Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:42

Des idées concrètes, une méthode de concertation véritable, et pas de calcul ni d’arrière-pensée politicienne, pas de bouc émissaire pour se défausser de ses propres responsabilités : la méthode Borloo est assez atypique dans l’ingénierie politique d’aujourd’hui.


yartiBorloo2014A01La classe politique a accusé le choc en apprenant que l’ancien ministre et actuel président de l’UDI Jean-Louis Borloo venait d’abandonner toutes ses responsabilités politiques le dimanche 6 avril 2014 : « Je n’ai pas, en l’état, toute l’énergie nécessaire pour remplir complètement mes responsabilités. (…) J’ai donc décidé de mettre un terme à mes fonctions et mandats. ».

Hospitalisé pour un pneumonie aiguë le 26 janvier 2014, l’ancien maire de Valenciennes a souhaité consacrer toute son énergie à sa santé et à son rétablissement et laisser le train de la politique continuer à rouler sans lui, et surtout, sans le freiner alors que dans moins de sept semaines se profilent les élections européennes.

Étrange atmosphère ce dimanche soir où certains parlaient comme si on l’enterrait déjà. Heureusement, il est toujours en vie et lorsque sa santé le lui permettra, il ne fait aucun doute qu’il reprendra le chemin de la politique pour apporter sa contribution.

J’ai ressenti de la classe politique la même émotion qu’à la disparition de Philippe Séguin il y a quatre ans, où chacun, au-delà des petites mesquineries politiciennes, reconnaissait la pointure politique du personnage.

Car Jean-Louis Borloo est une grande pointure. On peut le détester ou l’admirer, regretter sa proximité ancienne avec Bernard Tapie ou se tromper sur sa position face au FN, mais on ne peut pas nier qu’il est une personnalité politique peu ordinaire du paysage politique. Il a surtout misé sur les idées, de façon parfois un peu brouillonne, et assez peu sur l’apparence, le look, la communication qui est la grande spécialité du nouveau Premier Ministre. Son ambition est plus pour ses idées que pour le petit devenir de sa personne.


L’émotion

L’un des premiers à accuser le coup a été François Bayrou, le président du MoDem et nouveau maire de Pau. Ce dernier, ému, a insisté sur la poursuite de la réunion des "centres". Jean-Louis Borloo à l’UDI, François Bayrou au MoDem, cela semblait relativement paritaire. Sans Jean-Louis Borloo, l’alliance, ou plutôt, puisque c’est son nom, "L’Alternative" risquera de boiter. Mais personne n’est irremplaçable. J’y reviendrai plus tard.

yartiBorloo2014A05

Concours de circonstances ou pas, Jean-Louis Borloo fêtait son 63e anniversaire ce lundi 7 avril 2014, pendant que son parti allié au MoDem lançait place Stalingrad à Paris les listes centristes pour les élections européennes du 25 mai 2014.

Ce fut d’ailleurs la première réaction de l’ancienne ministre Valérie Pécresse le dimanche soir : l’absence de Jean-Louis Borloo de la vie politique et notamment de la campagne des européennes sera un handicap. Jean-Louis Borloo aurait été très percutant pour redynamiser l’idée européenne et répondre à tous les pessimistes qui veulent isoler la France de l’extérieur sans imaginer une seconde les conséquences que cela impliquerait non seulement sur l’économie mais aussi sur l’emploi.


Une carrière politique pas si ordinaire que cela

Il faut se rappeler que Jean-Louis Borloo n’a commencé sa vie politique qu’en simple "sans étiquette", d’abord aux municipales du 19 mars 1989 où il fut élu maire de Valenciennes, mandat qui lui vaut encore des admirateurs enthousiastes dans le Nord pour avoir fait venir l’usine Toyota en 1997 et pour avoir implanté le tramway en 2006, et aux européennes du 18 juin 1989, élu député européen comme deuxième de la liste centriste de Simone Veil. De sensibilité écologiste, Jean-Louis Borloo cofonda alors en 1991 Génération Écologie avec Brice Lalonde, Noël Mamère et Haroun Tazieff, mais préféra rester plutôt indépendant avant de rejoindre l’UDF en 1997.

Le 30 mars 1992, il tenta de conquérir la région Nord-Pas-de-Calais avec des listes centristes et écologistes et a bien failli réussir en raison de l’absence de majorité (cela s’est finalement soldé par une région gérée par une présidente écologiste, Marie-Christine Blandin, uniquement soutenue par le PS qui voyait ainsi le moyen de barrer la route à Jean-Louis Borloo).

Il fut élu député du Nord le 28 mars 1993 et fut réélu en permanence jusqu’à maintenant. Porte-parole du candidat François Bayrou à l’élection présidentielle du 21 avril 2002, il quitta le navire UDF pour rejoindre le porte-avion UMP à l’instar de Philippe Douste-Blazy et Pierre Méhaignerie et, appelé par le Président Jacques Chirac et le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, pour devenir du même coup ministre, l’un des ministres qui resta le plus longtemps au gouvernement puisqu’il le fut du 7 mai 2002 au 13 novembre 2010, soit plus de huit ans sans discontinuité.

C’est dans ses fonctions ministérielles qu’il a pu faire avancer quelques idées personnelles, en particulier sur la Ville et la Rénovation urbaine (7 mai 2002 au 30 mars 2004) avec un plan banlieue très ambitieux (loi n°2003-710 du 1er août 2003) qui a marqué l’histoire des quartiers difficiles, puis à l’Emploi et à la Cohésion sociale (31 mars 2004 au 15 mai 2007) avec un plan de cohésion sociale de 16 milliards d’euros (loi n°2005-32 du 18 janvier 2005), puis sur le Logement (2 juin 2005 au 15 mai 2007) en encourageant la construction de nouveaux logements sociaux (500 000 en cinq ans) et l’accession à la propriété.

Enfin, à la tête d’un grand Ministère d’État, Ministère de l’Écologie (19 juin 2007 au 13 novembre 2010) qui chapeautait en particulier l’énergie et les transports, Jean-Louis Borloo a initié le Grenelle de l’Environnement (loi n°2009-967 du 3 août 2009 et loi n°2010-788 du 12 juillet 2010). Sa nomination à Bercy n’a duré que quelques jours, du 18 mai au 19 juin 2007, sanctionné pour avoir évoqué un peu vite, le 10 juin 2007, devant Laurent Fabius, l’éventualité d’une hausse de la TVA entre les deux tours des élections législatives.

Jean-Louis Borloo fut aussi un précurseur contre le cumul de mandats exécutifs dans les fonctions ministérielles puisqu’il a quitté ses fonctions de maire de Valenciennes dès qu’il est entré au gouvernement (il est resté néanmoins président de la communauté d’agglomération de Valenciennes Métropole du 1er janvier 2001 au 16 mars 2008).


Chef de projets

Même si son action n’était pas exempte de critiques, soit sur ce qu’il a fait, soit sur ce qu’il n’a pas fait, Jean-Louis Borloo a montré une véritable boulimie de projets concrets, finalement assez rares quand on les compare avec les paroles assez creuses du gouvernement actuel. Dans sa démarche politique, il est plutôt du genre ingénieur que du genre idéologue : avoir des idées, les transformer en projets et les mettre à exécution. Son ambition a été de faire en France ce qu’il avait fait dans sa ville ou dans ses ministères.

Parmi les reproches qu’on pourrait lui faire, il y a eu surtout son silence face au discours très sécuritaire du Président Nicolas Sarkozy à Grenoble le 30 juillet 2010. Cette absence de réaction, sur les valeurs républicaines, sur ce qui fondait l’engagement personnel, pouvait s’expliquer de façon très circonstancielle par la perspective d’être nommé à Matignon en remplacement de François Fillon, perspective qui, semble-t-il avec les enregistrements de Patrick Buisson, n’était que virtuelle.

Il reste qu’ayant repris son indépendance en 2010, ayant fait quitter le parti radical de l’UMP en 2011, ayant créé l’UDI en 2012, Jean-Louis Borloo a pu, pendant ces trois dernières années, en dehors de toute ambition personnelle (on lui a assez reproché de vouloir être candidat à l’élection présidentielle puis de ne pas l’avoir été) présenter beaucoup de ses bonnes idées, grâce à la grande attention que lui portent les médias directement en raison de sa forte popularité.

D'une grande capacité de travail, Jean-Louis Borloo a compris, mieux que d’autres, que la concurrence chinoise n’est pas seulement un problème de coûts salariaux mais également un danger pour la haute technologie française et il prône aussi une révolution fiscale : il s’agit de ne plus taxer le travail ni les outils de production mais les flux financiers.


Quelques idées pratiques

Par exemple, dans l’émission "Question d’info" sur LCP le 30 janvier 2013, Jean-Louis Borloo avait proposé deux bonnes idées.

La première, c’est de créer une maison de l’emploi dans chaque bassin économique, sur tout le territoire, pour mettre en osmose les CCI, Pôle Emploi et les entreprises. Cette manière de faire, plus décentralisée, plus proche du terrain, moins bureaucratique, aurait sans doute plus de résultats qu’une gestion très abstraite et trop administrative des demandeurs d’emploi.

La seconde, c’est de réaliser un grand projet de coopération entre l’Union Européenne et le continent africain sur le thème de l’énergie (renouvelable) avec pour objectif de passer de 25% à 100% le taux d’accès des populations à l’énergie (électricité). Cela aura un triple mérite : créer des emplois en Europe et en Afrique, renforcer l’Afrique pour qu’elle puisse décoller économiquement une fois dotée d’énergie (propre). Enfin, réduire l’attractivité de l’Europe pour les candidats à l’immigration si la situation économique du pays d’origine se porte mieux.

Cette possibilité n’est pas du tout théorique puisque cela s’est déjà produit dans d’autres parties du monde. Il suffit de voir par exemple le dynamisme économique de la Turquie avec un mouvement migratoire qui s’est inversé entre l’Europe et la Turquie : c’est maintenant la Turquie qui attire !

Lors de la crise de l’euro, Jean-Louis Borloo avait également formulé quatre propositions concrètes le 8 août 2011.


La méthode et le style

La méthode de Jean-Louis Borloo est celle de la concertation, ce qui rend son action très crédible auprès des partenaires sociaux. Elle a été exprimée entre autres en forme de critique contre la gouvernance Sarkozy mais pourrait tout aussi bien s’appliquer sous le mandat du Président François Hollande : « Je ne crois pas à la méthode de la dénonciation et des boucs émissaires », disait-il sur RTL le 9 juin 2011 en expliquant sa façon de faire : « C’est : on réunit les acteurs, on fait un diagnostic partagé, on le fait avec humilité, on sort de l’idée que c’est toujours la faute des autres ! ».

Associée à cette méthode, le style Borloo, décontracté, à l’image de sa coiffure un peu négligée, lui donne quelques talents dans l’humour. Par exemple, il est récompensé par le prix de l’humour politique en 2008 pour avoir dit : « Sarkozy, c’est le seul qui a été obligé de passer par l’Élysée pour devenir Premier Ministre ! ».


Rassembler et unifier

La meilleure mise en pratique de cette méthode, cela a été d’abord de rassembler tous ceux qui partagent le même engagement politique mais qui, pour des raisons diverses et variées ces quinze dernières années, avaient emprunté des chemins politiques différents. Jean-Louis Borloo et François Bayrou ont réussi cet "exploit", jetant toutes les rancunes passées dans la rivière de l’oubli, et les résultats des élections municipales du 31 mars 2014 ont montré la réussite de cette union, avec des gains de nombreuses villes de gauche au profit des centristes, comme Niort (dès le premier tour), Bobigny, Amiens, Nevers, Bourges, Laval, Vendôme, Nouméa, Béthune, Louviers, Ploemeur, Voisins-le-Bretonneux, etc.

Le retrait de la vie politique de Jean-Louis Borloo constitue donc une grande perte pour la vie politique française. Mais si c’est la condition pour une meilleure convalescence, il a eu raison, raison d’avoir eu l’humilité de ne pas se croire indispensable et de laisser une nouvelle génération prendre maintenant le relais.

Merci Jean-Louis Borloo, et surtout, bon rétablissement !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (8 avril 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Bravo Borloo !
François Bayrou.
La création de l’UDI.
L’Alternative UDI-MoDem.
Débat Borloo vs Sapin (13 mai 2013).
La famille centriste.
Les listes centristes aux européennes du 25 mai 2014.
Retrait de la vie politique (6 avril 2014).

yartiBorloo2014A06




http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/merci-borloo-ingenieur-de-la-150438

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).