes aux municipales (Lille, Dijon, Grenoble, Marseille, Laval…), probablement aussi un problème de leadership à Paris (certains envisagent même une primaire pour départager Marielle de Sarnez et Christian Saint-Étienne) et d’alliance éventuelle avec Nathalie Kosciusko-Morizet, et, pour les autres, la nécessité d’autonomie qui reste valable aussi en refusant l’automatisme d’alliance nationale avec l’UMP.

En revanche, les deux ailes convergent sur l’obligation de quitter les listes UMP/centre si celles-ci avaient des envies de "fricotage" avec le FN.

La base militante est également réticente face à ce rapprochement UDI/MoDem, notamment pour des personnes qui se sont engagées après la période UDF et qui n’ont pas l’historique de l’union et de la cohésion qu’avaient connu la plupart des élus centristes avant 2002. Les uns, venant de l’UDI, fustigent la décision de François Bayrou d’avoir voté François Hollande en 2012 ; les autres, venant du MoDem, refusent une coalition systématique avec l’UMP, certains provenant des socialistes (Jean Peyrelevade) et des écologistes (Jean-Luc Bennahmias et Yann Wehrling) préférant l’autonomie et la possibilité (de plus en plus réduite) d’une alliance avec les "sociaux-démocrates " du PS.

Une nouvelle appellation devrait être rapidement trouvée. Il se pourrait que soit repris le mot "Alternative". D’autres ont imaginé Udem pour "Union démocrate" sur le modèle du MoDem tout en maintenant l’union de l’UDI. Et pourquoi pas tout simplement l’Union du Centre (UDC) comme s’était appelé le groupe centriste à l’Assemblée Nationale entre juin 1988 et mars 1993 ?


Une union sur du long terme

Concrètement, l’accord concerne les élections municipales et européennes du printemps 2014.

Cependant, ce rapprochement est bien plus important qu’une simple alliance électorale à court terme. Elle permet la mise en place progressive d’une véritable force politique d’alternance, alors que l’UMP s’est décentrée sur sa droite et que le PS est complètement discrédité par ses divisions internes et les incapacités du gouvernement.

Si la campagne des européennes se transforme pour cette union en succès électoral, nul doute que les centristes de l’UMP (dont Jean-Pierre Raffarin) auront de fortes tentations de rejoindre ce rassemblement et d’abandonner une maison où ils ne se sont jamais sentis à l’aise en raison de la surenchère droitière de ses adhérents.

Quant à l’élection présidentielle de 2017, l’échéance est bien trop éloignée et les événements futurs bien trop nombreux pour envisager d’y penser sérieusement maintenant.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (31 octobre 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Sondage BVA du 28 octobre 2013 (à télécharger).
La création de l’UDI (21 octobre 2013).
La famille centriste.
À qui appartient l’UDF ?
Les chapelles du centre.
Centre pour la France.
Le MoDem.
Le Nouveau centre.
François Bayrou.
Jean-Louis Borloo.
Valéry Giscard d’Estaing.
Hervé Morin.
Simone Veil.



yartiUdemA04

 

 

 

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/udi-modem-le-rassemblement-des-142985

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).