Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 03:27

(dépêche)

 

Emad Abu Ghazi nommé le 6 mars 2011 Ministre de la Culture et des Antiquités en Egypte

 


New Minister for Culture and Antiquities in Egypt

 

Sunday, 6 March 2011

Dr. Emad Abu Ghazi, professor of archival studies at Cairo University ( a Medievalist it seems) will be new Minister of Culture and antiquities in Egypt, replacing the SCA and the recently formed Ministry of Antiquity Affairs .

It seems that within the Ministry the SCA will be recreated (or retained) – so a return to the pattern of all but the last few days of the Muarak era. It will be headed by Dr Abdel (Mohamed Abdel) Maqsoud, former head of Alexandria and Lower Egypt under Hawass. He has been in the news recently for shipping the entire contents of the compromised Qantara storerooms under military escort to Cairo. Let us see whether his appointment results in any changes in the model of doing things created by his former boss Zahi Hawass.

The situation of archaeology in the state administrative and legislative systems is crucial to its ability to effectively protect the archaeological resource from unmitigated damage. The name of the new ministry is interesting, though it is difficult at this stage to decide whether it is one to be excited about or apprehensive about. In former days, the Supreme Council of Antiquities came under the Ministry of Culture, which gave rise to the problem (not restricted by any means to Egypt alone – see the UK for example) that archaeology was financed from a common pool of funds which had to be divided among other areas of culture. Opera and brass bands for example. In a case like Egypt, where “archaeology” (in a broader sense) contributes funds, many of them end up being siphoned off to support those that do not, opera and brass bands for example, and not being ploughed back into archaeology.

But of course what is generating the revenue is not “archaeology” itself, but tourism. If there are tourists around, where there are standing ruins or romantic looking humps and bumps in a field, given the appropriate marketing, infrastructure and presentation – you can make money out of them. Hawass was one of the ones who understood the point about “presentation”, having done a great deal to open eyes in his country to how sites SHOULD look if you want the tourists to not turn away in disgust from all but the most iconic of sites.

From the point of view of archaeology, the creation of a Ministry for Antiquities Affairs was a positive step forward with the potential of giving it some independence, not only financial but also of state cultural policy. This would, potentially at least, allow the creation of policies more likely benefitiing the archaeological record and its conservation and better management.


The problem with the former model of seeing everything under the 'promoting tourism' model is that the sites that attract tourists are only part of the archaeological record. The finds visitors want to see in museums fall into strictly definale groups (see teh UK Treasure Act). A well-preserved upper Palaeolithic kill site, or the complex of waste dumps of a nineteenth century glassworks or the soil stains of a decayed medieval peasant hovel on the site where some tycoon wants to build a supermarket (“creating local jobs”) for example are not tourist attractions. But it is precisely such sites that need to be seen as just as much part of the archaeological heritage as a Karnak (or Carnac) or KV62 (that’s Tut’s tomb for the rest of us). Its these sites which need to be protected from needless and unmitigated destruction, not just those that tourists pay through the nose to visit.

So what is behind this new title? What are these antiquities it covers? Is an undisturbed scatter of Upper Palaeolithic flints on the desert surface an “antiquity” for everyone (including Egypt’s current military lawmakers)? Or are “antiquities” the shattered visage half-sunken in the sand of Shelley’s Ozymandias King of Kings (30 Egyptian pounds adults entry fee)? Is the juxtaposition of antiquities and culture intended to convey that these (yet-to-be-defined) antiquities are something separate from culture (“and”) or does the term culture include them? Will antiquities be treated in the New Egypt as a separate entity, or as part of a broader understood cultural heritage – and whatever the answer, is that a good or bad thing?

One thing is clear, in the near-immediate dissolution of the newly-formed ministry (just) for antiquities, in a sense, the position of archaeological resource management has already been weakened with a few days of the beginning of the process of creating a “new Egypt”.

Posted by Paul Barford at 09:52 
Labels: Egypt


 

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 02:24

(verbatim)

 

Interview de Zahi Hawass : pourquoi il a démissionné du gouvernement égyptien

 


Why Dr Hawass Resigned
Posted: 06 Mar 2011 02:32 AM PST

Q: Dr. Hawass, for many years you have been the image of modern Egyptology. Why are you leaving now?

A: “I am leaving because of a variety of important reasons. The first reason is that, during the Revolution of January 25th, the Egyptian Army protected our heritage sites and the Egyptian Museum in Cairo. However, in the last 10 days the army has left these posts because it has other tasks to do. The group now in charge of the protection of these sites is the Tourist Police, but there are no Tourist Police to do this either. Therefore, what happens? Egyptian criminals, thieves (you know, in every revolution bad people always appear…), have begun to destroy tombs. They damaged the tomb of Hetep-ka at Saqqara, the tomb of Petah-Shepses at Abu Sir and the tomb of a person called Em-pi at Giza. They attacked a storage magazine at Saqqara and we do not yet know how many artifacts are missing; they opened two storage magazines at Giza; one tomb dated to the 19th Dynasty, the only one in the Delta in fact, was damaged at Ismaïlia; and a store at El-Qantara East has been broken into and looted for antiquities. People have begun to build houses and to excavate at night, everywhere, putting heritage sites all over the country at risk. I had to write a report and I sent it to the Director of UNESCO. That is why at the meeting of the Egyptian cabinet yesterday I had my speech prepared already and I said: “I cannot stay in Egypt and see antiquities being stolen when I cannot do anything to stop it!” This situation is not for me! I have always fought to return stolen artifacts to Egypt. I did fight Ahmed Ezz as well, the man in the Parliament, who was the most powerful man, because he wanted to allow antiquities to be sold in Egypt again.

The second reason is that there are two crooks in the Antiquities Department, who have accused me of stealing antiquities and doing other illegal things all of the time. Their files talk about this. A third person started saying similar things, a university professor who was the Antiquities Director for almost 6 years before me, who never accomplished anything in that time. As a corrupt man, he even gave his signed permission to a rich lady from another Arabic country to take manuscripts out of Egypt! These three people encouraged young Egyptians to protest against me personally, to shout outside my office that they needed jobs. Sadly, I cannot give a job to everyone, but I did find funds to provide nearly 2000 training positions. In response to the horrible rumors that I am stealing antiquities. How could this be?! How could a man who has given his life to protecting and promoting antiquities, be accused later of stealing them?! Because of all of these things, I believe that if I stay in my position for another six months, I will never be able to protect the antiquities I love and I will never be able to work during this mess. All my life, I have been excavating, discovering, writing books and giving lectures all over the world. My work is responsible for bringing many tourists to Egypt, which helps our economy. But now I cannot do this! Therefore, I decided to resign”.

Q: Your decision could have a very negative impact on tourism in Egypt and on the image of the post-revolutionary Egypt…

A: “I know. I agree with you, but what can I do? I cannot work during this mess. Antiquities are my life. I cannot see with this mess in front of me. I cannot work with these dishonest people trying to tell everyone else that they are honest. I was writing an article before you came about a situation similar to this that happened 4000 ago in Egypt. A nice man, his name was Ipuwer, tells us on a papyrus what he saw when he took a look at the state of the country. He describes chaos - how the poor became rich and rich became poor. The lady who had a mirror before cannot find the mirror now. She looks at her face in the water. People robbed the pyramids, they robbed everything. That is what is happening now too! It is something I cannot stop! I can work if there is discipline and honesty, but dishonest people have begun to appear and to attack the honest people. I can stand against them if antiquities are safe, but at the moment antiquities are not safe!”

Q: What are the conditions under which you would come back to lead the Ministry of Antiquities?

A: “I will come back if there is stability at the sites and if there are police, as it was before, to protect the sites, but now people come to them with guns. They stand in front of my security people, who run away, because they are not armed. In the past, the police refused to give them weapons. Therefore, everyday, in the morning, I am waiting for news. What has been robbed today? What has been stolen today? Since I cannot stop this, I cannot come back.

Q: Recently, you issued an urgent appeal to the young Egyptians of the revolution to protect the sites. What was the reason behind this?

A: “It was wonderful. This is something that really everyone should know. On Saturday, January the 29th, I went to Tahrir Square at nine in the morning. I walked among the young people there. They came to me and explained how they put themselves in front of the Egyptian Museum to protect it. When I checked inside, I saw that all the masterpieces of the Museum’s collection were still there. That is why I originally announced that the Museum was safe. Sadly, we have since discovered that 18 objects were stolen and 70 were damaged, but the final report is still in preparation and we will know the real result soon. The Director of the Museum has told me that there are more missing artifacts, but none are major pieces. Thanks God, someone found a statue of Akhenaton giving an offering near a garbage can in Tahrir Square and returned it. The Egyptian Museum is open again now. I would like people to go to it and see that it is safe. I have also been arguing with people who are now trying to tell me, “How can you ask for the bust of Nefertiti to be returned to Egypt, if your own people are stealing and damaging the monuments?”. I say that if what happened in Egypt, with the police force abandoning the streets for two nights, had happened in Rome, for example, Rome too would be robbed, completely. Their museums would have been robbed as well. Thank God, all that happened that day here was not that bad.”

Q: Frankly, Dr. Hawass, are you encouraging tourists to come back to Cairo and to the archaeological sites, or is this still not safe?

A: “Honestly, I have to tell you that if the Ministers of Tourism and of the Interior make a statement to give back the police their power, tourists could come to visit Egypt again. Until now, however, they have not done this. This means that visitors from abroad will have to wait until police officers and Antiquities Police are at every archaeological site once more.”

Q: Until that moment, it is not safe?
A: “I can say this, yes.”


 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 11:06

Deux pays sont déjà à peu près sur la bonne voie, la Tunisie et l’Égypte. Un autre, la Libye, subit la terreur temporaire d’un dictateur jusqu’au-boutiste. Et les autres suivent… Rien ne peut arrêter les peuples qui ont soif de liberté. Petit guide très modeste pour une transition démocratique idéale et un processus constitutionnel rationalisé.


yartiVadeMecum01Alors que la Libye est meurtrie par la répression acharnée de Mouammar Kadhafi pour se maintenir au pouvoir (on parle d’au moins six mille morts depuis mi-février 2011 et le procureur de la Cour pénale internationale va faire une enquête), les deux pays où les révolutions ont réussi à faire partir leur dictateur, la Tunisie (le 14 janvier 2011) et l’Égypte (le 11 février 2011), ont encore beaucoup de mal à gérer leurs institutions.


Des gouvernements qui tombent sous la pression du peuple

En Tunisie, après plusieurs morts dans des manifestations violentes, le gouvernement de transition dirigé par Mohamed Ghannouchi, dernier Premier Ministre de Zine Ben Ali, a démissionné le 27 février 2011. Son successeur Béji Caïd Essebsi (84 ans) fut un Ministre de l’Intérieur puis de la Défense et enfin des Affaires étrangères de Bourguiba et connaît particulièrement bien les questions de sûreté nationale.

En Égypte, comme je l’imaginais le 1er mars 2011, le gouvernement de transition d’Ahmed Chafik, nommé par Hosni Moubarak le 31 janvier 2011, a lui aussi démissionné le 3 mars 2011 sous la pression populaire, pour éviter des rassemblements violents le jour de la prière, ce vendredi 4 mars 2011.

C’est Essam Charaf (58 ans) qui devient le nouveau Premier Ministre égyptien. Ancien ministre technique de Moubarak, ingénieur et professeur à l’Université du Caire, il avait participé aux manifestations place Tahrir. Si sa nomination a été généralement bien accueillie yartiVadeMecum02parmi les révolutionnaires (qui ont applaudi place Tahrir), d’autres y voient un homme de paille des militaires qui n’a aucune vision politique et qui serait là pour protéger d’autres intérêts…

Pour l’anecdote, l’un des ministres nommés le 31 janvier 2011, le fameux docteur Zahi Hawass, Ministre des Antiquités égyptiennes, avait envisagé de démissionner pour protester contre l’absence de policiers sur les sites archéologiques dont il a la responsabilité (En fait, Zahi Hawass vient de démssionner du gouvernement).

Les deux pays ont donc cherché à mettre en place un gouvernement de transition qui ne soit plus issu du dictateur déchu. C’est la première étape d’une transition qui se cherche.


Un processus démocratique qui se cherche

La Tunisie a finalement renoncé à la tenue d’une élection présidentielle et a décidé d’organiser l’élection d’une assemblée constituante pour le 24 juillet 2011, ce qui me paraît très prometteur.

Cette élection a été annoncée par le Président tunisien par intérim Fouad Mebazaa (77 ans) le 3 mars 2011 souhaitant une Constitution qui soit « le miroir des aspirations du peuple et des principes de la révolution ». Fouad Mebazaa, qui a décidé d’assumer ses fonctions au-delà du 15 mars 2011 (date en principe de la fin de l’intérim prévu par l’article 57 de la Constitution actuelle), a par ailleurs décidé de faire rédiger un nouveau Code électoral par une commission indépendante représentative des partis politiques et de la société civile.

L’Égypte, quant à elle, voudrait soumettre à référendum un changement constitutionnel dès le 19 mars 2011, ce qui me paraît beaucoup trop tôt, puis organiser des élections législatives en juin 2011 puis une élection présidentielle six semaines plus tard. Sans doute les "résidents" de la place Tahrir vont réclamer la manière tunisienne, à savoir l’élection d’une assemblée constituante pour remettre à plat les institutions politiques de manière apaisée.

Les transitions démocratiques sont toujours difficiles à conduire car c’est l’urgence et l’impréparation qui souvent en sont les principaux moteurs.


Vade-mecum

En ayant à l’esprit la sortie de la Seconde guerre mondiale de la France, voici très modestement un petit mode d’emploi que je soumets aux révolutionnaires pacifiques.

1. Après la démission du dictateur en place, nomination d’un gouvernement apolitique non issu du dictateur déchu qui aurait en charge non seulement les affaires courantes mais aussi la transition démocratique, à savoir l’organisation matérielle et politique des consultations électorales (liste électorale, assesseurs, sincérité des scrutins, commission de contrôle etc.) et la mise en place de partis politiques librement créés.

2. Après une période de quelques mois (permettant à tous les partis de se structurer), élection d’une assemblée constituante chargée uniquement de rédiger puis d’adopter une nouvelle Constitution. Son mandat doit être de brève durée (quelques semaines ou quelques mois), et aboutir à un référendum pour faire adopter les nouvelles institutions.

3. En cas de succès du référendum, élections législatives dans un premier temps, et éventuellement (si la nouvelle Constitution le prévoit), élection présidentielle par la suite. En cas d’échec du référendum, élection d’une nouvelle constituante pour rédiger une autre Constitution.

C’est ce qu’il s’était passé en France : élection d’une assemblée constituante le 21 octobre 1945 (le caractère constituant de l’assemblée a été adopté le même jour par référendum), rejet du projet constitutionnel le 5 mai 1946, élection d’une nouvelle constituante le 2 juin 1946, adoption de la nouvelle Constitution (celle de la IVe République) le 13 octobre 1946, élections législatives le 10 novembre 1946, et enfin élection présidentielle le 16 janvier 1947 (au suffrage universel indirect). La transition démocratique aura duré près deux ans et cinq mois (du 25 août 1944 au 16 janvier 1947).

Le modèle du début de la IVe République me paraît d’ailleurs plus pertinent que celui de la naissance de la Ve République dont le contexte était à la fois très particulier et beaucoup moins dramatique.

4. À la fin du processus, le pays aurait alors une Constitution démocratiquement approuvée par le peuple, des parlementaires et éventuellement un Président directement et librement élus par le peuple et enfin opérationnels et légitimes pour réaliser les grandes réformes économiques et sociales attendues par la population.

Évidemment, l’idéal est souhaitable mais n’est pas forcément ce qui se déroulerait. Par exemple, que se passerait-il si un parti islamiste, partisan de l’instauration d’une république islamiste, réussissait à conquérir la majorité de l’assemblée constituante ? Cette question a justement justifié et fait durer toutes les dictatures dans les pays arabes avec l’appui des pays dits occidentaux. La démocratie présente toujours le risque de faire venir au pouvoir des antidémocrates. Aux peuples libres de choisir de manière éclairée…


Non ingérence extérieure

Dans tous les cas, il me semble indispensable qu’aucun pays extérieur ne puisse s’ingérer dans ce processus démocratique, à l’exception, peut-être, d’observateurs indépendants qui garantiraient la régularité et la sincérité des différents scrutins.

Il me paraît également nécessaire que les projets de nouvelle Constitution soient basés sur la spécificité du pays en question et ne prennent pas systématiquement modèle sur le droit constitutionnel de pays qui ont une longue tradition démocratique (comme la France, les États-Unis ou le Royaume-Uni), comme cela s’est passé dans beaucoup de pays africains après la décolonisation.

Sans faire d’ingérence, je pense qu’il serait sans doute raisonnable d’imaginer un régime de type parlementaire (comme en Grande-Bretagne, en Italie, en Allemagne, en Espagne, ou même en Turquie ou en Israël) qu’un régime de type présidentiel (comme aux États-Unis, en France ou en Russie), car il aurait l’avantage d’empêcher une dérive trop personnelle du pouvoir.


Nouvelle vague

Le vent de liberté qui s’est levé sur le monde arabe ne pourra pas s’arrêter. Après la Tunisie et l’Égypte, la Libye, probablement le Yémen, yartiVadeMecum04puis Barhein, l’Algérie, le Maroc, la Jordanie, peut-être la Syrie, même Oman pourraient se transformer en régimes plus démocratiques, ou plutôt, plus ouverts à la volonté populaire, avec des processus propres à chacun de ces pays.

C’est une nouvelle vague de démocratisation qui a déjà eu des précédents, avec une première vague en Europe du Sud au milieu des années 1970 (Espagne, Portugal, Grèce), puis dans les années 1980 avec la mise en place de démocraties en Amérique latine (seul le Venezuela pourrait prêter à la critique à cause de l’autoritarisme d’Hugo Chavez), puis au début des années 1990, après la chute du mur de Berlin et la fin de l’Union soviétique, toute l’Europe centrale et orientale.

La décennie des années 2010 commence avec ce vent de liberté chez les peuples du monde arabe (ou du monde musulman si je rajoute l’Iran dont la répression est terrible).


Retour en Europe ?

Certains dirigeants européens y voient là d’abord un grand danger électoral par l’éventualité d’une immigration massive vers l’Italie et la France.

J’y vois au contraire une opportunité extraordinaire de résoudre ce "problème" d’immigration si ces révolutions pacifiques et non violentes en cours sont encouragées et gagnées : quand tous les pays du Maghreb (zone d’origine majoritaire de l’immigration en France) deviendront des démocraties véritables, la liberté entraînera la prospérité économique et réduira les flux migratoires.

Les révolutions arabes comme un grand bouleversement un an avant l’élection présidentielle française de 2012 : c’est ce qu’il s’était déjà produit juste avant l’élection présidentielle de 2002 avec les attentats du World Trade Center. Aujourd’hui, il n’est pas sûr qu’après les maladresses cacophoniques de Michèle Alliot-Marie, la France ait saisi tout l’intérêt à tirer de ces grands changements internationaux.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (4 mars 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Faut-il intervenir en Libye ?
Et si l’on écoutait Michel Rocard ?


(Illustrations. 2
e : place Tahrir le soir du 10 février 2011 ; 4e : "Le Chat" de Philippe Geluck)


yartiVadeMecum03


http://rakotoarison.lesdemocrates.fr/article-268

 



 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 03:45

(dépêche)

 

Démission de Zahi Hawass du gouvernement égyptien (3 mars 2011)

 


Egyptian Antiquities Chief Says He’s Out


By KATE TAYLOR
March 3, 2011, 1:25 pm

After Egypt’s prime minister resigned on Thursday and the army asked his replacement to form a caretaker cabinet, Zahi Hawass, Egypt’s powerful and controversial antiquities chief, said he would not be part of the new government. His comments came after he posted on his Web site for the first time a list of dozens of sites that have been looted since the beginning of the uprising that led to the fall of President Hosni Mubarak.

Reached by telephone Mr. Hawass, a member of the previous cabinet, said he was happy that he had made the “right decision” and lashed out at colleagues who have criticized him, including one who has accused him of smuggling antiquities.

Among the places Mr. Hawass named as having been looted were the Metropolitan Museum of Art’s storerooms at its excavation site in Dahshur, south of Cairo. In a statement the Met’s director, Thomas P. Campbell, described that incident as having taken place several weeks ago.

Mr. Campbell expressed alarm about continuing looting, calling it “a grave and tragic emergency.” In a statement, which was issued before Mr. Hawass’s resignation was confirmed, he said:

“The world cannot sit by and permit unchecked anarchy to jeopardize the cultural heritage of one of the world’s oldest, greatest and most inspiring civilizations. We echo the voices of all concerned citizens of the globe in imploring Egypt’s new government authorities, in building the nation’s future, to protect its precious past. Action needs to be taken immediately.”

47 Readers' Comments

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 11:05

(verbatim)

 

Zahi Hawass envisage de démissionner du gouvernement égyptien pour protester contre l'absence de sécurité sur les sites archéologiques

 

The status of Egyptian antiquities today, 3 March, 2011
Posted: 02 Mar 2011 11:40 PM PST

When the revolution began on January 25, 2011, and through its first week, there were only a few reports of looting: at Qantara East in the Sinai, and at the Egyptian Museum, Cairo. However, since Mubarak's resignation, looting has increased all over the country, and our antiquities are in grave danger from criminals trying to take advantage of the current situation.

The Egyptian Museum, Cairo

On Saturday, 29 January, I entered the museum the morning after the break-in and I could see through the museum’s monitor, objects were broken and thrown all over the galleries. However, all of the masterpieces seemed to be present. At first glance, it did not seem that objects were missing and I announced that the museum was safe.

After our preliminary inventory, we discovered that eighteen items were missing. Thankfully four of these items have already been recovered. The Heart Scarab of Yuya and the body of the goddess from the statue of Menkaret carrying Tutankhamun were both found on the west side of the museum near the new gift shop, and one of the missing shabtis of Yuya was discovered under a showcase inside of the museum. The statue of Akhenaten as an offering bearer was discovered by a young protester near the southern wall of the museum in Tahrir Square. His family immediately contacted the Ministry of State for Antiquities to arrange the statue’s return to the museum. I am now waiting for the Registration, Collections Management and Documentation Department to complete its final report on what else, if anything, is missing from the Egyptian Museum, Cairo. The General Director of the museum has told me that this report will be completed by Sunday.

Storage magazines in Egypt

Many storage magazines have suffered break-ins; sites from all over Egypt have suffered at the hands of criminals.

·At Qantara East, in the Sinai, looters broke into the magazine and stole several boxes of objects. Fortunately, to date 292 items have been returned.
·Criminals attacked Saqqara several times about ten days ago. The padlocks of many tombs were opened.
·The magazine of Metropolitan Museum of Art’s expedition in Dahshur, known as De Morgan, was attacked twice; looters were able to overpower and tie up the guards.
·In Abusir, looters broke into the magazine of a Czech expedition.
·In Giza, on March 1,2011, criminals broke into the Selim Hassan magazine. These looters were carrying guns and the unarmed site guards quickly surrendered for fear of their lives.
·Magazines in Tell el-Basta and Wadi el-Feiran, near Sharm el-Sheikh, were also subject to breaking and entering.

Site inspectors at each of these locations are still carefully checking the magazine inventories against their databases to assess the full extent of the damage. I am waiting for the inspectors to finish their work and file their final reports with me.

Pharaonic sites

Several pharaonic sites have been subjected to vandalism and looting.

Statue of Ramesses II in Aswan.


·The tomb of Ken-Amun in Tell el-Maskhuta, near Ismailia, was completely destroyed. It is the only known 19thDynasty tomb in Lower Egypt.
·At Giza, near the Great Sphinx, the looters broke into the tomb of Impy. Vandals also attempted to destroy other buildings and tombs in Giza, but they were unsuccessful.
·In Saqqara, inscribed blocks and parts of the false door were stolen from the tomb of Hetepka.
·Inscribed blocks were also taken from the tomb of Ptahshepses in Abusir.
·The guards of sites in Nekhen, north of Edfu, caught several thieves.
·In Aswan, looters attempted to steal a statue of Ramesses II, but archaeologists and guards at the site apprehended them.
·A site in Northern Sinai was destroyed when looters arrived with a loader.
·Looters have attacked Abydos nearly every night; illegal excavations and trenches, some as deep as five meters, have damaged the site.
·Reports of illegal construction have been reported near the pyramid of Merenre and the Mastaba Fara’un, near Saqqara.

Many sites, including Alexandria, Ismailia, Saqqara, Behaira, Sharqia, Abusir and Dahshur, have reported illegal excavations, some of which have taken place at night.

Islamic Monuments

Islamic monuments have also suffered during this crisis.

·The police station of el-Gamalia was set on fire; this station ensured that no cars drove on al-Muizz Street. This street was recently restored at a cost of one billion Egyptian pounds. Without the police presence, cars have already returned to al-Muizz Street.
·In Tanta, the Sabeel of Ali Bey Al-Kabir, was broken into and three windows of Msavat metal framework, furniture and the modern iron gate were stolen. Some pieces of the window were found in the possession of street merchants.
·Near Alexandria, Kom el Nadoura suffered some damage to its doors and furniture.
·At Wekhalit el Jeddawi, in Esna, the local people broke in, changed the locks and are protesting in front of the wekhalit.
·Khan el-Zeraksha, a recently restored group of villas, was broken into by about 50 armed thugs, who forced the security team to leave. The criminals are still occupying the site.
·On Monday, February 14, a group broke the door to Wekhalit el Haramin, at Hussein, which falls under the Egyptian Awqaf Authority. The Egyptian army and the Awqaf Authority worked together and had the thugs out by Tuesday, however.

Despite all of the damage and looting that has occurred, I am happy to report that all of the Jewish synagogues and all of the Christian churches and monasteries have remained safe and undamaged.

The antiquities guards and security forces at sites are unarmed and this makes them easy targets for armed looters. The guards and security forces are therefore forced to comply with the criminals’ demands. In addition, the Egyptian police force does not have the capacity to protect every single site, monument and museum in Egypt. The situation looks very difficult today and we are trying our best to ensure the police and army restore full protection to the cultural heritage of the country.

Zahi Hawass

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 06:35

(dépêche)

 

Démission du Premier Ministre égyptien Ahmed Chafik


Le Premier ministre égyptien démissionne, remaniement en Egypte
il y a 15 min

Le Premier ministre égyptien Ahmed Chafik a démissionné, annonce jeudi le Conseil suprême des forces armées (CSFA), répondant favorablement aux demandes de remaniement formulées par des artisans de la révolution.


L'armée au pouvoir, qui a publié son communiqué sur sa page Facebook et en a confirmé la teneur à Reuters, a chargé Essam Charaf, un ancien ministre des Transports, de former un nouveau gouvernement.

Chafik avait été nommé par Hosni Moubarak quelques jours avant le départ du "raïs" le 11 février, à l'issue de 18 jours de révolte populaire.

Essam Charaf, ancien professeur et ingénieur, a participé à des manifestations contre Hosni Moubarak sur la place Tahrir du Caire. Il a été membre du gouvernement entre 2004 et 2006 avant de revenir enseigner à l'université du Caire.

Le CSFA, qui avait maintenu à leurs postes tous les ministres régaliens nommés par Moubarak avant son départ, était sous forte pression de la rue pour procéder à un remaniement.

Les protestataires réclamaient la formation d'une équipe de technocrates dans l'attente du transfert du pouvoir aux civils.

Une réforme constitutionnelle sera soumise à référendum le 19 mars, en prélude à des élections législatives en juin et présidentielle six semaines plus tard.

Edmund Blair et Marwa Awad, Clément Guillou pour le service français



 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 18:50

(dépêche)

 

 

LE PROCUREUR DE LA CPI VA OUVRIR UNE ENQUÊTE EN LIBYE
New York, Mar  2 2011  9:50AM

 

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, va annoncer jeudi, conformément aux prescriptions du Statut de Rome, l';ouverture d';une enquête en Libye, a indiqué mercredi la CPI.
 
En vertu de la résolution 1970 (2011) du Conseil de sécurité de l';ONU, la CPI est compétente pour examiner la situation en Libye depuis le 15 février 2011. Au vu des dispositions du Statut de Rome, le Procureur ouvrira une enquête s';il existe une base raisonnable permettant de croire que des crimes relevant de la compétence de la Cour ont été commis, précise la CPI dans un communiqué.
 
D';après l';examen préliminaire des informations portées à sa connaissance, le Procureur est parvenu à la conclusion que l';ouverture d';une enquête s';imposait.
 
Dans le cadre d';une conférence de presse qui se tiendra jeudi à La Haye, le Procureur donnera un aperçu des crimes allégués commis en Libye depuis le 15 février 2011 et communiquera les premières informations recueillies quant aux entités et aux personnes susceptibles de faire l';objet de poursuites, qu';il a du reste notifiées afin de prévenir la commission d';autres crimes.
 
Le Bureau du Procureur reste en contact avec l';ONU, l';Union africaine, la Ligue des États arabes, et plusieurs États. Il recueillera en outre des informations auprès d';autres sources, dont Interpol, qui lui prêteront leur concours. Le Procureur agira en toute indépendance et en toute impartialité, affirme la CPI.
 
Le Procureur présentera ensuite son dossier aux juges de la CPI à qui il reviendra de se prononcer sur la délivrance de mandats d';arrêt à partir des éléments de preuve  rassemblés.

Mar  2 2011  9:50AM 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:15

Après 1989, 2011 semble redonner au monde une nouvelle espérance. C’est maintenant que la diplomatie a besoin de créativité et d’imagination pour établir de nouveaux rapports entre les nations.


yartiRocard201101Lorsqu’on l’a interrogé sur le énième épisode des vacances tunisiennes de Michèle Alliot-Marie le 28 février 2011 sur LCP, l’ancien Premier Ministre Michel Rocard, qui avait soutenu Bertrand Delanoë au congrès socialiste de Reims en novembre 2008, a balayé d’un revers de main pour dire que ce genre de polémique ne l’intéressait pas.

Le dernier épisode, c’était évidemment la démission de Michèle Alliot-Marie et son remplacement par Alain Juppé que Michel Rocard connaît bien pour avoir fait partie d’une même commission que lui en 2009 (coprésidence sur le grand emprunt).

C’est sans doute la différence entre un homme d’État et un homme politique "classique" : rejeter toutes microvilenies pour n’aborder que les thèmes essentiels. En d’autres termes, prendre de la hauteur.

Et parmi ces thèmes essentiels, la redéfinition des relations entre la France (et plus généralement l’Europe) et les pays arabes en pleine révolution populaire.

Pour Michel Rocard, il s’agit de réagir rapidement et de prendre des initiatives pour à la fois conforter les peuples dans leurs revendications sociales et politiques et éviter toute dérive soit islamiste soit dictatoriale.

Car c’est une chance extraordinaire de pouvoir vivre des révolutions qui sont en même temps pacifiques (les manifestants sont modérés) et je dirais "anationales" et areligieuses, c’est-à-dire qui ne mettent en avant que le besoin de pain et de liberté sans mettre en avant l’islam et sans brûler un seul drapeau d’un autre pays. Ce sont des révolutions constructives et pas destructives.

Mais tout peut évoluer très vite dans un sens ou un autre. Le problème actuel est l’absence totale de préparation politique pour l’après-dictature : tout le monde est pris de court, que ce soient les manifestants eux-mêmes ou leurs amis étrangers.

En Tunisie où le gouvernement de transition a dû démissionner et en Égypte encore dirigée par les militaires, aucune solution politique à court terme n’est envisagée concrètement. Et pour la Libye, la situation est encore bien plus difficile en raison de sa division par tribus.

yartiRocard201103Michel Rocard propose ainsi au gouvernement français de s’appesantir surtout sur les peuples et pas sur les États, de prendre l’initiative de projets concrets comme une coopération sur le problème de l’eau par exemple, enjeu majeur pour l’Égypte selon l’ancien Secrétaire Général de l’ONU, l’Égyptien Boutros Boutros-Ghali qui, à 88 ans, participait encore le 28 février 2011 à une émission télévisée (sur France 3).

Le Premier Ministre François Fillon a annoncé le 28 février 2011 sur RTL que la France allait envoyer de l’aide humanitaire en fin de journée : « Dans quelques heures, deux avions partiront pour Benghazi à la demande du gouvernement français avec des médecins, des infirmiers, du matériel médical, des médicaments. ».

L’aide humanitaire est le minimum syndical que peut décider la France. C’est une bonne initiative mais largement insuffisante.

François Fillon n’a pas non plus exclu d’emblée une intervention militaire pour chasser du pouvoir Kadhafi : « Je sais que l’on évoque des solutions militaires. Ces solutions font l’objet d’évaluations de la part du gouvernement français. ». Notamment concernant une interdiction de survol du territoire libyen pour empêcher l’arrivée de mercenaires et la fuite de la famille Kadhafi.

Tout en restant très prudent et en considérant que la décision doit être collective et provenir du Conseil de sécurité de l’ONU, François Fillon a assuré que cette solution ne serait possible « que dans le cadre d’une opération conjointe avec des grands pays » en ajoutant : « Personne aujourd’hui n’a les moyens tout seul de réaliser cette opération. Il faudrait donc impliquer l’OTAN et je pense qu’il a là une réflexion à avoir. Est-ce que l’OTAN doit être impliquée dans une guerre civile au sud de la Méditerranée ? C’est une question qui, pour le moins, mérite d’être réfléchie avant d’être lancée. ».

C’est assez clair que si l’on ne veut pas changer la nature surtout intérieure des révolutions en cours, les étrangers doivent se garder de s’ingérer militairement, d’autant plus que la réussite d’une solution militaire n’est pas acquise et que la Libye pourrait devenir un bourbier aussi meurtrier que dans d’autres régions du monde où une coalition (de bonnes intentions) a voulu intervenir.

L’idée de Michel Rocard est donc très pertinente : ne pas envisager les relations avec les pays en révolution seulement dans le cadre de relations d’État à État (ce qui pose problème aujourd’hui par manque d’interlocuteur) mais les imaginer directement avec les populations dans des actions très concrètes.

Le problème d’un accompagnement à la démocratisation, c’est justement l’ingérence extérieure.

Peut-être que l’essentiel, somme toute, serait l’élection d’une véritable assemblée constituante en Égypte, en Tunisie et éventuellement en Libye, assemblée qui serait chargée de rédiger une nouvelle Constitution sur des bases démocratiques mais aussi spécifiques à chaque pays (il n’y a pas de modèle), un peu comme lors de l’indépendance des États de l’ancienne Union soviétique.

Et dans un tel schéma, il paraît important que ces premières élections, pour être indiscutables, se déroulent sous l’observation d’une commission internationale incontestable probablement issue de l’ONU.

Sans doute est-ce encore trop tôt. Il est cependant fort prévisible que le gouvernement égyptien actuel serait amené à démissionner comme l’a fait le gouvernement tunisien car, en fin de compte, les processus en cours en Tunisie et en Égypte sont aujourd’hui un peu comme si Louis XVI avait reçu le mandat de proclamer la République en 1789. Oxymore !

Il ne s’agit pas du tout, bien sûr, de guillotiner les actuels dirigeants, mais de permettre aux peuples eux-mêmes d’être maîtres directement de leur destin. Et pour cela, aucune nation ne peut les aider.

Après la chute du mur de Berlin (le 9 novembre 1989), un gouvernement est-allemand de transition a été constitué autour de Hans Modrow (membre du parti au pouvoir, la SED) le 13 novembre 1989 et a organisé des élections libres en quatre mois (le 18 mars 1990) pour assurer l’élection de l’opposant CDU Lothar de Maizière (au pouvoir du 12 avril au 2 octobre 1990) qui, lui même, a préparé la Réunification allemande en six mois. Le 5 février 1990, Hans Modrow avait nommé au sein de son gouvernement des représentants des nouveaux partis d’opposition afin d’impliquer toutes les forces politiques dans le processus démocratique.

La situation internationale est nouvelle et originale. C’est une petite lucarne de l’Histoire qui s’ouvre. Elle se refermera très vite. À la France et à ses partenaires de faire preuve d’imagination, de réflexion et de mesure pour trouver les bonnes initiatives qui nourriront la démocratie, la concorde et la paix.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (1
er mars 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Doit-on intervenir en Libye ?


yartiRocard201109


http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/egypte-tunisie-libye-et-si-l-on-89720

 

http://fr.news.yahoo.com/13/20110301/tot-gypte-tunisie-libye-et-si-l-on-couta-89f340e_1.html

 

http://rakotoarison.lesdemocrates.fr/article-265

 





Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 07:26

Des protestations impuissantes aux réactions brutales et guerrières, jusqu’où faut-il aller pour arrêter la boucherie de Kadhafi ?



yartiLibye01Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité le samedi 26 février 2011 à New York des sanctions contre les autorités libyennes en raison des « violations flagrantes et systématiques des droits de l’Homme, notamment la répression exercée contre des manifestants pacifiques ».


Des sanctions supposées dures

Parmi les sanctions décidées, le Conseil de sécurité va saisir le procureur de la Cour pénale internationale de La Haye de la situation dont la Jamahiriya arabe libyenne est le théâtre depuis le 15 février 2011 et qui pourrait constituer des crimes contre l’humanité. C’est la seconde saisine après celle concernant le conflit du Darfour, au Soudan.

Comme d’autres ambassadeurs libyens, la délégation libyenne dirigée par l’ambassadeur Abdourrahman Chalgam « soutient les mesures proposées dans le résolution visant à faire rendre des comptes aux responsables des attaques armées contre les civils libyens, y compris par le biais de la Cour pénale internationale ».

D’autres sanctions ont été décidées, comme un embargo sur les armes, une interdiction de voyager et un gel des avoirs de la famille Kadhafi.

La Chine qui avait hésité à se prononcer a rejoint les quatorze autres membres du Conseil de sécurité dans sa sévérité, en raison de son inquiétude pour les nombreux Chinois qui travaillent dans les complexes pétroliers libyens.

Le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-Moon a d’ailleurs menacé d’autres sanctions le cas échéant : « Les mesures d’aujourd’hui sont dures. Dans les jours à venir, s’il le faut, des mesures encore plus fortes pourraient être nécessaires. ».

En effet, malgré les nombreuses protestations internationales, le carnage semble se poursuivre en Libye, notamment dans la partie ouest de la côte. Le témoignage de certains Français rapatriés la semaine dernière sur la situation dans l’est libyen était déjà très alarmant. On parle déjà de plusieurs milliers de morts.

Le 25 février 2011 en Turquie, le Président Nicolas Sarkozy a clairement demandé la démission de Kadhafi et le yartiLibye02Président Barack Obama a également réclamé cette démission le lendemain. Au fur et à mesure de l’étendue du massacre, les chefs d’État prennent de moins en moins de gants.

Même si la crainte un peu égoïste d’une immigration massive originaire de Libye, d’Égypte et de Tunisie sur le territoire européen semble être l’une des principales préoccupations (on marche sur la tête !), on essaie de réagir tant bien que mal en misant sur les valeurs humanistes : le carnage est moralement insupportable et doit cesser.

Malgré les protestations internationales, Kadhafi n’a aucune intention de se retirer de lui-même.


Réaction à chaud

La question qui se pose très vite, que j’avais envisagée la semaine dernière assez candidement, c’est : faut-il intervenir militairement en Libye pour stopper le massacre ?

C’est un piège dans lequel on peut tomber un peu vite, comme dans tous les pièges à émotion qui peuplent des événements politiques ou politisés (ne serait-ce que le moindre fait divers, glauque et révoltant).

L’idée est très bien résumée par Marc Lynch le 21 février 2011 : « (…) A massacre is unfolding on live television and the world is challenged to act. » (« Un massacre se déroule en direct à la télévision et le monde est incité à agir. »).

Pourtant, ce serait évidemment une erreur d’intervenir militairement. Ce serait rajouter une boucherie à une autre boucherie. On ne peut pas être fier de la position française sur la guerre en Irak et imaginer commettre la même erreur en Libye pour quasiment les mêmes raisons : aider à la démocratisation.


Le cas particulier de la Libye ?

Si l’on fait une analogie entre 1989 et 2011, les révolutions n’ont pas été toutes pacifiques. Kadhafi pourrait se retrouver dans la position d’un Ceaucescu. La Libye comme un remake de la révolution roumaine, ou alors comme celui de la Chine de Tiananmen ?

Car c’est cela qui se joue : la répression a-t-elle aujourd’hui un sens en Libye ? On pourrait dire que non, puisque le pays est déjà en pleine partition et contrairement à la Tunisie et à l’Égypte (qui sont loin d’avoir terminé leur soulèvement, encore plusieurs morts à Tunis le 26 février 2011, ce qui a entraîné la démission du Premier Ministre Mohamed Ghannouchi), c’est une véritable guerre civile dont il s’agit.

En cas d’intervention militaire, que faire une fois le clan Kadhafi éliminé (d’une manière ou d’une autre) ? qui soutenir ? les tribus de l’est du pays ? Une intervention en Libye ressemblerait plutôt à l’enlisement en Afghanistan, avec une nation émiettée, éparpillée et pillée.

Et d’ailleurs, qui pourrait intervenir ? Les États-Unis ou/et l’Europe ou encore l’OTAN ? Le risque serait grand alors de ressouder l’armée libyenne dont l’actuelle décomposition favorise l’essor de la révolution. Et surtout de redynamiser un esprit de patriotisme arabe qui ne paraît pas être le moteur actuel des soulèvements (le moteur est plus social, économique et politique, que nationaliste).

La seule intervention possible ne pourrait être initiée le cas échéant que par La Ligue arabe dont l’actuel Secrétaire général, Amr Moussa (75 ans), aurait des ambitions présidentielles en Égypte.


Troisième voie entre dictature laïque et république islamiste

Une note très intéressante qui date du 24 février 2005 (disponible ici) et révélée par Rue89 avait d’ailleurs averti les yartiLibye07autorités françaises (Jacques Chirac et Michel Barnier à l’époque) de la nécessité de suivre la diplomatie américaine dans la volonté de favoriser la démocratisation des pays arabes par la rencontre des leaders de l’opposition, car il y a une réelle rancœur populaire. Un aveuglément de la diplomatie française ?

Jusqu’à maintenant, comme l’a réaffirmé d’ailleurs le Président Nicolas Sarkozy dans sa très courte allocution télévisée du 27 février 2011, les pays dits occidentaux croyaient qu’il n’y avait que deux possibilités pour les pays arabes : ou des régimes despotiques mais laïcs, ou des républiques islamistes de type iranien. Alors qu’une troisième possibilité existe et devrait être, aujourd’hui, fortement encouragée : une démocratie laïque.

L’exemple de la Turquie est souvent rappelé où l’équilibre reste très hésitant entre l’armée et le pouvoir actuellement détenu par un parti musulman qui respecte le suffrage universel. Cet exemple pourrait-il servir de modèle pour l’Égypte ? Beaucoup considèrent que les Frères musulmans qui ont plus une ambition sociétale qu’électorale ne présenteraient pas un danger immédiat dans le cadre d’une démocratie égyptienne. Mais comment faudrait-il réagir dans l’éventuel perspective d’une large victoire électorale d’islamistes radicaux ? Comme l’Algérie du 26 décembre 1991 en interrompant le processus électoral et en y installant des Présidents de l’armée ?


Entre messianisme et vénalité

Il y a lieu également de bien distinguer le type de despotes dans les pays anciennement colonisés. Ceux qui ont conquis le pouvoir juste après la décolonisation ont d’abord été des leaders messianiques, à visée et à vision politiques affirmées, et n’avaient pas, a priori, de perspectives vénales pour s’enrichir personnellement. Ni Nasser ni même Kadhafi n’ont voulu initialement le pouvoir pour des raisons uniquement d’intérêts financiers. Ils ont eu une réelle vision de la destinée de leur pays, ce qui les a rendus très populaires chez eux.

Au contraire de Ben Ali et de Moubarak dont la fuite confirme d’ailleurs leur motivation crapuleuse et cupide, de même que Gbagbo dont la prochaine fuite devrait clore l’impasse politique actuelle en Côte d’Ivoire. Dans d’autres endroits du monde, on peut imaginer que ni Fidel Castro ni Hugo Chavez n’ont eu pour principale motivation celle de s’enrichir personnellement.

D’une certaine manière, les dictateurs vénaux sont plus faciles à déloger : Kadhafi, lui, se croit vraiment le Messie et est prêt à défendre son propre pouvoir jusqu’à la "dernière goutte de sang". C’est là le danger, car le jusqu’au-boutisme est facteur de carnage. Cela n’a pas empêché Kadhafi de s’enrichir grâce aux réserves pétrolières, et de financer beaucoup d’organisations européennes.

L’une des principales raisons de ne pas intervenir, c’est aussi qu’un pays en complet désordre risquerait de faire tâche d’huile chez ses voisins tunisien et égyptien. Le risque est grand, en effet, qu’un nouveau nationalisme arabe prenne la relève des revendications sociales pour condamner toute intervention extérieure.


Huile sur le feu

Alors, intervenir militairement ? C’est faire peu de cas de l’incertitude actuelle. Aucune finalité politique ne peut être aujourd’hui définie, et il serait impensable qu’elle soit définie autrement que par les peuples eux-mêmes. En s’ingérant militairement, on confisquerait la révolution aux peuples qui, courageusement et surtout pacifiquement, s’insurgent contre les dictatures militaires et on créerait un autre front qui renforcerait l’islamisme radical.

Justin Raimondo l’a écrit le 23 février 2011 avec ces mots : « Intervention by the West would strengthen Qaddafy, yartiLibye05possibly even saving him from a well-deserved end, and give ammunition to the marginal Islamist element sympathetic to Al-Qaeda. Both would be confirmed in their worldview : see, Qadaffy would say, the foreigners are coming to take over your country. See, the Islamists would aver, the Crusaders are coming to take away your revolution. » (« Une intervention occidentale renforcerait Kadhafi et le sauverait peut-être d’une fin bien méritée. Elle donnerait des munitions au courant islamiste marginal qui sympathise avec Al-Qaida. Tous deux seraient confortés dans leur point de vue : regardez, dirait Kadhafi, les étrangers reviennent pour prendre le contrôle du pays ; regardez, diraient les islamistes, les Croisés viennent pour voler votre révolution. »).


Kadhafi, champion des droits de l’homme ?!

Rappelons pour finir l’un des points communs de ces différentes personnalités : Hugo Chavez, Fidel Castro, Evo Morales, Daniel Ortega, et enfin, Recep Tayyip Erdogan. Le point commun de ces chefs d’État ou de gouvernement, c’est (entre autres) qu’ils ont tous les cinq reçus le prix Kadhafi des droits de l’homme, oxymore qui correspond à une dotation d’un quart de million de dollars. Il ne manque que Robert Mugabe dans cette liste !

Fondé en 1988 par le colonel Kadhafi, ce prix a été lancé dans « l’objectif de soutenir la lutte pacifique pour la réalisation de la liberté de l’homme et de sa jouissance de tous ses droits, (…) la contribution dans la sensibilisation des individus et des groupes humains quant à
l’affirmation et au respect des droits de l’homme et des peuples »
.

En sommes, faites ce que je dis et pas ce que je fais !

C’est avec ce genre de guignoleries (cautionné entre autres par Nelson Mandela) que la "communauté internationale" a voulu croire en la bonne volonté de Kadhafi, à tel point que le board du FMI de Dominique Strauss-Kahn décernait une note d’encouragement au "bon élève" libyen encore très récemment (en début février 2011).

Mais faut-il critiquer l’hypocrisie actuelle de retournement et d’adaptation ou encourager les yeux qui s’ouvrent enfin sur la nature véritable de Mouammar Kadhafi ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 février 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :

Les sanctions de l’ONU.
Une intervention en Libye ?

Dangereux, les Frères musulmans ?

Révolution égyptienne.

La fuite de Kadhafi ?

Note confidentielle sur le soutien à la démocratisation.

Polémique chez les diplomates français.
Le FMI salue le bon élève libyen.

Le prix Kadhafi des droits de l’homme.



yartiLibye16
 

 

 

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/une-intervention-militaire-pour-89653

http://fr.news.yahoo.com/13/20110228/tot-une-intervention-militaire-pour-stop-89f340e_1.html


http://rakotoarison.lesdemocrates.fr/article-264

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:38

"Je reste !"

 

Kadhafi 1 - MAM 0

 

Le colonel Mouammar Kadhafi a déclaré à la télévision serbe le dimanche 27 février 2011 qu'il n'avait pas l'intention de quitter le pouvoir en Libye alors que Michèle Alliot-Marie venait d'annoncer sa démission du gouvernement française (ainsi que le Premier Ministre tunisien).

 

SR (27 février 2011)

 


Avec Reuters
27/02/2011 | Mise à jour : 18:23 Réagir

Le colonel Mouammar Kadhafi a juré dimanche de rester en Libye et a rejeté la responsabilité des troubles sur les étrangers et al-Qaida.

Il a également condamné le Conseil de sécurité des Nations unies pour avoir décrété à l'unanimité des sanctions à son encontre, assurant que Tripoli, la capitale libyenne, était sûre.

Le n°1 libyen a tenu ces propos dans un entretien accordé, selon la rédaction de la chaîne de télévision serbe Pink, depuis ses bureaux de Tripoli.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).