Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 07:00

Les Français rêvent de voir François Bayrou en Premier Ministre d’un gouvernement d’union nationale. Sont-ils bien réalistes ?


yartiBayrhoullande03C’est la mode de l’union nationale, ou plutôt, de l’unité nationale. Le nouveau gouvernement italien d’union nationale dirigé par Enrico Letta vient de prêter serment devant le Président Giorgio Napolitano ce 28 avril 2013 et le même jour est sorti un sondage de l’IFOP pour le JDD (téléchargeable ici) sur les Français et l’union nationale : 78% des sondés y sont favorables.

Si l’on considérait qu’un autre sondage IFOP, publié le 17 avril 2013 (téléchargeable ici), avait crédité de 22% d’intentions de vote une éventuelle nouvelle candidature de Marine Le Pen à l’élection présidentielle, on pourrait croire que les 78% concerneraient les électeurs potentiels de tous les autres candidats. En fait, il n’y a aucune raison qu’il n’y existe pas certains électeurs potentiels de Marine Le Pen favorables à l’union nationale (au contraire, le sondage précise que 79% des sympathisants du FN seraient favorables à l’union nationale, et aussi 89% des sympathisants de l’UMP).

Évidemment, on pourrait toujours se demander ce que les Français comprennent par "union nationale" et ce qu’ils comptent y mettre comme programme de gouvernement, mais il semble patent que cette idée fait son chemin dans l’opinion publique car il y a une réelle prise de conscience que la situation économique et sociale est difficile et qu’un gouvernement qui chute à moins d’un quart de satisfaits dans la population aura trop peu de crédit et d’autorité pour faire admettre les réformes nécessaires.

Les principaux thèmes qui devraient favoriser cette union nationale seraient la lutte contre le chômage (pour 50%), la dette publique et les déficits (pour 49%) et le pouvoir d’achat (pour 45%).


La spécificité institutionnelle de la France

La situation de la France est à bien différencier de celle d’autres pays comme l’Italie.

En Italie, par exemple, mais ce fut aussi le cas de l’Allemagne entre 2005 et 2009, la formation d’un gouvernement d’union nationale était indispensable pour des raisons institutionnelles : aucune coalition n’avait la majorité et donc, il était impossible de constituer un gouvernement sans cette "union nationale". Il ne s’agit pas, pour ces pays, d’un atout ou d’un défaut, il s’agit simplement d’être gouvernés. Ce fut le cas également de la Grèce.

D’ailleurs, la structure politique en Italie, même avec l’éclosion du Mouvement 5 étoiles (qui a voulu rester en marge de la vie politique quoi qu’on en dise, il suffit de voir ses réactions depuis ses bons résultats de février 2013) et de la coalition centriste de Mario Monti, est à peu près aussi bipolaire qu’en France, avec une droite berlusconienne et un centre gauche très "hollandiste" (on pourrait même dire "social-démocrate" tendances Jacques Delors et Robert Hue, puisqu’il y a dans les rangs du parti démocrate italien à la fois des originaires de la démocratie-chrétienne et des originaires du PCI).

En France, sous la Ve République, pour l’instant, même lorsque aucune majorité absolue ne s’était dégagée en juin 1988, il n’a jamais été nécessaire de former une coalition des principaux partis de la classe politique pour constituer un gouvernement. Au contraire de la IVe République qui fut un régime très instable pour l’Exécutif (je reviendrai sans doute un jour sur l’avantage essentiel de la Ve République et sur la bêtise de ceux qui crient, dans le vide et en creux, à l’instauration d’une indéfinie 6e République comme insipide slogan de campagne, en n’ayant aucune connaissance historique sur la période politique entre 1947 et 1958).


L’unique choix présidentiel

Donc, en France, s’il devait y avoir une union nationale, ce ne serait qu’à la seule volonté du Président de la République. Une volonté qu’il ne faut évidemment pas confondre avec ce qu’on a appelé "ouverture" du gouvernement vers des membres de l’opposition et qui n’ont été, que ce soit sous François Mitterrand ou sous Nicolas Sarkozy, que des débauchages individuelles de personnalités en mal de maroquin.

Du reste, il y a déjà eu (véritable) union nationale en 1958 lorsque De Gaulle avait réuni l’UNR, le MRP, le parti radical et la SFIO dans une même majorité pour s’attaquer au problème institutionnel et à la guerre d’Algérie. Elle n’a pas tenue longtemps, mais elle a été essentielle dans la mise en place de la Constitution du 4 octobre 1958.

D’un point de vue politique, il y a eu une occasion historique réellement manquée en mai 2002. Le Président Jacques Chirac venait d’être réélu par plus de 82% des Français, et il était très probable qu’il fût élu par plus d’électeurs de gauche (habituellement ses adversaires) que d’électeurs de droite et de centre droit (son électorat traditionnel). Il y aurait eu du sens à faire participer au sein du même gouvernement l’ensemble des forces politiques qui avaient contribué à sa réélection. Il a renoncé à cet étape historique en revenant à des considérations partisanes. Dommage.


L’urgence de réformes de fond

En 2013, la situation de la France est catastrophique. Elle a atteint son record historique du nombre de demandeurs d’emploi. Le niveau alarmant de la dette ainsi que les perspectives très peu encourageantes pour les dix-huit prochains mois en terme de croissance laissent entendre que le gouvernement, quel qu’il soit, sera obligé de faire de profondes réformes structurelles. D’ailleurs, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault n’a cessé de parler d’une réduction de voilure de l’État de 60 milliards d’euros, mais sans avoir donné un seul indice sur la manière d’y parvenir.

Par ailleurs, les mesures fiscales et sociales en France sont une véritable calamité pour l’activité économique. Non qu’elles ne soient pas pertinentes. La calamité, c’est l’instabilité des décisions prises par l’État. Une instabilité due à des changements de majorité (ce qui pourrait se comprendre politiquement, chaque majorité voulant appliquer sa politique) mais également une instabilité à majorité parlementaire constante.

C’était patent sous le quinquennat précédent où des mesures quasi-révolutionnaires (augmentation de la TVA par exemple) ont été prises à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle après avoir été refusée pendant les quatre années précédentes.

C’est encore pire avec le quinquennat de François Hollande qui a supprimé l’augmentation de la TVA sarkozyenne en juillet 2012 pour en rétablir une autre augmentation (plus injuste d’ailleurs pour le taux réduit) dès novembre 2012. De même, le gouvernement a augmenté de 20 milliards d’euros la fiscalité des entreprises en septembre 2012… pour redonner une marge de 20 milliards d’euros aux mêmes entreprises en novembre 2012 avec le CICE. Bref, les entreprises, qui ont besoin de perspectives et de stabilité fiscale, ne savent pas sur quel pied danser avec les lubies gouvernementales.

L’explication de cette instabilité est évidemment la fragile frontière entre le clientélisme électoral (les gouvernements veulent garder leur cœur d’électorat) et la réalité financière du pays.

À cela s’ajoute des réformes structurelles extraordinairement compliquées à mettre en œuvre et très déstabilisantes pour la population. J’en vois au moins deux mais il y en a d’autres : la réforme des retraites (lorsqu’il était dans l’opposition, le PS s’était opposé avec beaucoup d’hypocrisie démagogique à la réforme de 2010 et aujourd’hui, il va devoir aller encore plus loin car elle n’a pas été suffisante) et la réforme des collectivités territoriales (là, c’est la paralysie complète avec le PS, sans doute à cause du grand nombre de ses élus locaux, ce sera peut-être plus facile après 2015 lorsqu’il y en aura moins !).


À circonstances exceptionnelles, solution exceptionnelle

Il n’est pas donc inadapté de se dire qu’à situation exceptionnelle (celle de la France aujourd’hui), on décide d’un gouvernement exceptionnel où serait impliqué l’ensemble des forces parlementaires du pays. En les impliquant dans ces réformes, celles-ci seraient, d’une part, réalisées de manière consensuelle et impartiale, sans esprit partisan, sans esprit clientéliste, pour le seul intérêt général, le seul bien commun et elles seraient, d’autre part, pérennisées dans le temps puisque acceptées par toutes les forces politiques, donc pas remis en cause sans cesse à chaque alternance.

Pour cela, il faudrait évidemment la mise au point d’un programme d’action minimum qui porterait précisément sur des points fondamentaux (la dernière expérience d’union nationale a mis en place des institutions qui durent depuis près de cinquante-cinq ans, ce fut donc un grand succès historique). De plus, il faudrait que sa durée soit définie initialement. Une expérience d’union nationale doit être limitée dans la temps. Une fois les réformes achevées, le jeu normal de la démocratie reprendrait alors son cours.


Décalage entre le peuple et ses représentants

78% des Français souhaiteraient cette union nationale, mais seulement environ 1% de la classe politique ! Évidemment, puisque le jeu bipolaire et les institutions permettent de s’en passer pour former un gouvernement.

C’est ce qu’a rappelé le ministre très proche de l’Élysée Michel Sapin le 28 avril 2013. Que ce soit à l’UMP ou au PS, on refuse très fermement cette hypothèse pour la raison simple que le PS veut garder le pouvoir à lui tout seul (il l’a mérité puisqu’il a la majorité à l’Assemblée Nationale pour encore quatre ans), tandis que l’UMP n’a pas vraiment envie de s’impliquer dans une gestion du pays sous la direction des socialistes (ils ont un peu raison de ne pas se mouiller).


Principale critique contre l’union nationale

La principale critique qu’on pourrait émettre avec raison contre le principe d’union nationale, appelée "compromis historique" par l’ancien Premier Ministre Raymond Barre en 1985, c’est l’absence de démocratie réelle. On le voit pour l’Italie. L’électeur du Peuple de la Liberté (Silvio Berlusconi) et l’électeur du parti démocrate (Pier Luigi Bersani) se sont retrouvés par leur vote avec le même résultat, indifférencié, un gouvernement berluscono-démocrate qui a remis les votes dans une sorte de grande lessiveuse. Seuls, les électeurs du Mouvement 5 étoiles ont pu préserver leur choix.

En France, un gouvernement composé entre autres de membres du PS et de membres de l’UMP donnerait évidemment raison aux militants du FN qui crient déjà à l’UMPS. Il est clair que l’un des premiers effets mécaniques d’une union nationale en France, ce serait une augmentation de l’audience du FN qui aurait beau jeu d’attirer vers lui tous les mécontents et les râleurs.

Pourtant, comme l’a expliqué l’éditorialiste Claude Imbert dans "Le Point" du 25 avril 2013, dans la situation actuelle, le FN engrange déjà beaucoup de points car le gouvernement est incapable de redresser la situation économique et financière : « Sans doute l’union nationale favoriserait-elle les extrêmes en leur permettant d’apparaître comme les seuls opposants au système, comme on l’a vu naguère en Autriche. Mais au point où nous en sommes, le délitement actuel ne gonfle-t-il pas déjà les voiles des populistes de tout poil ? ».

À partir du moment où les objectifs sont peu nombreux et très clairs et que cela se fasse sur une période temporaire (un à trois ans), il n’y aurait aucune raison de rejeter a priori cette hypothèse pour rassembler les Français autour d’une situation complexe. Ce serait même une expérience exaltante à tenter.


La question des personnes

Cela dit, l’union nationale ne pourrait être évoquée sans aborder la question de celui qui l’incarnerait. Or, dans ce sondage de l’IFOP pour le JDD, une personnalité se dégagerait devant toutes les autres : François Bayrou pour 47%.

Suivraient Martine Aubry pour 37% (ce qui est étonnant car elle semble plus clivante que Jean-Marc Ayrault), Louis Gallois pour 34%, Bertrand Delanoë pour 33%, Claude Bartolone pour 29% et Ségolène Royal pour 27% des sondés.


Les trois voies possibles de François Hollande

C’est clair que le Président François Hollande a trois possibilité dans la suite de son quinquennat. Soit (le plus probable), prisonnier de l'esprit de clan qui le lie au parti socialiste, il garde un Premier Ministre socialiste avec sa majorité actuelle (il en a la possibilité institutionnelle, d’où la plus grande probabilité) et il va rester toujours dans une forme d’immobilisme, incapable de faire les réformes structurelles à cause de l’aile gauche de son parti sans pour autant changer de politique.

Soit (le plus improbable), il choisit Jean-Luc Mélenchon pour faire une politique radicalement différente qui engendrerait une catastrophe économique et sociale à court terme. Le vote de Jean-Luc Mélenchon pour François Hollande au second tour aurait alors toute sa signification.

Soit, enfin, il privilégie l’union nationale et François Bayrou, qui, lui aussi, a voté pour lui au second tour, serait incontournable. Pourquoi ? Parce qu’il est l’homme qui l’a prônée dès 2007, qui a rejeté l’esprit clivant de la bipolarisation pour demander à ce que les hommes (et les femmes) de bonne volonté puissent se réunir autour d’une table pour définir ce qu’il conviendrait à l’intérêt national sans aucun esprit partisan.

On imagine cependant mal la légitimité de François Bayrou à Matignon dans la configuration actuelle. Il n’a réussi à faire élire que deux députés à l’Assemblée Nationale en juin 2012, pas même lui, et ne représente donc aucun groupe parlementaire (même le groupe au Sénat est essentiellement UDI).

Mais même si politiquement, sa légitimité est réduite, moralement, la légitimité de François Bayrou reste intacte et c’est peut-être la chance du pays qui semble même le plébiscitait dans ce rôle original.


Retrouver le consensus national par une politique de rassemblement

En clair, il n’y a aucune raison d’anticiper des élections législatives ou présidentielle, mais en revanche, il y a urgence à retrouver la cohésion nationale autour d’un gouvernement qui a du crédit auprès de la grande majorité de la population. Un contrat d’unité nationale pour une période définie et assez courte permettrait de donner à la France les meilleures chances pour retrouver la voie de la prospérité économique et donc sociale.

Une analogie me vient à l’esprit. Lorsque deux parents divorcés prennent des décisions pour l’avenir de leur enfant, il y a deux possibilités. Ou les deux parents se disputent sans arrêt jusqu’à oublier leur enfant (c’est ce qu’il se passe depuis une trentaine d’années) ; ou, au contraire, ils mettent de côté leurs différents, parfois profonds et anciens, et ils esquissent la solution la plus profitable à leur enfant, sans s’occuper de leurs propres intérêts.

Cette approbation, par l’opinion publique, d’une union nationale, c’est finalement rassurant car cela signifie que le peuple a acquis la maturité d’aller au-delà des clivages politique. Et c’est aussi un judicieux appel à l’esprit de responsabilité de l’ensemble de la classe politique. À celle-ci de demeurer digne de la confiance de ses électeurs…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (29 avril 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Sondage IFOP-JDD sur l’union nationale du 28 avril 2013 (à télécharger).
Sondage IFOP-Europe 1 sur les intentions de vote du 17 avril 2013 (à télécharger).
Claude Imbert dans "Le Point" du 25 avril 2013.
L’union sacrée (2011).
François Bayrou avait raison.
Bayrou Premier Ministre ?
L’union nationale en Italie.
L’union nationale en Grèce.

yartiBayrhoullande02 

 

  http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-unite-nationale-est-elle-135037

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).