Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 01:18

« Quel temps fait-il chez les gentils de l’Au-delà ?
Les musiciens ont-ils enfin trouvé le la ? » ("Le vieux Léon", 1958)


_yartiBrassens01

Guitare, pipe, moustache sans âge, Georges Brassens aurait-il eu le Prix Nobel de Littérature le 13 octobre 2016 à la place de Bob Dylan ? On ne le saura évidemment jamais, car cela le chanteur moustachu est mort il y a trente-cinq ans, le 29 octobre 1981. Cela faisait un an qu’il était gravement malade. Il venait d’atteindre, une semaine auparavant, ses 60 ans. Il était encore jeune, mais avait déjà une trentaine d’années de carrière derrière lui.

Il est né à Sète le 22 octobre 1921 de parents très différents, l’une très catholique et l’autre anticlérical, mais tous les deux adoraient les bonnes chansons. Adolescent, il a découvert Charles Trenet qui est devenu son modèle, tant pour les textes joyeux que pour la mélodie, le rythme. Avec lui, Brassens a chanté trop rarement, dans quelques émissions, en particulier le 12 octobre 1965 et le 21 mars 1966.

Cancre et garnement, capable de rapiner avec sa bande de copains (dirait-on de "sauvageons", aujourd’hui ?), Georges Brassens a eu beaucoup de reconnaissance pour son père qui ne lui a rien dit quand il est allé le chercher  au poste de police pour une affaire de vol : « Je sais qu’un enfant perdu (…) a de la chance quand il a, sans vergogne, un père de ce tonneau-là ! » ("Les quatre bacheliers"). Ce fut un déclic pour Georges : « Il m’a donné une leçon qui m’a aidé à me concevoir moi-même : j’ai alors essayé de conquérir ma propre estime. ».

Poète, incontestablement, il l’a été toute sa vie, comme Jacques Brel, comme Léo Ferré (réunis exceptionnellement tous les trois dans une émission de radio, sur RTL le 6 janvier 1969). Reconnu comme tel par les Immortels qui lui ont attribué le 8 juin 1967 le Grand Prix de la poésie de l’Académie française, aux côtés de grands : Pierre Emmanuel (1963), Robert Sabatier (1969), Jean Tardieu (1972 et 1977), Philippe Soupault (1974), Yves Bonnefoy (1981), qui vient de disparaître le 1er juillet 2016, Francis Ponge (1984), Philippe Jacottet (1992), Alain Duault (2002), Jacques Darras (2006), etc. Mais Georges Brassens ne pensait pas le mériter : « Je ne pense pas être un poète (…). Un poète, ça vole quand même un peu plus haut que moi (…). Je ne suis pas un poète. J’aurais aimé l’être, comme Verlaine ou Tristan Corbière. ».

Pas du tout versé dans le star system. Pas de paillettes, pas d’illuminations, de fioritures, de danseuses. Quand on regarde les vidéos de ses récitals, on le voit transpirant (moins que Jacques Brel), très tendu, parfois très ému, comme si le timide se forçait pour se montrer au public.

Les textes qu’il a écrits étaient pleins de saveurs, plein d’idéalisme, d’humilité, souvent drôles, jonglant avec les mots. Des textes qui se suffisaient à eux-mêmes, au point que la mélodie un peu ronronnante de Georges Brassens était compensée par l’humour et la finesse du verbe. La guerre, la religion, l’amitié, l’amour évidemment, et aussi, beaucoup, la mort, sont parmi les thèmes abordés souvent dans ses chansons.

En bon "Gaulois" (oups ! je mets entre guillemets, "gaulois" au sens d’Astérix et d’Obélix !), il ne crachait pas sur un peu de grivoiserie, plutôt masculine mais sans machisme, avec une grande tendresse, une éternelle tendresse ("Le Petit Larousse" indique d’ailleurs en synonyme de "grivois" …"gaulois" !). Il s’amusait, il aimait vivre.

_yartiBrassens02

Ronronnant, cet homme, qui adorait les chats (entre autres), a notamment écrit et chanté la célèbre chanson "Brave Margot" qui liait chaton et jeune fille, dans l’air désormais connu : « Quand Margot dégrafait son corsage pour donner la gougoutte à son chat, tous les gars, tous les gars du village, étaient là, la la la la la la, étaient là, la lala la la ! ».

Capable de remettre en place les "bien-pensants" (religion, armée, pouvoir, etc.), il rejetait tout jeunisme : « Quand ils sont tout neufs, qu’ils sortent de l’œuf, du cocon, tous les jeunes blancs-becs prennent les vieux mecs pour des c@ns. Quand ils sont devenus des têtes chenues, des grisons, tous les vieux fourneaux prennent les jeunots pour des c@ns. » pour "balancer" (lui "entre deux âges") : « Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est c@n, on est c@n. Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand-père, quand on est c@n, on est c@n ! » ("Le temps ne fais rien à l’affaire").

L’amitié, c’est sans doute Georges Brassens qui a chanté son plus bel hymne à d’après-guerre (aidé aussi par le cinéma puisque c’était d’abord le générique du film d’Yves Robert sorti le 14 janvier 1965 avec Philippe Noiret, Guy Bedos, Michael Lonsdale, Pierre Mondy, Claude Rich, Jacques Balutin, Claude Piéplu, Hubert Deschamps, Jean Lefebvre, etc.) : « Des bateaux, j’en ai pris beaucoup, mais le seul qui ait tenu le coup, qui n’ai jamais viré de bord, mais viré de bord, naviguait en père peinard sur la grand-mare des canards et s’appelait les Copains d’abord » ("Les copains d’abord", album sorti en novembre 1964),

Parmi ses réflexions, celles qui encourageaient l’originalité et la créativité. Dans "La mauvaise réputation", il parlait même de "corde" : « Ils me la passeront autour du cou. Je ne fais pourtant de tort à personne, en suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome. Mais les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux… ».

Son antimilitarisme était très marqué dans cette chanson : « Le jour du Quatorze juillet, je reste dans mon lit douillet. La musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas. Je ne fais pourtant de tort à personne en n’écoutant pas le clairon qui sonne. ». Répondant à Bernard Pivot dans l’émission "Apostrophes" sur Antenne 2 le 14 mars 1975, il affirma : « Je suis devenu antimilitariste parce que très jeune, j’ai détesté la discipline. ».

_yartiBrassens03

Cette originalité et ce besoin illimité de liberté lui ont donné plus un fond anarchiste et libertaire qu’un air révolutionnaire (il était antistalinien). Il a même milité à la Fédération anarchiste de 1946 à 1948. Il se méfiait de toutes les idées reçues, même celles des révolutionnaires : « Et la question se pose aux victimes novices : mourir pour des idées, c’est bien beau, mais lesquelles ? Et comme toutes sont entre elles ressemblantes, quand il les voit venir, avec leur gros drapeau, le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau. » ("Mourir pour des idées").

Il demandait donc à y réfléchir : « Jugeant qu’il n’y a pas péril en la demeure, allons vers l’autre monde en flânant en chemin, car, à forcer l’allure, il arrive qu’on meure pour des idées n’ayant plus cours le lendemain. Or, s’il est une chose amère, désolante, en rendant l’âme à Dieu, c’est bien de constater qu’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé d’idée. ».

D’où ce refrain également très connu : « Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente. D’accord, mais de mort lente. ».

Le thème de la mort est revenu dans plusieurs de ses chansons. Regrettant "Les funérailles d’antan", il en a profité pour parler …de sécurité routière : « Maintenant, les corbillards, à tombeau grand ouvert, emportent les trépassés jusqu’au diable vauvert. Les malheureux n’ont même plus le plaisir enfantin de voir leurs héritiers marron marcher dans le crottin. L’autre semaine, des s@lauds, à cent quarante à l’heure, vers un cimetière minable, emportaient un des leurs quand, sur un arbre en bois dur, ils se sont aplatis. On s’aperçut que le mort avait fait des petits. ».

Enfin, pied de nez à la mort, et déclaration d’amour à sa ville natale : « Pauvres rois, pharaons, pauvre Napoléon, pauvres grands disparus gisant au Panthéon, pauvres cendres de conséquence, vous envierez un peu l’éternel estivant qui fait du pédalo sur la vague en rêvant, qui passe sa mort en vacances. » ("Supplique pour être enterré sur une plage de Sète").

Difficile de choisir les nombreuses chansons de Brassens. Comme le Web le permet, en voici une trentaine, dont certaines à faire découvrir, d’autres très célèbres. À chacun d’apprécier…


1. "La Mauvaise Réputation" (1952)






2. "Le Gorille" (1952)






3. "Les amoureux des bancs publics" (1953)






4. "Ballade des dames du temps jadis" de François Villon (1953)






5. "Il n'y a pas d'amour heureux" de Louis Aragon (1953)






6. "Brave Margot" (1953)






7. "Chanson pour l'Auvergnat" (1954)






8. "L'enterrement de Verlaine" de Paul Fort (1955)






9. "Je me suis fait tout petit" (1956)






10. "Les croquants" (1956)






11. "Oncle Archibald" (1957)






12. "Au bois de mon cœur" (1957)






13. "Le pornographe" (1958)






14. "Le vieux Léon" (1958)






15. "À l'ombre du cœur de ma mie" (1958)






16. "Les funérailles d'antan" (1960)






17. "Le mécréant" (1960)






18. "Le temps ne fait rien à l'affaire" (1961)






19. "Les Trompettes de la renommée" (1962)






20. "Jeanne" (1962)






21. "Les Copains d'abord" (1964)






22. "Le mouton de Panurge" (1964)






23. "Supplique pour être enterré à la plage de Sète" (1966)






24. "La Fessée" (1966)






25. "La non-demande en mariage" (1966)






26. "Misogynie à part" (1969)






27. "Fernande" (1972)






28. "La Ballade des gens qui sont nés quelque part" (1972)






29. "Mourir pour des idées" (1972)






30. "Le boulevard du temps qui passe" (1976)






31. "Élégie à un rat de cave" (1979)






32. "Ballade à la lune" d'Alfred de Musset (1979)






33. "La nymphomane" chanté par Jean Bertola (1982)






34. "Chansonnette à celle qui reste pucelle" chanté par Jean Bertola (1982)






Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (29 octobre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Georges Brassens.
Léo Ferré.
Grace Kelly.
Coluche.
Thierry Le Luron.
Pierre Dac.
Christina Grimmie.
Abd Al Malik.
Yves Montand.
Daniel Balavoine.
Édith Piaf.
Jean Cocteau.
Charles Trenet.
Michel Galabru.
Bernard Blier.
Gérard Depardieu.

_yartiBrassens04



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20161029-brassens.html

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/georges-brassens-poete-tendre-des-185921

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2016/10/29/34477218.html

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).