Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 06:37

« Être français, ce n’est pas renoncer à ses origines, ce n’est pas renoncer à son identité, c’est les verser au pot commun. C’est une citoyenneté qui n’est pas petite, qui n’est pas réduite à l’origine de chacun, du sang, du sol ou par naturalisation, mais qui est grande, ouverte, fondée sur la volonté de construire l’avenir ensemble ! » (Manuel Valls, le 9 janvier 2016).


_yartiVallsFillon03

Je crois que s’il fallait vraiment définir l’esprit républicain en France, ce serait avec une définition presque individualiste et solitaire : c’est le fait de ne considérer une personne que pour elle-même, pas comme représentante d’une catégorie particulière, que cette catégorie soit sexe, religion, niveau social, niveau d’études, ethnie, sexualité, santé, aspect physique, ou autres (la catégorisation ne se limitant pas à ces seules identités).

En d’autres termes, l’esprit républicain est par excellence anti-communautariste. On ne considère les personnes que pour ce qu’elles ont fait, réussi, échoué, pas pour ce qu’elles sont dans leur identité propre, pas pour ce qu’elles sont comme membres d’une éventuelle communauté dont elles ne se sentiraient de toute façon pas forcément membres.

Cet état d’esprit est donc antiraciste par excellence, en ce sens que le racisme commence à partir du moment où l’on catégorise les personnes, où on les met dans des petites cases bien rassurantes, avec de belles étiquettes. D’autres se chargeront alors de dire qu’il y a des cases plus belles que d’autres, plus hautes, plus justes, plus vraies, plus intelligentes, plus sportives, etc.


L’esprit des Lumières

Très curieusement, c’est très rare dans le monde d’avoir un tel état d’esprit intégré dans la Constitution d’une nation (bloc de constitutionnalité). Au contraire. La plupart des nations ont même institutionnalisé les catégories, les communautés, les castes. Les États-Unis, l’Afrique du Sud, l’Inde, pour ne citer que quelques grands pays, sans oublier un grand nombre de pays musulmans. Même si certains acceptent la tolérance voire la liberté religieuse, beaucoup de pays font état d’une relation d’État, d’une religion officielle comme on fait état d’une langue officielle.

C’est bien la France de la Révolution, celle des Lumières qui a fait triompher la personne humaine sur toute collectivité, qui a développé ce bel esprit républicain. Pas la France de l’Ancien Régime organisée en castes, en "états", la noblesse, le clergé et le tiers-état, qui pourchassait (quand elle ne les tolérait plus) les protestants parce qu’ils n’étaient pas catholiques. La France des Lumières a progressivement construit cette si précieuse laïcité que très peu de pays ont adoptée, à l’exception de la Turquie et l’Égypte mais dont l’équilibre reste toujours instable au point de la remettre en cause.


Laissons chacun se définir ses propres identités

Un homme né en France, par exemple à Évry, mais de deux parents algériens, toujours par exemple, peut avoir suivi toute son enfance en France, suivi sa scolarité, ses études en France, trouvé un emploi en France, vivre en France voire s’être marié à une Française… mais déjà, parler de la nationalité du conjoint est incongru puisque lui-même est français aussi.

Il y aura pourtant toujours quelques personnes, en France, pour lui dénier le droit d’être français. Pas le droit, en fait, car il a bien sa carte d’identité française, mais le droit de le revendiquer. Celles-là lui diront que sa place serait en Algérie, même si cet homme n’y est jamais allé et encore moins n’y a habité, même si en Algérie, il serait évidemment considéré comme un étranger.

Ces personnes, qui se prétendent elles-mêmes françaises, et qui se permettent de juger de la francité des uns et des autres, qui s’érigent en cour suprême de la nationalité, n’ont rien de républicain, vont à l’encontre de l’esprit républicain que je viens de décrire.


Manuel Valls, un républicain convaincu

En ce sens, cet esprit républicain est bien servi aujourd’hui par le Premier Ministre actuel, Manuel Valls. Il est ambitieux et son ambition l’emporte souvent sur les convictions mais certaines d’entre elles restent solides comme le roc. Peut-être est-ce son origine catalane, peut-être le fait qu’il n’a été naturalisé Français qu’en 1982, Manuel Valls a adopté complètement cet esprit républicain et veut le transmettre, le perpétuer, l’enraciner.

_yartiVallsFillon05

D’ailleurs, il fut de ceux qui conseillèrent à François Hollande de renoncer à la déchéance de la nationalité, en décembre 2015. Aujourd’hui, il la soutient parce qu’à Matignon, on n’est souvent qu’un exécutant de l’Élysée et que ce n’est pas sur cette affaire qu’il voudrait faire un clash avec le Président de la République (il y a sans doute d’autres sujets plus stratégiques).


Le discours du 13 janvier 2015

On avait déjà pu le remarquer le mardi 13 janvier 2015 juste après les attentats de "Charlie-Hebdo" (texte intégral ici). Devant les députés, Manuel Valls avait prononcé un vibrant discours sur la République qui fut salué par toute la classe politique, sans doute, jusqu’à maintenant, le meilleur discours de sa vie politique : « La réponse aux urgences de notre société doit être forte, sans hésitations : la République et ses valeurs. (…) La laïcité, elle s’apprend bien sûr à l’école, qui en est un des bastions. C’est là, peu importe les croyances, les origines, que tous les enfants de la République ont accès à l’éducation, au savoir, à la connaissance. (…) La République n’est pas possible sans école, et l’école n’est pas possible sans République. Et on a laissé passer trop de choses (…) dans l’école. La laïcité, oui la laïcité, la possibilité de croire, de ne pas croire. L’éducation a des valeurs fondamentales, doit plus que jamais (…) être le combat de la France face à l’attaque que nous avons connue. Et arborons fièrement ce principe puisqu’on nous attaque à cause de la laïcité, à cause des lois que nous avons votées ici interdisant les signes religieux à l’école, prohibant le voile intégral, revendiquons-les, parce que c’est ça qui doit nous aider à être encore davantage forts. ».

Et d’ajouter : « Cette France qui s’est retrouvée dans l’épreuve, ce moment où le monde entier est venu à elle, car le monde sait lui aussi la grandeur de la France et ce qu’elle incarne d’universel. La France, c’est l’esprit des Lumières. La France, c’est l’élément démocratique. La France, c’est la République chevillée au corps. La France, c’est une liberté farouche. La France, c’est la conquête de l’égalité. La France, c’est la soif de fraternité. Et la France, c’est aussi ce mélange si singulier de dignité, d’insolence, et d’élégance. » (13 janvier 2015).


Le discours du 9 janvier 2016

Pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de l’Hyper Cacher un an après, tuées parce qu’elles étaient juives, Manuel Valls a reformulé sa profession de foi aux valeurs de la République. C’était dans un discours au CRIF le samedi 9 janvier 2016 (texte intégral ici). Certes, il a dit dans ce discours une énormité intellectuelle même si son sens pouvait être compris : « Pour ces ennemis qui s’en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille ; car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser. ».

_yartiValls2016A02

Il voulait avant tout définir l’ennemi de la France : « L’ennemi, car nous sommes en guerre, c’est le terrorisme islamiste, c’est le djihadisme. Le 13 novembre [2015], l’ampleur de la menace, sa soif barbare de mort, sa haine totalitaire de ce que nous sommes, de nos valeurs, de notre idéal de liberté, de tolérance, de laïcité, ont surgi dans les rues de Paris et à Saint-Denis avec une violence absolue. ».

Cet esprit républicain qu’il prône tout au long de son parcours, Manuel Valls l’a excellemment décrit à la fin de ce discours : « Le symbole d’un pays qui ne se perd pas dans la haine de l’autre, mais qui trouve en lui la force d’être ce peuple fier de ce qu’il est, qui dit non au racisme, non à l’antisémitisme, non au rejet et au repli. Être français, ce n’est pas renoncer à ses origines, ce n’est pas renoncer à son identité, c’est les verser au pot commun. C’est une citoyenneté qui n’est pas petite, qui n’est pas réduite à l’origine de chacun, du sang, du sol ou par naturalisation, mais qui est grande, ouverte, fondée sur la volonté de construire l’avenir ensemble ! C’est ce nouveau patriotisme que j’appelle de mes vœux ! » (9 janvier 2016).


Tous pour un et un pour tous…

C’est exactement cela, être français, c’est se considérer à la fois comme égal et comme unique, à la fois pareil et différent, apportant sa richesse, sa diversité (que chacun porte en soi car chaque histoire personnelle est différente, est particulière) pour en faire profiter l’ensemble de la communauté nationale.

Il est bon que, de temps en temps, des responsables politiques au plus haut niveau le rappellent avec force et conviction.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (1er mars 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Discours de Manuel Valls le 13 janvier 2015 au Palais-Bourbon (texte intégral).
Discours de Manuel Valls le 9 janvier 2016 au CRIF (texte intégral).
Les valeurs de la République.
La laïcité.
Le patriotisme.
La rafle du Vel’ d’Hiv’ (juillet 1942).
L’immigration.
Le voile et la République.
La burqa et la République.
François Hollande et la laïcité.
Nicolas Sarkozy et l’islam.
Stigmatisation ?
Le pape François et les valeurs chrétiennes.
Chaque vie compte.
Le discours de Grenoble.
La déchéance de la nationalité.
Les valeurs du gaullisme.
L’esprit du 11 janvier.
Une chance pour la France.
Étienne Borne.
Simone Weil.
Paul Ricœur.
L’homodiversité.
Complot vs choas, vers une nouvelle religion ?
Terrorisme et islamisme.
Peine de mort.
Guerre et peine.
Manuel Valls et l’esprit républicain.
Manuel Valls vs François Fillon (24 septembre 2015).
La ville de Manuel Valls.
La confiance Valls, volet 2 (16 septembre 2014).
La confiance Valls, volet 1 (8 avril 2014).
Les relations entre l’Élysée et Matignon.
Nomination de Manuel Valls à Matignon (31 mars 2014).
Valls sera-t-il Premier Ministre ? (15 mars 2014).
Manuel Valls et son ambition présidentielle.
Manuel Valls à la primaire socialiste.
Manuel Valls et les institutions de la République.
Valls-Bayrou, même combat ?
Et la Corse dans tout cela ?
Et les gens du voyage ?

_yartiValls2016A03


http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20160109-valls.html

http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/manuel-valls-et-l-esprit-178297

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2016/03/01/33446154.html



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).